Mise à jour : 03/12/2019
fac-similé LOB_78_0124_b.jpg

71

X

Les Chevaliers

Comédie.

Préface

Aristophane avait raillé un peu trop librement sur le sujet des magistrats, dans une pièce intitulée : Les Babyloniens , qui avait été représentée dans une saison ou où il se trouvait beaucoup d'étrangers à Athènes. Cléon , que Lucien nous a représenté comme un homme turbulent et emporté, avait alors grande autorité dans la République. Il fit un crime d'état à Aristophane de cette liberté comique, et de plus l'accusa d'être étranger, et assura qu'il était de Rhodes, quoiqu'il se portât comme citoyen d' Athènes. Aristophane fut cité en jugement et fit voir que son père Philippe était de l' Ile d'Egine et par conséquent citoyen d' Athènes, et qu'il y possédait encore l'héritage que son père lui avait laissé dans cette Ile. Il accusa Cléon à son tour, d'avoir extorqué des grandes sommes des Iles sujettes ou alliées de la République. Les chevaliers prirent le parti d' Aristophane , et l'on a vu dans la comédie précédente que Cléon fut contraint de refondre cinq talents à l'état. Comme

Pas de texte original pour cette page
fac-similé LOB_78_0125_a.jpg

72

Cléon continuait de harceler Aristophane (qu'il contrai obligea même depuis à quitter la ville) ; le poète, pour se venger de lui, lâcha cette pièce dans le public, et l'intitula les Chevaliers , pour faire honneur à ses protecteurs. La République était divisée en quatre états ; le premier s'appelait Pentacosiomédimnes, c'est à dire de ceux qui étaient assez riches pour posséder avoir cinq cent boisseaux de blé de revenus. Le second était des Chevaliers. Le troisième était composé de Zygites, comme qui dirait gens de joug ; à cause apparemment qu’il en fallait joindre deux ou même plusieurs autres, pour rendre à la République le service qu'elle eût pu attendre d'un homme riche. Enfin le dernier rang était des pauvres, réduits à chercher leur vie et à servir les autres. Quand Aristophane voulut mettre cette pièce au Théâtre, il ne se trouva parmi les acteurs parmi les masques, aucune personne assez hardie pour oser paraître avec le visage de Cléon ; l'auteur méprisait le péril qui effrayait les autres et représenta lui-même cet homme terrible. Il y a dans cette pièce deux caractères chronologiques : le premier est ce que l’on y dit, qu'il y a huit ans que le peuple était logé à l'étroit ; ce qui marque positivement l'an du monde 3548. L'autre, est qu'il est parlé de l’affaire de Pyle comme récente. Or cette affaire

Pas de texte original pour cette page
fac-similé LOB_78_0125_b.jpg

73

se passa en 3547, la septième année de la guerre du Péloponèse. En voici l'histoire en abrégé, tirée du quatrième livre de Thucydide .

Cette année septième de la guerre, Démosthène général des troupes d' Athènes, se saisit de Pyle sur la côte du Péloponèse, le fortifia à la hâte, et y fut laissé pour le garder, avec cinq vaisseaux. Les Lacédémoniens vinrent l' l'y assiéger par mer et par terre. Ils mirent des troupes dans l' Ile de Sphactérie qui gardait l'entrée du port de Pyle . Cependant les Lacédémoniens ne réussirent pas dans leur attaque, et ayant été battus par la flotte d' Athènes venue au secours de Pyle, ils envoyèrent des ambassadeurs à Athènes pour demander la paix. Cléon s'opposa à eurs demandes, et les ambassadeurs s'en retournèrent sans rien conclure. Les troupes laissées dans Sphactérie restaient cependant assiégées par la flotte d' Athènes, comme les Athéniens étaient assiégés dans Pyle par les Lacédémoniens. Mais le sort des soldats de Lacédémone était plus doux que celui des troupes renfermées dans Pyle ; parce qu'on passait de temps en temps des vivres de la côte à ceux de l' Ile, au lieu que Démosthène souffrait de grandes extrémités. Le peuple d' Athènes, informé de ces nouvelles, était chagrin d'avoir

Pas de texte original pour cette page
fac-similé LOB_78_0126_a.jpg

74

refusé la paix aux Lacédémoniens  ; et Nicias , nommé pour commander le second ne se pressait pas de partir. Cléon , toujours turbulent, murmurait hautement des longueurs de Nicias , l'accusait de lâcheté et se vantait, que s'il avait le commandement, il se faisait fort d'amener les Spartiates pieds et poings liés à Athènes vingt jours. On le prit au mot, à son grand regret ; il partit avec le secours, et la fortune le favorisa au-delà de ses espérances. L' Île de Sphactérie est petite. Elle était couverte d'une forêt qui en rendait l'accès difficile et y tenait les troupes à couvert. Démosthène résolut de la traverser pour reconnaître les ennemis. Pendant qu'il était arrêté pour repaître, un de ses soldats, sans y penser, mit le feu dans la forêt, qui fut bientôt réduite en cendre. Démosthène reconnut alors aisément le nombre des ennemis, et se disposait à les attaquer, avec secours des Messéniens à qui Pyle avait autrefois été, lorsque Cléon arriva. Ils donnèrent tous deux sur les ennemis, et de 420 qu'ils étaient, Cléon en emmena 292 prisonniers à Athènes.

——————

Pas de texte original pour cette page
fac-similé LOB_78_0126_b.jpg

75

(a) De tout temps, les flûtes ont accompagné les chœurs lugubres ou les chants sérieux.

(b) Musicien fameux, disciple de Marsyas.

(c) Imitation du bruit sourd des pleureurs, tirée de la première syllabe du mot μύρομαι, je me plains douloureusement.

Personnages.

  • Démosthène.
  • Nicias.
  • Agoracritus, ou le marchand de boudins.
  • Cléon.
  • Chœur des Chevaliers.
  • Le peuple d'Athènes

——————

Les Chevaliers

Comédie.

Démosthène.

Que de maux ! Que de misère ! Puissent les Dieux faire périr, avec tous ses conseils, cet esclave turbulent nouvellement acheté, qui ne cesse depuis qu'il s'est fourré dans la maison, de maltraiter les autres domestiques.

Nicias.

Ah ! Qu'il puisse périr, le scélérat avec toutes ses calomnies.

Dém.

Qu'as-tu, pauvre malheureux ?

Nic.

Ce que tu as toi-même, je suis accablé de maux.

Dém.

Approche donc, que nous accordions nos (a) flûtes pour entonner un chant lugubre, à la manière d' Olympe (b) , et disons ensemble (c) : mu, mu, mu, mu, mu mu ; mu mu, mu mu, mu mu. Mais à quoi bon perdre le temps à ces tristes plaintes ? Ne vaudrait-il pas mieux chercher un remède à tant de

Δημοσθένης ἰατταταιὰξ τῶν κακῶν, ἰατταταῖ. κακῶς Παφλαγόνα τὸν νεώνητον κακὸν αὐταῖσι βουλαῖς ἀπολέσειαν οἱ θεοί. ἐξ οὗ γὰρ εἰσήρρησεν ἐς τὴν οἰκίαν πληγὰς ἀεὶ προστρίβεται τοῖς οἰκέταις. Νικίας κάκιστα δῆθʼ οὗτός γε πρῶτος Παφλαγόνων αὐταῖς διαβολαῖς. Δημοσθένης ὦ κακόδαιμον πῶς ἔχεις; Νικίας κακῶς καθάπερ σύ. Δημοσθένης δεῦρο δὴ πρόσελθʼ, ἵνα ξυναυλίαν κλαύσωμεν Οὐλύμπου νόμον. Δημοσθένης καὶ Νικίας μυμῦ μυμῦ μυμῦ μυμῦ μυμῦ μυμῦ. Δημοσθένης τί κινυρόμεθʼ ἄλλως; οὐκ ἐχρῆν ζητεῖν τινα σωτηρίαν νῷν, ἀλλὰ μὴ κλάειν ἔτι;
fac-similé LOB_78_0127_a.jpg

76

(e) La mère d' Euripide était herbière.

maux, que de nous amuser à les pleurer ?

Nic.

Quel remède trouverions-nous ? En sais-tu  ? Dis-le moi.

Dém.

Dis le moi toi-même, et ne disputons point.

Nic.

Je ne parlerai point le premier ; dis hardiment ce que tu penses ; et puis je verrai ce que j'aurai à dire.

Dém.

Que me dirais-tu, de ce qu'il faut que je dise moi-même ?

Nic.

J'en conviens ; mais il me manque de la hardiesse, et le talent de dire les choses en taille douce comme Euripide .

Dém.

Laisse là Euripide et les herbes (e) de sa mère  ; il est question de trouver le moyen de fuir ce maitre facheux.

Nic.

Tout ce que je sais dire là-dessus, et ce que je t'invite à dire après moi, consiste en ce seul mot, qu'il faut répéter souvent : fuyons, fuyons !

Dém.

Fuyons donc, fuyons, fuyons, puisqu'il le faut. Mais je crains pour ma peau.

Nic.

Il y a bon remède ! Il faut nous réfugier aux pieds de quelque statue des Dieux.

Νικίας τίς οὖν γένοιτʼ ἄν; Δημοσθένης λέγε σύ. Νικίας σὺ μὲν οὖν μοι λέγε, ἵνα μὴ μάχωμαι. Δημοσθένης μὰ τὸν Ἀπόλλω ʼγὼ μὲν οὔ. Νικίας πῶς ἂν σύ μοι λέξειας ἁμὲ χρὴ λέγειν; Δημοσθένης ἀλλʼ εἰπὲ θαρρῶν, εἶτα κἀγὼ σοὶ φράσω. Νικίας ἀλλʼ οὐκ ἔνι μοι τὸ θρέττε. πῶς ἂν οὖν ποτε εἴποιμʼ ἂν αὐτὸ δῆτα κομψευριπικῶς; Δημοσθένης μὴ ʼμοί γε, μὴ ʼμοί, μὴ διασκανδικίσῃς· ἀλλʼ εὑρέ τινʼ ἀπόκινον ἀπὸ τοῦ δεσπότου. Νικίας λέγε δὴ μόλωμεν ξυνεχὲς ὡδὶ ξυλλαβών. Δημοσθένης καὶ δὴ λέγω μόλωμεν. Νικίας ἐξόπισθε νῦν αὐτὸ φάθι τοῦ μόλωμεν. Δημοσθένης αὐτό. Νικίας πάνυ καλῶς. ὥσπερ δεφόμενος νῦν ἀτρέμα πρῶτον λέγε τὸ μόλωμεν, εἶτα δʼ αὐτό, κᾆτʼ ἐπάγων πυκνόν. Δημοσθένης μόλωμεν αὐτὸ μόλωμεν αὐτομολῶμεν. Νικίας ἢν οὐχ ἡδύ; Δημοσθένης νὴ Δία· πλήν γε περὶ τῷ δέρματι δέδοικα τουτονὶ τὸν οἰωνόν. Νικίας τί δαί; Δημοσθένης ὁτιὴ τὸ δέρμα δεφομένων ἀπέρχεται. Νικίας κράτιστα τοίνυν τῶν παρόντων ἐστὶ νῷν, θεῶν ἰόντε προσπεσεῖν του πρὸς βρέτας.
fac-similé LOB_78_0127_b.jpg

77

X

(d) Cléon , marchand de cuir. Il le fait Paphlagonien par allusion au verbe παφλάζω, qui signifie faire du bruit.

Dém.

Quelle statue, quels Dieux ? Penses-tu donc qu'il y ait des Dieux ?

Nic.

Sans doute.

Dém.

Et quelle preuve en as-tu ?

Nic.

C'est que je suis horriblement fâché contre eux.

Dém.

La preuve est convaincante.

Nic.

Dis donc mieux, si tu peux.

Dém.

Veux-tu que je conte l'affaire à ces Messieurs ?

Nic.

Ce ne sera pas mal fait. Mais il faut les supplier auparavant, de vouloir bien, si nous leur donnons quelque satisfaction, nous le marquer par un visage ouvert et qui porte témoignage de leur contentement.

Dém.

Ecoutez donc, s'il vous plait, messieurs. Nous avons un maître fâcheux, grossier, emporté, chicaneur, le peuple en un mot, un vieillard d'humeur difficile et sourdaut . Il acheta le mois passé un Esclave, un certain corroyeur de Paphlagonie (d) , le plus méchant de tous les hommes, et la plus maudite langue du monde. Ce fripon-là connut d'abord comment gouverner le bonhomme... Il s'abaissa devant lui, le flatta, sut le tromper, et l'amusant avec des rognures de peau, lui

Δημοσθένης † ποῖον βρέτας †; ἐτεὸν ἡγεῖ γὰρ θεούς; Νικίας ἔγωγε. Δημοσθένης ποίῳ χρώμενος τεκμηρίῳ; Νικίας ὁτιὴ θεοῖσιν ἐχθρός εἰμʼ. οὐκ εἰκότως; Δημοσθένης εὖ προσβιβάζεις μʼ. ἀλλʼ ἑτέρᾳ πῃ σκεπτέον. βούλει τὸ πρᾶγμα τοῖς θεαταῖσιν φράσω; Νικίας οὐ χεῖρον· ἓν δʼ αὐτοὺς παραιτησώμεθα, ἐπίδηλον ἡμῖν τοῖς προσώποισιν ποιεῖν, ἢν τοῖς ἔπεσι χαίρωσι καὶ τοῖς πράγμασιν. Δημοσθένης λέγοιμʼ ἂν ἤδη. νῷν γάρ ἐστι δεσπότης ἄγροικος ὀργὴν κυαμοτρὼξ ἀκράχολος, Δῆμος πυκνίτης, δύσκολον γερόντιον ὑπόκωφον. οὗτος τῇ προτέρᾳ νουμηνίᾳ ἐπρίατο δοῦλον, βυρσοδέψην Παφλαγόνα, πανουργότατον καὶ διαβολώτατόν τινα. οὗτος καταγνοὺς τοῦ γέροντος τοὺς τρόπους, ὁ βυρσοπαφλαγών, ὑποπεσὼν τὸν δεσπότην ᾔκαλλʼ ἐθώπευʼ ἐκολάκευʼ ἐξηπάτα κοσκυλματίοις ἄκροισι τοιαυτὶ λέγων·
fac-similé LOB_78_0128_a.jpg

78

(e) C'était le salaire ordinaire des juges.

(f) Voyez ci-dessus page 73.

disait m2onseigneur Peuple ! Après avoir jugé cette cause, allez au bain, mettez cela dans votre bouche, humez, mangez, tenez ces (e) trois oboles. Voulez-vous que je vous achète de quoi souper  ? Après cela, si quelqu’un d'entre nous avait préparé quelque chose bon pour notre maître, le coquin le dérobait, et le dérobait, et le lui présentait en son nom. J'avais fait l'autre jour (f) à Pyle un bon gâteau Laconique. Ce fripon sut faire tant de tours, qu'il me le déroba et le servit au bonhomme. Il nous donne la chasse à tous ; et pour empêcher que personne que lui n'approche de notre maître il s'est saisi d'une courroie, dont il chasse tous les rhéteurs, pendant que le bonhomme dine. Il se tient debout devant lui, et pour l'amuser, comme il voit qu'il a de la passion pour les sibylles, il lui chante des oracles. C'est ainsi qu'il abuse de la vieillesse décrépite du bonhomme. Il n'y a point de faussetés qu'il n'invente contre tous les autres domestiques ; et nous sommes accablés de coups. Pendant qu'on en maltraite quelqu’un, le scélérat fait le tour de la maison, interroge les autres domestiques, leur fait peur, en tire des présents, et leur dit : vous voyez Hylas , comme je lui fais donner les étrivières ? Vous mourrez tous aujourd'hui, si vous ne faites pas ce qu'il faut pour me rendre de vos amis. Il faut donc encore lui faire des présents à ce coquin ; sinon, le bonhomme vous foule aux pieds, et nous fait chier huit fois

ὦ Δῆμε λοῦσαι πρῶτον ἐκδικάσας μίαν, ἐνθοῦ ῥόφησον ἔντραγʼ ἔχε τριώβολον. βούλει παραθῶ σοι δόρπον; εἶτʼ ἀναρπάσας ὅ τι ἄν τις ἡμῶν σκευάσῃ, τῷ δεσπότῃ Παφλαγὼν κεχάρισται τοῦτο. καὶ πρώην γʼ ἐμοῦ μᾶζαν μεμαχότος ἐν Πύλῳ Λακωνικήν, πανουργότατά πως περιδραμὼν ὑφαρπάσας αὐτὸς παρέθηκε τὴν ὑπʼ ἐμοῦ μεμαγμένην, ἡμᾶς δʼ ἀπελαύνει κοὐκ ἐᾷ τὸν δεσπότην ἄλλον θεραπεύειν, ἀλλὰ βυρσίνην ἔχων δειπνοῦντος ἑστὼς ἀποσοβεῖ τοὺς ῥήτορας. ᾄδει δὲ χρησμούς· ὁ δὲ γέρων σιβυλλιᾷ. ὁ δʼ αὐτὸν ὡς ὁρᾷ μεμακκοακότα, τέχνην πεποίηται. τοὺς γὰρ ἔνδον ἄντικρυς ψευδῆ διαβάλλει· κᾆτα μαστιγούμεθα ἡμεῖς· Παφλαγὼν δὲ περιθέων τοὺς οἰκέτας αἰτεῖ ταράττει δωροδοκεῖ λέγων τάδε· ‘ὁρᾶτε τὸν Ὕλαν διʼ ἐμὲ μαστιγούμενον; εἰ μή μʼ ἀναπείσετʼ, ἀποθανεῖσθε τήμερον.’ ἡμεῖς δὲ δίδομεν· εἰ δὲ μή, πατούμενοι ὑπὸ τοῦ γέροντος ὀκταπλάσιον χέζομεν.
fac-similé LOB_78_0128_b.jpg

79

(g) Grec : en Etolie , par allusion au verbe ἀιτεῖν, demander.

