Mise à jour : 03/12/2019
fac-similé LOB_79_0085_b.jpg

Lysistrate

8e

Pas de texte original pour cette page
fac-similé LOB_79_0086_b.jpg

529

f°79

Lysistrate

comédie.

On peut voir dans la préface le sujet et la date de cette comédie.

Les personnages sont :

  • Lysistrate, chef de l'entreprise.
  • Calonique. femmes
    Myrrhine.
    Lampito.
  • Chœur de vieillards.
  • Draquès. viellards
    Stymnodore.
  • Chœur de femmes.
  • Demi-Chœur de femmes.
  • Stratyllis, autre femme.
  • Le probule.
  • Un vieillard.
  • Une femme.
  • Une autre femme.
  • Cinq autres femmes.
  • Cinésias, mari de Myrrhine.
  • Un enfant.
  • Un héraut des Lacédémoniens.
  • Lacédémoniens.
  • Athéniens.
  • Un valet.
  • Un athénien.
  • Un lacédémonien.

Pas de texte original pour cette page
fac-similé LOB_79_0087_a.jpg

530

Lysistrate . Calonique . Lysistrate.

Quoi ? personne ne vient encore ? Si le rendez-vous eût été aussi bien ailleurs au temple de Bacchus ou à celui de Pan ou à quelqu'un de ceux de Vénus ; comme elles s'y seraient déjà rendues en foule ! On ne pourrait fendre la presse à travers tous leurs tambourins. Mais je n'en vois pas un excepté ma voisine qui sort de chez elle. Bonjour, ma chère Calonique .

Calonique.

Bonjour Lysistrate . Qu'as-tu ma mie ? Te voilà toute émue. Mon enfant ! ne fronce point comme cela les sourcils ; cela ne te sied point.

Lys.

Ma chère Calonique , j'ai le cœur rongé de dépit. Je suis au désespoir que nous passions auprès des hommes pour être si remuantes.

Cal.

Aussi le sommes-nous.

Lys.

Et à présent qu'il s'agit d'une affaire de dernière conséquence, sur laquelle il était convenu qu'on délibérerait ici, et qu'on s'y assemblerait pour cela ; personne ne vient. Elles dorment encore.

Cal.

Un peu de patience, ma chère ; elles viendront. Il n'est pas si facile aux femmes de sortir de la maison. L'une attend que son mari soit

Λυσιστράτη ἀλλʼ εἴ τις ἐς Βακχεῖον αὐτὰς ἐκάλεσεν, ἢ ʼς Πανὸς ἢ ʼπὶ Κωλιάδʼ ἢ ʼς Γενετυλλίδος, οὐδʼ ἂν διελθεῖν ἦν ἂν ὑπὸ τῶν τυμπάνων. νῦν δʼ οὐδεμία πάρεστιν ἐνταυθοῖ γυνή· πλὴν ἥ γʼ ἐμὴ κωμῆτις ἥδʼ ἐξέρχεται. χαῖρʼ ὦ Καλονίκη. Καλονίκη καὶ σύ γʼ ὦ Λυσιστράτη. τί συντετάραξαι; μὴ σκυθρώπαζʼ ὦ τέκνον. οὐ γὰρ πρέπει σοι τοξοποιεῖν τὰς ὀφρῦς. Λυσιστράτη ἀλλʼ ὦ Καλονίκη κάομαι τὴν καρδίαν, καὶ πόλλʼ ὑπὲρ ἡμῶν τῶν γυναικῶν ἄχθομαι, ὁτιὴ παρὰ μὲν τοῖς ἀνδράσιν νενομίσμεθα εἶναι πανοῦργοι— Καλονίκη καὶ γάρ ἐσμεν νὴ Δία. Λυσιστράτη εἰρημένον δʼ αὐταῖς ἀπαντᾶν ἐνθάδε βουλευσομέναισιν οὐ περὶ φαύλου πράγματος, εὕδουσι κοὐχ ἥκουσιν. Καλονίκη ἀλλʼ ὦ φιλτάτη ἥξουσι· χαλεπή τοι γυναικῶν ἔξοδος. ἡ μὲν γὰρ ἡμῶν περὶ τὸν ἄνδρʼ ἐκύπτασεν,
fac-similé LOB_79_0087_b.jpg

531

f°80

rendormi ; l'autre éveille un valet pour lui donner quelques ordres ; l'autre couche son enfant, l'autre le lave, l'autre lui donne la bouillie.

Lys.

Mais tout cela ce sont bagatelles auprès de l'affaire dont il s'agit.

Cal.

Et quelle affaire, ma chère Lysistrate ?

Lys.

C'est une très grande affaire.

Cal.

En est-ce aussi une grosse ?

Lys.

Oui, c'est une très grosse affaire.

Cal.

Les méchantes femmes ! qu'attendent-elles donc ?

Lys.

Doucement ! ce n'est pas ce que tu penses. Elles ne tarderaient pas tant. Mais c'est un dessein que j'ai remué et roulé dans ma tête pendant plusieurs nuits que j'ai passées à ne penser à autre chose.

Cal.

C'est quelque chose de bien mince et de bien léger, puisque tu l'as tant remué et tant roulé.

Lys.

C'est quelque chose de si léger qu'il s'agit du salut de toute la Grèce, et de faire voir qu'il est dans les mains des femmes.

Καλονίκη ἡ δʼ οἰκέτην ἤγειρεν, ἡ δὲ παιδίον κατέκλινεν, ἡ δʼ ἔλουσεν, ἡ δʼ ἐψώμισεν. Λυσιστράτη ἀλλʼ ἕτερά τἄρʼ ἦν τῶνδε προὐργιαίτερα αὐταῖς. Καλονίκη τί δʼ ἐστὶν ὦ φίλη Λυσιστράτη, ἐφʼ ὅ τι ποθʼ ἡμᾶς τὰς γυναῖκας συγκαλεῖς; τί τὸ πρᾶγμα; πηλίκον τι; Λυσιστράτη μέγα. Καλονίκη μῶν καὶ παχύ; Λυσιστράτη καὶ νὴ Δία παχύ. Καλονίκη κᾆτα πῶς οὐχ ἥκομεν; Λυσιστράτη οὐχ οὗτος ὁ τρόπος· ταχὺ γὰρ ἂν ξυνήλθομεν. ἀλλʼ ἔστιν ὑπʼ ἐμοῦ πρᾶγμʼ ἀνεζητημένον πολλαῖσί τʼ ἀγρυπνίαισιν ἐρριπτασμένον. Καλονίκη ἦ πού τι λεπτόν ἐστι τοὐρριπτασμένον. Λυσιστράτη οὕτω γε λεπτὸν ὥσθʼ ὅλης τῆς Ἑλλάδος ἐν ταῖς γυναιξίν ἐστιν ἡ σωτηρία.
fac-similé LOB_79_0088_a.jpg

532

(a) Les anguilles du lac de Copaïs en Béotie étaient en réputation.

Cal.

Il n'est pas en trop bonnes mains, si cela est.

Lys.

Il ne dépend que des femmes d’accommoder les affaires d' Athènes, de faire en sorte qu'il n'y aura plus de Lacédémoniens .....

Cal.

Pardi ! nous n'en serions que mieux, s'il n'y en avait plus.

Lys.

Plus de Béotiens.....

Cal.

Pour Dieu , non pas tous ; mais sauve-nous les anguilles. (a)

Lys.

Plus d'Athéniens même, si je l'osais dire mais à bon entendeur salut. Si donc les femmes du Peloponèse de Béotie et d' Athènes se rassemblaient au plutôt plus tôt pour prendre conseil, nous sauverions la Grèce.

Cal.

Mais quand j'y pense, les femmes ont-elles assez de conduite pour un grand dessein, elles qui demeurent à la maison, occupées de parures et d'ajustements, qui portent des robes legeres légères et transparentes, qui se fardent, qui se mettent du rouge, et qui ne savent faire que cela.

Lys.

C'est cela même. Ce sont ces robes légères et transparentes et ce rouge qui sauveront la Grèce.

Λυσιστράτη Καλονίκη ἐν ταῖς γυναιξίν; ἐπʼ ὀλίγου γʼ ὠχεῖτʼ ἄρα. Λυσιστράτη ὡς ἔστʼ ἐν ἡμῖν τῆς πόλεως τὰ πράγματα, ἢ μηκέτʼ εἶναι μήτε Πελοποννησίους— Καλονίκη βέλτιστα τοίνυν μηκέτʼ εἶναι νὴ Δία. Λυσιστράτη Βοιωτίους τε πάντας ἐξολωλέναι. Καλονίκη μὴ δῆτα πάντας γʼ, ἀλλʼ ἄφελε τὰς ἐγχέλεις. Λυσιστράτη περὶ τῶν Ἀθηνῶν δʼ οὐκ ἐπιγλωττήσομαι τοιοῦτον οὐδέν· ἀλλʼ ὑπονόησον σύ μοι. ἢν δὲ ξυνέλθωσʼ αἱ γυναῖκες ἐνθάδε αἵ τʼ ἐκ Βοιωτῶν αἵ τε Πελοποννησίων ἡμεῖς τε, κοινῇ σώσομεν τὴν Ἑλλάδα. Καλονίκη τί δʼ ἂν γυναῖκες φρόνιμον ἐργασαίατο ἢ λαμπρόν, αἳ καθήμεθʼ ἐξηνθισμέναι, κροκωτοφοροῦσαι καὶ κεκαλλωπισμέναι καὶ Κιμμερίκʼ ὀρθοστάδια καὶ περιβαρίδας; Λυσιστράτη ταῦτʼ αὐτὰ γάρ τοι κἄσθʼ ἃ σώσειν προσδοκῶ, τὰ κροκωτίδια καὶ τὰ μύρα χαἰ περιβαρίδες χἤγχουσα καὶ τὰ διαφανῆ χιτώνια.
fac-similé LOB_79_0088_b.jpg

533

f°81 Cal.

Je n'y comprends rien.

Lys.

Ce sont tous ce vains ornements qui feront qu'on ne parlera plus de piques...

Cal.

Je me ferai faire une robe des plus à la mode.

Lys.

Qu'on ne parlera plus de rondache.

Cal.

Je mettrai du rouge.

Lys.

Qu'on ne parlera plus d'épée ni de poignard.

Cal.

J'aurai une chaussure magnifique.

Lys.

Eh bien ! Ai-je sujet de me plaindre ? Les femmes n'ont-elles pas tort de ne pas venir ?

Cal.

Que dis-tu ? Il y a longtemps qu'elles devraient être ici. Elles eussent dû même avoir pris des ailes pour s'y rendre plus tôt.

Lys.

Pour nos Athéniennes, passe. Tu verras, ma pauvre Calonique , qu'elles seront aussi étourdies que la coutume du pays le porte. Elles ne seraient pas de l' Attique, si elles s'apercevaient des choses avant que

Καλονίκη τίνα δὴ τρόπον ποθʼ; Λυσιστράτη ὥστε τῶν νῦν μηδένα ἀνδρῶν ἐπʼ ἀλλήλοισιν ἄρεσθαι δόρυ— Καλονίκη κροκωτὸν ἄρα νὴ τὼ θεὼ ʼγὼ βάψομαι. Λυσιστράτη μηδʼ ἀσπίδα λαβεῖν— Καλονίκη Κιμμερικὸν ἐνδύσομαι. Λυσιστράτη μηδὲ ξιφίδιον. Καλονίκη κτήσομαι περιβαρίδας. Λυσιστράτη ἆρʼ οὐ παρεῖναι τὰς γυναῖκας δῆτʼ ἐχρῆν; Καλονίκη οὐ γὰρ μὰ Δίʼ ἀλλὰ πετομένας ἥκειν πάλαι. Λυσιστράτη ἀλλʼ ὦ μέλʼ ὄψει τοι σφόδρʼ αὐτὰς Ἀττικάς, ἅπαντα δρώσας τοῦ δέοντος ὕστερον.
fac-similé LOB_79_0089_a.jpg

534

suis au désespoir ; je ne vois personne, ni de Salamine, ni des autres îles.

Cal.

Je crois cependant qu'elles se seront fait monter dès le grand matin.

Lys.

Comment, monter ?

Cal.

Sur leurs barques.

Lys.

Et celles d' Acarne, que je croyais qui seraient les premières, je ne les vois point encore.

Cal.

Patience, ma mie. Regarde la femme de Théagène , comme elle se hâte. En voilà d'autres d'un autre côté qui abordent. En voici une troupe tout auprès de nous, et une autre qui la suit. Courage, tout va bien. Les voilà toutes venues.



Myrrhine . Lampito . Lysistrate . Calonique . Myrrhine.

Sommes-nous les dernières, ma chère Lysistrate ? Quoi ? Tu ne dis rien ?

Lys.

N'est-ce pas une honte, Myrrhine , d'être si paresseuse, quand il s'agit d'une affaire de la dernière importance ?

Myrrhine.

Pardon, ma chère. J'ai été une heure à

Λυσιστράτη ἀλλʼ οὐδὲ Παράλων οὐδεμία γυνὴ πάρα, οὐδʼ ἐκ Σαλαμῖνος. Καλονίκη ἀλλʼ ἐκεῖναί γʼ οἶδʼ ὅτι ἐπὶ τῶν κελήτων διαβεβήκασʼ ὄρθριαι. Λυσιστράτη οὐδʼ ἃς προσεδόκων κἀλογιζόμην ἐγὼ πρώτας παρέσεσθαι δεῦρο τὰς Ἀχαρνέων γυναῖκας, οὐχ ἥκουσιν. Καλονίκη ἡ γοῦν Θεογένους ὡς δεῦρʼ ἰοῦσα θοὐκάταιον ἤρετο. ἀτὰρ αἵδε καὶ δή σοι προσέρχονταί τινες. Λυσιστράτη αἱδί θʼ ἕτεραι χωροῦσί τινες. Καλονίκη ἰοὺ ἰού, πόθεν εἰσίν; Λυσιστράτη Ἀναγυρουντόθεν. Καλονίκη νὴ τὸν Δία· ὁ γοῦν ἀνάγυρός μοι κεκινῆσθαι δοκεῖ. Μυρρίνη μῶν ὕστεραι πάρεσμεν ὦ Λυσιστράτη; τί φῄς; τί σιγᾷς; Λυσιστράτη οὔ σʼ ἐπαινῶ Μυρρίνη ἥκουσαν ἄρτι περὶ τοιούτου πράγματος. Μυρρίνη μόλις γὰρ ηὗρον ἐν σκότῳ τὸ ζώνιον.
fac-similé LOB_79_0089_b.jpg

535

f°82

trouver ma ceinture à tâtons. Mais de quoi est-il question ? Dis-le nous.

Lys.

Non. Attendons encore que les Peloponésiennes et les Béotiennes soient venues.

Myrrhine.

Tu as raison. Mais voilà Lampito qui arrive.

Lys.

Bonjour, ma chère Lacédémonienne. Que je te trouve belle ce matin, ma chère Lampito ! Quel teint ! quel visage ! quelle chair ! quel embonpoint ! qu'un homme te durerait peu !

Lamp.

Je le crois vraiment ; je suis une terrible lutteuse.

Lys.

La belle gorge ! j'en suis charmée.

Lamp.

Doucement, je vous prie, vous me maniez comme un prêtre manie une victime.

Lys.

Et cette jeune fille, d’où est-elle ?

Lamp.

C’est l’ambassadrice des Béotiennes.

Lys.

C’est le pays des beaux jardins.

Lamp.

Aussi en a-t-elle un des plus beaux, des mieux cultivés et des mieux tondus.

Lys.

Et cette bonne enfant ?

Μυρρίνη ἀλλʼ εἴ τι πάνυ δεῖ, ταῖς παρούσαισιν λέγε. Λυσιστράτη μὰ Δίʼ ἀλλʼ ἐπαναμείνωμεν ὀλίγου γʼ οὕνεκα τάς τʼ ἐκ Βοιωτῶν τάς τε Πελοποννησίων γυναῖκας ἐλθεῖν. Μυρρίνη πολὺ σὺ κάλλιον λέγεις. ἡδὶ δὲ καὶ δὴ Λαμπιτὼ προσέρχεται. Λυσιστράτη ὦ φιλτάτη Λάκαινα χαῖρε Λαμπιτοῖ. οἷον τὸ κάλλος γλυκυτάτη σου φαίνεται. ὡς δʼ εὐχροεῖς, ὡς δὲ σφριγᾷ τὸ σῶμά σου. κἂν ταῦρον ἄγχοις. Λαμπιτώ μάλα γʼ οἰῶ ναὶ τὼ σιώ· γυμνάδδομαι γὰρ καὶ ποτὶ πυγὰν ἅλλομαι. Καλονίκη ὡς δὴ καλὸν τὸ χρῆμα τιτθίων ἔχεις. Λαμπιτώ ᾇπερ ἱερεῖόν τοί μʼ ὑποψαλάσσετε. Λυσιστράτη ἡδὶ δὲ ποδαπή ʼσθʼ ἡ νεᾶνις ἡτέρα; Λαμπιτώ πρέσβειρά τοι ναὶ τὼ σιὼ Βοιωτία ἵκει ποθʼ ὑμέ. Μυρρίνη νὴ μὰ Δία Βοιωτία, καλόν γʼ ἔχουσα τὸ πεδίον. Καλονίκη καὶ νὴ Δία κομψότατα τὴν βληχώ γε παρατετιλμένη. Λυσιστράτη τίς δʼ ἡτέρα παῖς;
fac-similé LOB_79_0090_a.jpg

536

(b) En garnison apparemment car Pyle avait été pris par les Athéniens longtemps auparavant .

Lamp.

C'est la meilleure fille du monde ; et Corinthienne par sur dessus le marché.

Lys.

Je vois l'un et l'autre à son air et à ses façons.

Lamp.

Mais qui est-ce qui convoque l'assemblée des femmes ?

Lys.

C'est moi.

Lamp.

Dis donc ce que tu nous veux.

Lys.

Tout à cette heure.

Myrrhine.

Dis vite : nous mourons d'envie de l'entendre.

Lys.

Je voudrais auparavant vous demander une chose.

Myrrhine.

Et quoi ?

Lys.

Où sont tous vos maris.

Myrrhine.

Hélas ! il n'y en a pas une d'entre nous dont le mari ne soit à la guerre.

Lys.

Pour le mien, il y a cinq mois tout entiers qu'il est en Thrace.

Myrrhine.

Et le mien, c'est bien pis ; il y a sept mois qu'il est à Pyle (b) .

Λαμπιτώ χαΐα ναὶ τὼ σιώ, Κορινθία δʼ αὖ. Καλονίκη χαΐα νὴ τὸν Δία δήλη ʼστὶν οὖσα ταυταγὶ τἀντευθενί. Λαμπιτώ τίς δʼ αὖ ξυναλίαξε τόνδε τὸν στόλον τὸν τᾶν γυναικῶν; Λυσιστράτη ἥδʼ ἐγώ. Λαμπιτώ μύσιδδέ τοι ὅ τι λῇς ποθʼ ἁμέ. Καλονίκη νὴ Δίʼ ὦ φίλη γύναι, λέγε δῆτα τὸ σπουδαῖον ὅ τι τοῦτʼ ἐστί σοι. Λυσιστράτη λέγοιμʼ ἂν ἤδη. πρὶν λέγειν δʼ , ὑμᾶς τοδὶ ἐπερήσομαί τι μικρόν. Καλονίκη ὅ τι βούλει γε σύ. Λυσιστράτη τοὺς πατέρας οὐ ποθεῖτε τοὺς τῶν παιδίων ἐπὶ στρατιᾶς ἀπόντας; εὖ γὰρ οἶδʼ ὅτι πάσαισιν ὑμῖν ἐστιν ἀποδημῶν ἀνήρ. Καλονίκη ὁ γοῦν ἐμὸς ἀνὴρ πέντε μῆνας ὦ τάλαν ἄπεστιν ἐπὶ Θρᾴκης φυλάττων Εὐκράτη. Μυρρίνη ὁ δʼ ἐμός γε τελέους ἑπτὰ μῆνας ἐν Πύλῳ.
fac-similé LOB_79_0090_b.jpg

537

f°83 Lamp.

Quand le mien revient de l'armée, je ne le vois qu'un moment. Il n'a pas si tôt remis le pied dans la maison qu'il en sort. A peine a-t-il détaché son manteau, que la marche sonne. Il le reprend aussitôt et me laisse là.

Lys.

Ce que je trouve encore de fâcheux, c'est que les galants vont à la guerre aussi bien que les maris. Et pour comble de malheur, il a fallu que les Milésiens nous aient tourné le dos. Car pendant que nous avions la paix avec eux, on voyait de ces instruments de cuir de huit pouces. À présent, on n'en voit plus. S'y j Si j'avais donc trouvé le moyen de mettre fin à cette maudite guerre, voudriez vous toutes m'aider à en venir à bout.

Myrrh.

Oui, pour ce qui est de moi, quand je devrais y boire ma cape.

Cal.

Et moi aussi, quand je voudrais devrais être mise en deux.

Lamp.

Et moi de même. S'il fallait que je grimpasse sur le sommet de la plus haute montagne du Peloponèse, je le ferais, si je croyais pouvoir y trouver la paix.

Lys.

Je vais donc vous le dire. Femmes ! nous

Λαμπιτώ ὁ δʼ ἐμός γα καἴ κʼ ἐκ τᾶς ταγᾶς ἔλσῃ ποκά, πορπακισάμενος φροῦδος ἀμπτάμενος ἔβα. Λυσιστράτη ἀλλʼ οὐδὲ μοιχοῦ καταλέλειπται φεψάλυξ. ἐξ οὗ γὰρ ἡμᾶς προὔδοσαν Μιλήσιοι, οὐκ εἶδον οὐδʼ ὄλισβον ὀκτωδάκτυλον, ὃς ἦν ἂν ἡμῖν σκυτίνη ʼπικουρία. ἐθέλοιτʼ ἂν οὖν, εἰ μηχανὴν εὕροιμʼ ἐγώ, μετʼ ἐμοῦ καταλῦσαι τὸν πόλεμον; Καλονίκη νὴ τὼ θεώ· ἔγωγʼ ἂν οὖν κἂν εἴ με χρείη τοὔγκυκλον τουτὶ καταθεῖσαν ἐκπιεῖν αὐθημερόν. Μυρρίνη ἐγὼ δέ γʼ ἂν κἂν ὡσπερεὶ ψῆτταν δοκῶ δοῦναι ἂν ἐμαυτῆς παρατεμοῦσα θἤμισυ. Λαμπιτώ ἐγὼ δὲ καί κα ποττὸ Ταΰγετόν γʼ ἄνω ἔλσοιμʼ ὅπᾳ μέλλοιμί γʼ εἰράναν ἰδεῖν. Λυσιστράτη λέγοιμʼ ἄν· οὐ δεῖ γὰρ κεκρύφθαι τὸν λόγον.
fac-similé LOB_79_0091_a.jpg

538

pouvons obliger nos maris à faire la paix si nous voulons nous abstenir....

Cal.

De quoi ? Dis.

Lys.

Mais le ferez-vous ?

Cal.

Oui, dussions nous en mourir.

Lys.

Si nous voulons nous abstenir des plaisirs de l'amour. Mais quoi ? Vous vous détournez toutes ! où allez-vous donc ? Pourquoi faire la moue ? pourquoi changer de couleur ? Vous pleurez ? dites ; parlez : le ferez-vous ? ne le ferez-vous pas ?

Myrrhine.

Guerre, guerre plutôt.

Cal.

Ah ! qu'à ce prix la paix puisse n'être jamais faite.

Lys.

Quoi, Calonique ! toi qui consentait tout à l'heure d'être mise en deux !

Cal.

J'aimerais mieux passer par le feu. Ne point faire l'amour, Lysistrate ! Il n'y a point de tourment pareil.

Lys.

Et toi Lampito ?

Lamp.

Je suis de l'avis de Calonique . J'aimerai mieux passer par le feu.

Λυσιστράτη ἡμῖν γὰρ ὦ γυναῖκες, εἴπερ μέλλομεν ἀναγκάσειν τοὺς ἄνδρας εἰρήνην ἄγειν, ἀφεκτέʼ ἐστὶ— Καλονίκη τοῦ; φράσον. Λυσιστράτη ποιήσετʼ οὖν; Καλονίκη ποιήσομεν, κἂν ἀποθανεῖν ἡμᾶς δέῃ. Λυσιστράτη ἀφεκτέα τοίνυν ἐστὶν ἡμῖν τοῦ πέους. τί μοι μεταστρέφεσθε; ποῖ βαδίζετε; αὗται τί μοιμυᾶτε κἀνανεύετε; τί χρὼς τέτραπται; τί δάκρυον κατείβεται; ποιήσετʼ ἢ οὐ ποιήσετʼ; ἢ τί μέλλετε; Καλονίκη οὐκ ἂν ποιήσαιμʼ, ἀλλʼ ὁ πόλεμος ἑρπέτω. Μυρρίνη μὰ Δίʼ οὐδʼ ἐγὼ γάρ, ἀλλʼ ὁ πόλεμος ἑρπέτω. Λυσιστράτη ταυτὶ σὺ λέγεις ὦ ψῆττα; καὶ μὴν ἄρτι γε ἔφησθα σαυτῆς κἂν παρατεμεῖν θἤμισυ. Καλονίκη ἄλλʼ ἄλλʼ ὅ τι βούλει· κἄν με χρῇ διὰ τοῦ πυρὸς ἐθέλω βαδίζειν· τοῦτο μᾶλλον τοῦ πέους. οὐδὲν γὰρ οἷον ὦ φίλη Λυσιστράτη. Λυσιστράτη τί δαὶ σύ; Ἄλλη κἀγὼ βούλομαι διὰ τοῦ πυρός.
fac-similé LOB_79_0091_b.jpg

539

X

f°84 Lys.

O sexe charnel, voluptueux, mou ! Qu' Euripide a raison de dire tant de mal des femmes et de nous faire le sujet de toutes ses tragédies ! car il semble que l'amour soit la seule chose que nous sachions faire. Ma chère Lampito , si tu veux te mettre de notre mon côté, tout ira bien. Je t'en prie, mon cœur.

Lamp.

En vérité, Lysistrate , c'est quelque chose de bien rude pour des femmes, de coucher seules sans homme s. Cependant, si, pour s'en passer, on peut avoir la paix, j'y consens.

Lys.

Que je t'embrasse, ma mie ; il n'y a que toi de femme.

Cal.

Mais supposons que nous couchions seules, (ce qu'à Dieu ne plaise) comment aurons nous la paix pour cela ?

Lys.

Oh ! Voici comment. Tenons-nous bien propres, fardons-nous, mettons du rouge pour plaire davantage à nos maris, pratiquons tous les moyens que nous pouvons savoir pour exciter en eux un ardent désir. Et quand nous leur verrons plus de passion de nous embrasser, retirons-nous et les laissons là. Pour peu que ce jeu dure, je m'assure qu'ils auront bientôt fait la paix.

Lamp.

Je crois que tu as raison, car Euripide

Λυσιστράτη ὦ παγκατάπυγον θἠμέτερον ἅπαν γένος, οὐκ ἐτὸς ἀφʼ ἡμῶν εἰσιν αἱ τραγῳδίαι. οὐδὲν γάρ ἐσμεν πλὴν Ποσειδῶν καὶ σκάφη. ἀλλʼ ὦ φίλη Λάκαινα, σὺ γὰρ ἐὰν γένῃ μόνη μετʼ ἐμοῦ, τὸ πρᾶγμʼ ἀνασωσαίμεσθʼ ἔτʼ ἄν , ξυμψήφισαί μοι. Λαμπιτώ χαλεπὰ μὲν ναὶ τὼ σιὼ γυναῖκάς ἐσθʼ ὑπνῶν ἄνευ ψωλᾶς μόνας. ὅμως γα μάν· δεῖ τᾶς γὰρ εἰράνας μάλʼ αὖ. Λυσιστράτη ὦ φιλτάτη σὺ καὶ μόνη τούτων γυνή. Καλονίκη εἰ δʼ ὡς μάλιστʼ ἀπεχοίμεθʼ οὗ σὺ δὴ λέγεις, ὃ μὴ γένοιτο, μᾶλλον ἂν διὰ τουτογὶ γένοιτʼ ἂν εἰρήνη; Λυσιστράτη πολύ γε νὴ τὼ θεώ. εἰ γὰρ καθοίμεθʼ ἔνδον ἐντετριμμέναι, κἀν τοῖς χιτωνίοισι τοῖς Ἀμοργίνοις γυμναὶ παρίοιμεν δέλτα παρατετιλμέναι, στύοιντο δʼ ἅνδρες κἀπιθυμοῖεν σπλεκοῦν, ἡμεῖς δὲ μὴ προσίοιμεν ἀλλʼ ἀπεχοίμεθα, σπονδὰς ποιήσαιντʼ ἂν ταχέως, εὖ οἶδʼ ὅτι.
fac-similé LOB_79_0092_a.jpg

540

(c) C'est dans l' Andromaque d' Euripide .

a dit que l'épée tomba des mains à Ménélaüs (c) quand il vit les tétons d' Hélène .