X

que nous n'en aurions envie. a1 près cela c'est à nous, ami, à chercher quel chemin nous avons à prendre, et vers qui nous nous pouvons retirer.

Nic.

Fuyons, mon ami, fuyons ; c'est l'unique remède.

Dém.

Il est impossible de se cacher au Paphlagonien . Il voit tout, il a une jambe à Pyle, et l'autre dans l'assemblée. Écarquillé comme il est, il ne lui reste plus que d'avoir le cul à Chio, les mains (g) par toutes les provinces où il y a de quoi demander, et l'esprit dans celle de volerie.

Nic.

Nous n'avons donc plus d'autre parti que la mort. Mais songeons du moins à mourir de la manière la plus courageuse.

Dém.

Comment faire, pour en venir à bout d'une manière façon qui puisse éterniser notre mémoire ?

Nic.

Je pense que nous ne ferions pas mal d'avaler du sang de taureau. Ce serait mourir comme ce brave Thémistocle .

Dém.

Oui, ma foi, c'est bien du sang qu'il faut boire ! Que n'avalons nous plutôt de bon vin du bon Dieu ? Cela ravise ravise bien son homme.

Nic.

Du vin ? Tu te moques. Est-ce qu'un homme ivre peut prendre le bon parti sur quelque chose ?

νῦν οὖν ἀνύσαντε φροντίσωμεν ὦγαθέ, ποίαν ὁδὸν νὼ τρεπτέον καὶ πρὸς τίνα. Νικίας κράτιστʼ ἐκείνην τὴν μόλωμεν ὦγαθέ. Δημοσθένης ἀλλʼ οὐχ οἷόν τε τὸν Παφλαγόνʼ οὐδὲν λαθεῖν· ἐφορᾷ γὰρ οὗτος πάντʼ. ἔχει γὰρ τὸ σκέλος τὸ μὲν ἐν Πύλῳ, τὸ δʼ ἓτερον ἐν τἠκκλησίᾳ. τοσόνδε δʼ αὐτοῦ βῆμα διαβεβηκότος ὁ πρωκτός ἐστιν αὐτόχρημʼ ἐν Χάοσιν, τὼ χεῖρʼ ἐν Αἰτωλοῖς, ὁ νοῦς δʼ ἐν Κλωπιδῶν. Νικίας κράτιστον οὖν νῷν ἀποθανεῖν. Δημοσθένης ἀλλὰ σκόπει, ὅπως ἂν ἀποθάνοιμεν ἀνδρικώτατα. Νικίας πῶς δῆτα πῶς γένοιτʼ ἂν ἀνδρικώτατα; βέλτιστον ἡμῖν αἷμα ταύρειον πιεῖν. ὁ Θεμιστοκλέους γὰρ θάνατος αἱρετώτερος. Δημοσθένης μὰ Δίʼ ἀλλʼ ἄκρατον οἶνον ἀγαθοῦ δαίμονος. ἴσως γὰρ ἂν χρηστόν τι βουλευσαίμεθα. Νικίας ἰδού γʼ ἄκρατον. περὶ πότου γοῦν ἐστί σοι; πῶς δʼ ἂν μεθύων χρηστόν τι βουλεύσαιτʼ ἀνήρ;
fac-similé LOB_78_0129_a.jpg

80

Dém.

Parles-tu sérieusement ? Tu raisonnes comme une marmite. Comment ? Tu oses blâmer le vin comme une chose qui ne peut donner de l'esprit ? Convient, au contraire, qu'il n’y a rien qui rende les hommes plus agissants que cette liqueur. Regarde-moi un homme qui a bien bu, comme il est riche, comme il vient à bout des choses les plus difficiles, comme il gagne ses procès, comme il est au comble du bonheur, comme il est secourable envers ses amis. Apporte moi vite une bonne bouteille de vin, que j'arrose mon esprit et que je dise quelque chose d'excellent.

Nic.

Hélas ! Tu nous feras quelque frasque, avec ton vin.

Dém.

Apporte, apporte, et ne te mets pas en peine. Je vais toujours me mettre en posture, pour boire à mon aise. Je te réponds aussi que si je puis une fois m'enivrer, je remplirai tout de conseils, de jolies pensées, de sentences choisies.

Nic.

Quel bonheur j'ai eu ! J'ai pu, sans être surpris, dérober cette bouteille.

Dém.

Dis-moi ; que fait le Paphlagonien ?

Nic.

Il est ivre et couché à la renverse sur des pots où il est endormi, il ronfle avec un bruit horrible.

Dém.

Allons donc, verse moi du vin, et que j'entende

Δημοσθένης ἄληθες οὗτος; κρουνοχυτρολήραιον εἶ. οἶνον σὺ τολμᾷς εἰς ἐπίνοιαν λοιδορεῖν; οἴνου γὰρ εὕροις ἄν τι πρακτικώτερον; ὁρᾷς, ὅταν πίνωσιν ἄνθρωποι τότε πλουτοῦσι διαπράττουσι νικῶσιν δίκας εὐδαιμονοῦσιν ὠφελοῦσι τοὺς φίλους. ἀλλʼ ἐξένεγκέ μοι ταχέως οἴνου χοᾶ, τὸν νοῦν ἵνʼ ἄρδω καὶ λέγω τι δεξιόν. Νικίας οἴμοι τί ποθʼ ἡμᾶς ἐργάσει τῷ σῷ πότῳ; Δημοσθένης ἀγάθʼ· ἀλλʼ ἔνεγκʼ· ἐγὼ δὲ κατακλινήσομαι. ἢν γὰρ μεθυσθῶ, πάντα ταυτὶ καταπάσω βουλευματίων καὶ γνωμιδίων καὶ νοιδίων. Νικίας ὡς εὐτυχῶς ὅτι οὐκ ἐλήφθην ἔνδοθεν κλέπτων τὸν οἶνον. Δημοσθένης εἰπέ μοι Παφλαγὼν τί δρᾷ; Νικίας ἐπίπαστα λείξας δημιόπραθʼ ὁ βάσκανος ῥέγκει μεθύων ἐν ταῖσι βύρσαις ὕπτιος. Δημοσθένης ἴθι νυν ἄκρατον ἐγκάναξόν μοι πολὺν
fac-similé LOB_78_0129_b.jpg

81

(h) Quand les hommes attribuent leurs bonnes pensées à Dieu, c'est autant, à tout le moins pour les accréditer que par reconnaissance.

(i) Il répète cette pensée, apparemment parodiée d' Euripide , pour la tourner en ridicule.

l'agréable glou-glou de la bouteille.

Nic.

N'oublies pas de faire libation aux favorables Dieux ; à cette bonne divinité qui préside aux ven vendanges de Pramne.

Dém.

O ! Bon et favorable démon ! (h) C'est de toi seul, et non de moi, que vient cette pensée.

Nic.

Dis moi ce que c'est, et je t'en prie.

Dém.

Va vite, et dérobe moi les oracles du Paphlagonien , pendant qu'il dort.

Nic.

Voilà donc l'inspiration de ton bon démon ! J'ai bien peur qu'il ne soit un mauvais démon pour moi.

Dém.

Donne moi la bouteille ; je me servirai moi-même à boire (i) , pour arroser mon esprit, et dire quelque chose d'excellent.

Nic.

Comme il ronfle, et comme il pète, ce diable de Paphlagonien ! Je lui ai dérobé, sans qu'il s'en soit aperçu, l'oracle sacré qu'il gardait avec le plus grand soin.

Dém.

O ! le plus sage de tous les hommes ! Apporte moi cet oracle, que je le lise. Donne à boire, et vite. Ça, voyons ce qu'il y a là-dedans. O ! divines écritures ! Donne vite la coupe.

Nic.

Voyons donc ce que dit l'oracle.

σπονδήν. Νικίας λαβὲ δὴ καὶ σπεῖσον ἀγαθοῦ δαίμονος. Δημοσθένης ἕλχʼ ἕλκε τὴν τοῦ δαίμονος τοῦ Πραμνίου. ὦ δαῖμον ἀγαθὲ σὸν τὸ βούλευμʼ, οὐκ ἐμόν. Νικίας εἴπʼ, ἀντιβολῶ, τί ἔστι; Δημοσθένης τοὺς χρησμοὺς ταχὺ κλέψας ἔνεγκε τοῦ Παφλαγόνος ἔνδοθεν, ἕως καθεύδει. Νικίας ταῦτʼ. ἀτὰρ τοῦ δαίμονος δέδοιχʼ ὅπως μὴ τεύξομαι κακοδαίμονος. Δημοσθένης φέρε νυν ἐγὼ μʼ αὐτῷ προσαγάγω τὸν χοᾶ. τὸν νοῦν ἵνʼ ἄρδω καὶ λέγω τι δεξιόν. Νικίας ὡς μεγάλʼ ὁ Παφλαγὼν πέρδεται καὶ ῥέγκεται, ὥστʼ ἔλαθον αὐτὸν τὸν ἱερὸν χρησμὸν λαβών, ὅνπερ μάλιστʼ ἐφύλαττεν. Δημοσθένης ὦ σοφώτατε. φέρʼ αὐτὸν ἵνʼ ἀναγνῶ· σὺ δʼ ἔγχεον πιεῖν ἀνύσας τι. φέρʼ ἴδω τί ἄρʼ ἔνεστιν αὐτόθι. ὦ λόγια. δός μοι δὸς τὸ ποτήριον ταχύ. Νικίας ἰδού. τί φησʼ ὁ χρησμός;
fac-similé LOB_78_0130_a.jpg

82

(k) Eucratès.

(l) Callias ou Lysiclès .

Dém.

Verse encore.

Nic.

Quoi ! L'oracle dit qu'il faut verser encore.

Dém.

O ! Bacis !

Nic.

Qu'est-ce ?

Dém.

Donne moi vite ma tasse.

Nic.

Il me semble que ce Bacis fait grand usage de la tasse.

Dém.

C'était donc là, scélérat de Paphlagonien , ce que tu gardais si soigneusement ! Tu sentais bien que c'était toi seul que l'orage menaçait.

Nic.

Comment donc ?

Dém.

Il est écrit là-dedans qu'il doit périr.

Nic.

C'est ce que je voudrais bien savoir.

Dém.

L'oracle dit qu'il viendra d'abord un marchand (k) d'étoupes qui se rendra maître des affaires de la ville.

Nic.

Voilà déjà un marchand. Après ……..

Dém.

Il viendra ensuite un marchand de moutons (l) .

Nic.

Autre marchand. Et deux. Que fera-t-il ce second

Δημοσθένης ἑτέραν ἔγχεον. Νικίας ἐν τοῖς λογίοις ἔνεστιν ἑτέραν ἔγχεον; Δημοσθένης ὦ Βάκι. Νικίας τί ἔστι; Δημοσθένης δὸς τὸ ποτήριον ταχύ. Νικίας πολλῷ γʼ ὁ Βάκις ἐχρῆτο τῷ ποτηρίῳ. Δημοσθένης ὦ μιαρὲ Παφλαγὼν ταῦτʼ ἄρʼ ἐφυλάττου πάλαι, τὸν περὶ σεαυτοῦ χρησμὸν ὀρρωδῶν; Νικίας τιή; Δημοσθένης ἐνταῦθʼ ἔνεστιν, αὐτὸς ὡς ἀπόλλυται. Νικίας καὶ πῶς; Δημοσθένης ὅπως; ὁ χρησμὸς ἄντικρυς λέγει ὡς πρῶτα μὲν στυππειοπώλης γίγνεται, ὃς πρῶτος ἕξει τῆς πόλεως τὰ πράγματα. Νικίας εἷς οὑτοσὶ πώλης. τί τοὐντεῦθεν; λέγε. Δημοσθένης μετὰ τοῦτον αὖθις προβατοπώλης δεύτερος. Νικίας δύο τώδε πώλα. καὶ τί τόνδε χρὴ παθεῖν;
fac-similé LOB_78_0130_b.jpg

83

marchand ?

Dém.

Il fleurira, et sera le maître, jusqu'à ce qu'il vienne un plus grand fripon que lui, qui le fera périr, et ce sera un marchand de cuirs, Paphlagonien , larron, braillart.

Nic.

Il est donc dans les destinées, que le marchand de moutons sera supplanté par le marchand de cuir ?

Dém.

En vérité.

Nic.

Hélas ! Ne se trouvera-t-il point encore un marchand de je ne sais pas quoi ?

Dém.

Oui-dà, il en est un ; mais un marchand d'une espèce bien particulière.

Nic.

Apprends moi ce que c'est, je t'en conjure.

Dém.

Le dirai-je ?

Nic.

Au nom des Dieux !

Dém.

C'est un marchand de boudins qui doit renverser la fortune de celui-ci.

Nic.

Un marchand de boudins ! O ! Neptune ! Quelle profession ! Dis moi, où trouverions nous bien cet illustre marchand ?

Dém.

Il faut le chercher.

Δημοσθένης κρατεῖν, ἕως ἕτερος ἀνὴρ βδελυρώτερος αὐτοῦ γένοιτο· μετὰ δὲ ταῦτʼ ἀπόλλυται. ἐπιγίγνεται γὰρ βυρσοπώλης ὁ Παφλαγών, ἅρπαξ κεκράκτης Κυκλοβόρου φωνὴν ἔχων. Νικίας τὸν προβατοπώλην ἦν ἄρʼ ἀπολέσθαι χρεὼν ὑπὸ βυρσοπώλου; Δημοσθένης νὴ Δίʼ. Νικίας οἴμοι δείλαιος. πόθεν οὖν ἂν ἔτι γένοιτο πώλης εἶς μόνος; Δημοσθένης ἔτʼ ἐστὶν εἷς ὑπερφυᾶ τέχνην ἔχων. Νικίας εἴπʼ, ἀντιβολῶ, τίς ἐστιν; Δημοσθένης εἴπω; Νικίας νὴ Δία. Δημοσθένης ἀλλαντοπώλης ἔσθʼ ὁ τοῦτον ἐξολῶν. Νικίας ἀλλαντοπώλης; ὦ Πόσειδον τῆς τέχνης. φέρε ποῦ τὸν ἄνδρα τοῦτον ἐξευρήσομεν; Δημοσθένης ζητῶμεν αὐτόν.
fac-similé LOB_78_0131_a.jpg

84

Nic.

Les Dieux nous sont favorables ; je le vois qui s'avance au milieu de l'assemblée.

Dém.

O ! trop heureux marchand de boudins ! appr Approche, approche, mon grand ami, fais-toi voir à tout le monde, toi qui dois être le salut de tout l’état et le nôtre en particulier.

Le marchand de boudins autrement Agoracrite . Démosthène . Nicias . Le marchand de boudins.

Qu'est-ce ? Pourquoi m'appelez vous ?

Dém.

Viens çà, et tu apprendras de nous quel est ton bonheur.

Nic.

Avance toi ; prends sa table, et dis-lui ce que porte l'oracle. Pour moi, je vais voir ce que fait le Paphlagonien . (Il sort.)

Dém.

D'abord, tu n'as qu'à mettre toute ta boutique à bas. Après cela, baise la terre, et adore les Dieux.

Le mar.

C'est fait. De quoi est-il question maintenant ?

Dém.

O ! L'homme heureux et riche ! Qui n'est rien aujourd'hui, mais qui sera demain plus que grand  ! O ! digne chef que les Dieux ont donné aux fortunés Athéniens !

Le mar.

Qu'est-ce donc, mon ami, me veux-tu empêcher

Νικίας ἀλλʼ ὁδὶ προσέρχεται ὥσπερ κατὰ θεὸν εἰς ἀγοράν. Δημοσθένης ὦ μακάριε ἀλλαντοπῶλα, δεῦρο δεῦρʼ ὦ φίλτατε ἀνάβαινε σωτὴρ τῇ πόλει καὶ νῷν φανείς. Ἀλλαντοπώλης τί ἔστι; τί με καλεῖτε; Δημοσθένης δεῦρʼ ἔλθʼ, ἵνα πύθῃ ὡς εὐτυχὴς εἶ καὶ μεγάλως εὐδαιμονεῖς. Νικίας ἴθι δὴ κάθελʼ αὐτοῦ τοὐλεὸν καὶ τοῦ θεοῦ τὸν χρησμὸν ἀναδίδαξον αὐτὸν ὡς ἔχει· ἐγὼ δʼ ἰὼν προσκέψομαι τὸν Παφλαγόνα. Δημοσθένης ἄγε δὴ σὺ κατάθου πρῶτα τὰ σκεύη χαμαί· ἔπειτα τὴν γῆν πρόσκυσον καὶ τοὺς θεούς. Ἀλλαντοπώλης ἰδού· τί ἔστιν; Δημοσθένης ὦ μακάριʼ ὦ πλούσιε, ὦ νῦν μὲν οὐδεὶς αὔριον δʼ ὑπέρμεγας, ὦ τῶν Ἀθηνῶν ταγὲ τῶν εὐδαιμόνων. Ἀλλαντοπώλης τί μʼ ὦγάθʼ οὐ πλύνειν ἐᾷς τὰς κοιλίας
fac-similé LOB_78_0131_b.jpg

85

(m) Comme qui dirait à l'hôtel de ville.

de laver les tripes et de vendre des boudins ? Te moques-tu de moi ?

Dém.

De quelles tripes mes parles-tu, pauvre innocent ? Regarde ici. Vois-tu tout ce peuple assemblé ?

Le mar.

Je le vois.

Dém.

Tu seras le chef de toute cette multitude, et le maître du marché, des ports, de l'assemblée ; tu fouleras le conseil aux pieds, tu casseras les généraux, tu les lieras, tu les tiendras en prison ; tu feras la débauche au Prytanée (m) .

Le mar.

Moi ?

Dém.

Oui, toi, toi. Tu ne vois pas encore tout. Monte sur cette table, et regarde tout autour des Îles de la mer.

Le mar.

Je les regarde.

Dém.

Vois-tu les ports, les havres, les vaisseaux ?

Le mar.

Je vois tout cela.

Dém.

Et tu n'es pas le plus heureux des hommes ? Jette moi l’œil droit sur la Carie (à l'orient) et l'autre (à l'occident) sur Carthage.

Le mar.

Faut-il donc pour être heureux que je devienne louche ?

Dém.

Non. Mais tout cela est à toi, puisque [?]

πωλεῖν τε τοὺς ἀλλᾶντας, ἀλλὰ καταγελᾷς; Δημοσθένης ὦ μῶρε ποίας κοιλίας; δευρὶ βλέπε. τὰς στίχας ὁρᾷς τὰς τῶνδε τῶν λαῶν; Ἀλλαντοπώλης ὁρῶ. Δημοσθένης τούτων ἁπάντων αὐτὸς ἀρχέλας ἔσει, καὶ τῆς ἀγορᾶς καὶ τῶν λιμένων καὶ τῆς πυκνός· βουλὴν πατήσεις καὶ στρατηγοὺς κλαστάσεις, δήσεις φυλάξεις, ἐν πρυτανείῳ λαικάσει. Ἀλλαντοπώλης ἐγώ; Δημοσθένης σὺ μέντοι· κοὐδέπω γε πάνθʼ ὁρᾷς. ἀλλʼ ἐπανάβηθι κἀπὶ τοὐλεὸν τοδὶ καὶ κάτιδε τὰς νήσους ἁπάσας ἐν κύκλῳ. Ἀλλαντοπώλης καθορῶ. Δημοσθένης τί δαί; τἀμπόρια καὶ τὰς ὁλκάδας; Ἀλλαντοπώλης ἔγωγε. Δημοσθένης πῶς οὖν οὐ μεγάλως εὐδαιμονεῖς; ἔτι νῦν τὸν ὀφθαλμὸν παράβαλλʼ ἐς Καρίαν τὸν δεξιόν, τὸν δʼ ἕτερον ἐς Καρχηδόνα. Ἀλλαντοπώλης εὐδαιμονήσω δʼ εἰ διαστραφήσομαι; Δημοσθένης οὐκ ἀλλὰ διὰ σοῦ ταῦτα πάντα πέρναται.
fac-similé LOB_78_0132_a.jpg

86

cet oracle porte que tu vas devenir un très grand homme.

Le mar.

Dis moi un peu ; est-ce qu'un vendeur de boudins tel que je suis, peut devenir un grand homme ?

Dém.

C'est pour cela même que tu vas devenir un homme de considération, parce que tu ne vaux rien, parce que tu es un suppôt des halles, parce que tu as de l'effronterie.

Le mar.

Je n'estime pas que je puisse jamais rien faire.

Dém.

Eh ! Dieux ! Que deviendrons nous donc, si tu ne te crois capable de rien ? As-tu là-dedans quelque sentiment d'honneur ? Serais-tu d'une race distinguée par la vertu ?

Le mar.

Moi ! De par tous les Dieux ! Je suis de la plus maudite race de toute la terre.

Dém.

Ah ! Quel bonheur ! O ! l'heureuse disposition pour les affaires !

Le mar.

Mais, mon ami, je ne sais point la musique  ; je ne sais rien que lire et écrire, et encore fort mal.

Dém.

Il n'y a que cela contre toi, que le peu que tu sais, tu le sais fort mal. Du reste, il importe peu, pour gouverner le peuple, qu'on sache la musique, ni qu'on soit homme de bien. Les ignorants et les fripons y réussissent mieux que les autres. C'est pourquoi n'abandonne point ce

γίγνει γάρ, ὡς ὁ χρησμὸς οὑτοσὶ λέγει, ἀνὴρ μέγιστος. Ἀλλαντοπώλης εἰπέ μοι καὶ πῶς ἐγὼ ἀλλαντοπώλης ὢν ἀνὴρ γενήσομαι; Δημοσθένης διʼ αὐτὸ γάρ τοι τοῦτο καὶ γίγνει μέγας, ὁτιὴ πονηρὸς κἀξ ἀγορᾶς εἶ καὶ θρασύς. Ἀλλαντοπώλης οὐκ ἀξιῶ ʼγὼ ʼμαυτὸν ἰσχύειν μέγα. Δημοσθένης οἴμοι τί ποτʼ ἔσθʼ ὅτι σαυτὸν οὐ φῂς ἄξιον; ξυνειδέναι τί μοι δοκεῖς σαυτῷ καλόν. μῶν ἐκ καλῶν εἶ κἀγαθῶν; Ἀλλαντοπώλης μὰ τοὺς θεοὺς εἰ μὴ ʼκ πονηρῶν γʼ. Δημοσθένης ὦ μακάριε τῆς τύχης ὅσον πέπονθας ἀγαθὸν ἐς τὰ πράγματα. Ἀλλαντοπώλης ἀλλʼ ὦγάθʼ οὐδὲ μουσικὴν ἐπίσταμαι πλὴν γραμμάτων, καὶ ταῦτα μέντοι κακὰ κακῶς. Δημοσθένης τουτὶ μόνον σʼ ἔβλαψεν, ὅτι καὶ κακὰ κακῶς. ἡ δημαγωγία γὰρ οὐ πρὸς μουσικοῦ ἔτʼ ἐστὶν ἀνδρὸς οὐδὲ χρηστοῦ τοὺς τρόπους, ἀλλʼ εἰς ἀμαθῆ καὶ βδελυρόν. ἀλλὰ μὴ παρῇς
fac-similé LOB_78_0132_b.jpg

87

qu'il qui t'est offert par les oracles des Dieux.

Le mar.

Que dit donc l'oracle ?

Dém.

Il s'explique à merveille à travers l'obscurité qui l'enveloppe. « Quand l'aigle hante-cuirs, aux ongles crochus, saisira de son bec vorace le sot dragon hume-sang ; alors périra l'ail salé du Paphlagonien ; et les Dieux combleront de gloire les vendeurs de tripes, pourvu qu'ils veuillent ne plus vendre de boudins. »

Le mar.

Apprends moi donc comment est-ce que cela me regarde.

Dém.

L'aigle hante-cuirs1, est notre Paphlagonien .

Le mar.

Et les ongles crochus1 ?

Dém.

Cela veut dire qu'il la les mains crochues et faites à la rapine.

Le mar.

Et le Dragon1 ?

Dém.

Cela est clair. Un dragon est long. Un boudin ne l'est-il pas aussi ? Le dragon et le boudin sont tous deux hume-sang. L'oracle dit que l'aigle saisira le dragon. Mais nous y apporterons remède.

Le mar.

L'oracle me plaît assez. Il n'y a qu'une chose qui me fait de la peine. Comment est-ce que, tel que je suis, je pourrai gouvernerle peuple ?

ἅ σοι διδόασʼ ἐν τοῖς λογίοισιν οἱ θεοί. Ἀλλαντοπώλης πῶς δῆτά φησʼ ὁ χρησμός; Δημοσθένης εὖ νὴ τοὺς θεοὺς καὶ ποικίλως πως καὶ σοφῶς ᾐνιγμένος· ἀλλʼ ὁπόταν μάρψῃ βυρσαίετος ἀγκυλοχήλης γαμφηλῇσι δράκοντα κοάλεμον αἱματοπώτην, δὴ τότε Παφλαγόνων μὲν ἀπόλλυται ἡ σκοροδάλμη, κοιλιοπώλῃσιν δὲ θεὸς μέγα κῦδος ὀπάζει, αἴ κεν μὴ πωλεῖν ἀλλᾶντας μᾶλλον ἕλωνται. Ἀλλαντοπώλης πῶς οὖν πρὸς ἐμὲ ταῦτʼ ἐστίν; ἀναδίδασκέ με. Δημοσθένης βυρσαίετος μὲν ὁ Παφλαγών ἐσθʼ οὑτοσί. Ἀλλαντοπώλης τί δʼ ἀγκυλοχήλης ἐστίν; Δημοσθένης αὐτό που λέγει, ὅτι ἀγκύλαις ταῖς χερσὶν ἁρπάζων φέρει. Ἀλλαντοπώλης ὁ δράκων δὲ πρὸς τί; Δημοσθένης τοῦτο περιφανέστατον. ὁ δράκων γάρ ἐστι μακρὸν ὅ τʼ ἀλλᾶς αὖ μακρόν. εἶθʼ αἱματοπώτης ἔσθʼ ὅ τʼ ἀλλᾶς χὠ δράκων· τὸν οὖν δράκοντά φησι τὸν βυρσαίετον ἤδη κρατήσειν, αἴ κε μὴ θαλφθῇ λόγοις. Ἀλλαντοπώλης τὰ μὲν λόγιʼ αἰκάλλει με· θαυμάζω δʼ ὅπως τὸν δῆμον οἷός τʼ ἐπιτροπεύειν εἴμʼ ἐγώ.
fac-similé LOB_78_0133_a.jpg

88

aie ?

(n) Les chevaliers d' Athènes haïssaient Cléon , quoiqu'il fût de leur rang, parce qu'il les avait tourmentés et vexés pour avoir fui la guerre ou pour avoir quitté l'armée.

Dém.

C'est du plus aisé. Tu n'as qu'à faire ce que tu fais ordinairement. Mêle, brouille, selon ta coutume, et toujours le bien du peuple pour prétexte, et n'épargne pas la sauce et les ingrédiens de flatterie. Du reste, tu as de grands talents pour le public ; tu sais brailler, tu ne vaux rien, tu as de l'effronterie ; tu as tout qu'il faut pour bien gouverner. D'ailleurs les oracles t'y appellent. Prends garde donc une couronne, et fais des libations à la sottise.

Le mar.

La question est de savoir qui nous aidera. Car je vois que les riches le craignent, et que le menu peuple l'appréhende.

Dém.

Il y a mille bons chevaliers (n) qui le haïssent  ; voilà qui t'aidera. Beaucoup d'honnêtes gens se joindront à nous, avec tout ce qu'il y a de gens d'esprit parmi les spectateurs. Et comptes tu pour rien les Dieux qui sont pour nous ? Ne crains rien, son visage ne paraîtra point ; car aucun des marchands de masques n'a osé le représenter. On ne laissera pas cependant de le reconnaître  ; les spectateurs ont de l'esprit.

Nicias (rentre.)

Hélas ! Quel malheur ! Voilà le Paphlagonien qui sort.

Cléon . Démosthène . Le chœur . Le marchand de boudins .
Δημοσθένης φαυλότατον ἔργον· ταῦθʼ ἅπερ ποιεῖς ποίει· τάραττε καὶ χόρδευʼ ὁμοῦ τὰ πράγματα ἅπαντα, καὶ τὸν δῆμον ἀεὶ προσποιοῦ ὑπογλυκαίνων ῥηματίοις μαγειρικοῖς. τὰ δʼ ἄλλα σοι πρόσεστι δημαγωγικά, φωνὴ μιαρά, γέγονας κακῶς, ἀγοραῖος εἶ· ἔχεις ἅπαντα πρὸς πολιτείαν ἃ δεῖ· χρησμοί τε συμβαίνουσι καὶ τὸ Πυθικόν. ἀλλὰ στεφανοῦ καὶ σπένδε τῷ Κοαλέμῳ· χὤπως ἀμυνεῖ τὸν ἄνδρα. Ἀλλαντοπώλης καὶ τίς ξύμμαχος γενήσεταί μοι; καὶ γὰρ οἵ τε πλούσιοι δεδίασιν αὐτὸν ὅ τε πένης βδύλλει λεώς. Δημοσθένης ἀλλʼ εἰσὶν ἱππῆς ἄνδρες ἀγαθοὶ χίλιοι μισοῦντες αὐτόν, οἳ βοηθήσουσί σοι, καὶ τῶν πολιτῶν οἱ καλοί τε κἀγαθοί, καὶ τῶν θεατῶν ὅστις ἐστὶ δεξιός, κἀγὼ μετʼ αὐτῶν χὠ θεὸς ξυλλήψεται. καὶ μὴ δέδιθʼ· οὐ γάρ ἐστιν ἐξῃκασμένος, ὑπὸ τοῦ δέους γὰρ αὐτὸν οὐδεὶς ἤθελεν τῶν σκευοποιῶν εἰκάσαι. πάντως γε μὴν γνωσθήσεται· τὸ γὰρ θέατρον δεξιόν. Ἀλλαντοπώλης οἴμοι κακοδαίμων ὁ Παφλαγὼν ἐξέρχεται.
fac-similé LOB_78_0133_b.jpg

89

(o) Coupe de terre, telle que celle dont se servent pour boire ceux de la colonie des Chalcidiens en Eubée. Cléon se sert de tout pour inventer des calomnies.

(p) Cléon appelle au secours les juges du conseil, qui jugeaient les procès et avaient trois oboles par jour.

Cléon.

Non, non, de par tous les douze Dieux ! Scélérats que vous êtes, vous ne vous réjouirez pas de votre entreprise et de la conspiration que je vois que vous machinez. Que fait là cette coupe Calcidienne (o) ? Vous périrez, coquins, vous périrez.

Dém.

Où fuis-tu, généreux marchand de boudins ? Demeure, et n'abandonne pas tes affaires ! Paraissez, braves Chevaliers ; il est temps de nous secourir. Où êtes vous, Simon et Panète ? Enfoncez cette aile droite. Les ennemis sont proche ; vengez-vous, mettez les en fuite. Je vois la poussière qui s'élève ; je les entends qui s'avancent. Avancez, poussez vigoureusement, et renversez tout ce qui s'opposera à vous.

Le chœur.

Frappez, frappez le méchant, le fripon, celui qui trouble le plus noble corps de l'armée, le maltôtier, le voleur, le gouffre de pillage, le fripon, le scélérat, le double et triple fripon. Frappez, enfoncez, renversez, laissez-le brailler ; mais prenez garde qu'il ne vous échappe ; il saurait encore mieux se cacher qu' Eucrate au moulin, qui se cachait sous les cosses des fèves.

Cléon.

O (p) ! vénérables suppôts de chicane ! Vieux juges de la confrérie des trois oboles ! Vous que j'ai eu soin de nourrir, en braillant au hasard et le plus souvent sans raison ! Venez à mon secours ; je suis maltraité par les conspirateurs.

Κλέων οὔτοι μὰ τοὺς δώδεκα θεοὺς χαιρήσετον, ὁτιὴ ʼπὶ τῷ δήμῳ ξυνόμνυτον πάλαι. τουτὶ τί δρᾷ τὸ Χαλκιδικὸν ποτήριον; οὐκ ἔσθʼ ὅπως οὐ Χαλκιδέας ἀφίστατον. ἀπολεῖσθον ἀποθανεῖσθον ὦ μιαρωτάτω. Δημοσθένης οὗτος τί φεύγεις; οὐ μενεῖς; ὦ γεννάδα ἀλλαντοπῶλα μὴ προδῷς τὰ πράγματα. Δημοσθένης ἄνδρες ἱππῆς παραγένεσθε· νῦν ὁ καιρός. ὦ Σίμων, ὦ Παναίτιʼ οὐκ ἐλᾶτε πρὸς τὸ δεξιὸν κέρας; ἅνδρες ἐγγύς. ἀλλʼ ἀμύνου κἀπαναστρέφου πάλιν. ὁ κονιορτὸς δῆλος αὐτῶν ὡς ὁμοῦ προσκειμένων. ἀλλʼ ἀμύνου καὶ δίωκε καὶ τροπὴν αὐτοῦ ποιοῦ. Χορός Ἱππεῶν παῖε παῖε τὸν πανοῦργον καὶ ταραξιππόστρατον καὶ τελώνην καὶ φάραγγα καὶ Χάρυβδιν ἁρπαγῆς, καὶ πανοῦργον καὶ πανοῦργον· πολλάκις γὰρ αὔτʼ ἐρῶ. καὶ γὰρ οὗτος ἦν πανοῦργος πολλάκις τῆς ἡμέρας. ἀλλὰ παῖε καὶ δίωκε καὶ τάραττε καὶ κύκα καὶ βδελύττου, καὶ γὰρ ἡμεῖς, κἀπικείμενος βόα· εὐλαβοῦ δὲ μὴ ʼκφύγῃ σε· καὶ γὰρ οἶδε τὰς ὁδούς, ἅσπερ Εὐκράτης ἔφευγεν εὐθὺ τῶν κυρηβίων. Κλέων ὦ γέροντες ἡλιασταί, φράτερες τριωβόλου, οὓς ἐγὼ βόσκω κεκραγὼς καὶ δίκαια κἄδικα, παραβοηθεῖθʼ, ὡς ὑπʼ ἀνδρῶν τύπτομαι ξυνωμοτῶν.
fac-similé LOB_78_0134_a.jpg

90

Le ch.

C'est avec raison, puisque tu t'es engraissé aux dépens du public et des particuliers, par tes rapines et par tes calomnies. Tu regardais de tous côtés s'il y avait quelqu'un que tu pusses accuser ; tu examinais s'ils étaient mûrs ou non ; et lorsqu'ils y pensaient le moins, tu les accrochais jusque dans la Chersonèse, et les avalais tout crus. Tu regardes parmi nos citoyens s'il y en a quelqu'un qui soit bête ; quelqu'homme riche, mais bonnasse, en2 ennemi du tracas et des affaires......

Cléon.

Venez donc à mon secours, vous autres. C’est à cause de vous qu'on me frappe, et parce j’avais résolu de représenter qu'il était de la justice de vous ériger un monument dans la ville pour rendre témoignage de votre valeur à la postérité.

Le ch.

Voyez le fanfaron, qu'il est souple, et qu’il entre doucement, pour vous nous tromper, par des artifices, comme de pauvres vieillards que nous sommes ! Mais s'il peut nous échapper, il nous donnera des cornes dans les jambes.

Cléon.

O ! ville ! O ! Peuple ! Souffrirez-vous que ces bêtes-là me bourrent de la sorte.

Le ch.

Et tu brailles encore, comme de coutume ? prétends-tu continuer de renverser l'état ?

Le marchand de boudins.