Calon.

Mais, ma pauvre sotte, si les hommes nous plantent là ?

Lys.

Il faudra avoir recours aux engins de Milet.

Calon.

Badineries. Cela n'approche point du naturel mais, s'ils nous prennent de force !

Lys.

Il faudra nous prendre à la porte, aux colonnes du lit, aux meubles.

Cal.

Et s'ils frappent ?

Lys.

Il sera bien force d'obéir, mais il faudra faire de si mauvaise grace, qu'ils y trouveront plus d'amertume que de douceur. Ils s'y lasseront bientôt. Il est impossible qu'un homme ait du plaisir quand la femme n'est pas d'humeur d'en prendre.

Cal.

Si les étrangères le veulent, nous le voulons bien aussi.

Lamp.

Dis-moi un peu. Nous sommes sûres de nos maris, qu'ils feront la paix de bonne foi ; mais qui pourra nous répondre des Athéniens ? Ce sont gens remuants, trompeurs et sans parole.

Λαμπιτώ ὁ γῶν Μενέλαος τᾶς Ἑλένας τὰ μᾶλά πᾳ γυμνᾶς παραϊδὼν ἐξέβαλʼ, οἰῶ, τὸ ξίφος. Καλονίκη τί δʼ ἢν ἀφιῶσʼ ἅνδρες ἡμᾶς ὦ μέλε; Λυσιστράτη τὸ τοῦ Φερεκράτους, κύνα δέρειν δεδαρμένην. Καλονίκη φλυαρία ταῦτʼ ἐστὶ τὰ μεμιμημένα. ἐὰν λαβόντες δʼ ἐς τὸ δωμάτιον βίᾳ ἕλκωσιν ἡμᾶς; Λυσιστράτη ἀντέχου σὺ τῶν θυρῶν. Καλονίκη ἐὰν δὲ τύπτωσιν; Λυσιστράτη παρέχειν χρὴ κακὰ κακῶς. οὐ γὰρ ἔνι τούτοις ἡδονὴ τοῖς πρὸς βίαν. κἄλλως ὀδυνᾶν χρή· κἀμέλει ταχέως πάνυ ἀπεροῦσιν. οὐ γὰρ οὐδέποτʼ εὐφρανθήσεται ἀνήρ, ἐὰν μὴ τῇ γυναικὶ συμφέρῃ. Καλονίκη εἴ τοι δοκεῖ σφῷν ταῦτα, χἠμῖν ξυνδοκεῖ. Λαμπιτώ καὶ τὼς μὲν ἁμῶν ἄνδρας ἁμὲς πείσομες παντᾷ δικαίως ἄδολον εἰράναν ἄγειν· τὸν τῶν Ἀσαναίων γα μὰν ῥυάχετον πᾷ κά τις ἀμπείσειεν αὖ μὴ πλαδδιῆν;
fac-similé LOB_79_0092_b.jpg

541

f°85 Lys.

Ne craignez rien ; nous gagnerons sur eux qu'ils feront la paix d'aussi bonne foi que les autres.

Lamp.

Je ne sais si je dois t'en croire. Car, comment voudraient-ils y entendre, pendant que leur galères sont pleines de rameurs, et qu'ils ont dans le temple de la citadelle des biens immenses ?

Lys.

Nous avons pris nos mesures de ce côté là. Pendant que nous sommes ici à raisonner, nous autres, jeunes, les vieilles, sous prétexte d'un sacrifice, s'emparent de la citadelle.

Lamp.

Tout de bon ? Cela va le mieux du monde.

Lys.

Or n'es-tu pas d'avis, Lampito , puisque cela est ainsi, que nous confirmions par un serment solennel ce que nous venons de résoudre.

Lamp.

Je le veux. Mais quelle cérémonie ferons-nous ? Dis-nous comment il faut faire.

Lys.

Tu dis fort bien. Holà ! Grosse niaise ! regarde-moi. Apporte-nous ici un bouclier et le renverse à terre. Qu'on me donne une victime.

Λυσιστράτη ἡμεῖς ἀμέλει σοι τά γε παρʼ ἡμῖν πείσομεν. Λαμπιτώ οὐχ ἇς πόδας κʼ ἔχωντι ταὶ τριήρεες, καὶ τὠργύριον τὤβυσσον ᾖ πὰρ τᾷ σιῷ. Λυσιστράτη ἀλλʼ ἔστι καὶ τοῦτʼ εὖ παρεσκευασμένον· καταληψόμεθα γὰρ τὴν ἀκρόπολιν τήμερον. ταῖς πρεσβυτάταις γὰρ προστέτακται τοῦτο δρᾶν, ἕως ἂν ἡμεῖς ταῦτα συντιθώμεθα, θύειν δοκούσαις καταλαβεῖν τὴν ἀκρόπολιν. Λαμπιτώ παντᾷ κʼ ἔχοι, καὶ τᾷδε γὰρ λέγεις καλῶς. Λυσιστράτη τί δῆτα ταῦτʼ οὐχ ὡς τάχιστʼ ὦ Λαμπιτοῖ ξυνωμόσαμεν, ὅπως ἂν ἀρρήκτως ἔχῃ; Λαμπιτώ πάρφαινε μὰν τὸν ὅρκον, ὡς ὀμιόμεθα. Λυσιστράτη καλῶς λέγεις. ποῦ ʼσθʼ ἡ Σκύθαινα; ποῖ βλέπεις; θὲς ἐς τὸ πρόσθεν ὑπτίαν τὴν ἀσπίδα, καί μοι δότω τὰ τόμιά τις.
fac-similé LOB_79_0093_a.jpg

542

(d) Dans la tragédie des sept au siège de Thèbes .

Calon.

Que vas-tu donc faire, Lysistrate ?

Lys.

Je vais faire la même cérémonie que dans Eschyle (d) : immoler sur un bouclier noir.

Cal.

Quand il s'agit de la paix, ma chère Lysistrate , ne fais point de sacrifice sur un bouclier.

Lys.

Comment ferons-nous donc ?

Cal.

Je serais d'avis que nous prissions un cheval blanc pour faire notre sacrifice.

Lys.

Et où prendre un cheval blanc ?

Cal.

Il faut pourtant une victime.

Lys.

Voici une autre cérémonie qui sera de votre goût. Au lieu de bouclier, pour éviter le mauvais augure, mettons à terre la plus grande coupe que nous pourrons trouver. Comme victime nous prendrons une outre de bon vin rouge ; nous lui couperons la gorge ; nous verserons le sang dans la grande coupe, et pour serment solennel, nous jurerons sur nos vies de n'y mettre point d'eau.

Cal.

Ah ! Le beau serment ! que j'en suis charmée ! Un vase et une outre, vite. Je meurs d'envie que le serment soit fait.

Καλονίκη Λυσιστράτη τίνʼ ὅρκον ὁρκώσεις ποθʼ ἡμᾶς; Λυσιστράτη ὅντινα; εἰς ἀσπίδʼ, ὥσπερ φάσʼ ἐν Αἰσχύλῳ ποτέ, μηλοσφαγούσας. Καλονίκη μὴ σύ γʼ ὦ Λυσιστράτη εἰς ἀσπίδʼ ὀμόσῃς μηδὲν εἰρήνης πέρι. Λυσιστράτη τίς ἂν οὖν γένοιτʼ ἂν ὅρκος; Καλονίκη εἰ λευκόν ποθεν ἵππον λαβοῦσαι τόμιον ἐντεμοίμεθα. Λυσιστράτη ποῖ λευκὸν ἵππον; Καλονίκη ἀλλὰ πῶς ὀμούμεθα ἡμεῖς; Λυσιστράτη ἐγώ σοι νὴ Δίʼ, ἢν βούλῃ, φράσω. θεῖσαι μέλαιναν κύλικα μεγάλην ὑπτίαν, μηλοσφαγοῦσαι Θάσιον οἴνου σταμνίον ὀμόσωμεν ἐς τὴν κύλικα μὴ ʼπιχεῖν ὕδωρ. Λαμπιτώ φεῦ δᾶ τὸν ὅρκον ἄφατον ὡς ἐπαινίω. Λυσιστράτη φερέτω κύλικά τις ἔνδοθεν καὶ σταμνίον.
fac-similé LOB_79_0093_b.jpg

543

(c) L'outre avait la figure d'un sanglier.

f°86 Lys.

Chères compagnes ! quelle coupe ! quel plaisir serait de la porter pleine à la bouche ! Mettez-la à terre. Vous, tenez-moi ce sanglier (c) pendant que je vas lui couper la gorge. Grande reine ! dame persuasion ! et toi, coupe sacrée, lien d'amitié, nœud de notre nouvelle alliance : recevez ce sang que je répands aujourd'hui pour le salut des femmes.

Cal.

Ah ! Le beau sang ! qu'il coule agréablement !

Lamp.

Mais qu'il sent bon ! ô dieux !

Lys.

Femmes ! qu'on me laisse jurer la première !

Cal.

Par Vénus ! il n'en sera à rien, si le sort ne te donne cet avantage.

Lys.

Patience ! Lampito , et vous autres, mettez toutes la main sur la coupe et répétez ce que je dirai : Je veux que désormais ni mari ni galant,

Toutes.

Je veux &c

Lys.

Dussent-ils tous crever de la rage amoureuse...

Toutes.

Dussent-ils &c

Lys.

N'approche de mon corps. - Quoi troupe généreuse, faut-il avoir l'esprit si chancelant ?

Μυρρίνη ὦ φίλταται γυναῖκες, κεραμεὼν ὅσος. Καλονίκη ταύτην μὲν ἄν τις εὐθὺς ἡσθείη λαβών. Λυσιστράτη καταθεῖσα ταύτην προσλαβοῦ μοι τοῦ κάπρου. δέσποινα Πειθοῖ καὶ κύλιξ φιλοτησία, τὰ σφάγια δέξαι ταῖς γυναιξὶν εὐμενής. Καλονίκη εὔχρων γε θαἶμα κἀποπυτίζει καλῶς. Λαμπιτώ καὶ μὰν ποτόδδει γʼ ἁδὺ ναὶ τὸν Κάστορα. Μυρρίνη ἐᾶτε πρώτην μʼ ὦ γυναῖκες ὀμνύναι. Καλονίκη μὰ τὴν Ἀφροδίτην οὔκ, ἐάν γε μὴ λάχῃς. Λυσιστράτη λάζυσθε πᾶσαι τῆς κύλικος ὦ Λαμπιτοῖ· λεγέτω δʼ ὑπὲρ ὑμῶν μίʼ ἅπερ ἂν κἀγὼ λέγω· ὑμεῖς δʼ ἐπομεῖσθε ταὐτὰ κἀμπεδώσετε. οὐκ ἔστιν οὐδεὶς οὔτε μοιχὸς οὔτʼ ἀνήρ— Καλονίκη οὐκ ἔστιν οὐδεὶς οὔτε μοιχὸς οὔτʼ ἀνήρ— Λυσιστράτη ὅστις πρὸς ἐμὲ πρόσεισιν ἐστυκώς. λέγε.
fac-similé LOB_79_0094_a.jpg

544

Toutes.

N'approche de mon corps ! - Je me meurs, Lysistrate .

Lys.

Courage, ce n'est rien : voilà le plus fort dit : Et je veux m'abstenir de l'amour déduit.

Toutes.

Et je veux &c

Lys.

Je me veux habiller d'étoffe délicate.

Toutes.

Je me veux &c

Lys.

Et porter parure de prix.

Toutes.

Et porter &c

Lys.

Je ferai mes efforts pour paraître plus belle.

Toutes.

Je ferai &c

Lys.

Afin que tous les jours d'une femme nouvelle, Mon mari se trouve épris.

Toutes.

Afin que &c

Lys.

Il aura beau, dans l'ardeur de sa flamme, se jeter à mes pieds, m'embrasser les genoux,

Toutes.

Il aura beau &c

Lys.

Je lui ferai sentir que je ne suis sa femme que pour le maltraiter avec plus de corroux.

Καλονίκη ὅστις πρὸς ἐμὲ πρόσεισιν ἐστυκώς. παπαῖ ὑπολύεταί μου τὰ γόνατʼ ὦ Λυσιστράτη. Λυσιστράτη οἴκοι δʼ ἀταυρώτη διάξω τὸν βίον— Καλονίκη οἴκοι δʼ ἀταυρώτη διάξω τὸν βίον— Λυσιστράτη κροκωτοφοροῦσα καὶ κεκαλλωπισμένη,— Καλονίκη κροκωτοφοροῦσα καὶ κεκαλλωπισμένη,— Λυσιστράτη ὅπως ἂν ἁνὴρ ἐπιτυφῇ μάλιστά μου· Καλονίκη ὅπως ἂν ἁνὴρ ἐπιτυφῇ μάλιστά μου· Λυσιστράτη κοὐδέποθʼ ἑκοῦσα τἀνδρὶ τὠμῷ πείσομαι.
fac-similé LOB_79_0094_b.jpg

545

(f) Le grec ajoute : Je ne lèverai point les sandales au lambris ; je ne ferai point la figure des lionnes accouplées, qu'on grave sur les manches des couteaux.

f°87 Toutes

Je lui ferai...

Lys.

Si pour vaincre ma résistance il veut user de violence &c

Toutes.

Si pour &c

Lys.

Je le ferai si mal, qu'il maudira le jour qu'il aura possédé mon corps sans mon amour.

Toutes.

Je le ferai &c

Lys.

Il aura beau prier : droite, immobile et roide , immobile, sans mouvement lascif, sans amoureux effort...

Toutes.

Il aura beau &c

Lys.

Je ne lui donnerai, dans ce plaisir stérile, (f) que ce qu'il aurait d'un corps mort.

Toutes.

Je ne lui donnerai &c

Lys.

Ainsi m'aide le vin qu'à présent je vais boire.

Toutes.

Ainsi m'aide &c

Lys.

Et si je fausse mon serment.

Toutes.

Et si je &c

Lys.

Que le vase où je bois dans ce même moment, se trouve plein d'eau sale, croupie et noire.

Καλονίκη κοὐδέποθʼ ἑκοῦσα τἀνδρὶ τὠμῷ πείσομαι. Λυσιστράτη ἐὰν δέ μʼ ἄκουσαν βιάζηται βίᾳ,— Καλονίκη ἐὰν δέ μʼ ἄκουσαν βιάζηται βίᾳ,— Λυσιστράτη κακῶς παρέξω κοὐχὶ προσκινήσομαι. Καλονίκη κακῶς παρέξω κοὐχὶ προσκινήσομαι. Λυσιστράτη οὐ πρὸς τὸν ὄροφον ἀνατενῶ τὼ Περσικά. Καλονίκη οὐ πρὸς τὸν ὄροφον ἀνατενῶ τὼ Περσικά. Λυσιστράτη οὐ στήσομαι λέαινʼ ἐπὶ τυροκνήστιδος. Καλονίκη οὐ στήσομαι λέαινʼ ἐπὶ τυροκνήστιδος. Λυσιστράτη ταῦτʼ ἐμπεδοῦσα μὲν πίοιμʼ ἐντευθενί· Καλονίκη ταῦτʼ ἐμπεδοῦσα μὲν πίοιμʼ ἐντευθενί· Λυσιστράτη εἰ δὲ παραβαίην, ὕδατος ἐμπλῇθʼ ἡ κύλιξ.
fac-similé LOB_79_0095_a.jpg

546

Toutes.

Que le vase &c

Lys.

Avez vous toutes prononcé ?

Myrrh.

Toutes.

Lys.

Laissez ; que je fasse une libation.

Cal.

As-tu la main sure ? Au moins, n'en perds guères. Il faut qu'il y en ait pour toutes afin que nous buvions à la santé les unes des autres pour confirmer notre amitié.

Lamp.

Mais quel bruit entends-je ?

Lys.

C'est que je vous disais tantôt : les femmes se sont emparées de la citadelle, x x Va-t'en vite chez toi, Lampito ; donne bon ordre à tout, et nous laisse ces deux bonnes filles pour otages. Nous allons secourir celles qui sont dans la citadelle, et leur aider à barricader les portes.

Cal.

N'as-tu point de peur que les hommes viennent bientôt sur nous ?

Lys.

Oh ! que je ne crains guères ni leurs menaces ni leurs efforts. On ne leur ouvrira la porte qu'à condition qu'ils feront la paix.

Cal.

C'est bien dit. Il faut faire voir que nous avons du cœur.

Καλονίκη εἰ δὲ παραβαίην, ὕδατος ἐμπλῇθʼ ἡ κύλιξ. Λυσιστράτη συνεπόμνυθʼ ὑμεῖς ταῦτα πᾶσαι; Πᾶσαι νὴ Δία. Λυσιστράτη φέρʼ ἐγὼ καθαγίσω τήνδε. Καλονίκη τὸ μέρος γʼ ὦ φίλη, ὅπως ἂν ὦμεν εὐθὺς ἀλλήλων φίλαι. Λαμπιτώ τίς ὡλολυγά; Λυσιστράτη τοῦτʼ ἐκεῖνʼ οὑγὼ ʼλεγον· αἱ γὰρ γυναῖκες τὴν ἀκρόπολιν τῆς θεοῦ ἤδη κατειλήφασιν. ἀλλʼ ὦ Λαμπιτοῖ σὺ μὲν βάδιζε καὶ τὰ παρʼ ὑμῶν εὖ τίθει, τασδὶ δʼ ὁμήρους κατάλιφʼ ἡμῖν ἐνθάδε· ἡμεῖς δὲ ταῖς ἄλλαισι ταῖσιν ἐν πόλει ξυνεμβάλωμεν εἰσιοῦσαι τοὺς μοχλούς. Καλονίκη οὔκουν ἐφʼ ἡμᾶς ξυμβοηθήσειν οἴει τοὺς ἄνδρας εὐθύς; Λυσιστράτη ὀλίγον αὐτῶν μοι μέλει. οὐ γὰρ τοσαύτας οὔτʼ ἀπειλὰς οὔτε πῦρ ἥξουσʼ ἔχοντες ὥστʼ ἀνοῖξαι τὰς πύλας ταύτας, ἐὰν μὴ ʼφʼ οἷσιν ἡμεῖς εἴπομεν. Καλονίκη μὰ τὴν Ἀφροδίτην οὐδέποτέ γʼ· ἄλλως γὰρ ἂν ἄμαχοι γυναῖκες καὶ μιαραὶ κεκλῄμεθʼ ἄν.
fac-similé LOB_79_0095_b.jpg

547

(g) Voyez Hérodote en Terpsichore. Cléomène et Isagoras se saisirent de la citadelle, où ils furent assiégés pendant deux jours, après quoi ils se rendirent. On renvoya sains et saufs ceux qui étaient de Lacédémone.

/(?)

f°89 Chœur de vieillards. Draquès . Stymnodore . Gens chargés de bois. Chœur.

Marchez, avancez, et ne vous amusez point à vous plaindre que le tronc d'olivier que vous portez vous blesse les épaules.

Draquès.

En vérité, pour que l'on vive, on voit arriver dans la vie d'étranges choses à quoi l'on ne s'attendait pas. Vois un peu, Stymnodore . Qui eut jamais pensé que les femmes que nous avons élevées, que nous avons nourries, s'aviseraient un jour de se saisir tumultueusement de notre citadelle et de la sainte image de Minerve ; et qu'elles nous fermeraient la porte au nez ?

Stymnodore.

Dépéchons, amis, faisons une pile de ces rondins, autour des méchantes qui ont entrepris une si noire trahison, afin de les brûler toutes sur le fait, et Lysistrate la première. Je jure par Cérès que pendant qu'il me restera un souffle de vie dans le corps, elle n'aurons pas sujet de se réjouir de leur crime. J'ai bien chassé (g) Cléomène qui s'était saisi de la citadelle avec Isagoras ; et Dieu sait en quel état il en sortit , défait, mourant de faim, déchiré, sale et le corps tout couvert de grand poil comme un homme qui avait été six ans sans se l'arracher ni sans aller au bain. Et ces maudites femmes, haïes des Dieux et d' Euripide , je ne les punirais pas ! Ah ! Je ne serais donc pas du nombre de ceux

Χορὸς γερόντων χώρει Δράκης, ἡγοῦ βάδην, εἰ καὶ τὸν ὦμον ἀλγεῖς κορμοῦ τοσουτονὶ βάρος χλωρᾶς φέρων ἐλάας. Χορὸς γερόντων ἦ πόλλʼ ἄελπτʼ ἔνεστιν ἐν τῷ μακρῷ βίῳ φεῦ, ἐπεὶ τίς ἄν ποτʼ ἤλπισʼ ὦ Στρυμόδωρʼ ἀκοῦσαι γυναῖκας, ἃς ἐβόσκομεν κατʼ οἶκον ἐμφανὲς κακόν, κατὰ μὲν ἅγιον ἔχειν βρέτας, κατὰ δʼ ἀκρόπολιν ἐμὰν λαβεῖν μοχλοῖς δὲ καὶ κλῄθροισι τὰ προπύλαια πακτοῦν; Χορὸς γερόντων ἀλλʼ ὡς τάχιστα πρὸς πόλιν σπεύσωμεν ὦ Φιλοῦργε, ὅπως ἄν, αὐταῖς ἐν κύκλῳ θέντες τὰ πρέμνα ταυτί, ὅσαι τὸ πρᾶγμα τοῦτʼ ἐνεστήσαντο καὶ μετῆλθον, μίαν πυρὰν νήσαντες ἐμπρήσωμεν αὐτόχειρες πάσας, ὑπὸ ψήφου μιᾶς, πρώτην δὲ τὴν Λύκωνος. Χορὸς γερόντων οὐ γὰρ μὰ τὴν Δήμητρʼ ἐμοῦ ζῶντος ἐγχανοῦνται· ἐπεὶ οὐδὲ Κλεομένης, ὃς αὐτὴν κατέσχε πρῶτος, ἀπῆθεν ἀψάλακτος, ἀλλʼ ὅμως Λακωνικὸν πνέων ᾤχετο θὤπλα παραδοὺς ἐμοί, σμικρὸν ἔχων πάνυ τριβώνιον, πινῶν ῥυπῶν ἀπαράτιλτος, ἓξ ἐτῶν ἄλουτος. Χορὸς γερόντων οὕτως ἐπολιόρκησʼ ἐγὼ τὸν ἄνδρʼ ἐκεῖνον ὠμῶς ἐφʼ ἑπτακαίδεκʼ ἀσπίδων πρὸς ταῖς πύλαις καθεύδων. τασδὶ δὲ τὰς Εὐριπίδῃ θεοῖς τε πᾶσιν ἐχθρὰς ἐγὼ οὐκ ἄρα σχήσω παρὼν τολμήματος τοσούτου;
fac-similé LOB_79_0096_a.jpg

548

qui ont, dans les plaines de Marathon, érigé des trophées si glorieux à toute la Grèce. Mais nous voici arrivés au pied des collines de la citadelle. Comment monter tout ce bois sans mulets ? Par ma foi, j'ai les épaules toutes moulues. N'importe ! il faut prendre courage. Mais notre feu ne s'éteint-il point ? Voyons. Phu ! Phu ! Ah ! mes pauvres yeux ! Oh ! Quelle maudite fumée ! Je crois qu'elle est de la conspiration des femmes. Hélas ! Mes pauvres yeux ! la fumée s'est jetée dessus, comme un chien enragé se jette sur tout ce qu'il rencontre. Courage, Draquès ! Approchons, hâtons-nous aujourd'hui plus que jamais de secourir notre sainte Minerve . Phu ! Phu ! hélas quelle fumée ! voilà qui est bien : le feu n'est pas mort. Mettons du sarment et d'autre menu bois dessus, afin que nous puissions tantôt y allumer plus facilement nos torches et nos flambeaux pour mettre le feu à la pile qui dois réduire ces maudites femmes en cendres. Mais allons auparavant nous présenter à la porte. Si elles ne nous ouvrent pas, nous brûlerons portes et barres, et nous étoufferons avec la fumée les méchantes dans leur tanière.

Gens chargés de bois

Déchargeons-nous ! Dieux ! quelle fumée ! On ne peut durer ici.

Autres.

Qui aidera à ces braves qui ont fait la guerre en Samos, à se décharger du bois qu'ils ont apporté ? ah ! que je suis las ! Il me semble encore avoir la charge sur le

Χορὸς γερόντων μή νυν ἔτʼ ἐν τῇ τετραπόλει τοὐμὸν τροπαῖον εἴη. Χορὸς γερόντων ἀλλʼ αὐτὸ γάρ μοι τῆς ὁδοῦ λοιπόν ἐστι χωρίον τὸ πρὸς πόλιν τὸ σιμόν, οἷ σπουδὴν ἔχω· χὤπως ποτʼ ἐξαμπρεύσομεν τοῦτʼ ἄνευ κανθηλίου. ὡς ἐμοῦ γε τὼ ξύλω τὸν ὦμον ἐξιπώκατον· ἀλλʼ ὅμως βαδιστέον, καὶ τὸ πῦρ φυσητέον, μή μʼ ἀποσβεσθὲν λάθῃ πρὸς τῇ τελευτῇ τῆς ὁδοῦ. φῦ φῦ. ἰοὺ ἰοὺ τοῦ καπνοῦ. Χορὸς γερόντων ὡς δεινὸν ὦναξ Ἡράκλεις προσπεσόν μʼ ἐκ τῆς χύτρας ὥσπερ κύων λυττῶσα τὠφθαλμὼ δάκνει· κἄστιν γε Λήμνιον τὸ πῦρ τοῦτο πάσῃ μηχανῇ. οὐ γὰρ ἄν ποθʼ ὧδʼ ὀδὰξ ἔβρυκε τὰς λήμας ἐμοῦ. σπεῦδε πρόσθεν ἐς πόλιν καὶ βοήθει τῇ θεῷ. ἢ πότʼ αὐτῇ μᾶλλον ἢ νῦν ὦ Λάχης ἀρήξομεν; φῦ φῦ. ἰοὺ ἰοὺ τοῦ καπνοῦ. Χορὸς γερόντων τουτὶ τὸ πῦρ ἐγρήγορεν θεῶν ἕκατι καὶ ζῇ. οὔκουν ἄν, εἰ τὼ μὲν ξύλω θείμεσθα πρῶτον αὐτοῦ, τῆς ἀμπέλου δʼ ἐς τὴν χύτραν τὸν φανὸν ἐγκαθέντες ἅψαντες εἶτʼ ἐς τὴν θύραν κριηδὸν ἐμπέσοιμεν; κἂν μὴ καλούντων τοὺς μοχλοὺς χαλῶσιν αἱ γυναῖκες, ἐμπιμπράναι χρὴ τὰς θύρας καὶ τῷ καπνῷ πιέζειν. θώμεσθα δὴ τὸ φορτίον. φεῦ τοῦ καπνοῦ βαβαιάξ. τίς ξυλλάβοιτʼ ἂν τοῦ ξύλου τῶν ἐν Σάμῳ στρατη γῶν; ταυτὶ μὲν ἤδη τὴν ῥάχιν θλίβοντά μου πέπαυται.
fac-similé LOB_79_0096_b.jpg

549

f°90

dos. Il faut que quelqu'un prenne garde au feu, afin que, quand il en sera besoin, nous puissions allumer nos flambeaux, sans trop attendre. ô ! Puissiez-vous être de notre côté, déesse victoire, et nous aider à punir la témérité de ces insolentes !



Chœur de femmes et demi chœur. Chœur.

Hâtons-nous, mes chères compagnes ; on ne voit de tous côtés que feux et fumée. Volez, volez Nicodique ; allez secourir Calyque et Critylle que ces puants de barbons, suppôts de chicane, ont presque étouffées de fumée.