S'il n'est question que de brailler, je le surpasserai

Χορός ἐν δίκῃ γʼ, ἐπεὶ τὰ κοινὰ πρὶν λαχεῖν κατεσθίεις, κἀποσυκάζεις πιέζων τοὺς ὑπευθύνους σκοπῶν, ὅστις αὐτῶν ὠμός ἐστιν ἢ πέπων ἢ μὴ πέπων, κἄν τινʼ αὐτῶν γνῷς ἀπράγμονʼ ὄντα καὶ κεχηνότα, καταγαγὼν ἐκ Χερρονήσου διαβαλὼν ἀγκυρίσας εἶτʼ ἀποστρέψας τὸν ὦμον αὐτὸν ἐνεκολήβασας· καὶ σκοπεῖς γε τῶν πολιτῶν ὅστις ἐστὶν ἀμνοκῶν, πλούσιος καὶ μὴ πονηρὸς καὶ τρέμων τὰ πράγματα. Κλέων ξυνεπίκεισθʼ ὑμεῖς; ἐγὼ δʼ ἄνδρες διʼ ὑμᾶς τύπτομαι, ὅτι λέγειν γνώμην ἔμελλον ὡς δίκαιον ἐν πόλει ἑστάναι μνημεῖον ὑμῶν ἐστιν ἀνδρείας χάριν. Χορός ὡς δʼ ἀλαζών, ὡς δὲ μάσθλης· εἶδες οἷʼ ὑπέρχεται ὡσπερεὶ γέροντας ἡμᾶς καὶ κοβαλικεύεται; ἀλλʼ ἐὰν ταύτῃ γε νικᾷ, ταυτῃὶ πεπλήξεται· ἢν δʼ ὑπεκκλίνῃ γε δευρί, τὸ σκέλος κυρηβάσει. Κλέων ὦ πόλις καὶ δῆμʼ ὑφʼ οἵων θηρίων γαστρίζομαι. Χορός καὶ κέκραγας, ὥσπερ ἀεὶ τὴν πόλιν καταστρέφει; Κλέων ἀλλʼ ἐγώ σε τῇ βοῇ ταύτῃ γε πρῶτα τρέψομαι.
fac-similé LOB_78_0134_b.jpg

91

(q) Le pyramous, c'était un pain d'épice fait et de miel cuit et de fleur de froment, qu’on donnait pour prix à celui qui, dans un festin de nuit, l'avait toute passée sans s'endormir .

(r) Palais public où l'on était régalé au nom et aux dépens de la république.

(s) Il était défendu de porter au dehors ce qui avait été consacré à Cérès et à Proserpine .

aisément.

Le ch.

Tu auras la victoire, si tu cries plus haut que lui ; et si tu peux le vaincre en effronterie, le prix (q) est à nous.

Cl.

Je te soutiens que cet homme-là est un traitre, qui a fourni des friandises aux galères de nos ennemis du Péloponèse.

Le mar.

Et moi, je soutiens que celui-ci, étant allé au Prytanée (r) le ventre vide, en est sorti le ventre plein.

Dém.

Cela est vrai ; et ce qu'il y a à considérer, c'est qu'il a porté au dehors (s) , contre les défenses, pain, viande, et poisson.

Cl.

Vous mourrez tous deux tout à l'heure.

Le mar.

Je crierai trois fois plus fort que toi.

Cl.

Je t'étourdirai à force de brailler.

Le mar.

Et moi, je braillerai si haut, qu'on ne t'entendra point.

Cl.

Quand tu auras quelque charge à l'armée, je trouverai moyen de te perdre par mes calomnies.

Le mar.

Et moi, je te rosserai comme un chien.

Cl.

Je te rabattrai bien ton caquet.

Χορός ἀλλʼ ἐὰν μέντοι γε νικᾷς τῇ βοῇ, τήνελλος εἶ· ἢν δʼ ἀναιδείᾳ παρέλθῃ σʼ, ἡμέτερος ὁ πυραμοῦς. Κλέων τουτονὶ τὸν ἄνδρʼ ἐγὼ ʼνδείκνυμι, καὶ φήμʼ ἐξάγειν ταῖσι Πελοποννησίων τριήρεσι ζωμεύματα. Ἀλλαντοπώλης ναὶ μὰ Δία κἄγωγε τοῦτον, ὅτι κενῇ τῇ κοιλίᾳ ἐσδραμὼν ἐς τὸ πρυτανεῖον, εἶτα πάλιν ἐκθεῖ πλέᾳ. Δημοσθένης νὴ Δίʼ ἐξάγων γε τἀπόρρηθʼ, ἅμʼ ἄρτον καὶ κρέας καὶ τέμαχος, οὗ Περικλέης οὐκ ἠξιώθη πώποτε. Κλέων ἀποθανεῖσθον αὐτίκα μάλα. Ἀλλαντοπώλης τριπλάσιον κεκράξομαί σου. Κλέων καταβοήσομαι βοῶν σε. Ἀλλαντοπώλης κατακεκράξομαί σε κράζων. Κλέων διαβαλῶ σʼ ἐὰν στρατηγῇς. Ἀλλαντοπώλης κυνοκοπήσω σου τὸ νῶτον. Κλέων περιελῶ σʼ ἀλαζονείαις.
fac-similé LOB_78_0135_a.jpg

92

/ cligner

Le mar.

Et moi, je saurai bien te couper le chemin.

Cléon.

Regarde moi sans bressiller brésiller.

Le mar.

Oh ! Ho ! J'ai été nourri aux halles, aussi bien que toi.

Cléon.

Je te perdrai, si tu oses souffler.

Le mar.

Je te mordrai, si tu parles.

Cléon.

Eh ! Bien ! Je suis larron ; il est vrai ; ne l’es-tu pas aussi ?

Le mar.

Moi ? Jamais. J'en jure par le Mercure des halles ; et à la barbe même de ceux qui m'ont vu voler, je fais le serment que je n’ai rien pris.

Cléon.

Tu ne viens point au fait. Je vais déclarer au Prytanée que tu as des ventres de victimes dont n'as point payé la disme dîme.

Le ch.

Infame et scélérat que tu es ! Braillard déhonté ! Toute la terre est pleine de tes impudences ; l'assemblée, les rolles rôles , les bureaux, les tribunaux en retentissent ; toute la ville en est bouleversée ; tu l'as rendue sourde à force de crier, pendant que posé en sentinelle sur les rochers, comme ceux qui vont à la pêche des thons, tu interceptes ses revenus.

Ἀλλαντοπώλης ὑποτεμοῦμαι τὰς ὁδούς σου. Κλέων βλέψον ἔς μʼ ἀσκαρδάμυκτος. Ἀλλαντοπώλης ἐν ἀγορᾷ κἀγὼ τέθραμμαι. Κλέων διαφορήσω σʼ εἴ τι γρύξει. Ἀλλαντοπώλης κοπροφορήσω σʼ εἰ λαλήσεις. Κλέων ὁμολογῶ κλέπτειν· σὺ δʼ οὐχί. Ἀλλαντοπώλης νὴ τὸν Ἑρμῆν τὸν ἀγοραῖον, κἀπιορκῶ γε βλεπόντων. Κλέων ἀλλότρια τοίνυν σοφίζει, καὶ φανῶ σε τοῖς πρυτάνεσιν ἀδεκατεύτους τῶν θεῶν ἱερὰς ἔχοντα κοιλίας. Χορός ὦ μιαρὲ καὶ βδελυρὲ † καὶ κεκράκτα †, τοῦ σοῦ θράσους πᾶσα μὲν γῆ πλέα, πᾶσα δʼ ἐκκλησία, καὶ τέλη καὶ γραφαὶ καὶ δικαστήριʼ, ὦ βορβοροτάραξι καὶ τὴν πόλιν ἅπασαν ἡμῶν ἀνατετυρβακώς, ὅστις ἡμῶν τὰς Ἀθήνας ἐκκεκώφωκας βοῶν, κἀπὸ τῶν πετρῶν ἄνωθεν τοὺς φόρους θυννοσκοπῶν.
fac-similé LOB_78_0135_b.jpg

93

Cléon.

Je vois bien ce que c'est ; et je vois bien où l'on me coud ce soulier-là.

Le mar.

Tu entends la matière de cuir, comme moi celle des boyaux. Tu vendais de méchantes semelles de bœuf aux gens de la campagne pour de bonnes. Les bonnes gens les trouvaient épaisses ; mais ils ne les avaient pas portées un jour, qu'elles s'allongeaient de deux palmes.

Dém.

Parbleu ! c'est un tour qu'il m'a fait à moi-même, et qui me rendit l'objet de la risée de mes amis et de tous ceux de mon quartier. Je n'étais pas aux Pergades, que je nageais dans mes souliers.

Le ch.

N'est-il pas vrai que par ton effronterie (et ce noble talent est la première partie de ceux qui veulent parler en public) s'est manifestée dès le commencement ! Que c'est elle qui t'a donné le courage de tirer le lait à ceux d'entre les étrangers que tu as vus les plus gras ? Le fils d' Hippodame , qui aime la ville, qui a donné sa maison du Pirée au public , pleure en voyant tes friponneries. A la fin il s'est élevé un homme plus scélérat que toi, dont je me réjouis, qui saura en faire cesser le cours. Le voilà qui paraît. La méchanceté, la hardiesse, l'adulation sont marquées sur son visage. O ! Toi, qui as été nourri où sont élevés les braves gens, s'il y en a, fais nous voir que la bonne éducation ne sert pas d'un clou.

Κλέων οἶδʼ ἐγὼ τὸ πρᾶγμα τοῦθʼ ὅθεν πάλαι καττύεται. Ἀλλαντοπώλης εἰ δὲ μὴ σύ γʼ οἶσθα κάττυμʼ, οὐδʼ ἐγὼ χορδεύματα, ὅστις ὑποτέμνων ἐπώλεις δέρμα μοχθηροῦ βοὸς τοῖς ἀγροίκοισιν πανούργως, ὥστε φαίνεσθαι παχύ, καὶ πρὶν ἡμέραν φορῆσαι μεῖζον ἦν δυοῖν δοχμαῖν. Δημοσθένης νὴ Δία κἀμὲ τοῦτʼ ἔδρασε ταὐτόν, ὥστε κατάγελων πάμπολυν τοῖς δημόταισι καὶ φίλοις παρασχεθεῖν· πρὶν γὰρ εἶναι Περγασῆσιν ἔνεον ἐν ταῖς ἐμβάσιν. Χορός ἆρα δῆτʼ οὐκ ἀπʼ ἀρχῆς ἐδήλους ἀναίδειαν, ἥπερ μόνη προστατεῖ ῥητόρων; ᾗ σὺ πιστεύων ἀμέλγεις τῶν ξένων τοὺς καρπίμους, πρῶτος ὤν· ὁ δʼ Ἱπποδάμου λείβεται θεώμενος. ἀλλʼ ἐφάνη γὰρ ἀνὴρ ἕτερος πολὺ σοῦ μιαρώτερος, ὥστε με χαίρειν, ὅς σε παύσει καὶ πάρεισι, δῆλός ἐστιν αὐτόθεν, πανουργίᾳ τε καὶ θράσει καὶ κοβαλικεύμασιν. Χορός ἀλλʼ ὦ τραφεὶς ὅθενπέρ εἰσιν ἄνδρες οἵπερ εἰσίν, νῦν δεῖξον ὡς οὐδὲν λέγει τὸ σωφρόνως τραφῆναι.
fac-similé LOB_78_0136_a.jpg

94

Le mar.

Vous allez voir, messieurs, quel bon citoyen je suis.

Cléon.

Me laisseras-tu parler ?

Le mar.

Puisque je ne vaux rien, non plus que toi, je prétends avoir autant de droit de parler le premier.

Le ch.

Et si cette raison ne l'emporte pas, tu peux ajouter que tu n'as pour ancêtres que des vauriens.

Cléon.

Tu ne me laisseras pas dire ?

Le mar.

Non, par Jupiter .

Cléon.

Et si, par Jupiter .

Le mar.

Non, par Neptune .

Cléon.

Ouf ! J'en crèverai.

Le mar.

Tant mieux ; mais je ne te laisserai pas dire, pour cela.

Le ch.

Laisse-le crever, de par tous les Dieux.

Cléon.

Qu'est-ce qui te donne la hardiesse de parler à ma barbe ?

Le mar.

C'est que je sais parler, comme faire des sauces.

Ἀλλαντοπώλης καὶ μὴν ἀκούσαθʼ οἷός ἐστιν οὑτοσὶ πολίτης. Κλέων οὐκ αὖ μʼ ἐάσεις; Ἀλλαντοπώλης μὰ Δίʼ ἐπεὶ κἀγὼ πονηρός εἰμι. Χορός ἐὰν δὲ μὴ ταύτῃ γʼ ὑπείκῃ, λέγʼ ὅτι κἀκ πονηρῶν. Κλέων οὐκ αὖ μʼ ἐάσεις; Ἀλλαντοπώλης μὰ Δία. Κλέων ναὶ μὰ Δία. Ἀλλαντοπώλης μὰ τὸν Ποσειδῶ. ἀλλʼ αὐτὸ περὶ τοῦ πρότερος εἰπεῖν πρῶτα διαμαχοῦμαι. Κλέων οἴμοι διαρραγήσομαι. Ἀλλαντοπώλης καὶ μὴν ἐγὼ οὐ παρήσω. Χορός πάρες πάρες πρὸς τῶν θεῶν αὐτῷ διαρραγῆναι. Κλέων τῷ καὶ πεποιθὼς ἀξιοῖς ἐμοῦ λέγειν ἔναντα; Ἀλλαντοπώλης ὁτιὴ λέγειν οἷός τε κἀγὼ καὶ καρυκοποιεῖν.
fac-similé LOB_78_0136_b.jpg

95

/ je couperai la gorge

Cléon.

Toi parler ? Vraiment ! C'est bien ton fait ! Je crois que s'il te tombait entre les mains quelque affaire difficile, crue et indigeste, tu t'en tirerais en habile homme ! Veux-tu que je te dise ce qui en est ? Tu es comme beaucoup de petites gens, à qui s'il est arrivé de dire deux mots en justice contre un voisin, sans faire de faute, ils ne répètent autre chose toute la nuit ; ils le répètent tout seuls, le jour, en marchant dans les rues, même en buvant de l'eau ; ils en rompent la tête à leurs amis. Tu penses, comme eux, être capable de parler en public. Que je te plains, pauvre insensé !

Le mar.

Et qu'as-tu bu, toi, pour avoir mis la ville dans l'état où elle est ? Faudra-t-il donc que tout le monde se taise, et qu'il n'y ait que toi à parler ?

Cléon.

Tu prétends donc me faire préférer quelqu'un ! À moi, qui après avoir avalé un bon plat de thon, et bu par-dessus une bouteille d'excellent vin pur, envoie faire faire tous les généraux de Pyle ?

Le mar.

Et moi, après avoir enfourné de broc en bouque un ventre de bœuf avec des tripes de cochon, et après avoir humé par dessus tout le brouet, je langueierai les rhéteurs sans m'être lavé les mains, et je troublerai Nicias .

Le ch.

Je trouve que tu n'as point mal dit. Une seule chose me déplaît ; c'est que tu veux humer la sauce tout seul. Mais il n'est pas question

Κλέων ἰδοὺ λέγειν. καλῶς γʼ ἂν οὖν σὺ πρᾶγμα προσπεσόν σοι ὠμοσπάρακτον παραλαβὼν μεταχειρίσαιο χρηστῶς. ἀλλʼ οἶσθʼ ὅπερ πεπονθέναι δοκεῖς; ὅπερ τὸ πλῆθος. εἴ που δικίδιον εἶπας εὖ κατὰ ξένου μετοίκου, τὴν νύκτα θρυλῶν καὶ λαλῶν ἐν ταῖς ὁδοῖς σεαυτῷ, ὕδωρ τε πίνων κἀπιδεικνὺς τοὺς φίλους τʼ ἀνιῶν, ᾤου δυνατὸς εἶναι λέγειν. ὦ μῶρε τῆς ἀνοίας. Ἀλλαντοπώλης τί δαὶ σὺ πίνων τὴν πόλιν πεποίηκας, ὥστε νυνὶ ὑπὸ σοῦ μονωτάτου κατεγλωττισμένην σιωπᾶν; Κλέων ἐμοὶ γὰρ ἀντέθηκας ἀνθρώπων τίνʼ; ὅστις εὐθὺς θύννεια θερμὰ καταφαγών, κᾆτʼ ἐπιπιὼν ἀκράτου οἴνου χοᾶ κασαλβάσω τοὺς ἐν Πύλῳ στρατηγούς. Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ δέ γʼ ἤνυστρον βοὸς καὶ κοιλίαν ὑείαν καταβροχθίσας κᾆτʼ ἐπιπιὼν τὸν ζωμὸν ἀναπόνιπτος λαρυγγιῶ τοὺς ῥήτορας καὶ Νικίαν ταράξω. Χορός τὰ μὲν ἄλλα μʼ ἤρεσας λέγων·. ἓν δʼ οὐ προσίεταί με, τῶν πραγμάτων ὁτιὴ μόνος τὸν ζωμὸν ἐκροφήσει. Κλέων ἀλλʼ οὐ λάβρακας καταφαγὼν Μιλησίους κλονήσεις.
fac-similé LOB_78_0137_a.jpg

96

(t) Poisson vorace dont on prenait grande quantité à Milet, à cause d'un étang d'eau douce où la mer entrait.

(u) Il n'y a pas de sens à cet endroit ; mais le poète fait parler un homme qui extravague.

de ce qu'on mange. Quand tu mangerais tous les labraces (t) de Milet ; pour avoir avalé ces poissons, tu ne serais pas pour cela maître des Milésiens.

Le mar.

Je mangerai donc des jambons (u) ; et puis j’achèterai des mines pour y envoyer travailler mes ennemis .

Cléon.