Demi-chœur.

Hélas ! j'ai peur d'arriver trop tard. Il y a une si grande foule de monde à la fontaine, que parmi les cris, le bruit, le tumulte, la presse et le fracasse de pots et des cruches, on ne sait presque plus ce que l'on fait. Dans les tenebres le désordre est encore plus grand. J'ai été presque écrasée dans la foule des servantes et des esclaves. je cours porter de l'eau à mes compagnes. Avez-vous jamais vu les esclaves qui chauffent les bains ? Voilà comme font nos vieillards. Ils courent de tous côtés, chargés de vieux échalas et de buches qu'ils assemblent en piles, pour y griller, disent-ils, ces maudites femmes, ces excommuniées . Mais, ô puissante Déesse !

Χορὸς γερόντων σὸν δʼ ἔργον ἐστὶν ὦ χύτρα τὸν ἄνθρακʼ ἐξεγείρειν, τὴν λαμπάδʼ ἡμμένην ὅπως πρώτιστʼ ἐμοὶ προσοίσεις. δέσποινα Νίκη ξυγγενοῦ τῶν τʼ ἐν πόλει γυναικῶν τοῦ νῦν παρεστῶτος θράσους θέσθαι τροπαῖον ἡμᾶς. Χορὸς Γυναικῶν λιγνὺν δοκῶ μοι καθορᾶν καὶ καπνὸν ὦ γυναῖκες ὥσπερ πυρὸς καομένου· σπευστέον ἐστὶ θᾶττον. Χορὸς Γυναικῶν πέτου πέτου Νικοδίκη, πρὶν ἐμπεπρῆσθαι Καλύκην τε καὶ Κρίτυλλαν περιφυσήτω †ὑπό τε νόμων † ἀργαλέων ὑπό τε γερόντων ὀλέθρων. ἀλλὰ φοβοῦμαι τόδε, μῶν ὑστερόπους βοηθῶ. νῦν δὴ γὰρ ἐμπλησαμένη τὴν ὑδρίαν κνεφαία μόλις ἀπὸ κρήνης ὑπʼ ὄχλου καὶ θορύβου καὶ πατάγου χυτρείου, δούλαισιν ὠστιζομένη [illisible] στιγματίαις θʼ, ἁρπαλέως ἀραμένη ταῖσιν ἐμαῖς δημότισιν καομέναις φέρουσʼ ὕδωρ βοηθῶ. Χορὸς Γυναικῶν ἤκουσα γὰρ τυφογέροντας ἄνδρας ἔρρειν, στελέχη φέροντας ὥσπερ βαλανεύσοντας ἐς πόλιν ὡς τριτάλαντον βάρος, δεινότατʼ ἀπειλοῦντας ἐπῶν ὡς πυρὶ χρὴ τὰς μυσαρὰς γυναῖκας ἀνθρακεύειν·
fac-similé LOB_79_0097_a.jpg

550

toi qui sais à quelle intention nous nous sommes emparées de ton temple, prends notre défense et donne la paix à toute la grèce. ô toi, qui es née de la tête de ton père ! Si le feu nous gagne de quelque côté, prends une cruche comme les autres et nous aide à l'éteindre.

Stratyllis . Chœur de vieillards. Chœur de femmes. Stratyllis.

Arrêtez, malheureux ; arrêtez, impies ; vous voulez mettre le feu au temple de votre déesse. Qui vit jamais un si horrible attentat ?

Chœur de vieillards

D'où vient cet essaim de femmes ? Elles font mine de vouloir défendre les barrières.

Chœur de femmes.

Faites vous si peu de cas de nous ? sachez que vous ne voyez pas la dix-millième partie de ce que nous sommes ici.

Chœur de V.

O Phédrias ! Souffrirons-nous que ces effrontées parlent de la sorte ? Y en a-t-il là une sur le dos de laquelle nous ne dussions avoir déjà cassé une douzaine de bâtons.

Chœur de F.

Mettons nos cruches à terre, afin que si quelqu'un est assez hardi que d'en venir aux mains , nous ne les ayons pas embarrassées.

Chœur de V.

Que ces femmes rabattraient bien du

Χορὸς Γυναικῶν ἃς ὦ θεὰ μή ποτʼ ἐγὼ πιμπραμένας ἴδοιμι, ἀλλὰ πολέμου καὶ μανιῶν ῥυσαμένας Ἑλλάδα καὶ πολίτας, ἐφʼ οἷσπερ ὦ χρυσολόφα πολιοῦχε σὰς ἔσχον ἕδρας. καί σε καλῶ ξύμμαχον ὦ Τριτογένειʼ, εἴ τις ἐκείνας ὑποπίμπρησιν ἀνήρ, φέρειν ὕδωρ μεθʼ ἡμῶν. Χορὸς Γυναικῶν ἔασον ὦ. τουτὶ τί ἦν; ὦνδρες πόνῳ πόνηροι· οὐ γάρ ποτʼ ἂν χρηστοί γʼ ἔδρων οὐδʼ εὐσεβεῖς τάδʼ ἄνδρες. Χορὸς γερόντων τουτὶ τὸ πρᾶγμʼ ἡμῖν ἰδεῖν ἀπροσδόκητον ἥκει· ἑσμὸς γυναικῶν οὑτοσὶ θύρασιν αὖ βοηθεῖ. Χορὸς Γυναικῶν τί βδύλλεθʼ ἡμᾶς; οὔ τί που πολλαὶ δοκοῦμεν εἶναι; καὶ μὴν μέρος γʼ ἡμῶν ὁρᾶτʼ οὔπω τὸ μυριοστόν. Χορὸς γερόντων ὦ Φαιδρία ταύτας λαλεῖν ἐάσομεν τοσαυτί; οὐ περικατᾶξαι τὸ ξύλον τύπτοντʼ ἐχρῆν τινʼ αὐταῖς; Χορὸς Γυναικῶν θώμεσθα δὴ τὰς κάλπιδας χἠμεῖς χαμᾶζʼ, ὅπως ἂν ἢν προσφέρῃ τὴν χεῖρά τις μὴ τοῦτό μʼ ἐμποδίζῃ.
fac-similé LOB_79_0097_b.jpg

551

f°91

caquet, si on leur avait donné à toutes quatre ou cinq bons soufflets sur le nez.

Stratyllis.

Des soufflets, vertu de ma vie ! Me voilà. Qui de vous sera assez hardi pour lever la main sur moi ? Si quelqu'un avait cette insolence, jamais autre chien que moi ne lui arracherait les tripes du ventre.

Chœur de V.

Si tu ne te tais, vieille, je te ferai sortir l'ame du corps par le derrière.

Strat.

Touche-moi seulement du bout du doigt.

Chœur de V.

Quand je te les aurais fait tous entrer dans le corps, qu'en serait-il ?

Strat.

Je te dévorerais les poumons ; je te mettrais les entrailles en morceaux.

Chœur de V.

Ah ! qu' Euripide est un admirable poête ! jamais il n'y eut de bête plus effrontée ni plus dénaturée que la femme.

Strat.

Rhodispe ! reprenons nos cruches.

Chœur de V.

Que veux-tu faire avec ta cruche, malheureuse ?

Strat.

Et toi, tombeau vivant, que veux-tu faire de ce feu ? Est-ce pour allumer le bûcher de tes funérailles ?

Chœur de V.

C'est pour griller tes amies.

Χορὸς γερόντων εἰ νὴ Δίʼ ἤδη τὰς γνάθους τούτων τις ἢ δὶς ἢ τρὶς ἔκοψεν ὥσπερ Βουπάλου, φωνὴν ἂν οὐκ ἂν εἶχον. Χορὸς Γυναικῶν καὶ μὴν ἰδοὺ παταξάτω τις· στᾶσʼ ἐγὼ παρέξω, κοὐ μή ποτʼ ἄλλη σου κύων τῶν ὄρχεων λάβηται. Χορὸς γερόντων εἰ μὴ σιωπήσει, θενών σου ʼκκοκκιῶ τὸ γῆρας. Χορὸς Γυναικῶν ἅψαι μόνον Στρατυλλίδος τῷ δακτύλῳ προσελθών. Χορὸς γερόντων τί δʼ ἢν σποδῶ τοῖς κονδύλοις; τί μʼ ἐργάσει τὸ δεινόν; Χορὸς Γυναικῶν βρύκουσά σου τοὺς πλεύμονας καὶ τἄντερʼ ἐξαμήσω. Χορὸς γερόντων οὐκ ἔστʼ ἀνὴρ Εὐριπίδου σοφώτερος ποιητής· οὐδὲν γὰρ οὕτω θρέμμʼ ἀναιδές ἐστιν ὡς γυναῖκες. Χορὸς Γυναικῶν αἰρώμεθʼ ἡμεῖς θοὔδατος τὴν κάλπιν ὦ Ῥοδίππη. Χορὸς γερόντων τί δʼ ὦ θεοῖς ἐχθρὰ σὺ δεῦρʼ ὕδωρ ἔχουσʼ ἀφίκου; Χορὸς Γυναικῶν τί δαὶ σὺ πῦρ ὦ τύμβʼ ἔχων; ὡς σαυτὸν ἐμπυρεύσων; Χορὸς γερόντων ἐγὼ μὲν ἵνα νήσας πυρὰν τὰς σὰς φίλας ὑφάψω.
fac-similé LOB_79_0098_a.jpg

552

Strat.

C'est pour t'en empêcher.

Le Chœur de V.

Quoi ? tu prétends éteindre mon feu ?

Strat.

Tu le verras.

Le Chœur de V.

Tu verras aussi comme je te flamberai.

Strat.

Si je parle hardiment Et toi, tu verras comme je te laverai.

Le Chœur de V.

Tu me laveras, vilaine ? Avez-vous entendu ce qu'elle a dit ? l'effrontée !

Strat.

Si je parle hardiment, j'ai droit d'en user ainsi ; je suis libre et ne crains rien.

Le Chœur de V.

Je te ferai bien taire.

Strat.

Et moi, je t'empêcherai bien d'aller plus à l'audience compter des fèves.

Le Chœur de V.

Mets-lui le feu aux cheveux.

Strat.

Gare l'eau !

Le Chœur de V.

Ah ! Dieux ! je suis perdu.

Strat.

Etait-elle chaude ?

Le Chœur de V.

Comment chaude ? Ne veux-tu pas me laisser ? Que prétends-tu faire ?

Χορὸς Γυναικῶν ἐγὼ δέ γʼ ἵνα τὴν σὴν πυρὰν τούτῳ κατασβέσαιμι. Χορὸς γερόντων τοὐμὸν σὺ πῦρ κατασβέσεις; Χορὸς Γυναικῶν τοὔργον τάχʼ αὐτὸ δείξει. Χορὸς γερόντων οὐκ οἶδά σʼ εἰ τῇδʼ ὡς ἔχω τῇ λαμπάδι σταθεύσω. Χορὸς Γυναικῶν εἰ ῥύμμα τυγχάνεις ἔχων, λουτρόν γʼ ἐγὼ παρέξω. Χορὸς γερόντων ἐμοὶ σὺ λουτρὸν ὦ σαπρά; Χορὸς Γυναικῶν καὶ ταῦτα νυμφικόν γε. Χορὸς γερόντων ἤκουσας αὐτῆς τοῦ θράσους; Χορὸς Γυναικῶν ἐλευθέρα γάρ εἰμι. Χορὸς γερόντων σχήσω σʼ ἐγὼ τῆς νῦν βοῆς. Χορὸς Γυναικῶν ἀλλʼ οὐκέθʼ ἡλιάζει. Χορὸς γερόντων ἔμπρησον αὐτῆς τὰς κόμας. Χορὸς Γυναικῶν σὸν ἔργον ὦχελῷε. Χορὸς γερόντων οἴμοι τάλας. Χορὸς Γυναικῶν μῶν θερμὸν ἦν; Χορὸς γερόντων ποῖ θερμόν; οὐ παύσει; τί δρᾷς; Χορὸς Γυναικῶν ἄρδω σʼ ὅπως ἂν βλαστάνῃς.
fac-similé LOB_79_0098_b.jpg

553

(h) Le probule était un magistrat établi après la défaite de Sicile. C'était comme l'exarque du conseil, qui, avec quelques associés, veillait sur la conduite des neuf magistrats.

f°92 Strat.

T'arroser, afin que tu reverdisses.

Chœur de V.

Je n'espère pas de reverdir. Je suis sec, il y a déjà longtemps. hélas ! je tremble de froid.

Strat.

Tu as du feu. Chauffe-toi.



Le probule. Un vieillard. Le probule

(h) Enfin les femmes ont fait éclater leur méchanceté. Voilà ce qu'ont produit leur délicatesse, leur vie libertine, leurs assemblées particulières de Cérès d' Adonis et de Bacchus . Il n'y a pas longtemps qu'étant à l'assemblée, je voyais le pauvre Démostrate qui, dans dans un temps fort incommode pour la navigation, levait des soldats et des matelots pour elles en Sicile, pendant que sa femme, dans les fêtes d' Adonis , se faisait repasser, sur la terrasse de la maison, par l'infame Colozygès , criant cependant d'une voix lamentable : Gémissez, pleurez la mort du bel Adonis . La carogne !

Un vieillard.

Que diriez-vous, si vous aviez vu ce qu'elles viennent de nous faire ? Elles ont répandu des pleines cruches d'eau sur nous, en sorte que nous sommes tout trempés.

Χορὸς γερόντων ἀλλʼ αὖός εἰμʼ ἤδη τρέμων. Χορὸς Γυναικῶν οὐκοῦν ἐπειδὴ πῦρ ἔχεις, σὺ χλιανεῖς σεαυτόν. Πρόβουλος ἆρʼ ἐξέλαμψε τῶν γυναικῶν ἡ τρυφὴ χὠ τυμπανισμὸς χοἰ πυκνοὶ Σαβάζιοι, ὅ τʼ Ἀδωνιασμὸς οὗτος οὑπὶ τῶν τεγῶν, οὗ ʼγώ ποτʼ ὢν ἤκουον ἐν τἠκκλησίᾳ; ἔλεγε δʼ ὁ μὴ ὥρασι μὲν Δημόστρατος πλεῖν ἐς Σικελίαν, ἡ γυνὴ δʼ ὀρχουμένη αἰαῖ Ἄδωνιν φησίν, ὁ δὲ Δημόστρατος ἔλεγεν ὁπλίτας καταλέγειν Ζακυνθίων· ἡ δʼ ὑποπεπωκυῖʼ ἡ γυνὴ ʼπὶ τοῦ τέγους κόπτεσθʼ Ἄδωνιν φησίν· ὁ δʼ ἐβιάζετο ὁ θεοῖσιν ἐχθρὸς καὶ μιαρὸς Χολοζύγης. τοιαῦτʼ ἀπʼ αὐτῶν ἐστιν ἀκόλαστʼ ᾄσματα. Χορὸς γερόντων τί δῆτʼ ἂν εἰ πύθοιο καὶ τὴν τῶνδʼ ὕβριν; αἳ τἄλλα θʼ ὑβρίκασι κἀκ τῶν καλπίδων ἔλουσαν ἡμᾶς, ὥστε θαἰματίδια σείειν πάρεστιν ὥσπερ ἐνεουρηκότας.
fac-similé LOB_79_0099_a.jpg

554

Le probule.

C'est bien fait, en vérité. Si les femmes ne valent rien, c'est nous qui en sommes la cause et qui les avons rendues insolentes par de trop bons traitements ; qui allons dire, par exemple, à l'orfevre : mon maître ! l’ardillon de la boucle que tu as faite pour le collier de ma femme se défit l'autre jour pendant qu'elle était au bal . Je m'en vais faire un voyage en Chypre ; viens chez nous ce soir, si tu en as le temps, pour remettre l'ardillon dans son enchassure. Et à quelque jeune et vigoureux compagnons cordonnier : Ami ! les souliers que tu as faits pour ma femme lui blessent le pied ; viens tantôt sur le midi, et apporte la forme pour élargir le cuir. C'est ainsi que nous les avons gâtées par trop de délicatesse. Et moi, quand je viens à la citadelle chercher de l'argent pour payer les provisions que j'ai fait mettre dans les vaisseaux, je trouve la porte fermée. Mais nous n'avançons rien de demeurer à nous regarder sans rien faire. ça, des leviers et des pics. Punissons ces femmes criminelles. Qu'on travaille ; courage. Toi, fainéant, que fais-tu là ? Tu regardes, je pense, de quel côté vient le vent. Prends-moi ce levier, et mets-le sous la porte. Courage.



Lysistrate . Le Probule. Stratyllis . Lysistrate.

Vous perdez votre peine, pauvres gens. De quoi sert de vouloir enfoncer les portes ? Me

Πρόβουλος νὴ τὸν Ποσειδῶ τὸν ἁλυκὸν δίκαιά γε. ὅταν γὰρ αὐτοὶ ξυμπονηρευώμεθα ταῖσιν γυναιξὶ καὶ διδάσκωμεν τρυφᾶν, τοιαῦτʼ ἀπʼ αὐτῶν βλαστάνει βουλεύματα. οἳ λέγομεν ἐν τῶν δημιουργῶν τοιαδί· ‘ὦ χρυσοχόε τὸν ορμον ὃν ἐπεσκεύασας, ὀρχουμένης μου τῆς γυναικὸς ἑσπέρας ἡ βάλανος ἐκπέπτωκεν ἐκ τοῦ τρήματος. ἐμοὶ μὲν οὖν ἔστʼ ἐς Σαλαμῖνα πλευστέα· σὺ δʼ ἢν σχολάσῃς, πάσῃ τέχνῃ πρὸς ἑσπέραν ἐλθὼν ἐκείνῃ τὴν βάλανον ἐνάρμοσον.’ ἕτερος δέ τις πρὸς σκυτοτόμον ταδὶ λέγει νεανίαν καὶ πέος ἔχοντʼ οὐ παιδικόν· ‘ὦ σκυτοτόμε μου τῆς γυναικὸς τοῦ ποδὸς τὸ δακτυλίδιον ξυμπιέζει τὸ ζυγὸν ἅθʼ ἁπαλὸν ὄν· τοῦτʼ οὖν σὺ τῆς μεσημβρίας ἐλθὼν χάλασον, ὅπως ἂν εὐρυτέρως ἔχῃ.’ τοιαῦτʼ ἀπήντηκʼ ἐς τοιαυτὶ πράγματα, ὅτε γʼ ὢν ἐγὼ πρόβουλος, ἐκπορίσας ὅπως κωπῆς ἔσονται, τἀργυρίου νυνὶ δέον, ὑπὸ τῶν γυναικῶν ἀποκέκλῃμαι ταῖς πύλαις. ἀλλʼ οὐδὲν ἔργον ἑστάναι. φέρε τοὺς μοχλούς, ὅπως ἂν αὐτὰς τῆς ὕβρεως ἐγὼ σχέθω. τί κέχηνας ὦ δύστηνε; ποῖ δʼ αὖ σὺ βλέπεις, οὐδὲν ποιῶν ἀλλʼ ἢ καπηλεῖον σκοπῶν; οὐχ ὑποβαλόντες τοὺς μοχλοὺς ὑπὸ τὰς πύλας ἐντεῦθεν ἐκμοχλεύσετʼ; ἐνθενδὶ δʼ ἐγὼ ξυνεκμοχλεύσω. Λυσιστράτη μηδὲν ἐκμοχλεύετε·
fac-similé LOB_79_0099_b.jpg

555

f°93

voilà ; que voulez-vous ? Il n'est pas besoin de leviers. Parlez.

Le prob.

Ah ! te voilà donc malheureuse ! Archers, qu'on la saisisse tout à l'heure ; qu'on lui attache les mains derrière le dos.

Lys.

Arrête, coquin, ne sois pas si hardi que de me toucher le bout du doigt. Je t'arracherais les yeux.

Le prob.

Quoi ? Tu as peur d'en approcher ? Saisis la par le milieu du corps. Et toi encore, aide à ton compagnon à la lier.

Strat.

Si tu lui touches, je te ferai sortir les tripes par le fondement.

Le prob.

ô Dieux ! l'insolente ! Qu'on la lie aussi, puisqu'elle se mêle de raisonner.

Lys.

Par l'aurore, si tu lui touches, je te mettrai en état d'avoir besoin de ventouses et de scarifications.

Le prob.

Qu'est-ce donc ? Archers ! où êtes vous ? Prenez vite cette insolente. Je vous ferai repentir, friponnes, d'avoir eu la hardiesse de venir nous insulter.

Strat.

Si tu la regardes seulement, je t'arracherai tous les cheveux.

Λυσιστράτη ἐξέρχομαι γὰρ αὐτομάτη. τί δεῖ μοχλῶν; οὐ γὰρ μοχλῶν δεῖ μᾶλλον ἢ νοῦ καὶ φρενῶν. Πρόβουλος ἄληθες ὦ μιαρὰ σύ; ποῦ ʼσθʼ ὁ τοξότης; ξυλλάμβανʼ αὐτὴν κὠπίσω τὼ χεῖρε δεῖ. Λυσιστράτη εἴ τἄρα νὴ τὴν Ἄρτεμιν τὴν χεῖρά μοι ἄκραν προσοίσει δημόσιος ὤν, κλαύσεται. Πρόβουλος ἔδεισας οὗτος; οὐ ξυναρπάσει μέσην καὶ σὺ μετὰ τούτου κἀνύσαντε δήσετον; Γυνὴ Α εἴ τἄρα νὴ τὴν Πάνδροσον ταύτῃ μόνον τὴν χεῖρʼ ἐπιβαλεῖς, ἐπιχεσεῖ πατούμενος. Πρόβουλος ἰδού γʼἐπιχεσεῖ. ποῦ ʼστιν ἕτερος τοξότης; ταύτην προτέραν ξύνδησον, ὁτιὴ καὶ λαλεῖ. Γυνὴ Β εἴ τἄρα νὴ τὴν Φωσφόρον τὴν χεῖρʼ ἄκραν ταύτῃ προσοίσεις, κύαθον αἰτήσεις τάχα. Πρόβουλος τουτὶ τί ἦν; ποῦ τοξότης; ταύτης ἔχου. παύσω τινʼ ὑμῶν τῆσδʼ ἐγὼ τῆς ἐξόδου. Γυνὴ Γ εἴ τἄρα νὴ τὴν Ταυροπόλον ταύτῃ πρόσει, ἐκκοκκιῶ σου τὰς στενοκωκύτους τρίχας.
fac-similé LOB_79_0100_a.jpg

556

Le prob.

Oh ! que je suis malheureux ! je ne trouve pas un archer assez hardi pour approcher de ces femmes. Compagnons, il ne faut pas souffrir qu'elles s'en aillent ainsi sans trouver à qui parler. Auriez-vous peur de deux femmes ? Courons tous ensemble sur elles.

Lys.

Par les deux déesses ! Vous n'avez qu'à venir : l'on vous attendra de pied ferme. Il y a dans la citadelle plus de quatre régiments de femmes armées.

Le prob.

Avancez, archers, prenez leur les mains. Egratigner, c'est le seul mal qu'elles puissent faire.

Lys.

Accourez à notre secours, chères compagnes, hôtesses, harangères, regrattières , boulangères, vendeuses d'herbes cuites : sortez, frappez, jurez, dites des injures. Courage. Mais c'est assez, retenez-vous : ne vous amusez point à dépouiller les vaincus.

Le prob.

J'enrage que mon attaque ait si mal réussi.

Lys.

Oh ! Oh ! à qui croyez vous donc avoir affaire ? Vous croyiez peut-être vous attaquer à des viles esclaves ? Pensiez-vous donc que les femmes n'avaient point de cœur ?

Le prob.

Non, par Apollon , je les crois fort courageuses pourvu que le cabaret ne soit pas loin.

Πρόβουλος οἴμοι κακοδαίμων· ἐπιλέλοιφʼ ὁ τοξότης. ἀτὰρ οὐ γυναικῶν οὐδέποτʼ ἔσθʼ ἡττητέα ἡμῖν· ὁμόσε χωρῶμεν αὐταῖς ὦ Σκύθαι ξυνταξάμενοι. Λυσιστράτη νὴ τὼ θεὼ γνώσεσθʼ ἄρα ὅτι καὶ παρʼ ἡμῖν εἰσι τέτταρες λόχοι μαχίμων γυναικῶν ἔνδον ἐξωπλισμένων. Πρόβουλος ἀποστρέφετε τὰς χεῖρας αὐτῶν ὦ Σκύθαι. Λυσιστράτη ὦ ξύμμαχοι γυναῖκες ἐκθεῖτʼ ἔνδοθεν, ὦ σπερμαγοραιολεκιθολαχανοπώλιδες, ὦ σκοροδοπανδοκευτριαρτοπώλιδες, οὐχ ἕλξετʼ, οὐ παιήσετʼ, οὐκ ἀράξετε; οὐ λοιδορήσετʼ, οὐκ ἀναισχυντήσετε; παύσασθʼ, ἐπαναχωρεῖτε, μὴ σκυλεύετε. Πρόβουλος οἴμʼ ὡς κακῶς πέπραγέ μου τὸ τοξικόν. Λυσιστράτη ἀλλὰ τί γὰρ ᾤου; πότερον ἐπὶ δούλας τινὰς ἥκειν ἐνόμισας, ἢ γυναιξὶν οὐκ οἴει χολὴν ἐνεῖναι; Πρόβουλος νὴ τὸν Ἀπόλλω καὶ μάλα πολλήν γʼ, ἐάνπερ πλησίον κάπηλος ᾖ.
fac-similé LOB_79_0100_b.jpg

557

f°94 Chœur de vieillards. Chœur de femmes. Le probule. Lysistrate . Une femme. Chœur de V.

Pauvre homme, qui disais tantôt de si belles choses ! pourquoi t'es-tu amusé à entrer en discours avec ces animaux-là ? ne t'avait-on pas dit comment elles nous avaient arrosé le corps ?

Chœur de F.

C'est bien pris aux uns et aux autres. Il ne faut point faire de mal à son prochain ; sinon, il faut s'attendre à être bien rossé ; car à la fin on trouve son maître. Qu'on nous laisse en repos ; il n'y aura rien de plus paisible que nous. Plus sages et plus retenues que de jeunes mariées, nous nous remuerons si peu qu'au plus grand soleil on ne verra pas même voler la poussière autour de nous. Qu'on n'irrite point les guêpes ; on ne sera point piqué.

Chœur de V.

Dieux ! que ferons nous de ces bêtes farouches ? laisserons-nous leur insolence impunie ? Ah ! mourons plutôt. Mais sachons pourquoi elles se sont emparées de la citadelle et du temple. Interroge-les

(au probule)

sonde leurs intentions ; n'oublie rien pour tirer d'elles tout ce qu'elles ont dans l'ame. Mais prends garde qu'elles ne te donnent le change.

Le prob.

Je voudrais vous demander à quel dessein

Χορὸς γερόντων ὦ πόλλʼ ἀναλώσας ἔπη πρόβουλε τῆσδε τῆς γῆς, τί τοῖσδε σαυτὸν ἐς λόγους τοῖς θηρίοις συνάπτεις; οὐκ οἶσθα λουτρὸν οἷον αἵδʼ ἡμᾶς ἔλουσαν ἄρτι ἐν τοῖσιν ἱματιδίοις, καὶ ταῦτʼ ἄνευ κονίας; Χορὸς Γυναικῶν ἀλλʼ ὦ μέλʼ οὐ χρὴ προσφέρειν τοῖς πλησίοισιν εἰκῇ τὴν χεῖρʼ· ἐὰν δὲ τοῦτο δρᾷς, κυλοιδιᾶν ἀνάγκη. ἐπεὶ ʼθέλω ʼγὼ σωφρόνως ὥσπερ κόρη καθῆσθαι, λυποῦσα μηδένʼ ἐνθαδί, κινοῦσα μηδὲ κάρφος, ἢν μή τις ὥσπερ σφηκιὰν βλίττῃ με κἀρεθίζῃ. Χορὸς γερόντων ὦ Ζεῦ τί ποτε χρησόμεθα τοῖσδε τοῖς κνωδάλοις; ουʼ γὰρ ἔτʼ ἀνεκτὰ τάδε γʼ, ἀλλὰ βασανιστέον τόδε σοι τὸ πάθος μετʼ ἐμοῦ ὅ τι βουλόμεναί ποτε τὴν Κραναὰν κατέλαβον, ἐφʼ ὅ τι τε μεγαλόπετρον ἄβατον ἀκρόπολιν ἱερὸν τέμενος. Χορὸς γερόντων ἀλλʼ ἀνερώτα καὶ μὴ πείθου καὶ πρόσφερε πάντας ἐλέγχους, ὡς αἰσχρὸν ἀκωδώνιστον ἐᾶν τὸ τοιοῦτον πρᾶγμα μεθέντας. Πρόβουλος καὶ μὴν αὐτῶν τοῦτʼ ἐπιθυμῶ νὴ τὸν Δία πρῶτα πυθέσθαι,
fac-similé LOB_79_0101_a.jpg

558

vous avez ainsi fermé sur nous les portes de la citadelle.