Et moi, faisant irruption dans le conseil, j'emploierai la violence pour y mettre tout sans dessus dessous.

Le mar.

Et moi je te farfouillerai le cul, comme le boyau où j'entonne du sang et des épices.

Cléon.

Et moi, je t'arracherai dehors tout courbé, en te tirant par le derrière.

Le ch.

Par Neptune ! C'est une injure que tu me feras à moi-même, si tu la fais à celui-ci.

Cléon.

Je te mettrai aux entraves.

Le mar.

Je te convaincrai de lacheté.

Cléon.

Je te corroierai la peau sur un banc.

Le mar.

Et de la tienne, sac à larcin, j'en ferai une outre.

Cléon.

J’étendrai la tienne à terre avec des piquets.

Le mar.

Et de la tienne, j'en ferai des rognures.

Ἀλλαντοπώλης ἀλλὰ σχελίδας ἐδηδοκὼς ὠνήσομαι μέταλλα. Κλέων ἐγὼ δʼ ἐπεσπηδῶν γε τὴν βουλὴν βίᾳ κυκήσω. Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ δὲ κινήσω γέ σου τὸν πρωκτὸν ἀντὶ φύσκης. Κλέων ἐγὼ δέ γʼ ἐξέλξω σε τῆς πυγῆς θύραζε κύβδα. Χορός νὴ τὸν Ποσειδῶ κἀμέ τἄρʼ, ἤνπερ γε τοῦτον ἕλκῃς. Κλέων οἷόν σε δήσω ʼνʼ τῷ ξύλῳ. Ἀλλαντοπώλης διώξομαί σε δειλίας. Κλέων ἡ βύρσα σου θρανεύσεται. Ἀλλαντοπώλης δερῶ σε θύλακον κλοπῆς. Κλέων διαπατταλευθήσει χαμαί. Ἀλλαντοπώλης περικόμματʼ ἔκ σου σκευάσω.
fac-similé LOB_78_0137_b.jpg

97

(v) Cratin était un assez bon poète comique avant Aristophane ; mais il était ivrogne et pissait dans les peaux de moutons dont ses habits étaient formés.

(x) Aristophane dit dans les Grenouilles, que le crime le plus sévèrement puni aux enfers était d'avoir perdu le temps à écrire les tragédies de ce poète.

Cléon.

Je t'arracherai les sourcils.

Le mar.

Je te couperai la gorge.

Dém.

Il faut lui mettre un baillon à la gueule, et lui tirer la langue, pour voir s'il est ladre1. Elle est certainement plus chaude que le feu, et les discours qu'elle produit sont d'une effronterie insupportable. Courage. Donne lui la torture comme il faut, puisque tu le tiens par le milieu du corps. Je le connais ; c'est le plus grand lâche de la terre, et tu le trouveras tel, pour peu que tu le serres.

Le mar.

Cependant, tout lâche qu'il était, il voulait passer pour brave, en moissonnant les champs d'autrui. Et les épis qu'il en a enlevés, les épis de Sphactéries , il les faisait sécher pour les vendre.

Cléon.

Je ne vous crains point, tant pendant que le conseil subsistera, et que le peuple sottement assis nous présentera sa face baillante.

Le ch.

Comme il persévère dans ses intolérances, sans changer de couleur !

Cléon.

Si je ne te hais, que je puisse devenir une des robes fourrées de l'ivrogne Cratin (v) , et que je puisse apprendre par cœur les tragédies de Morsime (x) .

Le ch.

O ! le plus avide de présents que l'on ait jamais

Κλέων τὰς βλεφαρίδας σου παρατιλῶ. Ἀλλαντοπώλης τὸν πρηγορεῶνά σοὐκτεμῶ. Δημοσθένης καὶ νὴ Δίʼ ἐμβαλόντες αὐτῷ πάτταλον μαγειρικῶς ἐς τὸ στόμʼ, εἶτα δʼ ἔνδοθεν τὴν γλῶτταν ἐξείραντες αὐτοῦ σκεψόμεσθʼ εὖ κἀνδρικῶς κεχηνότος τὸν πρωκτὸν εἰ χαλαζᾷ. Χορός ἦν ἄρα πυρός γʼ ἕτερα θερμότερα καὶ λόγων ἐν πόλει τῶν ἀναιδῶν ἀναιδέστεροι· καὶ τὸ πρᾶγμʼ ἦν ἄρʼ οὐ φαῦλον ὧδʼ [illisible] ἀλλʼ ἔπιθι καὶ στρόβει, μηδὲν ὀλίγον ποίει. νῦν γὰρ ἔχεται μέσος· ὡς ἐὰν νυνὶ μαλάξῃς αὐτὸν ἐν τῇ προσβολῇ, δειλὸν εὑρήσεις· ἐγὼ γὰρ τοὺς τρόπους ἐπίσταμαι. Ἀλλαντοπώλης ἀλλʼ ὅμως οὗτος τοιοῦτος ὢν ἅπαντα τὸν βίον, κᾆτʼ ἀνὴρ ἔδοξεν εἶναι, τἀλλότριον ἀμῶν θέρος. νῦν δὲ τοὺς στάχυς ἐκείνους, οὓς ἐκεῖθεν ἤγαγεν, ἐν ξύλῳ δήσας ἀφαύει κἀποδόσθαι βούλεται. Κλέων οὐ δέδοιχʼ ὑμᾶς, ἕως ἂν ζῇ τὸ βουλευτήριον καὶ τὸ τοῦ δήμου πρόσωπον μακκοᾷ καθήμενον. Χορός ὡς δὲ πρὸς πᾶν ἀναιδεύεται κοὐ μεθίστησι τοῦ χρώματος τοῦ παρεστηκότος. εἴ σε μὴ μισῶ, γενοίμην ἐν Κρατίνου κῴδιον, καὶ διδασκοίμην προσᾴδειν Μορσίμου τραγῳδίᾳ. ὦ περὶ πάντʼ ἐπὶ πᾶσί τε πράγμασι
fac-similé LOB_78_0138_a.jpg

98

(y) Tiré d'une pièce de Simonide , appelée : les Chariots, Quadrijugae

(z) Goûter les tripes sacrées était la manière de participer religieusement aux sacrifices. Il est fait mention de cette viscération dans le texte grec des Machabées, et l'interprète latin s'y est trompé. 2. Mac. 7. 42.

vu ! Que te reste-t-il, après avoir surpris le morceau que d'autres allaient avaler, que de boire pour calmer les ennuis où tu te trouves maintenant ? Chante donc cette chanson de Simonide (y) : bois, bois sur tes malheurs !

Cléon.

Vous pensez donc me surpasser en en effronterie  ! O ! par Neptune , si cela arrive, que je puisse ne goûter (z) jamais aux tripes sacrées du Jupiter des halles .

Le mar.

Et moi je jure par les chiquenaudes et les croquignoles fréquentes, et les coups que que j’ai reçus à la cuisine dès mon enfance, que je serai plus effronté que toi. Ce serait donc en vain que nourri de pain et de son, je serais parvenu à l’âge que j'ai.

Cléon.

Nourri de pain et de son ! Malheureux et tu oses, après avoir été élevé comme un chien, t'attaquer à moi, qui ai la tête d'un de chien

Le mar.

Je mangeais aussi de la viande. Et voici comme étant petit, je la dérobais aux cuisiniers. Je leur disais : enfants ! Voici le printemps  ; voyez les hirondelles. Ils levaient la tête, et je faisais adroitement mon coup, pendant qu'ils regardaient.

Le ch.

Que c'était finement fait !

Le mar.

On ne s'en apercevait point ; ou si l'on prenait garde à ce qui manquait, je cachais la viande

δωροδόκοισιν ἐπʼ ἄνθεσιν ἵζων, εἴθε φαύλως ὥσπερ ηὗρες ἐκβάλοις τὴν ἔνθεσιν. ᾄσαιμι γὰρ τότʼ ἂν μόνον, πῖνε πῖνʼ ἐπὶ συμφοραῖς. Χορός τὸν Ἰουλίου τʼ ἂν οἴομαι γέροντα πυροπίπην ἡσθέντʼ ἰηπαιωνίσαι καὶ βακχέβακχον ᾆσαι. Κλέων οὔτοί μʼ ὑπερβαλεῖσθʼ ἀναιδείᾳ μὰ τὸν Ποσειδῶ, ἢ μή ποτʼ ἀγοραίου Διὸς σπλάλχνοισι παραγενοίμην. Ἀλλαντοπώλης ἔγωγε νὴ τοὺς κονδύλους οὓς πολλὰ δὴ ʼπὶ πολλοῖς ἠνεσχόμην ἐκ παιδίων, μαχαιρίδων τε πληγάς, ὑπερβαλεῖσθαί σʼ οἴομαι τούτοισιν, ἢ μάτην γʼ ἂν ἀπομαγδαλιὰς σιτούμενος τοσοῦτος ἐκτραφείην. Κλέων ἀπομαγδαλιὰς ὥσπερ κύων; ὦ παμπόνηρε πῶς οὖν κυνὸς βορὰν σιτούμενος μαχεῖ σὺ κυνοκεφάλλῳ; Ἀλλαντοπώλης καὶ νὴ Δίʼ ἄλλα γʼ ἐστί μου κόβαλα παιδὸς ὄντος. ἐξηπάτων γὰρ τοὺς μαγείρους ἐπιλέγων τοιαυτί· σκέψασθε παῖδες· οὐχ ὁρᾶθʼ; ὥρα νέα, χελιδών. οἱ δʼ ἔβλεπον, κἀγὼ ʼν τοσούτῳ τῶν κρεῶν ἔκλεπτον. Χορός ὦ δεξιώτατον κρέας σοφῶς γε προὐνοήσω· ὥσπερ ἀκαλήφας ἐσθίων πρὸ χελιδόνων ἔκλεπτες. Ἀλλαντοπώλης καὶ ταῦτα δρῶν ἐλάνθανόν γʼ· εἰ δʼ οὖν ἴδοι τις αὐτῶν,
fac-similé LOB_78_0138_b.jpg

99

(a) Colonie de Corinthe, alliée des Athéniens.

sous mes bourses, et je jurais hardiment que je n'avais rien pris. En sorte qu'un rhéteur des plus considérables me voyant un jour en user de la sorte, ne put s'empêcher de dire : voilà un enfant qui a de trop belles dispositions, pour ne pas gouverner le peuple un jour.

Le ch.

Il devinait juste ; car quelles plus heureuses dispositions, que de savoir jurer à faux, et d'avoir le cul garni de viande ?

Cléon.

Je saurai bien mettre un frein à ta hardiesse, et à la tienne aussi ( à Démosthène ) lorsque vous me verrez sortir avec un appareil magnifique ; lorsque vous me verrez, tout assis que je serai, mêler la terre et la mer à mon gré, sans raison.

Le mar.

Et moi, saisissant les boudins, je me mettrai à la merci des flots, et me moquerai de toi.

Dém.

Et moi, si le vaisseau se disloque, je me tiendrai auprès de la pompe.

Cléon.

En vain, par Cérès , voudras-tu m'échapper, toi qui as dérobé tant de talents aux Athéniens.

Le ch.

Prends garde ; lâche la corde ; il pue la méchanceté et la calomnie.

Le mar.

Et toi, nous savons que tu as volé dix talents à Potidée (a) .

Cléon.

Eh ! Bien, veux-tu en avoir un, et te taire ?

ἀποκρυπτόμενος ἐς τὼ κοχώνα τοὺς θεοὺς ἀπώμνυν· ὥστʼ εἶπʼ ἀνὴρ τῶν ῥητόρων ἰδών με τοῦτο δρῶντα· οὐκ ἔσθʼ ὅπως ὁ παῖς ὅδʼ οὐ τὸν δῆμον ἐπιτροπεύσει. Χορός εὖ γε ξυνέβαλεν αὔτʼ· ἀτὰρ δῆλόν γʼ ἀφʼ οὗ ξυνέγνω· ὁτιὴ ʼπιώρκεις θʼ ἡρπακὼς καὶ κρέας ὁ πρωκτὸς εἶχεν. Κλέων ἐγώ σε παύσω τοῦ θράσους, οἶμαι δὲ μᾶλλον ἄμφω. ἔξειμι γάρ σοι λαμπρὸς ἤδη καὶ μέγας καθιείς, ὁμοῦ ταράττων τήν τε γῆν καὶ τὴν θάλατταν εἰκῇ. Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ δὲ συστείλας γε τοὺς ἀλλᾶντας εἶτʼ ἀφήσω κατὰ κῦμʼ ἐμαυτὸν οὔριον, κλάειν σε μακρὰ κελεύσας. Δημοσθένης κἄγωγʼ, ἐάν τι παραχαλᾷ, τὴν ἀντλίαν φυλάξω. Κλέων οὔτοι μὰ τὴν Δήμητρα καταπροίξει τάλαντα πολλὰ κλέψας Ἀθηναίων. Δημοσθένης ἄθρει καὶ τοῦ ποδὸς παρίει· ὡς οὗτος ἤδη καικίας καὶ συκοφαντίας πνεῖ. Ἀλλαντοπώλης σὲ δʼ ἐκ Ποτειδαίας ἔχοντʼ εὖ οἶδα δέκα τάλαντα. Κλέων τί δῆτα; βούλει τῶν ταλάντων ἓν λαβὼν σιωπᾶν;
fac-similé LOB_78_0139_a.jpg

100

(b) Voyez Thucydide , L.1

(c) Myrrhine ; le poète met Byrsine pour faire allusion aux mœurs de Cléon , car Byrsê4 est un cuir.

Le ch.

Cet homme le prendra de bon cœur, et lâchera le cordage pour céder au vent.

Le mar.

N'ayez pas peur ; le vent diminue.

Cléon.

Je te susciterai quatre accusations de cent1 talents.

Le mar.

Et à toi je te ferai vingt procès pour n’avoir pas été à la guerre ; et plus de mille pour avoir volé.

Cléon.

Je dirai que tu as été l'un de ceux qui ont profané (b) le temple de la déesse.

Le mar.

Et moi je dirai que ton grand-père était un des satellites.......

Cléon.

De qui ? Je te prie.

Le mar.

De la mère d' Hippias et d' Hipparque (c) , femme de Pisistrate .

Cléon.

Tu ne sais ce que tu dis.

Le mar.

Tu ne vaux rien.

Le ch.

Frappe hardiment.

Cléon.

Ahi ! Ahi ! Les conjurés me battent.

Le ch.

Donne, frappe fort sur le ventre et partout.

Χορός ἁνὴρ ἂν ἡδέως λάβοι. τοὺς τερθρίους παρίει· Χορός τὸ πνεῦμʼ ἔλαττον γίγνεται. Κλέων φεύξει γραφὰς [illisible] ἑκατονταλάντους τέτταρας. Ἀλλαντοπώλης σὺ δʼ ἀστρατείας γʼ εἴκοσιν, κλοπῆς δὲ πλεῖν ἢ χιλίας. Κλέων ἐκ τῶν ἀλιτηρίων σέ φημι γεγονέναι τῶν τῆς θεοῦ. Ἀλλαντοπώλης τὸν πάππον εἶναί φημί σου τῶν δορυφόρων — Κλέων ποίων; φράσον. Ἀλλαντοπώλης τῶν Βυρσίνης τῆς Ἱππίου. Κλέων κόβαλος εἶ. Ἀλλαντοπώλης πανοῦργος εἶ. Χορός παῖʼ ἀνδρικῶς. Κλέων ἰοὺ ἰού, τύπτουσί μʼ οἱ ξυνωμόται.
fac-similé LOB_78_0139_b.jpg

101

O  ! le plus brave de tous les hommes, que les Dieux ont suscité pour être le salut de la Ville ! Comme tu as dompté cet homme insolent par tes discours ! Comment te louerons nous autant que le mérite le plaisir que tu nous as fait ?

Cléon.

Par Cérès ! Je m'étais bien défié de tout ceci. Je savais bien ce qui se pratiquait.

Le ch.

Tout ce que tu dis, et rien, c'est la même chose.

Le mar.

Et moi, je sais ce que tu pratiquais à Argos, sous prétexte de rendre les Argiens nos amis. Tu t'y es abouché avec les Lacédémoniens au sujet des captifs de Sphactérie . Je vois que l'on applaudit à mon discours ; c'est pourquoi, tu n'as que faire de me donner ni or ni argent, ni de m'envoyer tes amis ; tu ne m'empêcheras pas de le dire aux Athéniens.

Cléon.

Je m'en vais tout à l'heure au Conseil, et j'y révélerai toutes vos conspirations, vos assemblées de nuit, vos liaisons avec les mèdes et leur Roi, et tout ce fromage de sédition qui se fait en Béotie.

Le mar.

À propos ; combien le vend-on présentement, le fromage de Béotie ?

Cléon.

Par Hercule ! Je t'étendrai comme une peau.

Le ch.

Et toi, que feras-tu ? Toi qui savais si bien cacher la viande dérobée sous tes bourses. N'aurais-tu

Χορός παῖʼ αὐτὸν ἀνδρειότατα, καὶ γάστριζε καὶ τοῖς ἐντέροις καὶ τοῖς κόλοις, χὤπως κολᾷ τὸν ἄνδρα. Χορός ὦ γεννικώτατον κρέας ψυχήν τʼ ἄριστε πάντων, καὶ τῇ πόλει σωτὴρ φανεὶς ἡμῖν τε τοῖς πολίταις, ὡς εὖ τὸν ἄνδρα ποικίλως θʼ ὑπῆλθες ἐν λόγοισιν. πῶς ἄν σʼ ἐπαινέσαιμεν οὕτως ὥσπερ ἡδόμεσθα; Κλέων ταυτὶ μὰ τὴν Δήμητρά μʼ οὐκ ἐλάνθανεν τεκταινόμενα τὰ πράγματʼ, ἀλλʼ ἠπιστάμην γομφούμενʼ αὐτὰ πάντα καὶ κολλώμενα. Χορός οἴμοι σὺ δʼ οὐδὲν ἐξ ἁμαξουργοῦ λέγεις; Ἀλλαντοπώλης οὔκουν μʼ ἐν Ἄργει γʼ οἷα πράττεις λανθάνει. πρόφασιν μὲν Ἀργείους φίλους ἡμῖν ποιεῖ, ἰδίᾳ δʼ ἐκεῖ Λακεδαιμονίοις ξυγγίγνεται. καὶ ταῦτʼ ἐφʼ οἷσίν ἐστι συμφυσώμενα ἐγᾦδʼ· ἐπὶ γὰρ τοῖς δεδεμένοις χαλκεύεται. Χορός εὖ γʼ εὖ γε, χάλκεὐ ἀντὶ τῶν κολλωμένων. Ἀλλαντοπώλης καὶ ξυγκροτοῦσιν ἄνδρες αὔτʼ ἐκεῖθεν αὖ, καὶ ταῦτά μʼ οὔτʼ ἀργύριον οὔτε χρυσίον διδοὺς ἀναπείσεις οὔτε προσπέμπων φίλους, ὅπως ἐγὼ ταῦτʼ οὐκ Ἀθηναίοις φράσω. Κλέων ἐγὼ μὲν οὖν αὐτίκα μάλʼ ἐς βουλὴν ἰὼν ὑμῶν ἁπάντων τὰς ξυνωμοσίας ἐρῶ, καὶ τὰς ξυνόδους τὰς νυκτερινὰς τὰς ἐν πόλει, καὶ πάνθʼ ἃ Μήδοις καὶ βασιλεῖ ξυνόμνυτε, καὶ τἀκ Βοιωτῶν ταῦτα συντυρούμενα. Ἀλλαντοπώλης πῶς οὖν ὁ τυρὸς ἐν Βοιωτοῖς ὤνιος; Κλέων ἐγώ σε νὴ τὸν Ἡρακλέα παραστορῶ. Χορός ἄγε δὴ σὺ τίνα νοῦν ἢ τίνα ψυχὴν ἔχεις; νυνί γε δείξεις, εἴπερ ἀπεκρύψω τότε ἐς τὼ κοχώνα τὸ κρέας, ὡς αὐτὸς λέγεις·
fac-similé LOB_78_0140_a.jpg

102

C'est le chœur des chevaliers qui parle. 

pas le courage de courir et voler au conseil où celui-ci se dispose à nous calomnier tous en criant de toute sa force ?

Le mar.

J'y cours, et je laisse ici boudins, tripes et couteaux.

Le ch.

Frotte toi le cou de cette graisse, afin que que tu puisses échapper à ses calomnies.

Le mar.

C'est bien dit ; c'est ainsi qu'on frotte les lutteurs.

Le ch.

Avale cela.

Le mar.

Pourquoi donc ?

Le ch.

C'est afin que tu combattes avec plus de courage comme les coqs à qui on fait avaler de l’ail. Dépêche toi.

Le mar.

J'y cours.

Le ch.

Souviens toi de mordre, de calomnier, d’emporter la pièce ; et ne reviens qu'après lui avoir mangé la crête. Marche gaîement ; et puisses-tu réussir selon nos désirs. Que le Jupiter des halles daigne te conserver. Reviens victorieux et couvert de couronnes. Et vous messieurs dont l’esprit est si éclairé, prêtez-nous un moment d'attention.

Anapestes, ou digression.

Si quelqu'un des anciens auteurs de comédie nous avait voulu forcer à réciter des vers sur

θεύσει γὰρ ᾄξας ἐς τὸ βουλευτήριον, ὡς οὗτος ἐσπεσὼν ἐκεῖσε διαβαλεῖ ἡμᾶς ἅπαντας καὶ κράγον κεκράξεται. Ἀλλαντοπώλης ἀλλʼ εἶμι· πρῶτον δʼ ὡς ἔχω τὰς κοιλίας καὶ τὰς μαχαίρας ἐνθαδὶ καταθήσομαι. Δημοσθένης ἔχε νυν, ἄλειψον τὸν τράχηλον τουτῳί, ἵνʼ ἐξολισθάνειν δύνῃ τὰς διαβολάς. Ἀλλαντοπώλης ἀλλʼ εὖ λέγεις καὶ παιδοτριβικῶς ταυταγί. Δημοσθένης ἔχε νυν, ἐπέγκαψον λαβὼν ταδί. Ἀλλαντοπώλης τί δαί; Δημοσθένης ἵνʼ ἄμεινον ὦ τᾶν ἐσκοροδισμένος μάχῃ. καὶ σπεῦδε ταχέως. Ἀλλαντοπώλης ταῦτα δρῶ. Δημοσθένης μέμνησό νυν δάκνειν διαβάλλειν, τοὺς λόφους κατεσθίειν, χὤπως τὰ κάλλαἰ ἀποφαγὼν ἥξεις πάλιν. Χορός ἄλλʼ ἴθι χαίρων, καὶ πράξειας κατὰ νοῦν τὸν ἐμόν, καί σε φυλάττοι Ζεὺς ἀγοραῖος· καὶ νικήσας αὖθις ἐκεῖθεν πάλιν ὡς ἡμᾶς ἔλθοις στεφάνοις κατάπαστος. ὑμεῖς δʼ ἡμῖν προσέχετε τὸν νοῦν τοῖς ἀναπαίστοις, ὦ παντοίας ἤδη Μούσης πειραθέντες καθʼ ἑαυτούς. Χορός εἰ μέν τις ἀνὴρ τῶν ἀρχαίων κωμῳδοδιδάσκαλος ἡμᾶς
fac-similé LOB_78_0140_b.jpg

103

(d) Typhon , géant, fils de la terre .

/ deux vers ont été omis par le traducteur

le théâtre ; il ne l'aurait pas facilement obtenu. Mais notre poète a mérité que nous fissions pour lui ce que nous n'eussions pas fait pour les autres, parce qu'il hait les mêmes gens que nous haïssons, et qu'il a le courage d'attaquer de dire ce qui est juste, d'attaquer les Typhons (d) , maudites productions de la terre, et de s'opposer aux plus impétueux tourbillons. Quant à ce que plusieurs d'entre vous sont surpris, et veulent savoir pourquoi il a tant tardé à demander la troupe ; il nous a chargés de vous dire que ce n'est point par bêtises qu'il a différé jusqu'ici, mais parce qu'il a été persuadé qu'il est très difficile de traiter des matières comiques, et qui de tous ceux qui l'ont tenté, l'on en voit très peu qui aient réussi. Il y a longtemps qu'il a observé que vous êtes sujets au changement comme les oiseaux de passage, et que vous abandonnez les meilleurs poètes dès que vous les voyez vieux. Par exemple, Magnès qui a tant de fois remporté de si glorieux avantages sur ses concurrents, en vous donnant : ses Joueuses de Lyre , ses Oiseaux, ses Lydiens, ses Chauves, ses Grenouilles ; ce poète si applaudi pendant qu'il était jeune (et qui ne plairait pas dans la jeunesse ?) a été chassé quand il est devenu vieux, sous prétexte qu'il ignorait l'art de railler. Cratin , dont le style coulait autrefois avec tant d'applaudissements par des plaines unies, et emportait avec soi les chènes et les platanes arrachés de leur place, et déracinait tous ses adversaires ; Cratin qui avait tant de vogue, qu'il ne se chantait rien dans un repas qui ne fût tiré de ses poésies ; / vous le voyez présentement

ἠνάγκαζεν λέξοντας ἔπη πρὸς τὸ θέατρον παραβῆναι, οὐκ ἂν φαύλως ἔτυχεν τούτου· νῦν δʼ ἄξιός ἐσθʼ ὁ ποιητής, ὅτι τοὺς αὐτοὺς ἡμῖν μισεῖ τολμᾷ τε λέγειν τὰ δίκαια, καὶ γενναίως πρὸς τὸν τυφῶ χωρεῖ καὶ τὴν ἐριώλην. ἃ δὲ θαυμάζειν ὑμῶν φησιν πολλοὺς αὐτῷ προσιόντας καὶ βασανίζειν ὡς οὐχὶ πάλαι χορὸν αἰτοίη καθʼ ἑαυτόν, ἡμᾶς ὑμῖν ἐκέλευε φράσαι περὶ τούτου. φησὶ γὰρ ἁνὴρ οὐχ ὑπʼ ἀνοίας τοῦτο πεπονθὼς διατρίβειν, ἀλλὰ νομίζων κωμῳδοδιδασκαλίαν εἶναι χαλεπώτατον ἔργον ἁπάντων· πολλῶν γὰρ δὴ πειρασάντων αὐτὴν ὀλίγοις χαρίσασθαι· ὑμᾶς τε πάλαι διαγιγνώσκων ἐπετείους τὴν φύσιν ὄντας καὶ τοὺς προτέρους τῶν ποιητῶν ἅμα τῷ γήρᾳ προδιδόντας· τοῦτο μὲν εἰδὼς ἅπαθε Μάγνης ἅμα ταῖς πολιαῖς κατιούσαις, ὃς πλεῖστα χορῶν τῶν ἀντιπάλων νίκης ἔστησε τροπαῖα· πάσας δʼ ὑμῖν φωνὰς ἱεὶς καὶ ψάλλων καὶ πτερυγίζων καὶ λυδίζων καὶ ψηνίζων καὶ βαπτόμενος βατραχείοις οὐκ ἐξήρκεσεν, ἀλλὰ τελευτῶν ἐπὶ γήρως, οὐ γὰρ ἐφʼ ἥβης, ἐξεβλήθη πρεσβύτης ὤν, ὅτι τοῦ σκώπτειν ἀπελείφθη· εἶτα Κρατίνου μεμνημένος, ὃς πολλῷ ῥεύσας ποτʼ ἐπαίνῳ διὰ τῶν ἀφελῶν πεδίων ἔρρει, καὶ τῆς στάσεως παρασύρων ἐφόρει τὰς δρῦς καὶ τὰς πλατάνους καὶ τοὺς ἐχθροὺς προθελύμνους· ᾆσαι δʼ οὐκ ἦν ἐν ξυμποσίῳ πλὴν Δωροῖ συκοπέδιλε, καὶ τέκτονες εὐπαλάμων ὕμνων· οὕτως ἤνθησεν ἐκεῖνος.
fac-similé LOB_78_0141_a.jpg

104

(e) Il avait remporté plusieurs fois le prix aux jeux olympiques ; mais il était gueux et ivrogne et n'avait pour tout bien qu'une couronne d'olivier.

( à onze) ?

qui ne sait plus ce qu'il dit, et vous n’en avez pas pitié. Ses ornements sont tombés, sa vigueur affaiblie ; son harmonie est tombée démontée   ; il est devenu vieux, et nous le voyons errer comme le fameux joueur de flûte (e) Connas , orné d’une couronne sèche et mourant de soif, lui devrait, en considération de tant de victoires remportées, boire au Prytanée et assister aux spectacles tout parfumé et placé auprès de la statue de Bacchus . Cratès , autrefois acteur de Cratin et puis auteur en chef de petites pièces , quelles injures n'a-t-il pas reçues de vous, après vous avoir régalés à peu de frais tant de jolies pensées qui sortaient de sa bouche qui sentait le chou remâché ? Nous l’avons vu tantot debout, tantot par terre. Tous ces exemples ont fait peur notre poète, qui s'est tenu longtemps dans le silence, en disant en lui-même qu'il faut être rameur avant que de prétendre tenir le gouvernail ; qu'il faut, après avoir ramé, avoir tenu son rang à la proue et observé les vents ; en suite de quoi l'on peut s'exposer à gouverner le vaisseau. N'est-ce pas prudemment imaginé et sagement dit ? Faites donc en son honneur bondir en l'air la rosée des flots, et faites avancer la galères d'onze rames. Battez des mains en signe d'applaudissement, afin que le poète s'en aille avec la satisfaction d'avoir eu le bonheur de vous plaire.

Invocation.

O ! Neptune , qui te plais à entendre le bruit des chevaux ferrés et leur hennissement,

νυνὶ δʼ ὑμεῖς αὐτὸν ὁρῶντες παραληροῦντʼ οὐκ ἐλεεῖτε, ἐκπιπτουσῶν τῶν ἠλέκτρων καὶ τοῦ τόνου οὐκέτʼ ἐνόντος τῶν θʼ ἁρμονιῶν διαχασκουσῶν· ἀλλὰ γέρων ὢν περιέρρει, ὥσπερ Κοννᾶς, στέφανον μὲν ἔχων αὖον δίψῃ δʼ ἀπολωλώς, ὃν χρῆν διὰ τὰς προτέρας νίκας πίνειν ἐν τῷ πρυτανείῳ, καὶ μὴ ληρεῖν ἀλλὰ θεᾶσθαι λιπαρὸν παρὰ τῷ Διονύσῳ. οἵας δὲ Κράτης ὀργὰς ὑμῶν ἠνέσχετο καὶ στυφελιγμούς, ὃς ἀπὸ σμικρᾶς δαπάνης ὑμᾶς ἀριστίζων ἀπέπεμπεν, ἀπὸ κραμβοτάτου στόματος μάττων ἀστειοτάτας ἐπινοίας· χοὖτος μέντοι μόνος ἀντήρκει, τοτὲ μὲν πίπτων τοτὲ δʼ οὐχί. ταῦτʼ ὀρρωδῶν διέτριβεν ἀεί, καὶ πρὸς τούτοισιν ἔφασκεν ἐρέτην χρῆναι πρῶτα γενέσθαι πρὶν πηδαλίοις ἐπιχειρεῖν, κᾆτʼ ἐντεῦθεν πρῳρατεῦσαι καὶ τοὺς ἀνέμους διαθρῆσαι, κᾆτα κυβερνᾶν αὐτὸν ἑαυτῷ. τούτων οὖν οὕνεκα πάντων, ὅτι σωφρονικῶς κοὐκ ἀνοήτως ἐσπηδήσας ἐφλυάρει, αἴρεσθʼ αὐτῷ πολὺ τὸ ῥόθιον, παραπέμψατʼ ἐφʼ ἕνδεκα κώπαις Χορός θόρυβον χρηστὸν ληναΐτην, ἵνʼ ὁ ποιητὴς ἀπίῃ χαίρων κατὰ νοῦν πράξας, φαιδρὸς λάμποντι μετώπῳ. Χορός ἵππιʼ ἄναξ Πόσειδον, ᾧ χαλκοκρότων ἵππων κτύπος καὶ χρεμετισμὸς ἁνδάνει
fac-similé LOB_78_0141_b.jpg

105

(f) Promontoire d' Eubée.

(g) Sur ce voile était représentée la victoire remportée sur le géant Encelade . On le portait en procession tous les quatre ans du Céramique à Eleusine.

(h) C'était peut-être lui qui avait fait accorder cette grace à Cléon .

à voir couper les flots ahuris aux galères qui coulent avec tant de légèreté ; et à considérer les courses des chariots des jeunes gens pleins d'une noble émulation, qui se ruinent à entretenir leur équipage ! Honore ce chœur de ta présence, O ! Toi qui portes un trident d'or ; qui gouvernes les dauphins du promontoire de Sounion Sunium. O ! fils de Saturne , qu'on révère au promontoire de Géreste (f) ; qui favorises l'illustre Phormion général de nos galères ; toi enfin que les Athéniens révèrent plus que tous les autres Dieux !

Transition.

Louons nos pères. Il n'y avait qu'eux qui fussent dignes de posséder cette terre et de garder le voile sacré (g) de Minerva . Dans toutes les batailles qui se sont données sur terre et sur la mer, ils ont toujours remporté l'avantage, à la gloire de cette ville. Aucun d'eux, voyant les ennemis, ne s'est arrêté à les compter ; ils ne pensaient qu'à se venger et à vaincre. Si dans la melée il arrivait à quelqu'un de tomber sur le dos, il s'essuyait l’épaule et disait : il est faux que je sois tombé ; et recommençait à se battre comme auparavant. On ne voyait en ce temps-là aucun général demander pour récompense à Cléoenète (h) d'être nourri au Prytanée. Maintenant on veut des distinctions et des pensions, et à moins de cela on dit que l'on ne combattra point. Pour nous, c'est notre sentiment, qu'on doit servir l'état et les Dieux du pays ; et si nous demandons quelque chose, c'est que si la

καὶ κυανέμβολοι θοαὶ μισθοφόροι τριήρεις, μειρακίων θʼ ἅμιλλα λαμπρυνομένων ἐν ἅρμασιν καὶ βαρυδαιμονούντων, δεῦρʼ ἔλθʼ ἐς χορὸν ὦ χρυσοτρίαινʼ ὦ δελφίνων μεδέων Σουνιάρατε, ὦ Γεραίστιε παῖ Κρόνου, Φαρμίωνί τε φίλτατʼ ἐκ τῶν ἄλλων τε θεῶν Ἀθηναίοις πρὸς τὸ παρεστός. Χορός εὐλογῆσαι βουλόμεσθα τοὺς πατέρας ἡμῶν, ὅτι ἄνδρες ἦσαν τῆσδε τῆς γῆς ἄξιοι καὶ τοῦ πέπλου, οἵτινες πεζαῖς μάχαισιν ἔν τε ναυφάρκτῳ στρατῷ πανταχοῦ νικῶντες ἀεὶ τήνδʼ ἐκόσμησαν πόλιν· οὐ γὰρ οὐδεὶς πώποτʼ αὐτῶν τοῦς ἐναντίους ἰδὼν ἠρίθμησεν, ἀλλʼ ὁ θυμὸς εὐθὺς ἦν Ἀμυνίας· εἰ δέ που πέσοιεν ἐς τὸν ὦμον ἐν μάχῃ τινί, τοῦτʼ ἀπεψήσαντʼ ἄν, εἶτʼ ἠρνοῦντο μὴ πεπτωκέναι, ἀλλὰ διεπάλαιον αὖθις. καὶ στρατηγὸς οὐδʼ ἂν εἷς τῶν πρὸ τοῦ σίτησιν ᾔτησʼ ἐρόμενος Κλεαίνετον· νῦν δʼ ἐὰν μὴ προεδρίαν φέρωσι καὶ τὰ σιτία, οὐ μαχεῖσθαί φασιν. ἡμεῖς δʼ ἀξιοῦμεν τῇ πόλει προῖκα γενναίως ἀμύνειν καὶ θεοῖς ἐγχωρίοις. καὶ πρὸς οὐκ αἰτοῦμεν οὐδὲν πλὴν τοσουτονὶ μόνον·
fac-similé LOB_78_0142_a.jpg

106

/leur entendre ?