Lys.

Afin de garder l'argent de la république et de vous empêcher de faire la guerre pour le voler plus librement.

Le prob.

Quoi ? faisons-nous donc la guerre pour nous enrichir du bien public ?

Lys.

Demandez à Pisandre et à nos autres commandants si ce n'est pas à ce dessein qu'ils brouillent tout dans la république et nous mettent mal avec tous nos voisins. Mais les choses n'iront plus de même ; car ils ne déroberont plus notre argent.

Le prob.

Et que prétendez-vous donc en faire ?

Lys.

Nous le garderons pour les besoins de la république.

Le prob.

Vous le garderez ?

Lys.

Cela vous étonne-t-il ? n'avons nous pas coutume, quand nous sommes à la maison, d'avoir la clé de tout ?

Le prob.

Ce n'est pas ici de même.

Lys.

Et pourquoi ?

Le prob.

L'argent que est au temple est destiné

Πρόβουλος ὅ τι βουλόμεναι τὴν πόλιν ἡμῶν ἀπεκλῄσατε τοῖσι μοχλοῖσιν. Λυσιστράτη ἵνα τἀργύριον σῶν παρέχοιμεν καὶ μὴ πολεμοῖτε διʼ αὐτό. Πρόβουλος διὰ τἀργύριον πολεμοῦμεν γάρ; Λυσιστράτη καὶ τἄλλα γε πάντʼ ἐκυκήθη. ἵνα γὰρ Πείσανδρος ἔχοι κλέπτειν χοἰ ταῖς ἀρχαῖς ἐπέχοντες, ἀεί τινα κορκορυγὴν ἐκύκων. οἱ δʼ οὖν τοῦδʼ οὕνεκα δρώντων ὅ τι βούλονται· τὸ γὰρ ἀργύριον τοῦτʼ οὐκέτι μὴ καθέλωσιν. Πρόβουλος ἀλλὰ τί δράσεις; Λυσιστράτη τοῦτό μʼ ἐρωτᾷς; ἡμεῖς ταμιεύσομεν αὐτό. Πρόβουλος ὑμεῖς ταμιεύσετε τἀργύριον; Λυσιστράτη τί δὲ δεινὸν τοῦτο νομίζεις; οὐ καὶ τἄνδον χρήματα πάντως ἡμεῖς ταμιεύομεν ὑμῖν; Πρόβουλος ἀλλʼ οὐ ταὐτόν. Λυσιστράτη πῶς οὐ ταὐτόν; Πρόβουλος πολεμητέον ἔστʼ ἀπὸ τούτου.
fac-similé LOB_79_0101_b.jpg

559

f°95

pour les frais de la guerre.

Lys.

Mais il ne faut point avoir la guerre.

Le prob

Et comment se sauver autrement de tant d'ennemis ?

Lys.

Nous vous en sauverons.

Le prob.

Vous ?

Lys.

Nous-mêmes.

Le prob.

Nous serions bien malheureux, si nous n'avions point d'autre ressource.

Lys.

Il faut pourtant en passer par là.

Le prob.

ô Cérès ! quelle injustice !

Lys.

Point tant d'exclamations. Il est question de mettre fin à tant de misères.

Le prob.

Et si nous ne le souhaitons pas ?

Lys.

C'est marque que vous en avez encore plus de besoin.

Le prob.

Mais qui vous a avisées, vous autres, de vous mêler de la guerre et de la paix ?

Lys.

Nous l'allons dire.

Le prob.

Faites vite : que je ne vous.....

Λυσιστράτη ἀλλʼ οὐδὲν δεῖ πρῶτον πολεμεῖν. Πρόβουλος πῶς γὰρ σωθησόμεθʼ ἄλλως; Λυσιστράτη ἡμεῖς ὑμᾶς σώσομεν. Πρόβουλος ὑμεῖς; Λυσιστράτη ἡμεῖς μέντοι. Πρόβουλος σχέτλιόν γε. Λυσιστράτη ὡς σωθήσει, κἂν μὴ βούλῃ. Πρόβουλος δεινόν γε λέγεις. Λυσιστράτη ἀγανακτεῖς. ἀλλὰ ποιητέα ταῦτʼ ἐστὶν ὅμως. Πρόβουλος νὴ τὴν Δήμητρʼ ἄδικόν γε. Λυσιστράτη σωστέον ὦ τᾶν. Πρόβουλος κεἰ μὴ δέομαι; Λυσιστράτη τοῦδʼ οὕνεκα καὶ πολὺ μᾶλλον. Πρόβουλος ὑμῖν δὲ πόθεν περὶ τοῦ πολέμου τῆς τʼ εἰρήνης ἐμέλησεν; Λυσιστράτη ἡμεῖς φράσομεν. Πρόβουλος λέγε δὴ ταχέως, ἵνα μὴ κλάῃς,
fac-similé LOB_79_0102_a.jpg

560

Lys.

Là, point de menaces : écoutez paisiblement.

Le prob.

J'enrage. Les poings me démangent, j'ai grand peur que la patience ne m'échappe.

Lys.

Tant pis pour vous, si la patience vous échappe, car vous trouverez à qui parler.

Le prob.

Vieille ! ne perds point de temps. Dis ce que tu as à dire.

Lys.

Dans toutes les guerres qu'il y a eu jusqu'à présent, nous avons pris patience, comme si nous n'eussions pas remarqué mille injustices que vous nous faisiez tous les jours, jusqu'à ne nous permettre seulement pas d'ouvrir la bouche pour vous représenter ce qui vous eût été avantageux. Vous vous cachiez de nous comme si nous eussions été vos ennemies. Ce qui n'a pas empêché que nous ne vous ayons quelque fois entendus comme vous parliez entre vous de la guerre. Quand il s'agissait de quelque entreprise dangereuse, dont nous avions appris la résolution à la dérobée, dissimulant notre chagrin, nous vous demandions en riant : Qu'a-t-il résolu aujourd'hui sur le sujet de la paix, petit mari ? Qu'a-t-on écrit dans le tableau ? De quoi te mêles-tu ? disait le mari tout en colère ; tais toi. Et nous nous taisions.

Une femme.

Non pas moi.

Λυσιστράτη ἀκροῶ δή, καὶ τὰς χεῖρας πειρῶ κατέχειν. Πρόβουλος ἀλλʼ οὐ δύναμαι· χαλεπὸν γὰρ ὑπὸ τῆς ὀργῆς αὐτὰς ἴσχειν. Γυνὴ Α. κλαύσει τοίνυν πολὺ μᾶλλον. Πρόβουλος τοῦτο μὲν ὦ γραῦ σαυτῇ κρώξαις· σὺ δέ μοι λέγε. Λυσιστράτη ταῦτα ποιήσω. ἡμεῖς τὸν μὲν πρότερον πόλεμον † καὶ τὸν χρόνον ἠνεσχόμεθα † ὑπὸ σωφροσύνης τῆς ἡμετέρας τῶν ἀνδρῶν ἅττʼ ἐποιεῖτε. οὐ γὰρ γρύζειν εἰᾶθʼ ἡμᾶς. καίτοὐκ ἠρέσκετέ γʼ ἡμᾶς. ἀλλʼ ᾐσθανόμεσθα καλῶς ὑμῶν, καὶ πολλάκις ἔνδον ἂν οὖσαι ἠκούσαμεν ἄν τι κακῶς ὑμᾶς βουλευσαμένους μέγα πρᾶγμα· εἶτʼ ἀλγοῦσαι τἄνδοθεν ὑμᾶς ἐπανηρόμεθʼ ἂν γελάσασαι, ‘τί βεβούλευται περὶ τῶν σπονδῶν ἐν τῇ στήλῃ παραγράψαι ἐν τῷ δήμῳ τήμερονὑμῖν;’ τίδὲ σοὶ ταῦτʼ; ἦ δʼ ὃς ἂν ἁνήρ. οὐ σιγήσει; κἀγὼ ἐσίγων. Γυνὴ Β. ἀλλʼ οὐκ ἂν ἐγώ ποτʼ ἐσίγων.
fac-similé LOB_79_0102_b.jpg

561

f°96 Lys.

Vous vous faisiez donc battre. Pour moi, je me taisais, et je m'en trouvais fort bien. Si quelqu'une était assez hardie pour répliquer à son mari : Mais comment espérez-vous que des desseins si mal conçus réussissent ? le mari, la regardant d'un œil enflammé, lui disait : Mêle-toi de ta laine et de ton fuseaux, je t'en prie, et ne me fâche pas : les hommes se chargeront du soin de la guerre.

Le prob.

Ah ! Le brave homme !

Lys.

Dites plutôt l'impertinent, le sot. N'était-ce pas la chose la plus pitoyable du monde qu'il ne nous fût pas permis de vous donner un bon conseil ? Et quel mal faisions-nous de vous parler de choses qui couraient les rues ? Mais nous avons trop souffert. Maintenant, qu'il n'y a plus d'homme qui puisse sauver la Grèce, nous avons entrepris, nous autres, de la sauver. Il faudra, messieurs, quand nous vous dirons désormais quelque chose, que vous nous écoutiez paisiblement à votre tour, et que vous vous taisiez. Un peu de patience et vous verrez comme nous allons rétablir toutes les affaires.

Le prob.

Vous les rétablir ! vous me faites mourir : j'enrage.

Lys.

Tais-toi, malheureux ; tais-toi.

Πρόβουλος κἂν ᾤμωζές γʼ, εἰ μὴ ʼσίγας. Λυσιστράτη τοιγὰρ ἔγωγʼ ἔνδον ἐσίγων. [illisible] ἔτερόν τι πονηρότερον βούλευμʼ ἐπεπύσμεθʼ ἂν ὑμῶν· εἶτʼ ἠρόμεθʼ ἄν· πῶς ταῦτʼ ὦνερ διαπράττεσθʼ ὧδʼ ἀνοήτως; ὁ δέ μʼ εὐθὺς ὑποβλέψας ἂν ἔφασκʼ, εἰ μὴ τὸν στήμονα νήσω, ὀτοτύξεσθαι μακρὰ τὴν κεφαλήν· πόλεμος δʼ ἄνδρεσσι μελήσει. Πρόβουλος ὀρθῶς γε λέγων νὴ Δίʼ ἐκεῖνος. Λυσιστράτη πῶς ὀρθῶς ὦ κακόδαιμον, εἰ μηδὲ κακῶς βουλευομένοις ἐξῆν ὑμῖν ὑποθέσθαι; ὅτε δὴ δʼ ὑμῶν ἐν ταῖσιν ὁδοῖς φανερῶς ἠκούομεν ἤδη, οὐκ ἔστιν ἀνὴρ ἐν τῇ χώρᾳ;μὰ Δίʼ οὐ δῆτʼ, εἶφʼ ἕτερός τις· μετὰ ταῦθʼ ἡμῖν εὐθὺς ἔδοξεν σῶσαι τὴν Ἑλλάδα κοινῇ ταῖσι γυναιξὶν συλλεχθείσαις. ποῖ γὰρ καὶ χρῆν ἀναμεῖναι; ἢν οὖν ἡμῶν χρηστὰ λεγουσῶν ἐθελήσητʼ ἀντακροᾶσθαι κἀντισιωπᾶθʼ ὥσπερ χἠμεῖς, ἐπανορθώσαιμεν ἂν ὑμᾶς. Πρόβουλος ὑμεῖς ἡμᾶς; δεινόν γε λέγεις κοὐ τλητὸν ἔμοιγε. Λυσιστράτη σιώπα.
fac-similé LOB_79_0103_a.jpg

562

Le prob.

Me taire ? Moi ?

Lys.

Oui ; et prends cette coiffe.

Le prob.

O Dieux ! faut-il que je sois encore en vie.

Lys.

Si cela te fâche, que je te la mette ; tiens, mets-la toi-même, et te tais. Assieds-toi prends cette laine, cette quenouille et ce fuseau donne-toi de garde de t'endormir. Les femmes se chargeront du soin de la guerre.

Chœur de femmes.

Laissons nos cruches là, chères compagnes ; allons trouver nos amies, pour voir si elles ont besoin de nous. S'il faut danser, j'y consens. La danse me plait et ne me fatigue point. Que j'aime ces femmes pleines de vertu, de courage, de sagesse et d'amour pour la patrie ! ô chères mères ! chères tantes ! chères parentes ! courage ; nos affaires vont le mieux du monde. Ne cédez point ; ne vous laissez point fléchir.

Lys.

Paix là ! Tenez vous en repos..... Mais quand l' Amour et Vénus sa mère vous auront soufflé l'ardent désir dans le sein et dans les membres, et vous auront mis dans un état où vous ne pourrez penser à nous sans vous pâmer et ressentir les plus violents transports, je crois qu'on pourra nous appeler à bon droit alors les auteurs de la paix.

Πρόβουλος σοί γʼ ὦ κατάρατε σιωπῶ ʼγώ, καὶ ταῦτα κάλυμμα φορούσῃ περὶ τὴν κεφαλήν; μή νυν ζῴην. Λυσιστράτη ἀλλʼ εἰ τοῦτʼ ἐμπόδιόν σοι, παρʼ ἐμοῦ τουτὶ τὸ κάλυμμα λαβὼν ἔχε καὶ περίθου περὶ τὴν κεφαλήν, κᾆτα σιώπα Γυνὴ Γ. καὶ τοῦτον τὸν καλαθίσκον. Λυσιστράτη κᾆτα ξαίνειν ξυζωσάμενος κυάμους τρώγων· πόλεμος δὲ γυναιξὶ μελήσει. Χορὸς Γυναικῶν αἰρώμεθʼ ὦ γυναῖκες ἀπὸ τῶν καλπίδων, ὅπως ἂν ἐν τῷ μέρει χἠμεῖς τι ταῖς φίλαισι συλλάβωμεν. Χορὸς Γυναικῶν ἔγωγε γὰρ ἂν οὔποτε κάμοιμʼ ἂν ὀρχουμένη, †οὐδὲ τὰ γόνατα κόπος ἕλοι μου καματηρόσ†· ἐθέλω δʼ ἐπὶ πᾶν ἰέναι μετὰ τῶνδʼ ἀρετῆς ἕνεχʼ, αἷς ἔνι φύσις, ἔνι χάρις, ἔνι θράσος, ἔνι δὲ σοφόν, ἔνι δὲ φιλόπολις ἀρετὴ φρόνιμος. Χορὸς Γυναικῶν ἀλλʼ ὦ τηθῶν ἀνδρειοτάτων καὶ μητριδίων ἀκαληφῶν, χωρεῖτʼ ὀργῇ καὶ μὴ τέγγεσθʼ· ἔτι γὰρ νῦν οὔρια θεῖτε. Λυσιστράτη ἀλλʼ ἤνπερ ὅ τε γλυκύθυμος Ἔρως χἠ Κυπρογένειʼ Ἀφροδίτη ἵμερον ἡμῶν κατὰ τῶν κόλπων καὶ τῶν μηρῶν καταπνεύσῃ, κᾆτʼ ἐντήξῃ τέτανον τερπνὸν τοῖς ἀνδράσι καὶ ῥοπαλισμούς, οἶμαί ποτε Λυσιμάχας ἡμᾶς ἐν τοῖς Ἕλλησι καλεῖσθαι.
fac-similé LOB_79_0103_b.jpg

563

X

f°97 Le prob.

Et à quel titre ?

Lys.

Quand vous verrez les heureux changements que nous aurons apportés dans la république. Quand vous ne trouverez plus comme à présent les places remplies d'hommes armés qui courent comme des corybantes, le pique et la rondache dans une main et le chaudron dans l'autre.

Le prob.

C'est l'objet du monde qui me plait davantage : c'est ainsi que des hommes courageux doivent marcher.

Lys.

En effet, c'est quelque chose de charmant de voir un homme, la rondache au bras, la pique à la main, et le casque en tête, acheter des merlans !

Une femme.

Pardi ! J'ai vu un cavalier, bel homme, et qui sentait son capitaine, acheter chez une vieille droguiste de l'huile ; et le mettre dans son casque pour l'emporter. Un autre soldat de Thrace, s'étant arrêté devant la boutique d'une fruitière, se mit à remuer son bouclier pour l'éblouir et à branler la pique pour lui faire peur. La pauvre femme, saisie de frayeur, ne prit pas garde que le drole lui enlevait deux ou trois douzaines de figues.

Le prob.

Bagatelles ! venons au salut de la

Πρόβουλος τί ποιησάσας; Λυσιστράτη ἢν παύσωμεν πρώτιστον μὲν ξὺν ὅπλοισιν ἀγοράζοντας καὶ μαινομένους. Γυνὴ Α. νὴ τὴν Παφίαν Ἀφροδίτην. Λυσιστράτη νῦν μὲν γὰρ δὴ κἀν ταῖσι χύτραις κἀν τοῖς λαχάνοισιν ὁμοίως περιέρχονται κατὰ τὴν ἀγορὰν ξὺν ὅπλοις ὥσπερ Κορύβαντες. Πρόβουλος νὴ Δία· χρὴ γὰρ τοὺς ἀνδρείους. Λυσιστράτη καὶ μὴν τό γε πρᾶγμα γέλοιον, ὅταν ἀσπίδʼ ἔχων καὶ Γοργόνα τις κᾆτʼ ὠνῆται κορακίνους. Γυνὴ Β. νὴ Δίʼ ἐγὼ γοῦν ἄνδρα κομήτην φυλαρχοῦντʼ εἶδον ἐφʼ ἵππου ἐς τὸν χαλκοῦν ἐμβαλλόμενον πῖλον λέκιθον παρὰ γραός· ἕτερος δʼ αὖ Θρᾷξ πέλτην σείων κἀκόντιον ὥσπερ ὁ Τηρεύς, ἐδεδίσκετο τὴν ἰσχαδόπωλιν καὶ τὰς δρυπεπεῖς κατέπινεν.
fac-similé LOB_79_0104_a.jpg

564

république. Fais-moi un peu le détail de ces beaux moyens par lesquels tu prétends rétablir les affaires.

Lys.

Tous ces moyens sont les plus faibles du monde.

Le prob.

Voyons.

Lys.

Avez-vous jamais vu, quand un écheveau de laine est brouillé, comment nous faisons pour le debrouiller ? nous le mettons sur le dévidoir, et le manions adroitement tantôt à un bout, tantôt à l'autre. C'est ainsi que nous ferons pour débrouiller les affaires de la république, si l'on veut nous laisser envoyer des ambassades de côté et d'autres d'autre.

Le prob.

Ô têtes folles et insensées ! qui croyez avoir trouvé dans vos quenouilles, dans vos fuseaux et dans votre laine, le remède à tous nos maux !

Lys.

Ne vous moquez point tant de notre laine. Toutes les façons que nous y faisons sont autant de leçons de la meilleure politique ; et tous ceux qui se mêlent du gouvernement devraient les avoir toutes étudiées, pour savoir bien s'acquitter de leurs charges. Premièrement, tout de même qu'on lave la laine pour en ôter les ordures, ainsi, l'on devrait chasser

Πρόβουλος πῶς οὖν ὑμεῖς δυναταὶ παῦσαι τεταραγμένα πράγματα πολλὰ ἐν ταῖς χώραις καὶ διαλῦσαι; Λυσιστράτη φαύλως πάνυ. Πρόβουλος πῶς; ἀπόδειξον. Λυσιστράτη ὥσπερ κλωστῆρʼ, ὅταν ἡμῖν ᾖ τεταραγμένος, ὧδε λαβοῦσαι, ὑπενεγκοῦσαι τοῖσιν ἀτράκτοις τὸ μὲν ἐνταυθοῖ τὸ δʼ ἐκεῖσε, οὕτως καὶ τὸν πόλεμον τοῦτον διαλύσομεν, ἤν τις ἐάσῃ, διενεγκοῦσαι διὰ πρεσβειῶν τὸ μὲν ἐνταυθοῖ τὸ δʼ ἐκεῖσε. Πρόβουλος ἐξ ἐρίων δὴ καὶ κλωστήρων καὶ ἀτράκτων πράγματα δεινὰ παύσειν οἴεσθʼ ὦ ἀνόητοι; Λυσιστράτη κἂν ὑμῖν γʼ εἴ τις ἐνῆν νοῦς, ἐκ τῶν ἐρίων τῶν ἡμετέρων ἐπολιτεύεσθʼ ἂν ἅπαντα. Πρόβουλος πῶς δή; φέρʼ ἴδω. Λυσιστράτη πρῶτον μὲν ἐχρῆν, ὥσπερ πόκου ἐν βαλανείῳ ἐκπλύναντας τὴν οἰσπώτην, ἐκ τῆς πόλεως ἐπὶ κλίνης
fac-similé LOB_79_0104_b.jpg

565

f°98

de la république tous ceux qui n'y sont que ce que l'ordure est dans la laine, et ce que les mauvaises herbes sont dans le blé, tous ces gens inutiles, sans savoir, sans esprit et sans conduite, qui s'empressent de se mettre dans les charges, aussi bien que leurs patrons et partisans. Comme on carde la laine, il faut leur carder la tête et les charger de confusion. Quand on a lavé et cardé la laine, on en ramasse toutes les cardées dans un panier, et de toutes ces cardées différentes on en fait une pelote. Toutes les cardées de la république, dont il ne faut faire qu'une pelote pour filer une robe au peuple grec, ce sont tous les particuliers qui composent la république, tous nos voisins, toutes nos colonies ; il faut tout ramasser ensemble, et l'unir par le lien d'une concorde commune.

Le prob.

Cela n'est-il pas pitoyable ? est-ce à des fileuses de se mêler ainsi des affaires de la guerre ?

Lys.

Malheureux que vous êtes ! Personne n'a plus de droit d'en raisonner que nous qui y contribuons plus que vous-mêmes. Premièrement, n'est-ce pas nous qui mettons les soldats au monde ?

Le prob.

Tais-toi : ne nous reproche point cela.

Λυσιστράτη ἐκραβδίζειν τοὺς μοχθηροὺς καὶ τοὺς τριβόλους ἀπολέξαι, καὶ τούς γε συνισταμένους τούτους καὶ τοὺς πιλοῦντας ἑαυτοὺς ἐπὶ ταῖς ἀρχαῖσι διαξῆναι καὶ τὰς κεφαλὰς ἀποτῖλαι· εἶτα ξαίνειν ἐς καλαθίσκον κοινὴν εὔνοιαν, ἅπαντας καταμιγνύντας τούς τε μετοίκους κεἴ τις ξένος ἢ φίλος ὑμῖν, κεἴ τις ὀφείλει τῷ δημοσίῳ, καὶ τούτους ἐγκαταμεῖξαι· καὶ νὴ Δία τάς γε πόλεις, ὁπόσαι τῆς γῆς τῆσδʼ εἰσὶν ἄποικοι, διαγιγνώσκειν ὅτι ταῦθʼ ἡμῖν ὥσπερ τὰ κατάγματα κεῖται χωρὶς ἕκαστον· κᾆτʼ ἀπὸ τούτων πάντων τὸ κάταγμα λαβόντας δεῦρο ξυνάγειν καὶ συναθροίξειν εἰς ἕν, κἄπειτα ποιῆσαι τολύπην μεγάλην κᾆτʼ ἐκ ταύτης τῷ δήμῳ χλαῖναν ὑφῆναι. Πρόβουλος οὔκουν δεινὸν ταυτὶ ταύτας ῥαβδίξειν καὶ τολυπεύειν, αἶς οὐδὲ μετῆν πάνυ τοῦ πολέμου; Λυσιστράτη καὶ μὴν ὦ παγκατάρατε πλεῖν ἤ γε διπλοῦν αὐτὸν φέρομεν, πρώτιστον μέν γε τεκοῦσαι κἀκπέμψασαι παῖδας ὁπλίτας. Πρόβουλος σίγα, μὴ μνησικακήσῃς.
fac-similé LOB_79_0105_a.jpg

566

Peu conforme au texte.

Lys.

Et dans un age où nous devrions nous donner du bon temps, il faut, à cause de vos maudites guerres, que nous dormions seules. Mais, sans parler davantage de ce qui nous touche, que direz-vous de ces pauvres filles qui vieillissent dans leurs chambres sans se marier ? hélas ! quand j'y pense, les larmes m'en viennent aux yeux !

Le prob.

Comme si les hommes ne vieillissaient pas aussi !

Lys.

Vraiment, c'est bien la même chose ! L'age dans lequel une fille peut se marier est si court, qu'il est bientôt passé, peu qu'elle attende. Est-il passé ? Voilà qui est fait : il n'est plus d'épouseurs, et il ne lui reste plus qu'à faire l'inspirée . Mais un homme, quelque vieux qu'il soit, peut toujours se marier ; et nous voyons tous les jours des vieillard qui, au retour de la campagne , épousent des jeunes fillles.

Une femme.

Retire-toi d'ici, vieux rêveur, qui devrais être mort il y a déjà longtemps. Va-t'en acheter un cercueil, pendant que je pétrirai le pain que tu dois porter au chien Cerbère . Prends cependant cette couronne. Que te manque-t-il ? Que demandes-tu ? Entre, entre dans la barque. Caron t'appelle : on n'attend plus que toi pour lever l'ancre.

Λυσιστράτη εἶθʼ ἡνίκα χρῆν εὐφρανθῆναι καὶ τῆς ἥβης ἀπολαῦσαι, μονοκοιτοῦμεν διὰ τὰς στρατιάς. καὶ θἠμέτερον μὲν ἐᾶτε, περὶ τῶν δὲ κορῶν ἐν τοῖς θαλάμοις γηρασκουσῶν ἀνιῶμαι. Πρόβουλος οὔκουν χἄνδρες γηράσκουσιν; Λυσιστράτη μὰ Δίʼ ἀλλʼ οὐκ εἶπας ὅμοιον. ὁ μὲν ἥκων γάρ, κἂν ᾖ πολιός, ταχὺ παῖδα κόρην γεγάμηκεν· τῆς δὲ γυναικὸς σμικρὸς ὁ καιρός, κἂν τούτου μὴ ʼπιλάβηται, οὐδεὶς ἐθέλει γῆμαι ταύτην, ὀττευομένη δὲ κάθηται. Πρόβουλος ἀλλʼ ὅστις ἔτι στῦσαι δυνατὸς— Λυσιστράτη σὺ δὲ δὴ τί μαθὼν οὐκ ἀποθνῄσκεις; †χωρίον ἐστί·† σορὸν ὠνήσει· μελιτοῦτταν ἐγὼ καὶ δὴ μάξω. λαβὲ ταυτὶ καὶ στεφάνωσαι. Γυνὴ Ξ. καὶ ταυτασὶ δέξαι παρʼ ἐμοῦ. Γυνὴ Α. καὶ τουτονγὶ λαβὲ τὸν στέφανον. Λυσιστράτη τοῦ δεῖ; τί ποθεῖς; χώρει ʼς τὴν ναῦν· ὁ Χάρων σε καλεῖ, σὺ δὲ κωλύεις ἀνάγεσθαι.
fac-similé LOB_79_0105_b.jpg

567

f°99 Le prob.

Ô Dieux ! faut-il qu'on me traite ainsi ! Je vais me montrer aux magistrats dans l'état où ces impudentes m'ont mis.

Lys.

Te te plains encore ? Est-ce de ce que nous ne t'avons pas rendu tous les devoirs de la sépulture ? Reviens, reviens s'il te manque quelque chose.



Chœur de vieillards.