X

paix se fait un jour et que nos maux finissent, on ne nous envie point la bonne chère, et les parfums ajustements et les parfums.

Autre invocation.

O ! Pallas , patronne de cette ville ! O ! déesse qui protèges celui de tous les pays le plus sacré, le plus distingué par sa puissance, par ses vertus guerrières et par la poésie ! Viens, amène avec toi la victoire qui nous accompagne partout dans les expéditions et dans les combats ; La victoire amie de la danse, et qui prend notre parti contre nos ennemis. Daigne paraître ici ; car c'est de ta libéralité que nous attendons maintenant la victoire encore plus que jamais.

Autre digression.

Nous louerons nos chevaux, et ce ne sera pas sans sujet, puisqu'ils ont fait avec nous tant de belles actions dans les combats. Ce qu'ils font à terre leur est commun avec tous les autres, et c'est ce que nous n'en parlerons point. Mais ce qui fait notre admiration, est de les voir monter hardiment dans les vaisseaux de charge, de les voir faire provisions de tasses à la Lacédémonienne, d'ail et de noix ; de leur voir prendre la rame comme nous  ; de / dire en henninss hennissant aussi distinctement que nous : hippapé, avançons, enfoncez davantage, que faisons nous ? Que ne pousses-tu, toi qui es marqué à l' S ? A-t-on fait descente dans le pays de Corinthe ? On voit les plus jeunes creuser la tranchée avec les ongles et s'y faire leur place dans le sable, sans se soucier de litière. On les voit

ἤν ποτʼ εἰρήνη γένηται καὶ πόνων παυσώμεθα, μὴ φθονεῖθʼ ἡμῖν κομῶσι μηδʼ ἀπεστλεγγισμένοις. Χορός Ὦ πολιοῦχε Παλλάς, ὦ τῆς ἱερωτάτης ἁπασῶν πολέμῳ τε καὶ ποιηταῖς δυνάμει θʼ ὑπερφερούσης μεδέουσα χώρας, δεῦρʼ ἀφικοῦ λαβοῦσα τὴν ἐν στρατιαῖς τε καὶ μάχαις ἡμετέραν ξυνεργὸν Νίκην, ἣ χορικῶν ἐστιν ἑταίρα τοῖς τʼ ἐχθροῖσι μεθʼ ἡμῶν στασιάζει. νῦν οὖν δεῦρο φάνηθι· δεῖ γὰρ τοῖς ἀνδράσι τοῖσδε πάσῃ τέχνῃ πορίσαι σε νίκην εἴπερ ποτὲ καὶ νῦν. Χορός ἃ ξύνισμεν τοῖσιν ἵπποις, βουλόμεσθʼ ἐπαινέσαι. ἄξιοι δʼ εἴσʼ εὐλογεῖσθαι· πολλὰ γὰρ δὴ πάγματα ξυνδιήνεγκαν μεθʼ ἡμῶν, ἐσβολάς τε καὶ μάχας. ἀλλὰ τἀν τῇ μὲν αὐτῶν οὐκ ἄγαν θαυμάζομεν, ὡς ὅτʼ ἐς τὰς ἱππαγωγοὺς εἰσεπήδων ἀνδρικῶς, πριάμενοι κώθωνας, οἱ δὲ καὶ σκόροδα καὶ κρόμμυα· εἶτα τὰς κώπας λαβόντες ὥσπερ ἡμεῖς οἱ βροτοὶ ἐμβαλόντες ἀνεβρύαξαν, ‘ἱππαπαῖ, τίς ἐμβαλεῖ; ληπτέον μᾶλλον. τί δρῶμεν; οὐκ ἐλᾷς ὦ σαμφόρα;’ ἐξεπήδων τʼ ἐς Κόρινθον· εἶτα δʼ οἱ νεώτεροι ταῖς ὁπλαῖς ὤρυττον εὐνὰς καὶ μετῇσαν στρώματα·
fac-similé LOB_78_0142_b.jpg

107

au lieu de fourrage de Médie, se repaitre des cancres qui osent sortir de la mer. En sorte que c'est avec raison que le poète Théore fait dire à Neptune par un cancre corinthien : cela est bien cruel, O ! dieu des flots ! Que je ne puisse, ni dans le sein de la mer, ni sur la terre, éviter les chevaliers.

Le chœur . Le marchand de boudins . Le ch.

O ! le plus aimable et le plus courageux de tous les hommes ! Quelles inquiétudes ne nous a pas données ton absence ! Mais puisque te voilà revenu sain et sauf, raconte nous comment les choses se sont passées.

Le mar.

Qu'ai-je à vous dire autre chose, sinon que j'ai gagné la victoire dans le Conseil ?

Le ch.

Il est juste, après cela, que chacun célèbre ton triomphe. O ! toi, qui as si bien dit et si bien fait ; raconte nous le tout bien au long. Il n'y a point de chemin, quelque enuyu ennuyeux qu'il fût, que nous ne fissions, pour entendre le récit d'une chose qui nous intéresse si fort. Parle donc et ne nous envie par le plaisir que nous fera ta narration.

Le mar.

En effet, ce qui s'est passé mérite bien qu'on le sache. J'ai suivi cet homme, et je l'ai trouvé qui tonnait et tempêtait contre les chevaliers, et les accusait de conspiration. Tout le conseil l'écoutait avec attention ; il persuadait ; les auditeurs avaient le regard menaçant et le front ridé. Quand j'ai vu

ἤσθιον δὲ τοὺς παγούρους ἀντὶ ποίας Μηδικῆς, εἴ τις ἐξέρποι θύραζε κἀκ βυθοῦ θηρώμενοι· ὥστʼ ἔφη Θέωρος εἰπεῖν καρκίνον Κορίνθιον, ‘δεινά γʼ ὦ Πόσειδον εἰ μήτʼ ἐν βυθῷ δυνήσομαι μήτε γῇ μήτʼ ἐν θαλάττῃ διαφυγεῖν τοὺς ἱππέας.’ Χορός ὦ φίλτατʼ ἀνδρῶν καὶ νεανικώτατε. ὅσην ἀπὼν παρέσχες ἡμῖν φροντίδα· καὶ νῦν ἐπειδὴ σῶς ἐλήλυθας πάλιν, ἄγγειλον ἡμῖν πῶς τὸ πρᾶγμʼ ἠγωνίσω. Ἀλλαντοπώλης τί δʼ ἄλλο γʼ εἰ μὴ Νικόβουλος ἐγενόμην; Χορός νῦν ἄρʼ ἄξιόν γε πᾶσίν ἐστιν ἐπολολύξαι. ὦ καλὰ λέγων πολὺ δʼ ἀμείνονʼ ἔτι τῶν λόγων ἐργασάμενʼ, εἴθʼ ἐπέλθοις ἅπαντά μοι σαφῶς· ὡς ἐγώ μοι δοκῶ κἂν μακρὰν ὁδὸν διελθεῖν ὥστʼ ἀκοῦσαι. πρὸς τάδʼ ὦ βέλτιστε θαρρήσας λέγʼ, ὡς, ἅπαντες ἡδόμεσθά σοι. Ἀλλαντοπώλης καὶ μὴν ἀκοῦσαί γʼ ἄξιον τῶν πραγμάτων. εὐθὺς γὰρ αὐτοῦ κατόπιν ἐνθένδʼ ἱέμην· ὁ δʼ ἄρʼ ἔνδον ἐλασίβροντʼ ἀναρρηγνὺς ἔπη τερατευόμενος ἤρειδε κατὰ τῶν ἱππέων, κρημνοὺς †ἐρείδων† καὶ ξυνωμότας λέγων πιθανώταθʼ· ἡ βουλὴ δʼ ἅπασʼ ἀκροωμένη ἐγένεθʼ ὑπʼ αὐτοῦ ψευδατραφάξυος πλέα, κἄβλεψε νᾶπυ καὶ τὰ μέτωπʼ ἀνέσπασεν.
fac-similé LOB_78_0143_a.jpg

108

/barreaux

X

que ses discours étaient reçus, et que le conseil se laissait séduire aux calomnies de ce scélérat, je me suis dit à moi-même : Où êtes vous, canailles que j'ai fréquentée, valets, avec qui j’ai vécu, halles où j'ai été élevé ? Ne me fournirez-vous pas la hardiesse et les discours dont j'ai maintenant besoin ? Pendant que je raisonnais ainsi, j'ai entendu péter à ma droite un joli homme. Je l'ai salué, et poussant les chanceaux avec le cul, je suis entré en criant : bonne nouvelle, Messieurs, bonne nouvelle ! Depuis que nous avons la guerre, on n'avait encore vu les merlans à si bon marché, qu’ils le sont. Aussitôt vous eussiez vu la sérénité revenir sur tous les visages. On me couronne pour me récompenser d'une nouvelle si agréable. Et moi, de mon côté, ayant trouvé le moyen tout d'un coup, de leur faire trouver beaucoup de merlans pour une obole, je leur dis comme un grand secret qu’ils n'avaient qu'à faire des provisions de plats et enlever tout ce qu'il y en avait chez les potiers. On battait des mains, et l’on me regardait, la bouche ouverte, en signe d’admiration. Le Paphlagonien s'en étant aperçu ; et faisant réflexion à ce qui était du goût du Conseil, ouvrit cet avis : Je crois, Messieurs, qu'on devrait, pour marquer la reconnaissance que nous avons d'une faveur si grande, sacrifier à la déesse cent bœufs. Le conseil en fut d'accord, et se tourna vers le Paphlagonien . Pour lors, me voyant, pour ainsi dire, accablé de fumier

κἄγωγʼ ὅτε δὴ γʼνων ἐνδεχομένην τοὺς λόγους καὶ τοῖς φενακισμοῖσιν ἐξαπατωμένην, ἄγε δὴ Σκίταλοι καὶ Φένακες, ἦν δʼ ἐγώ, ‘Βερέσχεθοί τε καὶ Κόβαλοι καὶ Μόθων, ἀγορά τʼ ἐν ᾗ παῖς ὢν ἐπαιδεύθην ἐγώ, νῦν μοι φράσος καὶ γλῶτταν εὔπορον δότε φωνήν τʼ ἀναιδῆ.’ ταῦτα φροντίζοντί μοι ἐκ δεξιᾶς ἀπέπαρδε καταπύγων ἀνήρ. κἀγὼ προσέκυσα· κᾆτα τῷ πρωκτῷ θενὼν τὴν κιγκλίδʼ ἐξήραξα κἀναχανὼν μέγα ἀνέκραγον· ‘ὦ βουλὴ λόγους ἀγαθοὺς φέρων εὐαγγελίσασθαι πρῶτον ὑμῖν βούλομαι· ἐξ οὗ γὰρ ἡμῖν ὁ πόλεμος κατερράγη, οὐπώποτʼ ἀφύας εἶδον ἀξιωτέρας.’ τῶν δʼ εὐθέως τὰ πρόσωπα διεγαλήνισεν· εἶτʼ ἐστεφάνουν μʼ εὐαγγέλια· κἀγὼ φρασα αὐτοῖς ἀπόρρητον ποιησάμενος ταχύ, ἵνα τὰς ἀφύας ὠνοῖντο πολλὰς τοὐβολοῦ, τῶν δημιουργῶν ξυλλαβεῖν τὰ τρύβλια. οἱ δʼ ἀνεκρότησαν καὶ πρὸς ἔμʼ ἐκεχήνεσαν. ὁ δʼ ὑπονοήσας ὁ Παφλαγών, εἰδὼς ἄρα οἶς ἥδεθʼ ἡ βουλὴ μάλιστα ῥήμασιν, γνώμην ἔλεξεν· ‘ἄνδρες, ἤδη μοι δοκεῖ ἐπὶ συμφοραῖς ἀγαθαῖσιν εἰσηγγελμέναις εὐαγγέλια θύειν ἑκατὸν βοῦς τῇ θεῷ.’ ἐπένευσεν εἰς ἐκεῖνον ἡ βουλὴ πάλιν. κἄγωγʼ ὅτε δὴ γʼνων τοῖς βολίτοις ἡττημένος, διακοσίαισι βουσὶν ὑπερηκόντισα,
fac-similé LOB_78_0143_b.jpg

109

(i) Petite écrevisse de mer qui a des très grandes barbes d'où vient peut-être que les grecs les ont appelées τρίχιδες. En Normandie, où l'on change le ch en k, au lieu de chevrettes on les appelle kevrettes, et par métathèse crevettes.2

de bœuf, je lui ai rendu bravement le change, en disant qu'il fallait sacrifier deux cents bœufs à Diane , et mille chèvres, si l'on pouvait avoir un millier de (i) chevrettes pour une obole. Le conseil à ces mots se tourna de mon côté. Le Paphlagonien au désespoir, bat l'air inutilement inutilement ; les Prytanes et les archers l'enlèvent de l'assemblée. Il n'était plus question au conseil que de merlans et de chevrettes. Cet homme avait beau supplier qu'on demeurât un peu pour entendre ce que voulait dire le hérault des Lacédémoniens, qui était venu pour parler de trèves ; tout le monde répond d'une même voix : des trèves à présent ? Oh ! Vraiment, c'est bien le temps, maintenant que les merlans sont à bon marché ! Guerre, guerre, et qu'on ne parle point de trève. On a fait sortir les Prytanes, et chacun s'est mis à sauter par-dessus les bancs pour s'en aller.... Je me suis échappé au plus vite, et ayant acheté tout ce qu'il y avait d'ail et de coriandre au marché, j'en ai fait une sauce aux merlans, que j'ai donnée pour rien à tous ceux qui en ont voulu. Enfin je puis me vanter de m'être rendu maître du conseil pour une obole de coriandre.

Le ch.

Tu as eu du bonheur ; mais prends garde à la suite. Ton adversaire ne manquera pas d'inventer quelque artifice, de machiner contre toi, et d'user de ses fraudes et de ses tromperies ordinaires. Pense à te bien défendre ; et du reste, tu n' éprouveras notre

τῇ δʼ Ἀγροτέρᾳ κατὰ χιλιῶν παρῄνεσα εὐχὴν ποιήσασθαι χιμάρων εἰς αὔριον, αἱ τριχίδες εἰ γενοίαθʼ ἑκατὸν τοὐβολοῦ. ἐκαραδόκησεν εἰς ἔμʼ ἡ βουλὴ πάλιν. ὁ δὲ ταῦτʼ ἀκούσας ἐκπλαγεὶς ἐφληνάφα. κᾆθʼ εἷλκον αὐτὸν οἱ πρυτάνεις χοἰ τοξόται. οἱ δʼ ἐθορύβουν περὶ τῶν ἀφύων ἑστηκότες· ὁ δʼ ἠντεβόλει γʼ αὐτοὺς ὀλίγον μεῖναι χρόνον, ‘ἵνʼ ἅτθʼ ὁ κῆρυξ οὑκ Λακεδαίμονος λέγει πύθησθʼ, ἀφῖκται γὰρ περὶ σπονδῶν,’ λέγων. οἱ δʼ ἐξ ἑνὸς στόματος ἅπαντες ἀνέκραγον· ‘νυνὶ περὶ σπονδῶν; ἐπειδή γʼ ὦ μέλε ᾔσθοντο τὰς ἀφύας παρʼ ἡμῖν ἀξίας. οὐ δεόμεθα σπονδῶν· ὁ πόλεμος ἑρπέτω.’ ἐκεκράγεσάν τε τοὺς πρυτάνεις ἀφιέναι· εἶθʼ ὑπερεπήδων τοὺς δρυφάκτους πανταχῇ. ἐγὼ δὲ τὰ κορίαννʼ ἐπριάμην ὑποδραμὼν ἅπαντα τά τε γήτεἰ ὅσʼ ἦν ἐν τἀγορᾷ· ἔπειτα ταῖς ἀφύαις ἐδίδουν ἡδύσματα ἀποροῦσιν αὐτοῖς προῖκα κἀχαριζόμην. οἱ δʼ ὑπερεπῄνουν ὑπερεπύππαζόν τέ με ἅπαντες οὕτως ὥστε τὴν βουλὴν ὅλην ὀβολοῦ κοριάννοις ἀναλαβὼν ἐλήλυθα. Χορός πάντα τοι πέπραγας οἷα χρὴ τὸν εὐτυχοῦντα· ηὗρε δʼ ὁ πανοῦργος ἕτερον πολὺ πανουργίαις μείζοσι κεκασμένον καὶ δόλοισι ποικίλοις ῥήμασίν θʼ αἱμύλοις. ἀλλʼ ὅπως ἀγωνιεῖ φρόντιζε τἀπίλοιπʼ ἄριστα· συμμάχους δʼ ἡμᾶς ἔχων εὔνους ἐπίστασαι πάλαι.
fac-similé LOB_78_0144_a.jpg

110

secours dans l'occasion.

Le mar.

Le voilà qui s'avance, le Paphlagonien   ; les flots roulent devant lui. Je le vois qui brouille et qui bouleverse tout. Vous diriez qu'il va m'avaler. Quel masque d’effronterie.

Cléon . Le marchand de boudin . Cléon.

Si je ne te fais périr par mes faussetés ordinaires, que je puisse périr moi-même.

Le mar.

Je me ris de tes menaces et de tes orgueilleuses fanfaronnades. Je les siffle, et je me donne du talon dans les fesses.

Cléon.

Que je puisse, par Cérès , cesser de vivre, si je ne te mange tout entier.

Le mar.