Amis, quiconque veut conserver sa liberté ne doit pas s'endormir aujourd'hui. Tenons-nous sur nos gardes ; disposons-nous à bien faire. Tout ceci ne vaut rien. Voici une entreprise qui sent la tyrannie. J'ai grand peur que quelque Lacédémonien, sous l'habit de femme, ne soit venu séduire ces malheureuses ennemies des Dieux et des hommes, et ne leur ait persuadé de s'emparer du trésor de la république et de la solde des pauvres citoyens ; car qui a jamais vu des femmes avoir le front de dire les choses qu'elles viennent de dire ? Elles ont la hardiesse de parler de rondache, de pique et de casque, elles qui sont femmes ? Elles veulent nous obliger à traiter avec les Lacédémoniens, gens à qui il faut moins se fier qu'à un loup affamé. Tyrannie, tyrannie ! Mais qu'on ne m'y prendra pas. Je ferai comme Harmodius

Πρόβουλος εἶτʼ οὐχὶ ταῦτα δεινὰ πάσχειν ἔστʼ ἐμέ; νὴ τὸν Δίʼ ἀλλὰ τοῖς προβούλοις ἄντικρυς ἐμαυτὸν ἐπιδείξω βαδίζων ὡς ἔχω. Λυσιστράτη μῶν ἐγκαλεῖς ὅτι οὐχὶ προὐθέμεσθά σε; ἀλλʼ ἐς τρίτην γοῦν ἡμέραν σοὶ πρῲ πάνυ ἥξει παρʼ ἡμῶν τὰ τρίτʼ ἐπεσκευασμένα. Χορὸς γερόντων οὐκέτʼ ἔργον ἐγκαθεύδειν ὅστις ἔστʼ ἐλεύθερος, ἀλλʼ ἐπαποδυώμεθʼ ἄνδρες τουτῳὶ τῷ πράγματι. ἤδη γὰρ ὄζειν ταδὶ πλειόνων καὶ μειζόνων Χορὸς γερόντων πραγμάτων μοι δοκεῖ, καὶ μάλιστʼ ὀσφραίνομαι τῆς Ἱππίου τυραννίδος· καὶ πάνυ δέδοικα μὴ τῶν Λακώνων τινὲς δεῦρο συνεληλυθότες ἄνδρες ἐς Κλεισθένους τὰς θεοῖς ἐχθρὰς γυναῖκας ἐξεπαίρωσιν δόλῳ καταλαβεῖν τὰ χρήμαθʼ ἡμῶν τόν τε μισθόν, ἔνθεν ἔζων ἐγώ. Χορὸς γερόντων δεινὰ γάρ τοι τάσδε γʼ ἤδη τοὺς πολίτας νουθετεῖν, καὶ λαλεῖν γυναῖκας οὔσας ἀσπίδος χαλκῆς πέρι, καὶ διαλλάττειν πρὸς ἡμᾶς ἀνδράσιν Λακωνικοῖς, οἷσι πιστὸν οὐδὲν εἰ μή περ λύκῳ κεχηνότι. ἀλλὰ ταῦθʼ ὕφηναν ἡμῖν ἄνδρες ἐπὶ τυραννίδι. ἀλλʼ ἐμοῦ μὲν οὐ τυραννεύσουσʼ, ἐπεὶ φυλάξομαι
fac-similé LOB_79_0106_a.jpg

568

(k) Au mois de Scirrophorion. Ces filles, depuis sept jusqu'à onze ans, étaient des plus nobles de la ville .

(l) A cause d'une ourse privée tuée dans la tribu flavide : on institua cette fête en expiation. Des filles nobles de dix ans en faisaient les cérémonies sous le nom d'Ourses.

et Aristogiton . Pour être toujours prêt à délivrer la république des tyrans, je porterai un poignard caché ou sous mes habits ou dans les rameaux qu'il faudra avoir en main dans les cérémonies publiques.



Chœur de femmes. Le probule. Chœur de vieillards. Une femme. Une femme.

Mettons tout ceci à terre et raisonnons un peu avec ces messieurs. Qu'on sache que j'ai droit de parler de la république aussi bien qu'eux. Quand ce ne serait que par reconnaissance, n'ai-je pas droit de dire mon sentiment sur ce qui lui est avantageux ? Elle m'a élevée dans les délices et la magnificence. A l'age de sept ans, j'ai été une des quatre qui vont en blanc à la procession de Pallas . A dix ans, j'ai eu la charge de faire le pain des sacrifices (k) j'ai fait l'ourse à la cérémonie de Diane Brauronienne (l) ; j'ai porté la corbeille à celles de Cérès . Sans me flatter, j'étais l'honneur de toutes ces solennités, car j'étais jolie fille. Et puis je ne parlerais pas des affaires de la république ? Si je suis femme, qu'importe ? pourvu que ce que j'ai à dire soit bon.

Chœur de femmes.

Les citoyens contribuent d'argent pour faire la guerre et achètent ainsi le droit de

Χορὸς γερόντων καὶ φορήσω τὸ ξίφος τὸ λοιπὸν ἐν μύρτου κλαδί, ἀγοράσω τʼ ἐν τοῖς ὅπλοις ἑξῆς Ἀριστογείτονι, ὧδέ θʼ ἑστήξω παρʼ αὐτόν· †αὐτὸσ† γάρ μοι γίγνεται τῆς θεοῖς ἐχθρᾶς πατάξαι τῆσδε γραὸς τὴν γνάθον. Χορὸς Γυναικῶν οὐκ ἄρʼ εἰσιόντα σʼ οἴκαδʼ ἡ τεκοῦσα γνώσεται. ἀλλὰ θώμεσθʼ ὦ φίλαι γρᾶες ταδί πρῶτον χαμαί. ἡμεῖς γὰρ ὦ πάντες ἀστοὶ λόγων κατάρχομεν τῇ πόλει χρησίμων· εἰκότως, ἐπεὶ χλιδῶσαν ἀγλαῶς ἔθρεψέ με. ἑπτὰ μὲν ἔτη γεγῶσʼ εὐθὺς ἠρρηφόρουν· εἶτʼ ἀλετρὶς ἦ δεκέτις οὖσα τἀρχηγέτι· κᾆτʼ ἔχουσα τὸν κροκωτὸν ἄρκτος ἦ Βραυρωνίοις· κἀκανηφόρουν ποτʼ οὖσα παῖς καλὴ ʼχουσʼ ἰσχάδων ὁρμαθόν· Χορὸς Γυναικῶν ἆρα προὐφείλω τι χρηστὸν τῇ πόλει παραινέσαι; εἰ δʼ ἐγὼ γυνὴ πέφυκα, τοῦτο μὴ φθονεῖτέ μοι, ἢν ἀμείνω γʼ εἰσενέγκω τῶν παρόντων πραγμάτων.
fac-similé LOB_79_0106_b.jpg

569

(m) Aristide le fait distribuer aux troupes auxiliaires.

(n) Les alcméonides prirent ce nom, lorsqu'ils défendirent le mont Lipsydre qu'ils avaient fortifié contre les tyrans.

f°100

parler ; et nous, nous contribuons d'hommes, ce qui est bien plus. Nous en parlerons donc aussi. Pour vous, misérables vieillards, ce n'est plus à vous d'en raisonner. L'argent que vous avez autrefois fourni dans la guerre contre les (m) Mèdes a été dissipé, et vous ne l'avez point remplacé. N'ouvrez donc point la bouche. Si vous vous fâchez, nous vous donnerons de nos mules par le nez.

Chœur de V.

Quoi ? Nous souffrirons cela et avoir de de la barbe ? Vengeons-nous, vengeons-nous, mettons nos casaques à terre et montrons leur qui nous sommes. Réveillons en nous cette valeur que nous eumes du temps de la tyrannie des fils de Pisistrathe ; montrons-nous encore (n) Pieds-blancs, et revêtus de la même force que nous fimes voir à la défense du mont Lypsidre. Montrons, animons-nous et oublions cette vieillesse qui nous appesantit. Pour peu qu'on laisse faire ces femmes, on leur verra tenter les plus hautes entreprises. Bientôt elles feront des vaisseaux ; elles entreprendront de les conduire et viendront nous assiéger, comme Artemise assiégea Rhodes avec les vaisseaux de Rhodes-même. Si elles mettent une fois le nez dans la cavalerie, il n'y a qu'à donner le congé à tous les cavaliers : car elles se plaisent à chevaucher, plus qu'un animal qui soit

Χορὸς Γυναικῶν τοὐράνου γάρ μοι μέτεστι· καὶ γὰρ ἄνδρας ἐσφέρω, τοῖς δὲ δυστήνοις γέρουσιν οὐ μέτεσθʼ ὑμῖν, ἐπεὶ τὸν ἔρανον τὸν λεγόμενον παππῷον ἐκ τῶν Μηδικῶν εἶτʼ ἀναλώσαντες οὐκ ἀντεσφέρετε τὰς ἐσφοράς, ἀλλʼ ὑφʼ ὑμῶν διαλυθῆναι προσέτι κινδυνεύομεν. ἆρα γρυκτόν ἐστιν ὑμῖν; εἰ δὲ λυπήσεις τί με, τῷδέ γʼ ἀψήκτῳ πατάξω τῷ κοθόρνῳ τὴν γνάθον. Χορὸς γερόντων ταῦτʼ οὖν οὐχ ὕβρις τὰ πράγματʼ ἐστὶ πολλή; κἀπιδώσειν μοι δοκεῖ τὸ χρῆμα μᾶλλον. ἀλλʼ ἀμυντέον τὸ πρᾶγμʼ ὅστις γʼ ἐνόρχης ἔστʼ ἀνήρ. ἀλλὰ τὴν ἐξωμίδʼ ἐκδυώμεθʼ, ὡς τὸν ἄνδρα δεῖ ἀνδρὸς ὄζειν εὐθύς, ἀλλʼ οὐν ἐντεθριῶσθαι πρέπει. ἀλλʼ ἄγετε λευκόποδες, οἵπερ επὶ Λείψύδριον ἤλθομεν ὅτʼ ἦμεν ἔτι, νῦν δεῖ νῦν ἀνηβῆσαι πάλιν κἀναπτερῶσαι πᾶν τὸ σῶμα κἀποσείσασθαι τὸ γῆρας τόδε. Χορὸς γερόντων εἰ γὰρ ἐνδώσει τις ἡμῶν ταῖσδε κἂν σμικρὰν λαβήν, οὐδὲν ἐλλείψουσιν αὗται λιπαροῦς χειρουργίας, ἀλλὰ καὶ ναῦς τεκτανοῦνται, κἀπιχειρήσουσʼ ἔτι ναυμαχεῖν καὶ πλεῖν ἐφʼ ἡμἁς ὥσπε, Ἀρτεμισία. ἢν δʼ ἐφʼ ἱππικὴν τράπωνται, διαγράφω τοὺς ἱππέας. ἱππικώτατον γάρ ἐστι χρῆμα κἄποχον γυνή,
fac-similé LOB_79_0107_a.jpg

570

(o) Il avait peint la bataille des Amazones contre les Athéniens.

Inexact et inintelligible.

au monde ; et quelque train qu'aille la bête, elles savent si bien se tenir qu'elles ne sortent jamais hors de selle. Voyez les Amazones du peintre (o) Mycon , comme elles combattent à cheval contre les hommes ! O mes amis ! Que ce serait une bonne affaire que de casser bras et jambes à toutes ces carognes !

Chœur de F.

Par les deux déesses ! Le premier qui me fâchera, je le peignerai si bien, qu'il criera à la force à tous ses voisins. Allons femmes, dépouillons-nous aussi, et faisons leur voir que nous sommes femmes et femmes courageuses, qui savons nous faire craindre quand on nous irrite. Qui en veut ? Y a-t-il quelqu'un qui ait envie de ne plus manger d'ail ni de fèves ? S'il y avait quelqu'un d'assez hardi pour me dire seulement un mot de travers, dans la colère où je suis, fût-ce l'aigle qui porte le tonnerre, je serais l'escarbot qui croit le relever de ses couches .

Une femme.

Pour moi, pendant que j'aurai ma chère Lampito et cette bonne enfant d' Isménie , je ne donnerais pas un clou de tous tant qu'ils sont. Je ne les crains point ; car quel mal pourront-ils nous faire avec toutes leurs délibérations et tous leurs décrets, eux qui se font haïr de tous leurs voisins ? L'autre jour, que je faisais une fête au logis en l'honneur d' Hécate , je voulus faire venir,

Χορὸς γερόντων κοὐκ ἂν ἀπολίσθοι τρέχοντος· τὰς δʼ Ἀμαζόνας σκόπει, ἃς Μίκων ἔγραψʼ ἐφʼ ἵππων μαχομένας τοῖς ἀνδράσιν. ἀλλὰ τούτων χρῆν ἁπασῶν ἐς τετρημένον ξύλον ἐγκαθαρμόσαι λαβόντας τουτονὶ τὸν αὐχένα. Χορὸς Γυναικῶν εἰ νὴ τὼ θεώ με ζωπυρήσεις, λύσω τὴν ἐμαυτῆς ὗν ἐγὼ δή, καὶ ποιήσω τήμερον τοὺς δημότας βωστρεῖν σʼ ἐγὼ πεκτούμενον. ἀλλὰ χἠμεῖς ὦ γυναῖκες θᾶττον ἐκδυώμεθα, ὡς ἂν ὄζωμεν γυναικῶν αὐτοδὰξ ὠργισμένων. νῦν πρὸς ἔμʼ ἴτω τις, ἵνα μή ποτε φάγῃ σκόροδα, μηδὲ κυάμους μέλανας. ὡς εἰ καὶ μόνον κακῶς ἐρεῖς, ὑπερχολῶ γάρ, αἰετὸν τίκτοντα κάνθαρός σε μαιεύσομαι. Χορὸς Γυναικῶν οὐ γὰρ ὑμῶν φροντίσαιμʼ ἄν, ἢν ἐμοὶ ζῇ Λαμπιτὼ ἥ τε Θηβαία φίλη παῖς εὐγενὴς Ἰσμηνία. οὐ γὰρ ἔσται δύναμις, οὐδʼ ἢν ἑπτάκις σὺ ψηφίσῃ, ὅστις ὦ δύστηνʼ ἀπήχθου πᾶσι καὶ τοῖς γείτοσιν. ὥστε κἀχθὲς θἠκάτῃ ποιοῦσα παιγνίαν ἐγὼ
fac-similé LOB_79_0107_b.jpg

571

f°101

pour divertir les valets, une de ces anguilles de Béotie, une bonne fille et tout aimable. On le fit dire que je n'en aurais point, à cause de certains reglements qu'avaient fait messieurs . Que la peste les étouffe avec tous leurs réglements !

q2



Une femme. Lysistrate . Quelques autres femmes. Chœur de femmes. Une femme.

Qu'as-tu, Lysistrate , je te vois toute triste, toi qui es l'ame de ce grand dessein.

Lys.

C'est la lacheté des femmes qui me désespère ; je ne sas où donner de la tête.

Une autre femme.

Que dis-tu ? Tu m'étonnes.

Lys.

Je dis la vérité.

Autre femme.

Mais encore, explique toi : il n'y a ici que de tes amies.

Lys.

J'ai honte de le dire, quoi que je ne puisse le dissimuler.

La femme

Ne le cache donc pas plus longtemps. Qu'est-il arrivé de facheux qui t'afflige ainsi.

Lys.

C'est un mal qui nous a pris.

Χορὸς Γυναικῶν τοῖσι παισὶ τὴν ἑταίραν ἐκάλεσʼ ἐκ τῶν γειτόνων, παῖδα χρηστὴν κἀγαπητὴν ἐκ Βοιωτῶν ἔγχελυν· οἱ δὲ πέμψειν οὐκ ἔφασκον διὰ τὰ σὰ ψηφίσματα. κοὐχὶ μὴ παύσησθε τῶν ψηφισμάτων τούτων, πρὶν ἂν τοῦ σκέλους ὑμᾶς λαβών τις ἐκτραχηλίσῃ φέρων. Χορὸς Γυναικῶν ἄνασσα πράγους τοῦδε καὶ βουλεύματος, τί μοι σκυθρωπὸς ἐξελήλυθας δόμων; Λυσιστράτη κακῶν γυναικῶν ἔργα καὶ θήλεια φρὴν ποιεῖ μʼ ἄθυμον περιπατεῖν τʼ ἄνω κάτω. Χορὸς Γυναικῶν τί φῄς; τί φῄς; Λυσιστράτη ἀληθῆ, ἀληθῆ. Χορὸς Γυναικῶν τί δʼ ἐστὶ δεινόν; φράζε ταῖς σαυτῆς φίλαις. Λυσιστράτη ἀλλʼ αἰσχρὸν εἰπεῖν καὶ σιωπῆσαι βαρύ. Χορὸς Γυναικῶν μή νύν με κρύψῃς ὅ τι πεπόνθαμεν κακόν.
fac-similé LOB_79_0108_a.jpg

572

La femme.

Et quel mal ?

Lys.

Le mal d'amour, pour le dire tout net.

La femme.

O Jupiter !

Lys.

Les exclamations ne servent ici de rien. Voilà la chose comme elle est. Je ne puis plus les retenir. Elles pensent toutes à s'échapper pour aller trouver les hommes. J'en ai surprise une qui se disposait à faire un trou à la muraille du côté de la grotte de Pan. Une autre avait attaché une poulie et une corde à un créneau pour se descendre. D'autres songent à déserter. J'en trouvai hier une qui allait sauter les murailles si je ne l'avais arrêtée par les cheveux. Enfin, il n'y en a pas une qui n'invente quelque prétexte pour demander de sortir. En voici une : vous allez en voir l'expérience. Ho ! La femme ! Où cours-tu ainsi ?

Une femme.

Je m'en vais jusqu'au logis ; je ne serai qu'un moment. J'ai de la laine de Milet qui sera toute rongée de mites depuis le temps que je n'y ai touché.

Lys.

Ce sont bien les mites qui te tiennent : retourne au plus tôt d'où tu viens.

La femme.

Je te prie, ma chère, que je sorte ; je serai de retour aussitôt que j'aurai étendu ma laine

Λυσιστράτη βινητιῶμεν, ᾗ βράχιστον τοῦ λόγου. Χορὸς Γυναικῶν ἰὼ Ζεῦ. Λυσιστράτη τί Ζῆνʼ ἀυτεῖς; ταῦτα δʼ οὖν οὕτως ἔχει. ἐγὼ μὲν οὖν αὐτὰς ἀποσχεῖν οὐκέτι οἵα τʼ ἀπὸ τῶν ἀνδρῶν· διαδιδράσκουσι γάρ. τὴν μέν γε πρώτην διαλέγουσαν τὴν ὀπὴν κατέλαβον ᾗ τοῦ Πανός ἐστι ταὐλίον, τὴν δʼ ἐκ τροχιλείας αὖ κατειλυσπωμένην, τὴν δʼ αὐτομολοῦσαν, τὴν δʼ ἐπὶ στρούθου †μίαν† ἤδη πέτεσθαι διανοουμένην κάτω ἐς Ὀρσιλόχου χθὲς τῶν τριχῶν κατέσπασα. πάσας τε προφάσεις ὥστʼ ἀπελθεῖν οἴκαδε ἕλκουσιν. ἤδη γοῦν τις αὐτῶν ἔρχεται. αὕτη σὺ ποῖ θεῖς; Γυνὴ Α. οἴκαδʼ ἐλθεῖν βούλομαι. οἴκοι γάρ ἐστιν ἔριά μοι Μιλήσια ὑπὸ τῶν σέων κατακοπτόμενα. Λυσιστράτη ποίων σέων; οὐκ εἶ πάλιν; Γυνὴ Α. ἀλλʼ ἥξω ταχέως νὴ τὼ θεὼ
fac-similé LOB_79_0108_b.jpg

573

f°102

sur un lit : il ne faut qu'un moment pour cela.

Lys.

Laisse la laine où elle est, et ne parle ni de lit, ni de rien étendre dessus, car je sais où le mal te tient.

Une autre femme.

Hélas ! Mon pauvre chanvre que j'ai laissé à la maison et qui n'est point broyé !

Lys.

Voilà l'autre, avec son chanvre qui n'est point broyé ! Rentre, rentre au plus tôt.

La femme.

Je te jure, pour l'étoile de Vénus , que je reviendrai aussitôt que j'aurai dépouillé la chenevotte.

Lys.

Non, non : cela serait de mauvais exemple : toutes les femmes voudraient aussi dépouiller la chenevotte ou autre chose.

Une autre femme.

O vénérable déesse qui présides aux accouchements ! Accorde-moi le temps d'aller jusque en quelque lieu pur et saint.

Lys.

Quelle farce joues-tu là ?

La femme.

Helas ! Ma mie, ma chère Lysistrate , je suis pressée d'accoucher : j'ai les tranchées.

Lys.

Et hier, tu n'étais pas grosse.

La femme.

Qu'importe ! Je le suis aujourd'hui. Ma

Γυνὴ Α. ὅσον διαπετάσασʼ ἐπὶ τῆς κλίνης μόνον. Λυσιστράτη μὴ διαπετάννυ, μηδʼ ἀπέλθῃς μηδαμῇ. Γυνὴ Α. ἀλλʼ ἐῶ ʼπολέσθαι τἄριʼ; Λυσιστράτη ἢν τούτου δέῃ. Γυνὴ Β. τάλαινʼ ἐγώ, τάλαινα τῆς Ἀμοργίδος, ἣν ἄλοπον οἴκοι καταλέλοιφʼ. Λυσιστράτη αὕθἠτέρα ἐπὶ τὴν Ἄμοργιν τὴν ἄλοπον ἐξέρχεται. χώρει πάλιν δεῦρʼ. Γυνὴ Β. ἀλλὰ νὴ τὴν Φωσφόρον ἔγωγʼ ἀποδείρασʼ αὐτίκα μάλʼ ἀνέρχομαι. Λυσιστράτη μή μἀποδείρῃς. ἢν γὰρ ἄρξῃς τοῦτο σύ, ἑτέρα γυνὴ ταὐτὸν ποιεῖν βουλήσεται. Γυνὴ Γ ὦ πότνιʼ Εἰλείθυιʼ ἐπίσχες τοῦ τόκου, ἕως ἂν εἰς ὅσιον μόλω ʼγὼ χωρίον. Λυσιστράτη τί ταῦτα ληρεῖς; Γυνὴ Γ αὐτίκα μάλα τέξομαι. Λυσιστράτη ἀλλʼ οὐκ ἐκύεις σύ γʼ ἐχθές. Γυνὴ Γ ἀλλὰ τήμερον.
fac-similé LOB_79_0109_a.jpg

574

chère, je te prie, que j'aille au logis me faire accoucher.

Lys.

Tu nous en donnes de belles à garder. Qu'as-tu là, qui est dur ?

La femme

Ah ! C'est un enfant mâle.

Lys.

Non, non : c'est quelque vaisseaux d'airain car cela est dur et sonne le creux. Ma foi je saurai ce que c'est. Oh ! L'impertinente ! C'est un grand casque qu'elle avait sous sa cotte. Était-ce là l'enfant mâle dont tu étais grosse ?

La femme.

Raillerie à part, je suis grosse.

Lys.

Et pourquoi portais-tu ce casque ?

La femme

Afin que, si mon terme arrivait, je puisse me délivrer de mon fruit dedans, à la façon des pigeons.

Lys.

Vains prétextes que tout cela ! La femme au casque, tu prendras la peine de rester. Et toi, où vas-tu ?

Une autre femme.

Je ne saurai plus dormir dans la citadelle depuis que j'ai vu un grand serpent dans le temple.

Une autre.

Ni moi non plus : les hiboux me rompent la tête avec leurs cris lugubres.

Γυνὴ Γ ἀλλʼ οἴκαδέ μʼ ὡς τὴν μαῖαν ὦ Λυσιστράτη ἀπόπεμψον ὡς τάχιστα. Λυσιστράτη τίνα λόγον λέγεις; τί τοῦτʼ ἔχεις τὸ σκληρόν; Γυνὴ Γ ἄρρεν παιδίον. Λυσιστράτη μὰ τὴν Ἀφροδίτην οὐ σύ γʼ, ἀλλʼ ἢ χαλκίον ἔχειν τι φαίνει κοῖλον· εἴσομαι δʼ ἐγώ. ὦ καταγέλαστʼ ἔχουσα τὴν ἱερὰν κυνῆν κυεῖν ἔφασκες; Γυνὴ Γ καὶ κυῶ γε νὴ Δία. Λυσιστράτη τί δῆτα ταύτην εἶχες; Γυνὴ Γ ἵνα μʼ εἰ καταλάβοι ὁ τόκος ἔτʼ ἐν πόλει, τέκοιμʼ ἐς τὴν κυνῆν ἐσβᾶσα ταύτην, ὥσπερ αἱ περιστεραί. Λυσιστράτη τί λέγεις; προφασίζει· περιφανῆ τὰ πράγματα. οὐ τἀμφιδρόμια τῆς κυνῆς αὐτοῦ μενεῖς; Γυνὴ Γ ἀλλʼ οὐ δύναμαι ʼγωγʼ οὐδὲ κοιμᾶσθʼ ἐν πόλει, ἐξ οὗ τὸν ὄφιν εἶδον τὸν οἰκουρόν ποτε. Γυνὴ Δ ἐγὼ δʼ ὑπὸ τῶν γλαυκῶν γε τάλαινʼ ἀπόλλυμαι ταῖς ἀγρυπνίαισι κακκαβαζουσῶν ἀεί.
fac-similé LOB_79_0109_b.jpg

575

X

f°103 Lys.

O pauvres femmes ! Ne déguisez point vos véritables sentiments. Je sais où le mal vous tient aux unes et aux autres. Vous mourez d'envie de voir vos maris, n'est-il pas vrai ? Mais croyez-vous qu'ils soient plus en repos que nous ? Non, je vous assure bien qu'ils passent de mauvaises nuits. Mais prenons un peu patience, mes chères amies : l'oracle nous promet la victoire, si nous avons de l'union et de la constance.

Une femme.

Quel oracle ?

Lys.

Le voici. Écoutez. Lorsque les hirondelles, fuyant les huppes, se seront toutes retirées dans un lieu, bien résolues de s'abstenir de l'amoureux déduit , les maux prendront fin, et Jupiter qui étonne la nature par le bruit de son tonnerre mettra dessus ce qui était dessous.

Une femme

Quoi ! Nous qui avions coutume d'être dessous, nous serons donc dessus à l'avenir ?

Lys.

Mais si, la division se mettant parmi elles, elles abandonnent leur sacré refuge, elles s'acquerront le renom d'être le plus lache et le plus effrené des oiseaux.

Chœur de F.

Oh ! L'excellent oracle ! Dieux ! Que cela est bien dit ! Puisque cela est ainsi, prenons courage dans nos maux. Rentrons ; ayons honte de nous être vues prêtes de manquer le plus grand bonheur du monde.

Λυσιστράτη ὦ δαιμόνιαι παύσασθε τῶν τερατευμάτων. ποθεῖτʼ ἴσως τοὺς ἄνδρας· ἡμᾶς δʼ οὐκ οἴει ποθεῖν ἐκείνους; ἀργαλέας γʼ εὖ οἶδʼ ὅτι ἄγουσι νύκτας. ἀλλʼ ἀνάσχεσθʼ ὦγαθαί, καὶ προσταλαιπωρήσατʼ ἔτʼ ὀλίγον χρόνον, ὡς χρησμὸς ἡμῖν ἐστιν ἐπικρατεῖν, ἐὰν μὴ στασιάσωμεν· ἔστι δʼ ὁ χρησμὸς οὑτοσί. Γυνὴ Α λέγʼ αὐτὸν ἡμῖν ὅ τι λέγει. Λυσιστράτη σιγᾶτε δή. ἀλλʼ ὁπόταν πτήξωσι χελιδόνες εἰς ἕνα χῶρον, τοὺς ἔποπας φεύγουσαι, ἀπόσχωνταί τε φαλήτων, παῦλα κακῶν ἔσται, τὰ δʼ ὑπέρτερα νέρτερα θήσει Ζεὺς ὑψιβρεμέτης— Γυνὴ Β ἐπάνω κατακεισόμεθʼ ἡμεῖς; Λυσιστράτη ἢν δὲ διαστῶσιν καὶ ἀναπτῶνται πτερύγεσσιν ἐξ ἱεροῦ ναοῖο χελιδόνες, οὐκέτι δόξει ὄρνεον οὐδʼ ὁτιοῦν καταπυγωνέστερον εἶναι. Γυνὴ Α σαφής γʼ ὁ χρησμὸς νὴ Δίʼ. Λυσιστράτη ὦ πάντες θεοί, μή νυν ἀπείπωμεν ταλαιπωρούμεναι, ἀλλʼ εἰσίωμεν. καὶ γὰρ αἰσχρὸν τουτογὶ ὦ φίλταται, τὸν χρησμὸν εἰ προδώσομεν.
fac-similé LOB_79_0110_a.jpg

576

Chœur de vieillards. Chœur de femmes. Chœur de V.

Je veux vous dire une petite histoire qu'on m'a apprise dans mon enfance. Il y avait un jeune homme appelé Mélanion , qui, fuyant le mariage, se retira dans une solitude sur une montagne fort agréable. Il courait le lièvre ; il faisait des filets pour prendre des oiseaux ; son chien faisait toutes ses délices. Voilà comme il passa la vie, et ne voulut jamais revenir de cet exil volontaire, tant il haïssait les femmes. Aussi sages que lui, nous ne les haïssons pas moins. Vieille ! Que je te baise !

Chœur de F.

Tu aurais aussitôt fait de peler un oignon, tu n'en pleureras pas moins, de me baiser.

Chœur de V.

Laisse-moi te donner le croc en jambe.

Chœur de F.

Ne la hausse point tant : tu montres une forêt de poils.

Chœur de V.

Tous les grands capitaines, comme Myronide et Phormion de Crotone , ont eu le cul noir et leurs ennemis l'ont bien senti.

Chœur de F.

Je veux aussi vous dire une histoire, pour faire paroli à celle de Mélanion . Certain Timon , misanthrope inexorable, avorton de quelqu'une des furies, faisait sa demeure dans les halliers, présentant à tous les

Χορὸς γερόντων μῦθον βούλομαι λέξαι τινʼ ὑμῖν, ὅν ποτʼ ἤκουσʼ αὐτὸς ἔτι παῖς ὤν. οὕτως ἦν νεανίσκος Μελανίων τις, ὃς φεύγων γάμον ἀφίκετʼ ἐς ἐρημίαν, κἀν τοῖς ὄρεσιν ᾤκει· κᾆτʼ ἐλαγοθήρει πλεξάμενος ἄρκυς, καὶ κύνα τινʼ εἶχεν, κοὐκέτι κατῆλθε πάλιν οἴκαδʼ ὑπὸ μίσους. οὕτω τὰς γυναῖκας ἐβδελύχθη ʼκʼεῖνος, ἡμεῖς τʼ οὐδὲν ἧττον τοῦ Μελανίωνος οἱ σώφρονες. γέρων βούλομαί σε γραῦ κύσαι— Γυνή κρόμμυόν τἄρʼ οὐκ ἔδει. γέρων κἀνατείνας λακτίσαι. Γυνή τὴν λόχμην πολλὴν φορεῖς. Χορὸς γερόντων καὶ Μυρωνίδης γὰρ ἦν τραχὺς ἐντεῦθεν μελάμπυγός τε τοῖς ἐχθροῖς ἅπασιν, ὥς δὲ καὶ Φορμίων. Χορὸς Γυναικῶν κἀγὼ βούλομαι μῦθόν τινʼ ὑμῖν ἀντιλέξαι τῷ Μελανίωνι. Τίμων ἦν ἀίδρυτός τις ἀβάτοισιν
fac-similé LOB_79_0110_b.jpg

577

(p) Aristophane c'est souvent moqué de la coutume de paraître sur le théâtre comique avec des priapes de cuir rougis par le bout . Mais il a été entrainé par l'usage ; et cette pièce, aussi bien que l'assemblée des femmes et les guêpes, paraissent inventées exprès pour faire un usage raisonnable de ces instruments. Ici cet homme en a un, de même que tous les autres qui paraissent ensuite, parce qu'ils ont besoin de femmes.

f°104

hommes un visage renfrogné, et les chargeant tous d'injures et de malédictions, tant il les haïssait, ces méchants hommes. Mais il était bon ami des femmes. Veux-tu que j'approche la joue ?

Chœur de V.

Approche : je ne te crains point.

Chœur de F.

Je hausserai la jambe.

Chœur de V.

Tu montrerais la boutonnière .

Chœur de F.

Quand on le verrait, il ne me ferait pas honte ; car quoiqu'il soit aussi vieux que moi, il est sans barbe avec les cours de la lampe.



Lysistrate . Une femme. Une autre femme. Myrrhine . Lys.

A moi, femmes, à moi, vite, vite.

Une femme

Qu'y a-t-il ? Qu'as-tu à crier ?

Lys.

Voyez cet homme qui vient, comme le voilà, saisi des fureurs (p) de Vénus !

Une autre femme.

O reine de Cypre, de Cythère et de Paphos ! Puisse-t-il venir tout droit !

Une autre femme.

Je ne le vois point : où est-il ?

Lys.

Là, du côté du temple de Cérès . Ô

Χορὸς Γυναικῶν ἐν σκώλοισι τὸ πρόσωπον περιειργμένος, Ἐρινύων ἀπορρώξ. οὗτος οὖν ὁ Τίμων [illisible] ᾤχεθʼ ὑπὸ μίσους πολλὰ καταρασάμενος ἀνδράσι πονηροῖς. οὕτω ʼκεῖνος ὑμῶν ἀντεμίσει τοὺς πονηροὺς ἄνδρας ἀεί, ταῖσι δὲ γυναιξὶν ἦν φίλτατος. Γυνή τὴν γνάθον βούλει θένω; γέρων μηδαμῶς· †ἔδεισά γε.† Γυνή ἀλλὰ κρούσω τῷ σκέλει; γέρων τὸν σάκανδρον ἐκφανεῖς. Χορὸς Γυναικῶν ἀλλʼ ὅμως ἂν οὐκ ἴδοις καίπερ οὔσης γραὸς ὄντʼ αὐτὸν κομήτην, ἀλλʼ ἀπεψιλωμένον τῷ λύχνῳ. Λυσιστράτη ἰοὺ ἰοὺ γυναῖκες ἴτε δεῦρʼ ὡς ἐμὲ ταχέως. Γυνή τί δʼ ἔστιν; εἰπέ μοι τίς ἡ βοή; Λυσιστράτη ἄνδρʼ ἄνδρʼ ὁρῶ προσιόντα παραπεπληγμένον, τοῖς τῆς Ἀφροδίτης ὀργίοις εἰλημμένον. ὦ πότνια Κύπρου καὶ Κυθήρων καὶ Πάφου μεδέουσʼ, ἴθʼ ὀρθὴν ἥνπερ ἔρχι τὴν ὁδόν. Γυνή ποῦ δʼ ἐστὶν ὅστις ἐστί; Λυσιστράτη παρὰ τὸ τῆς Χλόης.
fac-similé LOB_79_0111_a.jpg

578

X

Obscénité au moins inutile.

Dieux ! Qui serait-ce bien ? Regardez, vous autres, si personne de vous ne reconnait.

Myrrh.

Parbleu ! je le connais bien, moi : c'est mon mari Cinésias .

Lys.

Je te le donne à tourmenter. Il faut le faire griller à petit feu, l'amuser par de belles paroles, lui promettre tout, et puis se moquer de lui.

Myr.

Laisse faire : tu verras beau jeu.

Lys.

Je resterai ici pour t'aider à le berner. Vous autres, allez-vous en.



Cinésias ou branlart. Lysistrate . Myrrhine . Un petit enfant. Cinésias.

A l'aide ! Au secours ! Ah ! Que je suis malheureux ! A-t-on jamais vu chose pareille ? non, un cable bandé avec le cabestan n'est ni plus roide ni plus dur.

Lys.

Qui va là ?

Cin.

C'est moi.

Lys.

Qui est-tu, toi ?

Cin.

Un pauvre homme.

Lys.

Un homme ! Retire-toi au plus tôt ou je tire.

Γυνὴ ὢ νὴ Δίʼ ἔστι δῆτα. τίς κἀστίν ποτε; Λυσιστράτη ὁρᾶτε· γιγνώσκει τις ὑμῶν; Μυρρίνη νὴ Δία ἔγωγε· κἀστὶν οὑμὸς ἀνὴρ Κινησίας. Λυσιστράτη σὸν ἔργον ἤδη τοῦτον ὀπτᾶν καὶ στρέφειν κἀξηπεροπεύειν καὶ φιλεῖν καὶ μὴ φιλεῖν, καὶ πάνθʼ ὑπέχειν πλὴν ὧν σύνοιδεν ἡ κύλιξ. Μυρρίνη ἀμέλει ποιήσω ταῦτʼ ἐγώ. Λυσιστράτη καὶ μὴν ἐγὼ ξυνηπεροπεύσω σοι παραμένουσʼ ἐνθαδί, καὶ ξυσταθεύσω τοῦτον. ἀλλʼ ἀπέλθετε. Κινησίας οἴμοι κακοδαίμων, οἷος ὁ σπασμός μʼ ἔχει χὠ τέτανος ὥσπερ ἐπὶ τροχοῦ στρεβλούμενον. Λυσιστράτη τίς οὗτος οὑντὸς τῶν φυλάκων ἑστώς; Κινησίας ἐγώ. Λυσιστράτη ἀνήρ; Κινησίας ἀνὴρ δῆτʼ. Λυσιστράτη οὐκ ἄπει δῆτʼ ἐκποδών;
fac-similé LOB_79_0111_b.jpg

579

X

X

X

X

X

f°105 Cin.

Quelle fureur ! Et qui est-tu ?

Lys.

La sentinelle.

Cin.

O, pour tous les Dieux, fais-moi venir Myrrhine , je t'en prie.

Lys.

Hors de là, infame. Pour qui me prend-il donc ? Mais qui es-tu ?

Cin.

Je suis Branlart de la Membrolle , son mari.

Lys.

O sois-tu le bien-venu, mon cher Branlart ! Le beau nom ! La belle seigneurie ! C'est donc toi ce Branlart de la Membrolle , si cher à toutes les femmes, qu'aucune de nous ne nomme sans transports, et à qui nous souhaitons sa part de tous les plaisirs que nous pouvons prendre.

Cin.

C'est moi-même. Mais que tu me fais aise, de me dire cela !

Lys.

Et quand on parle d'hommes en présence de ta femme, elle s'écrie aussitôt, que tout le reste n'est que badinerie auprès de son cher Branlart .

Cin.

Ah ! Fais-la donc venir, je t'en prie.

Lys.

Que me donneras-tu ?

Cin.

Par dieu , tout ce que tu voudras.

Κινησίας σὺ δʼ εἶ τίς ἡκβάλλουσά μʼ; Λυσιστράτη ἡμεροσκόπος. Κινησίας πρὸς τῶν θεῶν νυν ἐκκάλεσόν μοι Μυρρίνην. Λυσιστράτη ἰδοὺ καλέσω ʼγὼ Μυρρίνην σοι; σὺ δὲ τίς εἶ; Κινησίας ἀνὴρ ἐκείνης, Παιονίδης Κινησίας. Λυσιστράτη ὦ χαῖρε φίλτατʼ· οὐ γὰρ ἀκλεὲς τοὔνομ τὸ σὸν παρʼ ἡμῖν ἐστιν οὐδʼ ἀνώνυμον. ἀεὶ γὰρ ἡ γυνή σʼ ἔχει διὰ στόμα. κἂν ᾠὸν ἢ μῆλον λάβῃ, ‘Κινησίᾳ τουτὶ γένοιτο,’ φησίν. Κινησίας ὢ πρὸς τῶν θεῶν. Λυσιστράτη νὴ τὴν Ἀφροδίτην· κἂν περὶ ἀνδρῶν γʼ ἐμπέσῃ λόγος τις, εἴρηκʼ εὐθέως ἡ σὴ γυνὴ ὅτι λῆρός ἐστι τἄλλα πρὸς Κινησίαν. Κινησίας ἴθι νυν κάλεσον αὐτήν. Λυσιστράτη τί οὖν; δώσεις τί μοι; Κινησίας ἔγωγέ σοι νὴ τὸν Δίʼ, ἢν βούλῃ γε σύ· ἔχω δὲ τοῦθʼ· ὅπερ οὖν ἔχω, δίδωμί σοι.
fac-similé LOB_79_0112_a.jpg

580

X

Lys.

Je vais descendre pour la faire venir.

Cin.

Hélas ! Fais vite, je t'en conjure. La vie me déplait si fort depuis qu'elle a quitté la maison ! Je suis accablé de tristesse. Il me semble que je suis dans la plus affreuse solitude du monde. Je ne trouve de goût à rien ; tout me déplait, tout me chagrine.

Myrrh. au dedans.

Oui, je l'aime comme mes yeux ; mais il a assez de cruauté pour moi, que de ne pas souffrir que je le baise quand l'envie m'en prend. Laisse-moi , et ne me fais pas descendre pour lui.

Cin.

Mon cœur ! Ma petite Myrrhine ! Pourquoi fais-tu ces façons ? Descends, descends.

Myrrh. au dedans.

Non, je n'en fais rien.

Cin.

Quoi ? pour l'amour de ton pauvre Branlart tu ne veux pas descendre, ma chère petite femme ?

Myrrh. au dedans.

Pourquoi descendrais-je ? aussi bien tu n'as point affaire de moi.

Cin.

Point affaire de toi ? Je brûle, je meurs de t'embrasser.

Myrrh. au dedans.

Adieu, adieu ; tu te moques de moi.

Cin.

Ma mie, mon cœur, aie au moins compassion

Λυσιστράτη φέρε νυν καλέσω καταβᾶσά σοι. Κινησίας ταχύ νυν πάνυ. ὡς οὐδεμίαν ἔχω γε τῷ βίῳ χάριν, ἐξ οὗπερ αὕτη ʼξῆλθεν ἐκ τῆς οἰκίας· ἀλλʼ ἄχθομαι μὲν εἰσιών, ἔρημα δὲ εἶναι δοκεῖ μοι πάντα, τοῖς δὲ σιτίοις χάριν οὐδεμίαν οἶδʼ ἐσθίων· ἔστυκα γάρ. Μυρρίνη φιλῶ φιλῶ ʼγὼ τοῦτον· ἀλλʼ οὐ βούλεται ὑπʼ ἐμοῦ φιλεῖσθαι. σὺ δʼ ἐμὲ τούτῳ μὴ κάλει. Κινησίας ὦ γλυκύτατον Μυρρινίδιον τί ταῦτα δρᾷς; κατάβηθι δεῦρο. Μυρρίνη μὰ Δίʼ ἐγὼ μὲν αὐτόσʼ οὔ. Κινησίας ἐμοῦ καλοῦντος οὐ καταβήσει Μυρρίνη; Μυρρίνη οὐ γὰρ δεόμενος οὐδὲν ἐκκαλεῖς ἐμέ. Κινησίας ἐγὼ οὐ δεόμενος; ἐπιτετριμμένος μὲν οὖν. Μυρρίνη ἄπειμι. Κινησίας μὴ δῆτʼ, ἀλλὰ τῷ γοῦν παιδίῳ
fac-similé LOB_79_0112_b.jpg

581

X

f°106

de ton enfant. Ecoute-le qui crie après toi.

L'enfant.

Maman, maman, maman, maman.

Cin.

Cruelle ! ses cris ne te touchent point ? Le pauvre enfant ! pauvre petit abandonné qu'il y a six jours qui n'as eu à téter, et n'as été lavé .

Myrrh. au dedans.

Je n'ai que trop de compassion, mais son père est un négligent.

Cin.

Descends donc au moins pour l'amour de ton enfant.

Myrrh. au dedans.

O maternité ! ce que c'est que d'être mère ! attends, mon enfant, je vais à toi.

(elle sort) Cin.

O Dieux ! que vais-je devenir ? jamais elle ne me paraît si jeune. Jamais je ne trouvai tant de charmes dans ses regards languissants. O ciel ! où suis-je ? Mais je n'ose en approcher. Elle fait la fâchée pour me faire languir.

Myrrh.

Viens-ça, mon pauvre enfant, que je t'embrasse. Beau fils d'un méchant père ! Mon petit poupon ! que je te baise ; baise ta maman, mon fils.

Lys.

Ah ! malheureuse ! que fais-tu là ? tu gâtes tout ; tu donnes un mauvais exemple aux autres femmes ; et moi tu me fais mourir.

Κινησίας ὑπάκουσον· οὗτος οὐ καλεῖς τὴν μαμμίαν; Παῖς Κινησίου μαμμία, μαμμία, μαμμία. Κινησίας αὕτη τί πάσχεις; οὐδʼ ἐλεεῖς τὸ παιδίον ἄλουτον ὂν κἄθηλον ἕκτην ἡμέραν; Μυρρίνη ἔγωγʼ ἐλεῶ δῆτʼ· ἀλλʼ ἀμελὴς αὐτῷ πατὴρ ἔστιν. Κινησίας κατάβηθʼ ὦ δαιμονία τῷ παιδίῳ. Μυρρίνη οἷον τὸ τεκεῖν· καταβατέον. τί γὰρ πάθω; Κινησίας ἐμοὶ γὰρ αὕτη καὶ νεωτέρα δοκεῖ πολλῷ γεγενῆσθαι κἀγανώτερον βλέπειν· χἂ δυσκολαίνει πρὸς ἐμὲ καὶ βρενθύεται, ταῦτʼ αὐτὰ δή ʼσθʼ ἃ κἄμʼ ἐπιτρίβει τῷ πόθῳ. Μυρρίνη ὦ γλυκύτατον σὺ τεκνίδιον κακοῦ πατρός, φέρε σε φιλήσω γλυκύτατον τῇ μαμμίᾳ. Κινησίας τί ὦ πονήρα ταῦτα ποιεῖς χἀτέραις πείθει γυναιξί, κἀμέ τʼ ἄχθεσθαι ποιεῖς
fac-similé LOB_79_0113_a.jpg

582

Cin.

Hélas ! la cruelle ! c'est moi-même qu'elle fait mourir.

Myrrh.

Ahi ! ôte ta main de là, je t'en prie ; et si tu as quelque chose à me dire, dis-le sans me toucher.

Cin.

Ma chère Myrrhine ! Tout est en désordre dans la maison.

Myrrh.

Je ne m'en soucie guère.

Cin.

Quoi ! tu ne te mets pas en peine que les poules montent partout, gâtent, brouillent emportent et trainent la laine et la filasse ?

Myrrh.

Bagatelles que tout cela.

Cin.

Ne crains-tu pas encore que Vénus soit offensée que tu n'as point célébré ses mystères depuis le temps ? Ne veux-tu pas revenir ?

Myrrh.

Non, je ne retournerai point, que l'on n'ait fait la paix.

Cin.

S'il ne tient qu'à cela, voilà qui est fait ; je renonce à la guerre pour jamais. Allons, viens te coucher avec moi.

Myrrh.

Mon cher mari, je t'aime comme mon cœur ; mais je ne saurais pour à présent.

Cin.

Tu m'aimes, et tu ne veux pas coucher avec moi.

Κινησίας αὐτή τε λυπεῖ; Μυρρίνη μὴ πρόσαγε τὴν χεῖρά μοι. Κινησίας τὰ δʼ ἔνδον ὄντα τἀμὰ καὶ σὰ χρήματα χεῖρον διατίθης. Μυρρίνη ὀλίγον αὐτῶν μοι μέλει. Κινησίας ὀλίγον μέλει σοι τῆς κρόκης φορουμένης ὑπὸ τῶν ἀλεκτρυόνων; Μυρρίνη ἔμοιγε νὴ Δία. Κινησίας τὰ δὲ τῆς Ἀφροδίτης ἱέρʼ ἀνοργίαστά σοι χρόνον τοσοῦτόν ἐστιν. οὐ βαδιεῖ πάλιν; Μυρρίνη μὰ Δίʼ οὐκ ἔγωγʼ, ἢν μὴ διαλλαχθῆτέ γε καὶ τοῦ πολέμου παύσησθε. Κινησίας τοιγάρ, ἢν δοκῇ, ποιήσομεν καὶ ταῦτα. Μυρρίνη τοιγάρ, ἢν δοκῇ, κἄγωγʼ ἄπειμʼ ἐκεῖσε· νῦν δʼ ἀπομώμοκα. Κινησίας σὺ δʼ ἀλλὰ κατακλίνηθι μετʼ ἐμοῦ διὰ χρόνου. Μυρρίνη οὐ δῆτα· καίτοι σʼ οὐκ ἐρῶ γʼ ὡς οὐ φιλῶ. Κινησίας φιλεῖς; τί οὖν οὐ κατεκλίνης ὦ Μύρριον;
fac-similé LOB_79_0113_b.jpg

583

X

f°107 Myrrh.

Grosse bête ! veux-tu faire cela en présence d'un enfant ?

Cin.

Tu as raison, ma chère. Approche Manès , et porte l'enfant au logis. Voilà qui est le mieux du monde ; l'enfant n'y est plus : faisons donc maintenant.

Myrrh.

Je regarde où nous pourrions bien faire cela.

Cin.

Si tu veux, nous irons à la grotte de Pan .

Myrrh.

Mais comment pourrai-je rentrer dans la citadelle et dans le temple de Minerve après m'être souillée.

Cin.

Je te laverai si bien, qu'il ne restera aucune tache.

Myrrh.

Et puis, je me parjurerai.

Cin.

J'en prend le peché sur moi ; laisse-là ton scrupule.

Myrrh.

Tu n'as qu'à aller devant : je vais quérir un petit lit de sangles.

Cin.

Point, nous ferons bien cela à terre.

Myrrh.

Ah ! dieu m'en garde de te coucher à terre, toi que j'estime et que j'honore infiniment.

Cin.

C'est pourtant tout de bon qu'elle m'aime,

Μυρρίνη ὦ καταγέλαστʼ ἐναντίον τοῦ παιδίου; Κινησίας μὰ Δίʼ ἀλλὰ τοῦτό γʼ οἴκαδʼ ὦ Μανῆ φέρε. ἰδοὺ τὸ μέν σοι παιδίον καὶ δὴ ʼκποδών, σὺ δʼ οὐ κατακλίνει. Μυρρίνη ποῦ γὰρ ἄν τις καὶ τάλαν δράσειε τοῦθʼ; Κινησίας ὅπου; τὸ τοῦ Πανὸς καλόν. Μυρρίνη καὶ πῶς ἔθʼ ἁγνὴ δῆτʼ ἂν ἔλθοιμʼ ἐς πόλιν; Κινησίας κάλλιστα δήπου λουσαμένη τῇ Κλεψύδρᾳ. Μυρρίνη ἔπειτʼ ὀμόσασα δῆτʼ ἐπιορκήσω τάλαν; Κινησίας εἰς ἐμὲ τράποιτο· μηδὲν ὅρκου φροντίσῃς. Μυρρίνη φέρε νυν ἐνέγκω κλινίδιον νῷν. Κινησίας μηδαμῶς. ἀρκεῖ χαμαὶ νῷν. Μυρρίνη μὰ τὸν Ἀπόλλω μή σʼ ἐγὼ καίπερ τοιοῦτον ὄντα κατακλινῶ χαμαί. Κινησίας ἥ τοι γυνὴ φιλεῖ με, δήλη ʼστὶν καλῶς.
fac-similé LOB_79_0114_a.jpg

584

la pauvre Myrrhine.

Myrrh.

Tiens, voilà un lit ; tu te coucheras quand il te plaira. Je vais me déshabiller. Mais à propos, il faut un matelas.

Cin.

Quel matelas ? Je n'en veux point.

Myrrh.

Eh fi ! tu te moques ; cela est infame, de se coucher ainsi sur les sangles.

Cin.

Baise-moi.

Myrrh.

Je le veux, mon cher mari.

Cin.

Ah ! Quel plaisir ! Mais ne tarde guère.

Myrrh.

Voilà un matelas ; couche-toi. Je vais quitter mes habits. Ah ! mon pauvre mari ! Il n'y a point d'oreiller.

Cin.

Laisse, laisse ; il ne m'en faut point.

Myrrh.

Mais il m'en faut à moi.

Cin.

Holà ! Monsieur le drôle , sortez, montrez-vous levez la tête : on vous traite en hôte. Jamais Hercule ne fut reçu avec plus de cérémonies.

Myrrh.

O ça ! je crois qu'à la fin nous aurons tout ce qu'il nous faut.

Cin.

Puisqu'il ne manque plus rien, viens, mon cœur.

Μυρρίνη ἰδοὺ κατάκεισʼ ἀνύσας τι, κἀγὼ ʼκδύομαι. καίτοι, τὸ δεῖνα, ψίαθός ἐστʼ ἐξοιστέα. Κινησίας ποία ψίαθος; μὴ μοί γε. Μυρρίνη νὴ τὴν Ἄρτεμιν, αἰσχρὸν γὰρ ἐπὶ τόνου γε. Κινησίας δός μοί νυν κύσαι. Μυρρίνη ἰδού. Κινησίας παπαιάξ· ἧκέ νυν ταχέως πάνυ. Μυρρίνη ἰδοὺ ψίαθος· κατάκεισο, καὶ δὴ ʼκδύομαι. καίτοι, τὸ δεῖνα, προσκεφάλαιον οὐκ ἔχεις. Κινησίας ἀλλʼ οὐδὲ δέομʼ ἔγωγε. Μυρρίνη νὴ Δίʼ ἀλλʼ ἐγώ. Κινησίας ἀλλʼ ἢ τὸ πέος τόδʼ Ἡρακλῆς ξενίζεται. Μυρρίνη ἀνίστασʼ, ἀναπήδησον. ἤδη πάντʼ ἔχω. Κινησίας ἅπαντα δῆτα. δεῦρό νυν ὦ χρύσιον.
fac-similé LOB_79_0114_b.jpg

585

X

f°108 Myrrh.

Voilà qui me délace. Mais souviens-toi au moins de la parole que tu m'as donnée, que tu renonceras à la guerre.

Cin.

Par Jupiter ! que je périsse si j'en manque.

Myrrh.

A propos, il n'y a point de couvertures.

Cin.

Par Jupiter ! il ne m'en faut point. Couchons- nous, c'est de quoi il s'agit.

Myrrh.

Un peu de patience : il n'y aura rien de perdu.

Cin.

O la terrible femme ! Elle me fait mourir avec toutes ses façons.

Myrrh.

Lève-toi un peu.

Cin.

Tout est levé, il y a déjà longtemps.

Myrrh.

Veux-tu des essences ?

Cin.

Des essences ? J'en suis si plein que j'en crie.

Myrrh.

Par Vénus , je t'en mettrai, quand même tu ne le voudrais point.

Cin.

O Seigneur Jupiter ! que tout ce qu'il y a d'essences et de parfums au monde fût à tous les mille.

Myrrh.

Tends la main : tiens ; frotte-toi.

Μυρρίνη τὸ στρόφιον ἤδη λύομαι. μέμνησό νυν· μή μʼ ἐξαπατήσῃς τὰ περὶ τῶν διαλλαγῶν. Κινησίας νὴ Δίʼ ἀπολοίμην ἆρα. Μυρρίνη σισύραν οὐκ ἔχεις. Κινησίας μὰ Δίʼ οὐδὲ δέομαί γʼ, ἀλλὰ βινεῖν βούλομαι. Μυρρίνη ἀμέλει ποιήσεις τοῦτο· ταχὺ γὰρ ἔρχομαι. Κινησίας ἅνθρωπος ἐπιτρίψει με διὰ τὰ στρώματα. Μυρρίνη ἔπαιρε σαυτόν. Κινησίας ἀλλʼ ἐπῆρται τοῦτό γε. Μυρρίνη βούλει μυρίσω σε; Κινησίας μὰ τὸν Ἀπόλλω μὴ μέ γε. Μυρρίνη νὴ τὴν Ἀφροδίτην ἤν τε βούλῃ γʼ ἤν τε μή. Κινησίας εἴθʼ ἐκχυθείη τὸ μύρον ὦ Ζεῦ δέσποτα. Μυρρίνη πρότεινέ νυν τὴν χεῖρα κἀλείφου λαβών.
fac-similé LOB_79_0115_a.jpg

586

Cin.

Par Apollon ! quelle essence ! voilà une puanteur qui m'empoisonne ; je crois que c'est de l'urine.

Myrrh.

Pardon, mon cher mari ; j'ai pris un pot pour l'autre.

Cin.

N'importe ! aussi bien, je n'en demandais point. Laisse tout cela, ma chère Myrrhine .

Myrrh.

Tu te moques de moi.

Cin.

J'enrage. Que maudit soit le premier celui qui s'est avisé le premier de tirer des essences et de composer des parfums.

Myrrh.

Tiens, mon petit mari ; prends cette fiole.

Cin.

Laisse la fiole, et te couche. J'ai une autre fiole et une autre liqueur dont je veux te faire présent.

Myrrh.

Je vais donc me coucher. Voilà que je quitte ma jupe. Mais surtout tu seras pour la paix.

Cin.

Oui ; et j'y porterai tout le monde. A l'aide ! au secours ! Ah ! la méchante femme ! Je suis tout en sang : elle l'a tout écorché. Elle s'enfuit. Que deviendrai-je ? hélas ! Qui embrasserais-je, après avoir manqué la plus belle de toutes les femmes ? Sur qui déchargerai-je ma fureur ? N'y a-t-il

Κινησίας οὐχ ἡδὺ τὸ μύρον μὰ τὸν Ἀπόλλω τουτογί, εἰ μὴ διατριπτικόν γε κοὐκ ὄζον γάμων. Μυρρίνη τάλαινʼ ἐγὼ τὸ Ῥόδιον ἤνεγκον μύρον. Κινησίας ἀγαθόν· ἔα αὔτʼ ὦ δαιμονία. Μυρρίνη ληρεῖς ἔχων. Κινησίας κάκιστʼ ἀπόλοιθʼ ὁ πρῶτος ἑψήσας μύρον. Μυρρίνη λαβὲ τόνδε τὸν ἀλάβαστον. Κινησίας ἀλλʼ ἕτερον ἔχω. ἀλλʼ ᾠζυρὰ κατάκεισο καὶ μή μοι φέρε μηδέν. Μυρρίνη ποιήσω ταῦτα νὴ τὴν Ἄρτεμιν. ὑπολύομαι γοῦν. ἀλλʼ ὅπως ὦ φίλτατε σπονδὰς ποιεῖσθαι ψηφιεῖ. Κινησίας βουλεύσομαι. ἀπολώλεκέν με κἀπιτέτριφεν ἡ γυνὴ τά τʼ ἄλλα πάντα κἀποδείρασʼ οἴχεται. Κινησίας οἴμοι τί πάθω; τίνα βινήσω
fac-similé LOB_79_0115_b.jpg

587

f°109

point ici quelque honnête homme qui voulût, pour de l'argent, me prêter un mirliton ?



Chœur de Vieillards. Cinésias .

Chœur de V.

Pauvre Cinésias , que tu es à plaindre d'avoir été traité de la sorte ! qui peut au monde tant souffrir sans crever ? hélas ! hélas !

Cin.

O Dieux ! quels cruels tourments ! Les nerfs me vont rompre, à force de tirer !

Chœur de V.

La maudite, la détestable femme, qui t'a mis dans cet état.

Cin.

Ah ! ne parlez pas ainsi de ma femme. C'est la plus belle, la meilleure, la plus charmante....

Chœur de V.

Non, non ; c'est la plus maudite, la plus exécrable de toutes. O Jupiter qui lances le tonnerre, puisses-tu pour la punir comme elle le mérité, la renverser et la faire expirer d'un coup de foudre.



Un hérault des Lacédémoniens. Le probule. Cinésias .

Le héraut.

Au nom de Minerve ! dites-moi où se tient le conseil et où sont les prytanes. J'ai des nouvelles à leur dire.

Κινησίας τῆς καλλίστης πασῶν ψευσθείς; πῶς ταυτηνὶ παιδοτροφήσω; ποῦ Κυναλώπηξ; μίσθωσόν μοι τὴν τίτθην. Χορὸς γερόντων ἐν δεινῷ γʼ ὦ δύστηνε κακῷ τείρει ψυχὴν ἐξαπατηθείς. κἄγωγʼ οἰκτίρω σʼ αἰαῖ. ποῖος γὰρ ἂν ἢ νέφρος ἀντίσχοι, ποία ψυχή, ποῖοι δʼ ὄρχεις, ποία δʼ ὀσφῦς, ποῖος δʼ ὄρρος κατατεινόμενος καὶ μὴ βινῶν τοὺς ὄρθρους; Κινησίας ὦ Ζεῦ δεινῶν ἀντισπασμῶν. Χορὸς γερόντων ταυτὶ μέντοι νυνί σʼ ἐποίησʼ ἡ παμβδελυρὰ καὶ παμμυσαρά. Κινησίας μὰ Δίʼ ἀλλὰ φίλη καὶ παγγλυκερά. Χορὸς γερόντων ποία γλυκερά; μιαρὰ μιαρά. Κινησίας μιαρὰ δῆτʼ ὦ Ζεῦ ὦ Ζεῦ· εἴθʼ αὐτὴν ὥσπερ τοὺς θωμοὺς μεγάλῳ τυφῷ καὶ πρηστῆρι ξυστρέψας καὶ ξυγγογγύλας οἴχοιο φέρων, εἶτα μεθείης, ἡ δὲ φέροιτʼ αὖ πάλιν ἐς τὴν γῆν, κᾆτʼ ἐξαίφνης περὶ τὴν ψωλὴν περιβαίη. Κῆρυξ Λακεδαιμονίων πᾷ τᾶν Ἀσανᾶν ἐστιν ἁ γερωχία ἢ τοὶ πρυτάνιες; λῶ τι μυσίξαι νέον.
fac-similé LOB_79_0116_a.jpg

588

X

Le prob.

Qui es-tu ? Par Dieu , l'on te prendrait pour un Priape .

Le hér.

Mon ami, je suis un hérault que ceux de Sparte envoient pour prier les Athéniens de faire la paix.

Le prob.

Mais je crois que tu as une hallebarde sous ton manteau.

Le hér.

Non, je t'en assure.

Le prob.

Ouais ! tu as pourtant quelque chose là-dessous. Tourne-toi. Serais-tu blessé du voyage ?

Cin.

Ma foi ! je crois que nous sommes tous deux frappés au même endroit.

Le prob.

ah ! ah ! Le drôle ! Et tu ne le disais pas ?

Le hér.

Je te prie, laisse-moi en repos ; ce n'est pas ce que tu penses.

Le prob.

Et quoi donc ? Est-ce un court bâton ? Mais il faut te laisser en paix, puisque tu le souhaites. Dis-moi un peu, comment vont les affaires des Lacédémoniens ?

Le hér.

Très mal, aussi bien que celles de leurs alliés. Le feu s'y est mis.

Le prob.

Dans leurs affaires ? Et comment ? Qu'avez-

Κινησίας σὺ δʼ εἶ πότερον ἄνθρωπος ἢ κονίσαλος; Κῆρυξ Λακεδαιμονίων κᾶρυξ ἐγὼν ὦ κυρσάνιε ναὶ τὼ σιὼ ἔμολον ἀπὸ Σπάρτας περὶ τᾶν διαλλαγᾶν. Κινησίας κἄπειτα δόρυ δῆθʼ ὑπὸ μάλης ἥκεις ἔχων; Κῆρυξ Λακεδαιμονίων οὐ τὸν Δίʼ οὐκ ἐγών γα. Κινησίας ποῖ μεταστρέφει; τί δὴ προβάλλει τὴν χλαμύδʼ; ἢ βουβωνιᾷς ὑπὸ τῆς ὁδοῦ; Κῆρυξ Λακεδαιμονίων παλαιόρ γα ναὶ τὸν Κάστορα ὥνθρωπος. Κινησίας ἀλλʼ ἔστυκας ὦ μιαρώτατε. Κῆρυξ Λακεδαιμονίων οὐ τὸν Δίʼ οὐκ ἐγών γα· μηδʼ αὖ πλαδδίη. Κινησίας τί δʼ ἐστί σοι τοδί; Κῆρυξ Λακεδαιμονίων σκυτάλα Λακωνικά. Κινησίας εἴπερ γε χαὔτη ʼστὶ σκυτάλη Λακωνική. ἀλλʼ ὡς πρὸς εἰδότʼ ἐμὲ σὺ τἀληθῆ λέγε. τί τὰ πράγμαθʼ ὑμῖν ἐστι τἀν Λακεδαίμονι; Κῆρυξ Λακεδαιμονίων ὀρσὰ Λακεδαίμων πᾶα καὶ τοὶ σύμμαχοι ἅπαντες ἐστύκαντι· Πελλάνας δὲ δεῖ. Κινησίας ἀπὸ τοῦ δὲ τουτὶ τὸ κακὸν ὑμῖν ἐνέπεσεν;
fac-similé LOB_79_0116_b.jpg

589

~

f°110

vous fait à Pan ?

Le hér.

Ce n'est pas lui qui l'a allumé ; c'est Lampito et toutes les autres femmes de Sparte qui ont mis le feu partout et fermé toutes les fontaines.

Le prob.

Comment faites-vous donc ?

Le hér.

Comment ferions-nous ? nous enrageons. Nos femmes ne veulent pas souffrir que nous approchions d'elles, que nous n'ayons fait la paix.

Cin.

Je vois bien maintenant que la conspiration est générale, et que toutes les femmes de la Grèce se sont donné le mot. Va, et amène des députés pour traiter de la paix. Je m'en vais au conseil, et je m'assure que pour en faire nommer de notre côté, je n'ai qu'à me montrer comme je suis.

Le hér.

J'y vole ; car on ne peut rien ajouter à ce que tu dis.



Chœur d'hommes. Chœur de femmes. Chœur d'h.

Quel dangereux animal c'est que les femmes ! Il n'y a point de bête farouche qui ne soit encore plus traitable.

Κινησίας ἀπὸ Πανός; Κῆρυξ Λακεδαιμονίων οὔκ, ἀλλʼ ἆρχεν οἰῶ Λαμπιτώ, ἔπειτα τἄλλαι ταὶ κατὰ Σπάρταν ἅμα γυναῖκες ᾇπερ ἀπὸ μιᾶς ὑσπλαγίδος ἀπήλααν τὼς ἄνδρας ἀπὸ τῶν ὑσσάκων. Κινησίας πῶς οὖν ἔχετε; Κῆρυξ Λακεδαιμονίων μογίομες. ἂν γὰρ τὰν πόλιν ᾇπερ λυχνοφορίοντες ἐπικεκύφαμες. ταὶ γὰρ γυναῖκες οὐδὲ τῶ μύρτω σιγεῖν ἐῶντι, πρίν γʼ ἅπαντες ἐξ ἑνὸς λόγω σπονδὰς ποιησώμεσθα ποττὰν Ἑλλάδα. Κινησίας τουτὶ τὸ πρᾶγμα πανταχόθεν ξυνομώμοται ὑπὸ τῶν γυναικῶν· ἄρτι νυνὶ μανθάνω. ἀλλʼ ὡς τάχιστα φράζε περὶ διαλλαγῶν αὐτοκράτορας πρέσβεις ἀποπέμπειν ἐνθαδί. ἐγὼ δʼ ἑτέρους ἐνθένδε τῇ βουλῇ φράσω πρέσβεις ἑλέσθαι τὸ πέος ἐπιδείξας τοδί. Κῆρυξ Λακεδαιμονίων ποτάομαι· κράτιστα γὰρ παντᾷ λέγεις. Χορὸς γερόντων οὐδέν ἐστι θηρίον γυναικὸς ἀμαχώτερον, οὐδὲ πῦρ, οὐδʼ ὧδʼ ἀναιδὴς οὐδεμία πόρδαλις.
fac-similé LOB_79_0117_a.jpg

590

Chœur de f.

Puisque vous le savez, malheureux, pourquoi leur faire la guerre pendant que vous pouvez les avoir pour amies ?

Chœur d'h.

Qu'on ne me parle point de faire amitié avec elles ; je veux les haïr toujours.

Chœur de F.

Vous ferez ce qu'il vous plaira. En attendant, je ne saurais souffrir de te voir nu ; les petits enfants se moqueraient de toi s'ils te voyaient en cet état. Je vais te mettre ta casaque.

Chœur d'h.

Vous pourriez faire pis. Vraiment je n'y prenais pas garde. Aussi, étais-je dans une furieuse colère quand je me suis dépouillé.

Chœur de F.

C'est bien fait, de montrer qu'on a du cœur. Mais si tu ne te fâchais point, je te tirerais un moucheron que tu as dans l’œil.

Chœur d'h.

Approche ta belle main blanche, pour voir. De vrai, je sens quelque chose qui me démange.

Chœur de F.

Tu ne mériterais pas que je prisse cette peine. Cependant, tiens, vois, n'est-ce pas là un moucheron ?

Chœur d'h.

ah ! que tu m'as fait grand bien. Le maudit moucheron ! Je ne sais s'il faisait là un puits ; mais vois comme l'eau

Χορὸς Γυναικῶν ταῦτα μέντοι σὺ ξυνιεὶς εἶτα πολεμεῖς ἐμοί, ἐξὸν ὦ πόνηρε σοὶ βέβαιον ἔμʼ ἔχειν φίλην; Χορὸς γερόντων ὡς ἐγὼ μισῶν γυναῖκας οὐδέποτε παύσομαι. Χορὸς Γυναικῶν ἀλλʼ ὅταν βούλῃ σύ· νῦν δʼ οὖν οὔ σε περιόψομαι γυμνὸν ὄνθʼ οὕτως. ὁρῶ γὰρ ὡς καταγέλαστος εἶ. ἀλλὰ τὴν ἐξωμίδʼ ἐνδύσω σε προσιοῦσʼ ἐγώ. Χορὸς γερόντων τοῦτο μὲν μὰ τὸν Δίʼ οὐ πονηρὸν ἐποιήσατε· ἀλλʼ ὑπʼ ὀργῆς γὰρ πονηρᾶς καὶ τότʼ ἀπέδυν ἐγώ. Χορὸς Γυναικῶν πρῶτα μὲν φαίνει γʼ ἀνήρ, εἶτʼ οὐ καταγέλαστος εἶ. κεἴ με μὴ ʼλύπεις, ἐγώ σου κἂν τόδε τὸ θηρίον τοὐπὶ τὠφθαλμῷ λαβοῦσʼ ἐξεῖλον ἂν ὃ νῦν ἔνι. Χορὸς γερόντων τοῦτʼ ἄρʼ ἦν με τοὐπιτρῖβον, δακτύλιος οὑτοσί· ἐκσκάλευσον αὐτό, κᾆτα δεῖξον ἀφελοῦσά μοι· ὡς τὸν ὀφθαλμόν γέ μου νὴ τὸν Δία πάλαι δάκνει. Χορὸς Γυναικῶν ἀλλὰ δράσω ταῦτα· καίτοι δύσκολος ἔφυς ἀνήρ. ἦ μέγʼ ὦ Ζεῦ χρῆμʼ ἰδεῖν τῆς ἐμπίδος ἔνεστί σοι. οὐχ ὁρᾷς; οὐκ ἐμπίς ἐστιν ἥδε Τρικορυσία; Χορὸς γερόντων νὴ Δίʼ ὤνησάς γέ μʼ, ὡς πάλαι γέ μʼ ἐφρεωρύχει,
fac-similé LOB_79_0117_b.jpg

591

f°111

coule des yeux, depuis que tu me l'as ôté.

Chœur de F.

Tu n'en vaux pas la peine. Mais n'impporte ! je vais t'essuyer les yeux, et je te baiserai encore sur le marché.

Chœur d'h.

oh ! pour cela non.

Chœur de F.

Tu auras beau dire : tu en passeras par là.

Chœur d'h.

Peste ! que ces femmes sont adroites et flatteuses ! ce sont des carognes dont on ne peut pas se passer et avec qui l'on ne peut vivre.

Chœur de F.

Laissons-là, si vous voulez, tout ce qui s'est passé : n'en parlons plus, et soyons désormais tous bons amis.

Tous. Aux spectateurs

Unissons-nous tous ensemble pour chanter, Mais que personne n'ait peur qu'usant de la liberté comique, nous ne nous mettions à dire du mal de quelqu'un. Notre dessein au contraire est de dire et de faire tout ce qui pourra vous donner de la joie. Vous avez déjà tant souffert de maux qu'il y aurait de la cruauté à vous chagriner davantage. S'il y a quelqu'un qui ait besoin d'argent, fût-ce de deux ou trois mines, il n'a qu'a dire. Nous avons là des coffre-forts à votre service. Et ce que l'on aura emprunté aujourd'hui, quand la paix sera faite, on ne

Χορὸς γερόντων ὥστʼ ἐπειδὴ ʼξῃρέθη, ῥεῖ μου τὸ δάκρυον πολύ. Χορὸς Γυναικῶν ἀλλʼ ἀποψήσω σʼ ἐγώ, καίτοι πάνυ πονηρὸς εἶ, καὶ φιλήσω. Χορὸς γερόντων μὴ φιλήσῃς. Χορὸς Γυναικῶν ἤν τε βούλῃ γʼ ἤν τε μή. Χορὸς γερόντων ἀλλὰ μὴ ὥρασʼ ἵκοισθʼ· ὡς ἐστὲ θωπικαὶ φύσει, κἄστʼ ἐκεῖνο τοὔπος ὀρθῶς κοὐ κακῶς εἰρημένον, οὔτε σὺν πανωλέθροισιν οὔτʼ ἄνευ πανωλέθρων. ἀλλὰ νυνὶ σπένδομαί σοι, καὶ τὸ λοιπὸν οὐκέτι οὔτε δράσω φλαῦρον οὐδὲν οὔθʼ ὑφʼ ὑμῶν πείσομαι. ἀλλὰ κοινῇ συσταλέντες τοῦ μέλους ἀρξώμεθα. Χορός οὐ παρασκευαζόμεσθα τῶν πολιτῶν οὐδένʼ ὦνδρες φλαῦρον εἰπεῖν οὐδὲ ἕν. ἀλλὰ πολὺ τοὔμπαλιν πάντʼ ἀγαθὰ καὶ λέγειν καὶ δρᾶν· ἱκανὰ γὰρ τὰ κακὰ καὶ τὰ παρακείμενα. ἀλλʼ ἐπαγγελλέτω πᾶς ἀνὴρ καὶ γυνή, εἴ τις ἀργυρίδιον δεῖται λαβεῖν μνᾶς ἢ δύʼ ἢ τρεῖς, ὡς † πόλλʼ ἔσω ʼστὶν† κἄχομεν βαλλάντια. κἄν ποτʼ εἰρήνη φανῇ, ὅστις ἂν νυνὶ δανείσηται παρʼ ἡμῶν, ἃν λάβῃ μηκέτʼ ἀποδῷ.
fac-similé LOB_79_0118_a.jpg

592

(a) Peuple de l' Eubée.

X

X

X

sera point obligé de le rendre. Avec cela, nous allons régaler certains hôtes (a) Carystiens. Ce sont tous bonnes gens ; en sera qui voudra. Il y aura force fèves et purée en abondance, avec de petits cochons de laï très tendres. Venez donc chez nous. Il faut vous y rendre avec vos enfants, après avoir été au bain. Quand vous serez à la porte, il ne faudra ni demander ni attendre. Vous entrerez tout droit comme chez vous.



Chœur de Vieillards. Lacédémoniens. Athéniens. Lysistrate . Chœur de V.

Voilà donc les députés de Sparte ! Quelles grandes barbes ils trainent ! Mais comme ils marchent ! On dirait qu'ils auraient un pieu entre les jambes. Messieurs les Lacédémoniens , soyez les bien-venus. Comment vous trouvez-vous ?

Les Lacéd.

Que sert d'employer beaucoup de paroles à vous le dire ? Vous le voyez.

Chœur de V.

Ah ! pauvre gens ! comme vous voilà cordés ! cela va jusqu'à l'inflammation.

Les Lac.

Hélas ! le mal est plus grand qu'on ne le saurait dire. La paix, au nom de Dieu la paix ! faisons-la sans attendre davantage.

Χορός ἑστιᾶν δὲ μέλλομεν ξένους τινὰς Καρυστίους, ἄν- δρας καλούς τε κἀγαθούς. κἄστιν ἔτʼ ἔτνος τι· καὶ δελφάκιον ἦν τί μοι, καὶ τοῦτο τέθυχʼ, ὡς τὰ κρέʼ ἔδεσθʼ ἁπαλὰ καὶ καλά. ἥκετʼ οὖν εἰς ἐμοῦ τήμερον· πρῲ δὲ χρὴ τοῦτο δρᾶν λελουμένους αὔ- τούς τε καὶ τὰ παιδίʼ, εἶτʼ εἴσω βαδίζειν, μηδʼ ἐρέσθαι μηδένα, ἀλλὰ χωρεῖν ἄντικρυς ὥσπερ οἴκαδʼ εἰς ἑαυτῶν γεννικῶς, ὡς ἡ θύρα κεκλῄσεται. Χορός καὶ μὴν ἀπὸ τῆς Σπάρτης οἱδὶ πρέσβεις ἕλκοντες ὑπήνας χωροῦσʼ, ὥσπερ χοιροκομεῖον περὶ τοῖς μηροῖσιν ἔχοντες. Χορός ἄνδρες Λάκωνες πρῶτα μέν μοι χαίρετε, εἶτʼ εἴπαθʼ ἡμῖν πῶς ἔχοντες ἥκετε. Λάκων τί δεῖ ποθʼ ὑμὲ πολλὰ μυσίδδειν ἔπη; ὁρῆν γὰρ ἔξεσθʼ ὡς ἔχοντες ἵκομες. Χορός βαβαί· νενεύρωται μὲν ἥδε συμφορὰ δεινῶς, †τεθερμῶσθαί γε† χεῖρον φαίνεται. Λάκων ἄφατα. τί κα λέγοι τις; ἀλλʼ ὅπᾳ σέλει παντᾷ τις ἐλσὼν ἁμὶν εἰράναν σέτω.
fac-similé LOB_79_0118_b.jpg

593

X

(a) Voyez le fait en Thucydide , l.6

f°112 Chœur de V.

Mais nos Athéniens sont aussi plaisants que les autres. Que diantre ont-ils entre les jambes qui fait hausser leurs casaques ? Dites-nous un peu, camarades, y a-t-il longtemps que cette extension de nerfs vous tient ? Est-ce le matin que cela vous prend ?

Les Athén.

Raillerie à part, nous souffrons comme des pendus. Si nous ne nous accommodons bientôt avec nos femmes, l'endurant Callisthènes en pourra payer les pots cassés.

Chœur de V.

Si vous êtes sages, vous couvrirez votre mal, de peur de nos (a) coureurs de nuit, qui vont à coups de marteau estropier les statues de Mercure qui servent de termes. Ils vous le casseraient du premier coup, net comme du verre.

Les Ath.

Par Jupiter , vous avez raison.

Les Lacéd.

Par les Gémeaux, couvrons-nous bien de tous côtés.

Les Athén.

Bonjour, camarades Lacédémoniens . Nous voilà bien accommodés, les uns comme les autres.

Les Lac.

Ah ! Messieurs d' Athènes quelle honte de paraître ainsi !

Les Athén.

Mais à quel dessein êtes vous venus ?

Χορός καὶ μὴν ὁρῶ καὶ τούσδε τοὺς αὐτόχθονας ὥσπερ παλαιστὰς ἄνδρας ἀπὸ τῶν γαστέρων θαἰμάτιʼ ἀποστέλλοντας· ὥστε φαίνεται ἀσκητικὸν τὸ χρῆμα τοῦ νοσήματος. Ἀθηναῖος τίς ἂν φράσεις ποῦʼ στιν ἡ Λυσιστράτη; ὡς ἄνδρες ἡμεῖς οὑτοιὶ τοιουτοιί. Χορός χαὔτη ξυνᾴδει χἠτέρα ταύτῃ νόσῳ. ἦ που πρὸς ὄρθρον σπασμὸς ὑμᾶς λαμβάνει; Ἀθηναῖος μὰ Δίʼ ἀλλὰ ταυτὶ δρῶντες ἐπιτετρίμμεθα. ὥστʼ εἴ τις ἡμᾶς μὴ διαλλάξει ταχύ, οὐκ ἔσθʼ ὅπως οὐ Κλεισθένη βινήσομεν. Χορός εἰ σωφρονεῖτε, θαἰμάτια λήψεσθʼ, ὅπως τῶν Ἑρμοκοπιδῶν μή τις ὑμᾶς ὄψεται. Ἀθηναῖος νὴ τὸν Δίʼ εὖ μέντοι λέγεις. Λάκων ναὶ τὼ σιὼ παντᾷ γα. φέρε τὸ ἔσθος ἀμβαλώμεθα. Ἀθηναῖος ὢ χαίρετʼ ὦ Λάκωνες· αἰσχρά γʼ ἐπάθομεν. Λάκων ὦ Πολυχαρείδα δεινά κʼ αὖ ʼπεπόνθεμες, αἰ εἶδον ἁμὲ τὤνδρες ἀμπεφλασμένως. Ἀθηναῖος ἄγε δὴ Λάκωνες αὔθʼ ἕκαστα χρὴ λέγειν. ἐπὶ τί πάρεστε δεῦρο;
fac-similé LOB_79_0119_a.jpg

594

Les Lac.

C'est pour traiter de la paix.

Les Ath.

C'est bien dit. Nous sommes aussi députés de la république pour le même sujet. Appelons Lysistrate ; c'est elle seule qui peut nous mettre d'accord.

Chœur de V.

Il n'est pas besoin de l'appeler ; la voilà qui vient d'elle même. Place à la plus courageuse de toutes les femmes . Souviens toi, Lysistrate de rappeler en ce moment toute ta pénétration, ta sagesse, ta gravité ta douceur et ta condescendance. Tu vois devant toi les députés de toute la Grèce, qui charmés de ton esprit et de tes vertus te remettent tous leurs intérêts entre tes mains.

Lys.

Je pense qu'il ne sera pas difficile d'accorder des gens, qui, dans l’état où ils sont ont bien pu, jusqu'ici s’empêcher de se jeter les uns sur les autres. Mais je vais un peu les tâter les uns et les autres là dessus.

Chœur de V.

Tâte les Lacédémoniens les premiers. Ne fais pas cela rudement et grossièrement comme nous autres hommes ; mais délicatement tement, comme vous autres femmes le savez si bien faire. Ensuite tu viendras aux Athéniens.

Lys.

Laissez-moi faire. Vous, Lacédémoniens ,

Λάκων περὶ διαλλαγᾶν πρέσβεις. Ἀθηναῖος καλῶς δὴ λέγετε· χἠμεῖς τουτογί. τί οὐ καλοῦμεν δῆτα τὴν Λυσιστράην, ἥπερ διαλλάξειεν ἡμᾶς ἂν μόνη; Λάκων ναὶ τὼ σιὼ κἂν λῆτε τὸν Λυσίστρατον. Ἀθηναῖος ἀλλʼ οὐδὲν ἡμᾶς, ὡς ἔοικε, δεῖ καλεῖν· αὐτὴ γάρ, ὡς ἤκουσεν, ἥδʼ ἐξέρχεται. Χορός χαῖρʼ ὦ πασῶν ἀνδρειοτάτη· δεῖ δὴ νυνί σε γενέσθαι δεινὴν δειλὴν ἀγαθὴν φαύλην σεμνὴν ἀγανὴν πολύπειρον· ὡς οἱ πρῶτοι τῶν Ἑλλήνων τῇ σῇ ληφθέντες ἴυγγι συνεχώρησάν σοι καὶ κοινῇ τἀγκλήματα πάντʼ ἐπέτρεψαν. Λυσιστράτη ἀλλʼ οὐχὶ χαλεπὸν τοὔργον, εἰ λάβοι γέ τις ὀργῶντας ἀλλήλων τε μὴ ʼκπειρωμένους. τάχα δʼ εἴσομαι ʼγώ. ποῦ ʼστιν ἡ Διαλλαγή; πρόσαγε λαβοῦσα πρῶτα τοὺς Λακωνικούς, καὶ μὴ χαλεπῇ τῇ χειρὶ μηδʼ αὐθαδικῇ, μηδʼ ὥσπερ ἡμῶν ἅνδρες ἀμαθῶς τοῦτʼ ἔδρων, ἀλλʼ ὡς γυναῖκας εἰκός, οἰκείως πάνυ, ἢν μὴ διδῷ τὴν χεῖρα, τῆς σάθης ἄγε. ἴθι καὶ σὺ τούτους τοὺς Ἀθηναίους ἄγε, οὗ δʼ ἂν διδῶσι πρόσαγε τούτους λαβομένη.
fac-similé LOB_79_0119_b.jpg

595

X

(b) Voyez Plutarque dans la vie de Cimon .

f°113

mettez-vous ici auprès de moi ; et vous, mes compatriotes, mettez-vous là. Prêtez-moi l'oreille attentivement. Je suis femme, mais je ne suis pas bête. On dit que je ne manque pas d'esprit ; avec cela, j'ai été assez bien élevée, et au retenu plusieurs beaux discours que j'ai autrefois entendu faire à mon père et à d'autres vieillards bien sages. J'ai des reproches à vous faire. Pendant que dans les sacrifices publics qui se font aux jeux olympiques, pythiques, et ailleurs, vous vous liez de communion avec toute la Grèce, vous envoyez des armées ruiner toutes ses côtes, tuer ses habitants, détruire des villes ; sans penser que c'est en ouvrir l'entrée aux barbares nos ennemis qui sont prêts de fondre sur nous. Et un.

Les Ath.

J'entends bien. Mais voici un drole dont l'état violent me fait mourir d'impatience.

Lys.

Et vous, messieurs les Lacédémoniens , vous souvient-il que du temps de la guerre de Messine et des tremblements de terre, quand vous envoyâtes ici Périclidès , en habits et en posture de suppliant, pour demander du secours (b) , Cimon vous mena quatre mille hommes qui sauvèrent Lacédémone ? Vous êtes des ingrats. Pour nous récompenser d'un bienfait si signalé,

Λυσιστράτη ἄνδρες Λάκωνες στῆτε παρʼ ἐμὲ πλησίον, ἐνθένδε δʼ ὑμεῖς, καὶ λόγων ἀκούσατε. ἐγὼ γυνὴ μέν εἰμι, νοῦς δʼ ἔνεστί μοι, αὐτὴ δʼ ἐμαυτῆς οὐ κακῶς γνώμης ἔχω, τοὺς δʼ ἐκ πατρός τε καὶ γεραιτέρων λόγους πολλοὺς ἀκούσασʼ οὐ μεμούσωμαι κακῶς. λαβοῦσα δʼ ὑμᾶς λοιδορῆσαι βούλομαι κοινῇ δικαίως, οἳ μιᾶς ἐκ χέρνιβος βωμοὺς περιρραίνοντες ὥσπερ ξυγγενεῖς Ὀλυμπίασιν, ἐν Πύλαις, Πυθοῖ ʽπόσους εἴποιμʼ ἂν ἄλλους, εἴ με μηκύνειν δέοι;ʼ ἐχθρῶν παρόντων βαρβάρων στρατεύματι Ἕλληνας ἄνδρας καὶ πόλεις ἀπόλλυτε. εἷς μὲν λόγος μοι δεῦρʼ ἀεὶ περαίνεται. Ἀθηναῖος ἐγὼ δʼ ἀπόλλυμαί γʼ ἀπεψωλημένος. Λυσιστράτη εἶτʼ ὦ Λάκωνες, πρὸς γὰρ ὑμᾶς τρέψομαι, οὐκ ἴσθʼ ὅτʼ ἐλθὼν δεῦρο Περικλείδας ποτὲ ὁ Λάκων Ἀθηναίων ἱκέτης καθέζετο ἐπὶ τοῖσι βωμοῖς ὠχρὸς ἐν φοινικίδι στρατιὰν προσαιτῶν; ἡ δὲ Μεσσήνη τότε ὑμῖν ἐπέκειτο χὠ θεὸς σείων ἅμα. ἐλθὼν δὲ σὺν ὁπλίταισι τετρακισχιλίοις Κίμων ὅλην ἔσωσε τὴν Λακεδαίμονα. ταυτὶ παθόντες τῶν Ἀθηναίων ὕπο
fac-similé LOB_79_0120_a.jpg

596

X

(c) Hérodote a décrit amplement cette tyrannie des Pisistratides.

X

vous avez porté le feu dans toutes les terres de la république.

Les Lacéd.

Nous avons tort, il est vrai. ( bas) Mais que la friponne à de belles fesses !

Lys.

Ne leur reprochez point pourtant leur ingratitude, messieurs d'Athènes ; vous n'avez point été plus reconnaissants qu'eux. Qui vous a délivrés de la tyrannie des Pisistratides ? Qui vous a fait quitter la robe courte d'esclaves que vous portiez malgré vous, pour vous faire prendre cette belle robe que vous portez maintenant ? Qui a chassé d' Athènes (c) tous les gardes, toutes les troupes d' Hippias ? Enfin qui vous a mis en liberté ? ç'ont été les Lacédémoniens , à qui vous faites maintenant la guerre.

Les Lacéd.

Ah ! l'agréable femme !

Les Athén.

Ah ! La belle gorge !

Lys.

Pourquoi donc, vous ayant les uns aux autres de si grandes obligations, vous faites-vous la guerre ? Qui vous empêche de faire la paix ?

Les Lac.

Hélas ! de notre côté, si peu de chose que rien.

Lys.

Et quoi encore ?

Les Lac.

Qu'on nous rende Pyle : il y a longtemps

Λυσιστράτη δῃοῦτε χώραν, ἧς ὑπʼ εὖ πεπόνθατε; Ἀθηναῖος ἀδικοῦσιν οὗτοι νὴ Δίʼ ὦ Λυσιστράτη. Λάκων ἀδικίομες· ἀλλʼ ὁ πρωκτὸς ἄφατον ὡς καλός. Λυσιστράτη ὑμᾶς δʼ ἀφήσειν τοὺς Ἀθηναίους μʼ οἴει; οὐκ ἴσθʼ ὅθʼ ὑμᾶς οἱ Λάκωνες αὖθις αὖ κατωνάκας φοροῦντας ἐλθόντες δορὶ πολλοὺς μὲν ἄνδρας Θετταλῶν ἀπώλεσαν, πολλοὺς δʼ ἑταίρους Ἱππίου καὶ ξυμμάχους, ξυνεκμαχοῦντες τῇ τόθʼ ἡμέρᾳ μόνοι, κἠλευθέρωσαν κἀντὶ τῆς κατωνάκης τὸν δῆμον ὑμῶν χλαῖναν ἠμπέσχον πάλιν; Λάκων οὔπα γυναῖκʼ ὄπωπα χαϊωτεραν. Ἀθηναῖος ἐγὼ δὲ κύσθον γʼ οὐδέπω καλλίονα. Λυσιστράτη τί δῆθʼ υπηργμένων γε πολλῶν κἀγαθῶν μάχεσθε κοὐ παύεσθε τῆς μοχθηρίας; τί δʼ οὐ διηλλάγητε; φέρε τί τοὐμποδών; Λάκων ἁμές γε λῶμες, αἴ τις ἁμὶν τὤγκυκλον λῇ τοῦτʼ ἀποδόμεν. Λυσιστράτη ποῖον ὦ τᾶν; Λάκων τὰν Πύλον,
fac-similé LOB_79_0120_b.jpg

597

(e) Ville de l'Acarnanie

(f) Une des Cyclades

X

f°114

que nous ne demandons que cela.

Les Ath.

Par Neptune , nous n'en ferons rien.

Lys.

Donnez-leur cela. C'est si peu de chose !

Les Ath.

Quoi ? nous ne ferons donc plus la guerre ?

Lys.

Eh ! C'est ce que l'on cherche. Mais demandez leur quelque autre chose en récompense.

Les Ath.

Eh bien ! qu'ils nous donnent (e) Echinus (f) l'ile de Mélos et Mégare.

Les Lac.

Par les Gémeaux, vous en demandez trop.

Lys.

Vous vous moquez. C'est une badinerie. faut-il que si peu de chose vous arrête ?

Les Lac.

C'est bien à regret que nous tardons tant ; car nous mourons d'impatience d'aller labourer nos terres.

Les Ath.

Et nous d'envie de fumer et d'ensemencer les nôtres.

Lys.

Eh bien ! accordez-vous donc vite. Allez au plus tôt prendre l'avis de nos alliés.

Les Lac.

Quels alliés, morbleu ? Dans l'état où nous sommes, nous n'avons pas le temps d'attendre.

Les Ath.

Et puis, nos alliés n'ont pas moins d'envie

Λάκων ἇσπερ πάλαι δεόμεθα καὶ βλιμάττομες. Ἀθηναῖος μὰ τὸν Ποσειδῶ τοῦτο μέν γʼ οὐ δράσετε. Λυσιστράτη ἄφετʼ ὦγάθʼ αὐτοῖς. Ἀθηναῖος κᾆτα τίνα κινήσομεν; Λυσιστράτη ἕτερόν γʼ ἀπαιτεῖτʼ ἀντὶ τούτου χωρίον. Ἀθηναῖος τὸ δεῖνα τοίνυν παράδοθʼ ἡμῖν τουτονὶ πρώτιστα τὸν Ἐχινοῦντα καὶ τὸν Μηλιᾶ κόλπον τὸν ὄπισθεν καὶ τὰ Μεγαρικὰ σκέλη. Λάκων οὐ τὼ σιὼ οὐχὶ πάντα γʼ ὦ λισσάνιε. Λυσιστράτη ἐᾶτε, μηδὲν διαφέρου περὶ σκελοῖν. Ἀθηναῖος ἤδη γεωργεῖν γυμνὸς ἀποδὺς βούλομαι. Λάκων ἐγὼ δὲ κοπραγωγεῖν γα †πρῶτα† ναὶ τὼ σιώ. Λυσιστράτη ἐπὴν διαλλαγῆτε, ταῦτα δράσετε. ἀλλʼ εἰ δοκεῖ δρᾶν ταῦτα, βουλεύσασθε καὶ τοῖς ξυμμάχοις ἐλθόντες ἀνακοινώσατε. Ἀθηναῖος ποίοισιν ὦ τᾶν ξυμμάχοις; ἐστύκαμεν. οὐ ταὐτὰ δόξει τοῖσι συμμάχοισι νῷν βινεῖν ἅπασιν; Λάκων τοῖσι γῶν ναὶ τὼ σιὼ ἁμοῖσι. Ἀθηναῖος καὶ γὰρ ναὶ μὰ Δία Καρυστίοις.
fac-similé LOB_79_0121_a.jpg

598

X

X

que nous de revoir leurs femmes.

Lys.

C'est bien dit. Jurez donc la paix entre vous. Après cela nous vous ouvrirons les portes. Et nous vous traiterons du mieux qu'il nous sera possible. Après le festin chacun reprendra sa femme.

Les Ath.

Allons vite faire nos serments !

Les Lac.

Nous vous suivrons.

Les Ath.

Ce sera bientôt fait.



Lysistrate, seule.

Messieurs, quand on a eu besoin de tapis, d'habits, de coiffures, de vases, de meubles pour les festins, les spectacles ou les cérémonies, je n'ai jamais défendu qu'on n'emportât tout ce dont on avait besoin. Je vous fais donc à savoir que ceux qui voudront ce qu'il y a chez moi, peuvent venir. Il n'y a rien..... de si bien fermé que nous ne trouvions moyen de l'ouvrir. Que la honte ne vous empêche pas de prendre de tout ce qu'il y a chez moi. Personne ne vous verra rien emporter, je vous en réponds, à moins qu'il n'ait de meilleurs yeux que moi. S'il y a quelqu'un de vous qui n'ait pas de provisions, quoi qu'il ait beaucoup de valets et de petits enfant à nourrir, je lui donnerai du grain, bien menu à la vérité mais qui lui fera du pain qui sera gros et

Λυσιστράτη καλῶς λέγετε. νῦν οὖν ὅπως ἁγνεύσετε, ὅπως ἂν αἱ γυναῖκες ὑμᾶς ἐν πόλει ξενίσωμεν ὧν ἐν ταῖσι κίσταις εἴχομεν. ὅρκους δʼ ἐκεῖ καὶ πίστιν ἀλλήλοις δότε. κἄπειτα τὴν αὑτοῦ γυναῖχʼ ὑμῶν λαβὼν ἄπεισʼ ἕκαστος. Ἀθηναῖος ἀλλʼ ἴωμεν ὡς τάχος. Λάκων ἄγʼ ὅπᾳ τυ λῇς. Ἀθηναῖος νὴ τὸν Δίʼ ὡς τάχιστʼ ἄγε. Χορός στρωμάτων δὲ ποικίλων καὶ χλανιδίων καὶ ξυστίδων καὶ χρυσίων, ὅσʼ ἐστί μοι, οὐ φθόνος ἔνεστί μοι πᾶσι παρέχειν φέρειν τοῖς παισίν, ὁπόταν τε θυγάτηρ τινὶ κανηφορῇ. πᾶσιν ὑμῖν λέγω λαμβάνειν τῶν ἐμῶν χρημάτων νῦν ἔνδοθεν, καὶ μηδὲν οὕτως εὖ σεσημάν- θαι τὸ μὴ οὐχὶ τοὺς ῥύπους ἀνασπάσαι, χἄττʼ ἂν ἔνδον ᾖ φορεῖν. ὄψεται δʼ οὐδὲν σκοπῶν, εἰ μή τις ὑμῶν ὀξύτερον ἐμοῦ βλέπει. Χορός εἰ δέ τῳ μὴ σῖτος ὑμῶν ἔστι, βόσκει δʼ οἰκέτας καὶ σμικρὰ πολλὰ παιδία, ἔστι παρʼ ἐμοῦ λαβεῖν πυρίδια λεπτὰ μέν, ὁ δʼ ἄρτος ἀπὸ χοίνικος ἰδεῖν μάλα νεανίας.
fac-similé LOB_79_0121_b.jpg

599

X

X

f°115

vigoureux. Les pauvres n'ont donc qu'à venir avec leurs proches, et mon valet Manès les leur emplira. Cependant, si l'on peut se dispenser de me venir rien demander, ce sera le mieux fait ; car j'avertis que j'ai à la porte un chien de très – mauvaise humeur.



Un valet . Le chœur. Le valet.

Ouvrez la porte là-bas. Place ; ôtez-vous de là ! place, vîte ! avec mon flambeau je brûle les cheveux du premier qui ne se lèvera pas. Ah ! que de peine ! par ma foi, messieurs les Lacédémoniens , je ne sais si je pourrai venir à bout de vous faire faire place.

Le chœur.

Prends courage. Nous allons t'aider.

Le valet

Vous ne ferez pas place ? Gare les cheveux ! Rangez-vous que messieurs les députés de Lacédémone qui sortent du festin, puissent s'en aller.



Un Athénien. Le chœur. L'athénien.

De ma vie, je n'avais vu un festin comme celui-ci. Par ma foi, ces Lacédémoniens sont d'agréables gens. Pour nous, nous sommes, dans le vin, d'une sagesse admirable.

Χορός ὅστις οὖν βούλεται τῶν πενήτων ἴτω εἰς ἐμοῦ σάκκους ἔχων καὶ κωρύκους, ὡς λήψεται πυ- ρούς· ὁ Μανῆς δʼ οὑμὸς αὐτοῖς ἐμβαλεῖ. πρός γε μέντοι τὴν θύραν προαγορεύω μὴ βαδίζειν τὴν ἐμήν, ἀλλʼ εὐλαβεῖσθαι τὴν κύνα. Ἀθηναῖος Α. ἄνοιγε τὴν θύραν· παραχωρεῖν οὐ θέλεις; ὑμεῖς τί κάθησθε; μῶν ἐγὼ τῇ λαμπάδι ὑμᾶς κατακαύσω; φορτικὸν τὸ χωρίον. οὐκ ἂν ποιήσαιμʼ. εἰ δὲ πάνυ δεῖ τοῦτο δρᾶν, ὑμῖν χαρίσασθαι, προσταλαιπωρήσομεν. Ἀθηναῖος Β χἠμεῖς γε μετὰ σοῦ ξυνταλαιπωρήσομεν. Ἀθηναῖος Α. οὐκ ἄπιτε; κωκύσεσθε τὰς τρίχας μακρά. οὐκ ἄπιθʼ, ὅπως ἂν οἱ Λάκωνες ἔνδοθεν καθʼ ἡσυχίαν ἀπίωσιν εὐωχημένοι; Ἀθηναῖος Β. οὔπω τοιοῦτον συμπόσιον ὄπωπʼ ἐγώ. ἦ καὶ χαρίεντες ἦσαν οἱ Λακωνικοί· ἡμεῖς δʼ ἐν οἴνῳ συμπόται σοφώτατοι.
fac-similé LOB_79_0122_a.jpg

600

(a) Eustathe , et après lui Erasme ont cité un ancien proverbe : chanter de Télamon . Ce proverbe est pris de cet endroit d' Aristophane .

(b) Poétesse de Lesbos

Le chœur.

Oui. Et quand nous sommes à jeun, nous n'avons pas l'ombre du bon sens. Si les Athéniens voulaient m'en croire, nous n'enverrions point d'ambassadeurs qui ne fussent ivrognes. Car, avec notre sobriété quand nous sommes à Lacédémone, nous regardons d'un sens rassis : que brouillerons nous ? que gâterons nous ? Ce qu'on dit nous ne l'entendons point ; ce qui ne fut jamais nous le devinons d'abord. Dans nos lettres à la république, bien loin d'être toujours d'accord avec la vérité, souvent nous ne le sommes pas avec nous-mêmes. Cepedant tout passe, tout est bon. Qu'on nous dise la chanson de (a) Télamon pour celle à (b) Clitagore , nous n'y prenons pas garde. Au contraire, nous donnons encore des louanges à l'ignorant qui nous trompe.



Un valet. Les Lacédémonies. Un Athénien. Lysistrate . Le Chœur. Le valet.

Place, place ! Voilà messieurs les députés qui sortent. Tire-toi de là, coquin.

Un Lacédém.

Camarade, prends ta flûte : je vais danser en faisant le saut de la pie, et en chantant les louanges des Athéniens et les nôtres.

Un Athénien.

Courage, mes amis, j'ai le plus grand

Ἀθηναῖος Α. ὀρθῶς γʼ, ὁτιὴ νήφοντες οὐχ ὑγιαίνομεν· ἢν τοὺς Ἀθηναίους ἐγὼ πείσω λέγων, μεθύοντες ἀεὶ πανταχοῖ πρεσβεύσομεν. νῦν μὲν γὰρ ὅταν ἔλθωμεν ἐς Λακεδαίμονα νήφοντες, εὐθὺς βλέπομεν ὅ τι ταράξομεν· ὥσθʼ ὅ τι μὲν ἂν λέγωσιν οὐκ ἀκούομεν, ἃ δʼ οὐ λέγουσι, ταῦθʼ ὑπονενοήκαμεν, ἀγγέλλομεν δʼ οὐ ταὐτὰ τῶν αὐτῶν πέρι. νυνὶ δʼ ἅπαντʼ ἤρεσκεν· ὥστʼ εἰ μέν γέ τις ᾄδοι Τελαμῶνος, Κλειταγόρας ᾄδειν δέον, ἐπῃνέσαμεν ἂν καὶ προσεπιωρκήσαμεν. ἀλλʼ οὑτοιὶ γὰρ αὖθις ἔρχονται πάλιν ἐς ταὐτόν. οὐκ ἐρρήσετʼ ὦ μαστιγίαι; Ἀθηναῖος Β. νὴ τὸν Δίʼ ὡς ἤδη γε χωροῦσʼ ἔνδοθεν. Λάκων ὦ Πολυχαρείδα λαβὲ τὰ φυσατήρια, ἵνʼ ἐγὼ διποδιάξω τε κἀείσω καλὸν ἐς τὼς Ἀσαναίως τε † καὶ ἐς ἡμᾶς ἅμα †. Ἀθηναῖος λαβὲ δῆτα τὰς φυσαλλίδας πρὸς τῶν θεῶν,
fac-similé LOB_79_0122_b.jpg

601

X

X

X

f°116

plaisir du monde à vous faire danser.

Les Lacéd.

O divine mémoire, mère des Muses ! Rappelle dans notre esprit les belles action des athéniens et les notres. Comment, semblables à des Dieux, ils donnèrent à toute la Grèce des marques d'une valeur incroyable, en combattant auprès du promontoire d' Artemise , et vainquirent les Mèdes. Comment notre roi Léonidès nous mena, furieux comme des sangliers qui s'aiguisent les défenses et à qui l'écume sort en si grande abondance de la gueule qu'ils en ont les joues et les jambes toutes blanches ; comment il nous mena ainsi furieux contre les Perses, dont le nombre égalait celui du sable de la mer. Ô Diane , qui aimes les bois et te plais à la chasse ! ô grande déesse, viens et confirme notre traité ! fais que la paix que nous venons de conclure puisse toujours subsister ; que notre alliance dure toujours, que notre amitié ne se rompe jamais ! Extermine quiconque voudra désormais jeter la discorde parmi nous. Viens, chaste Déesse, Déesse des bois !

Lys.

Tout est allé le mieux du monde jusqu'à présent. Tenez, messieurs les députés, prenez ces dames par la main. Vous Athéniens, prenez celles-ci. Sautez

Ἀθηναῖος ὡς ἥδομαί γʼ ὑμᾶς ὁρῶν ὀρχουμένους. Χορὸς Λακεδαιμονίων ὅρμαον τὼς κυρσανίως ὦ Μναμοΰνα τάν τʼ ἐμὰν Μῶαν, ἅτις οἶδεν ἁμὲ τώς τʼ Ἀσαναίως, ὅκα τοὶ μὲν ἐπʼ Ἀρταμιτίῳ πρὤκροον σιοείκελοι ποττὰ κᾶλα τὼς Μήδως τʼ ἐνίκων, ἁμὲ δʼ αὖ Λεωνίδας ἆγεν ᾇπερ τὼς κάπρως θάγοντας οἰῶ τὸν ὀδόντα· πολὺς δʼ ἀμφὶ τὰς γένυας ἀφρὸς † ἤνσει †, πολὺς δʼ ἁμᾷ καττῶν σκελῶν ἀφρὸς ἵετο. ἦν γὰρ τὤνδρες οὐκ ἐλάσσως τᾶς ψάμμας τοὶ Πέρσαι. ἀγροτέρα σηροκτόνε μόλε δεῦρο παρσένε σιὰ ποττὰς σπονδάς, ὡς συνέχῃς πολὺν ἁμὲ χρόνον. νῦν δʼ αὖ φιλία τʼ αἰὲς εὔπορος εἴη ταῖς συνθήκαις, καὶ τᾶν αἱμυλᾶν ἀλωπέκων παυσαίμεθα. ὢ δεῦρʼ ἴθι δεῦρʼ ὦ κυναγὲ παρσένε. Ἀθηναῖος ἄγε νυν ἐπειδὴ τἄλλα πεποίηται καλῶς, ἀπάγεσθε ταύτας ὦ Λάκωνες, τάσδε τε ὑμεῖς· ἀνὴρ δὲ παρὰ γυναῖκα καὶ γυνὴ στήτω παρʼ ἄνδρα, κᾆτʼ ἐπʼ ἀγαθαῖς συμφοραῖς
fac-similé LOB_79_0123_a.jpg

602

(a) Une des cent villes que bâtit Amyclas fils de Lacédémon .

(b) La Pallas de Sparte.

X

dansez en l'honneur des Dieux, pour les remercier de l'heureux succès qu'ils ont donné à mon entreprise ; et prenez garde de ne plus troubler le repos de la Grèce.

Le Chœur.

Avancez, danseurs ! que les Graces puissent s'avancer avec vous ! Invoquez Diane et son frère et Bacchus aux yeux étincelants que les Ménades accompagne toujours. Invoquez aussi le Dieu qui lance aussi le tonnerre, et Junon sa bienheureuse épouse, et tous les autres Dieux, afin qu'ils soient les témoins de l'heureuse paix que Vénus vient de faire. Sautons, dansons, réjouissons-nous poussons des cris de joie et haut les pieds. Et toi, Lacédémonien, dis-nous sur un air nouveau, une composition nouvelle.

Chœur de Lacéd.

Muse Lacédémonienne ! quitte le sommet la montagne de Taygète ; viens célébrer avec nous le Dieu Apollon que l'on adore dans (a) Amycles, et la déesse (b) Pallas au temple d'airan et les jeunes Tyndarides qui aiment à se divertir sur les bords du fleuve Eurotas, où ils font voler la poussière en l'air en poussant leurs chevaux. Louons Sparte, si soigneuse d'honorer les Dieux par ses jeux et par ses danses. Louons aussi les jeunes filles de Lacédémone, qu'il fait si beau voir lutter ensemble et se rouler les unes les autres sur le sable de l'Eurotas. Quel plaisir de voir

Ἀθηναῖος ὀρχησάμενοι θεοῖσιν εὐλαβώμεθα τὸ λοιπὸν αὖθις μὴ ʼξαμαρτάνειν ἔτι. Χορὸς Ἀθηναίων πρόσαγε χορόν, ἔπαγε δὲ Χάριτας, ἐπὶ δὲ κάλεσον Ἄρτεμιν, ἐπὶ δὲ δίδυμον ἀγέχορον Ἰήιον εὔφρονʼ, ἐπὶ δὲ Νύσιον, ὃς μετὰ μαινάσι Βάκχιος ὄμμασι δαίεται, Δία τε πυρὶ φλεγόμενον, ἐπί τε πότνιαν ἄλοχον ὀλβίαν· εἶτα δὲ δαίμονας, οἷς ἐπιμάρτυσι χρησόμεθʼ οὐκ ἐπιλήσμοσιν Ἡσυχίας πέρι τῆς ἀγανόφρονος, ἣν ἐποίησε θεὰ Κύπρις. ἀλαλαὶ ἰὴ παιήων· αἴρεσθʼ ἄνω ἰαί, ὡς ἐπὶ νίκῃ ἰαί. εὐοῖ εὐοῖ, εὐαί εὐαί. Ἀθηναῖος πρόφαινε δὴ σὺ Μοῦσαν ἐπὶ νέᾳ νέαν. Χορὸς Λακεδαιμονίων Ταΰγετον αὖτʼ ἐραννὸν ἐκλιπῶα Μῶα μόλε Λάκαινα πρεπτὸν ἁμὶν κλέωα τὸν Ἀμύκλαις σιὸν καὶ χαλκίοικον Ἀσάναν, Τυνδαρίδας τʼ ἀγασώς, τοὶ δὴ πὰρ Εὐρώταν ψιάδδοντι. εἶα μάλʼ ἔμβη ὢ εἶα κοῦφα πάλλων, ὡς Σπάρταν ὑμνίωμες, τᾷ σιῶν χοροὶ μέλοντι καὶ ποδῶν κτύπος, ᾇ τε πῶλοι ταὶ κόραι πὰρ τὸν Εὐρωταν ἀμπάλλοντι πυκνὰ ποδοῖν
fac-similé LOB_79_0123_b.jpg

603 et 604

(c) Il y a au grec de Léda ; mais le moyen d'appeler chaste Hélène chaste ! A moins qu'on ne veuille dire ou qu'il n'est ici question d' Hélène que du temps qu'elle était fille ; ou que la divinisation l'ait értablie en tel et pareil état qu'elle était dans le temps de sa virginité.

f°117

voir leur belle chevelure flotter au gré du vent comme celle des Bacchantes ! c'est la chaste fille de (c) Latone qui, les cheveux noués avec une chaîne d'or, préside à tous leurs jeux. Frappons des pieds et des mains ; sautons comme des cerfs, et chantons les louanges de Pallas au temple d'airain , Pallas , la puissante Pallas , cette déesse à qui rien ne peut résister.

Fin de Lysistrate.

Χορὸς Λακεδαιμονίων ἀγκονίωαι, ταὶ δὲ κόμαι σείονθʼ ᾇπερ Βακχᾶν θυρσαδδωᾶν καὶ παιδδωᾶν. ἁγεῖται δʼ ἁ Λήδας παῖς ἁγνὰ χοραγὸς εὐπρεπής. ἀλλʼ ἄγε κόμαν παραμπύκιδδε χερί, ποδοῖν τε πάδη ᾇ τις ἔλαφος· κρότον δʼ ἁμᾷ ποίει χορωφελήταν. καὶ τὰν σιὰν δʼ αὖ τὰν κρατίσταν Χαλκίοικον ὕμνει τὰν πάμμαχον.
fac-similé LOB_79_0124_a.jpg
Pas de texte original pour cette page