Et moi, que je puisse crever, si je ne te bois, si je ne te hume.

Cléon.

Je te ferai périr, j'en jure par la première place que l'affaire de Pyle m'a fait obtenir.

Le mar.

Et moi, je ferai en sorte que de cette première place tu passeras à la dernière.

Cléon.

Par le ciel, je te ferai lier sur le bois.

Le mar.

Il est colère. Que lui donnerais-je bien à manger  ? Mais je n'ai point de nappe ; il faudra

Ἀλλαντοπώλης καὶ μὴν ὁ Παφλαγὼν οὑτοσὶ προσέρχεται, ὠθῶν κολόκυμα καὶ ταράττων καὶ κυκῶν, ὡς δὴ καταπιόμενός με. μορμὼ τοῦ θράσους. Κλέων εἰ μή σʼ ἀπολέσαιμʼ, εἴ τι τῶν αὐτῶν ἐμοὶ ψευδῶν ἐνείη, διαπέσοιμι πανταχῇ. Ἀλλαντοπώλης ἥσθην ἀπειλαῖς, ἐγέλασα ψολοκομπίαις, ἀπεπυδάρισα μόθωνα, περιεκόκκασα. Κλέων οὔτοι μὰ τὴν Δήμητρʼ, ἐὰν μή σʼ ἐκφάγω ἐκ τῆσδε τῆς γῆς, οὐδέποτε βιώσομαι. Ἀλλαντοπώλης ἣν μὴ κʼφάγῃς; ἐγὼ δέ γʼ, ἢν μή σʼ ἐκπίω κἀπεκροφήσας αὐτὸς ἐπιδιαρραγῶ. Κλέων ἀπολῶ σε νὴ τὴν προεδρίαν τὴν ἐκ Πύλου. Ἀλλαντοπώλης ἰδοὺ προεδρίαν· οἷον ὅψομαί σʼ ἐγὼ ἐκ τῆς προεδρίας ἔσχατον θεώμενον. Κλέων ἐν τῷ ξύλῳ δήσω σε νὴ τὸν οὐρανόν. Ἀλλαντοπώλης ὡς ὀξύθυμος. φέρε τί σοι δῶ καταφαγεῖν; ἐπὶ τῷ φάγοις ἥδιστʼ ἄν; ἐπὶ βαλλαντίῳ;
fac-similé LOB_78_0144_b.jpg

111

X

servir sur une gibecière.

Cléon.

Je t'arracherai les entrailles avec les ongles.

Le mar.

Et moi, je t'ôterai, en grattant, tous les vivres qu'on te donne au Prytanée.

Cléon.

Je te trainerai devant le peuple, qui me vengera de toi, en te punissant.

Le mar.

Je saurai t'y trainer aussi, et te surpasser en faussetés et en calomnies.

Cléon.

Mais sais-tu, coquin, que tu ne lui persuaderas rien ; au lieu que je m'en moque et que je le tourne comme je veux ?

Le mar.

Tu t'imagines donc en être le maître ?

Cléon.

Je sais l'appaiser l'apaiser et lui donner les ragoûts qu'il aime.

Le mar.

Tu fais apparemment comme les nourrices ; tu mâches la bouillie pour le bambin, mais tu ne lui mets guère dans le bec ; tu avales trois fois plus que lui !

Cléon.

Par Dieu , je suis tellement le maître du peuple, qu'il ne tient qu'à moi de le faire large ou étroit.

Le mar.

C'est un secret que mon cul n'ignore pas.

Κλέων ἐξαρπάσομαί σου τοῖς ὄνυξι τἄντερα. Ἀλλαντοπώλης ἀπονυχιῶ σου τἀν πρυτανείῳ σιτία. Κλέων ἕλξω σε πρὸς τὸν δῆμον, ἵνα δῷς μοι δίκην. Ἀλλαντοπώλης κἀγὼ δέ σʼ ἕλξω καὶ διαβαλῶ πλείονα. Κλέων ἀλλʼ ὦ πόνηρε σοὶ μὲν οὐδὲν πείθεται· ἐγὼ δʼ ἐκείνου καταγελῶ γʼ ὅσον θέλω. Ἀλλαντοπώλης ὡς σφόδρα σὺ τὸν δῆμον σεαυτοῦ νενόμικας. Κλέων ἐπίσταμαι γὰρ αὐτὸν οἷς ψωμίζεται. Ἀλλαντοπώλης κᾆθʼ ὥσπερ αἱ τίτθαι γε σιτίζεις κακῶς. μασώμενος γὰρ τῷ μὲν ὀλίγον ἐντίθης, αὐτὸς δʼ ἐκείνου τριπλάσιον κατέσπακας. Κλέων καὶ νὴ Δίʼ ὑπό γε δεξιότητος τῆς ἐμῆς δύναμαι ποιεῖν τὸν δῆμον εὐρὺν καὶ στενόν. Ἀλλαντοπώλης χὠ πρωκτὸς οὑμὸς τουτογὶ σοφίζεται.
fac-similé LOB_78_0145_a.jpg

112

Hé !

Cléon.

Ce ne sera pas comme au conseil, mon grand ami ; allons devant le peuple.

Le mar.

J'y consens. Marche, et que rien ne nous empêche.

Cléon.

Hau ! Peuple ! Sors, au nom de Jupiter , sors, mon père.

Le mar.

Montre toi dehors, mon cher petit peuple.

Le peuple, et les acteurs précédents. Le peu.

Quelles voix est-ce que j'entends ? Ne vous retirerez-vous pas d'auprès de ma porte ? Vous me rompez tous mes festons sacrés.

Cléon.

Sors, je t'en conjure ; et vois ce que je souffre injustement.

Le peu.

Quelle injure te fait-on, mon pauvre Paphlagonien ?

Cléon.

Je suis battu pour l'amour de toi ; par cet homme et par les jeunes gens de son parti.

Le peu.

Pourquoi cela ?

Cléon.

C'est parce que je te chéris, o ! peuple, c’est parce que je me suis déclaré ton amoureux.

Le peu.

Et toi, qui es-tu ?

Κλέων οὐκ ὦγάθʼ ἐν βουλῇ με δόξεις καθυβρίσαι. ἴωμεν ἐς τὸν δῆμον. Ἀλλαντοπώλης οὐδὲν κωλύει· ἰδοὺ βάδιζε, μηδὲν ἡμᾶς ἰσχέτω. Κλέων ὦ Δῆμε δεῦρʼ ἔξελθε. Ἀλλαντοπώλης νὴ Δίʼ ὦ πάτερ ἔξελθε δῆτʼ. Κλέων ὦ Δημίδιον φίλτατον ἔξελθʼ, ἵνʼ εἰδῇς οἷα περιυβρίζομαι. Δῆμος τίνες οἱ βοῶντες; οὐκ ἄπιτʼ ἀπὸ τῆς θύρας; τὴν εἰρεσιώνην μου κατεσπαράξατε. τίς ὦ Παφλαγὼν ἀδικεῖ σε; Κλέων διὰ σὲ τύπτομαι ὑπὸ τουτουὶ καὶ τῶν νεανίσκων. Δῆμος τιή; Κλέων ὁτιὴ φιλῶ σʼ ὦ Δῆμʼ ἐραστής τʼ εἰμὶ σός. Δῆμος σὺ δʼ εἶ τίς ἐτεόν;
fac-similé LOB_78_0145_b.jpg

113

Le mar.

Je suis le rival de cet homme-là ; je t'aime, il y a longtemps, et je ne cherche, avec quantité d'honnêtes gens à mon parti, qu'à te faire du bien ; mais il ne nous est pas possible d'approcher de toi à cause de cet homme. Tu fais à peu près comme les jeunes enfants que l'on aime, les beaux hommes et les mieux faits sont rebutés, pendant que tu te livres aux chaudronniers, aux couturiers, aux savetiers, aux courroyeurs.

Cléon.

C'est que je fais du bien au peuple.

Le mar.

Apprends-nous comment tu fais, pour y réussir.

Cléon.

Comment ? C'est que, prévenant certain général de Pyle, et naviguant de ce coté-là, j'en ai amené des Lacédémoniens.

Le mar.

Et moi, me promenant tout autour de la cuisine, j'ai dérobé le pôt qu'un autre avait mis au feu.

Cléon.

Peuple ! Crois moi, fais tout à l'heure une assemblée générale, pour éprouver lequel de nous deux t'aime le plus ; et tu lui donneras toutes tes affections.

Le mar.

A la bonne heure ; juge nous, mais que ce ne soit point à l'assemblée générale de la place.

Le peu.

Je ne puis m'asseoir ailleurs, c'est la loi et la pratique.

Ἀλλαντοπώλης ἀντεραστὴς τουτουί, ἐρῶν πάλαι σου βουλόμενός τέ σʼ εὖ ποιεῖν, ἄλλοι τε πολλοὶ καὶ καλοί τε κἀγαθοί. ἀλλʼ οὐχ οἷοί τʼ ἐσμὲν διὰ τουτονί. σὺ γὰρ ὅμοιος εἶ τοῖς παισὶ τοῖς ἐρωμένοις· τοὺς μὲν καλούς τε κἀγαθοὺς οὐ προσδέχει, σαυτὸν δὲ λυχνοπώλαισι καὶ νευρορράφοις καὶ σκυτοτόμοις καὶ βυρσοπώλαισιν δίδως.· Κλέων εὖ γὰρ ποιῶ τὸν δῆμον. Ἀλλαντοπώλης εἰπέ νυν τί δρῶν; Κλέων ὅ τι; †τῶν στρατηγῶν ὑποδραμὼν τῶν ἐκ Πύλου, † πλεύσας ἐκεῖσε, τοὺς Λάκωνας ἤγαγον. Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ δὲ περιπατῶν γʼ ἀπʼ ἐργαστηρίου ἕψοντος ἑτερου τὴν χύτραν ὑφειλόμην. Κλέων καὶ μὴν ποιήσας αὐτίκα μάλʼ ἐκκλησίαν ὦ Δῆμʼ ἵνʼ εἰδῇς ὁπότερος νῷν ἐστί σοι εὐνούστερος, διάκρινον, ἵνα τοῦτον φιλῇς. Ἀλλαντοπώλης ναὶ ναὶ διάκρινον δῆτα, πλὴν μὴ ʼν τῇ πυκνί. Δῆμος οὐκ ἂν καθιζοίμην ἐν ἄλλῳ χωρίῳ. ἀλλʼ ἐς τὸ πρόσθε. χρὴ παρεῖνʼ ἐς τὴν πύκνα.
fac-similé LOB_78_0146_a.jpg

114

X

X

(k) Deux célèbres courtisanes.

Le mar.

Je suis perdu. Le vieillard est le meilleur homme du monde au logis, et entend raison ; mais il n’est pas plutot sur cette maudite place pierre , qu'il ouvre la bouche sottement, comme ceux qui jouent aux figues à gobe en gueule.

Le chœur . Cléon . Le marchand de boudins . Le peuple. Le ch.

Il est question maintenant de remuer tous les cordages et de faire une belle manœuvre. Il faut s’animer, et s'armer de discours à quoi l’adversaire ne puisse parer ; car c'est un rusé coquin, qui sait trouver des expédients faciles dans les affaires qui paraissent plongées dans l'impossibilité. De plus, il ne faut rien épargner pour gagner le bonhomme et passer pour magnifique et libéral. Prends garde de te laisser prévenir. Fais briller la proue, et avance ton vaisseau, avant que celui de l'ennemi ait pu le joindre.

Cléon.

Je prie madame Minerve , la Déesse qui veut bien prendre soin de cette ville ; que si l'on juge que j'aie pour le peuple des Athéniens les meilleurs sentiments, que je puisse, sans rien faire, non plus qu'à présent, souper au Prytanée avec Lysiclès le marchand de moutons, et ces vertueuses dames Cyna (k) et Salabacca . Mais, si je te hais, si je ne te donne pas tous mes soins avec chaleur, je consens de périr, d'être scié en deux, et d'avoir toute la peau taillée en aiguillettes.

Ἀλλαντοπώλης οἴμοι κακοδαίμων ὡς ἀπόλωλʼ. ὁ γὰρ γέρων οἴκοι μὲν ἀνδρῶν ἐστι δεξιώτατος, ὅταν δʼ ἐπὶ ταυτησὶ καθῆται τῆς πέτρας, κέχηνεν ὥσπερ ἐμποδίζων ἰσχάδας. Χορός νῦν δή σε πάντα δεῖ κάλων ἐξιέναι σεαυτοῦ, καὶ λῆμα θούριον φορεῖν καὶ λόγους ἀφύκτους ὅτοισι τόνδʼ ὑπερβαλεῖ. ποικίλος γὰρ ἁνὴρ κἀκ τῶν ἀμηχάνων πόρους εὐμήχανος πορίζειν. πρὸς ταῦθʼ ὅπως ἔξει πολὺς καὶ λαμπρὸς ἐς τὸν ἄνδρα. Χορός ἀλλὰ φυλάττου καὶ πρὶν ἐκεῖνον προσκεῖσθαί σοι πρότερος σὺ τοὺς δελφῖνας μετεωρίζου καὶ τὴν ἄκατον παραβάλλου. Κλέων τῇ μὲν δεσποίνῃ Ἀθηναίᾳ τῇ τῆς πόλεως μεδεούσῃ εὔχομαι, εἰ μὲν περὶ τὸν δῆμον τὸν Ἀθηναίων γεγένημαι βέλτιστος ἀνὴρ μετὰ Λυσικλέα καὶ Κύνναν καὶ Σαλαβακχώ, ὥσπερ νυνὶ μηδὲν δράσας δειπνεῖν ἐν πρυτανείῳ· εἰ δέ σε μισῶ καὶ μὴ περὶ σοῦ μάχομαι μόνος ἀντιβεβηκώς, ἀπολοίμην καὶ διαπρισθείην κατατμηθείην τε λέπαδνα.
fac-similé LOB_78_0146_b.jpg

115

X

(l) Bataille sur mer, où les généraux de Xerxès furent vaincus par les Athéniens.

Le mar.

Et moi, o ! peuple, si je ne te chéris pas avec passion , je consens d'être haché menu comme un ragoût ; avec de l'ail et du fromage, et d'être traîné au Céramique par les testicules avec une fourchette.

Cléon.

Et quel est le citoyen, Monseigneur peuple, qui ait jamais témoigné pour toi plus de zèle, que moi ? Car premièrement, à quoi tendaient tous mes conseils, si non à faire voir au public une abondance de toutes sortes de biens ? C'est pour cela que je tourne tourmentais les uns, que j'étranglais les autres, que je prenais, que je demandais, que je ne ménageais enfin aucun particulier, pourvu que je pusse parvenir à l'honneur de tes bonnes graces.

Le mar.

Il n'y a rien à cela de si merveilleux, que je n'en fisse autant. Je volerai aussi bien que lui le pain des autres, pour le finir devant toi. Mais je veux montrer que ce n'est point par amitié pour toi qu'il te flatte, mais pour avoir occasion de se chauffer à ton brasier. Ne le vois-tu pas qui te laisse assis sur la pierre nue, toi qui as combattu les Mèdes à Marathon, qui as défendu le pays si généreusement, et qui par ta victoire nous a donné lieu de parler de nos avantages avec fierté ? Je fais bien mieux ; je t'apporte cet oreiller. Lève-toi, mets cela sous toi, et repose mollement ces glorieuses fesses que les fatigues du combat de Salamine (l) ont annoblies.

Le peu.

Homme ! Qui es-tu ? N'es-tu point des descendants

Ἀλλαντοπώλης κἄγωγʼ ὦ Δῆμʼ, εἰ μή σε φιλῶ καὶ μὴ στέργω, κατατμηθεὶς ἑψοίμην ἐν περικομματίοις· κεἰ μὴ τούτοισι πέποιθας, ἐπὶ ταυτησὶ κατακνησθείην ἐν μυττωτῷ μετὰ τυροῦ, καὶ τῇ κρεάγρᾳ τῶν ὀρχιπέδων ἑλκοίμην ἐς Κεραμεικόν. Κλέων καὶ πῶς ἂν ἐμοῦ μᾶλλόν σε φιλῶν ὦ Δῆμε γένοιτο πολίτης; ὃς πρῶτα μὲν ἡνίκʼ ἐβούλευον σοὶ χρήματα πλεῖστʼ ἀπέδειξα ἐν τῷ κοινῷ, τοὺς μὲν στρεβλῶν τοὺς δʼ ἄγχων τοὺς δὲ μεταιτῶν, οὐ φροντίζων τῶν ἰδιωτῶν οὐδενός, εἰ σοὶ χαριοίμην. Ἀλλαντοπώλης τοῦτο μὲν ὦ Δῆμʼ οὐδὲν σεμνόν· κἀγὼ γὰρ τοῦτό σε δράσω. ἁρπάζων γὰρ τοὺς ἄρτους σοι τοὺς ἀλλοτρίους παραθήσω. ὡς δʼ οὐχὶ φιλεῖ σʼ οὐδʼ ἔστʼ εὔνους, τοῦτʼ αὐτό σε πρῶτα διδάξω, ἀλλʼ ἢ διὰ τοῦτʼ αὔθʼ ὁτιή σου τῆς ἀνθρακιᾶς ἀπολαύει. σὲ γάρ, ὃς Μήδοισι διεξιφίσω περὶ τῆς χώρας Μαραθῶνι, καὶ νικήσας ἡμῖν μεγάλως ἐγγλωττοτυπεῖν παρέδωκας, ἐπὶ ταῖσι πέτραις οὐ φροντίζει σκληρῶς σε καθήμενον οὕτως, οὐχ ὥσπερ ἐγὼ ῥαψάμενός σοι τουτὶ φέρω. ἀλλʼ ἐπαναίρου, κᾆτα καθίζου μαλακῶς, ἵνα μὴ τρίβῃς τὴν ἐν Σαλαμῖνι. Δῆμος ἄνθρωπε τίς εἶ; μῶν ἔκγονος εἶ τῶν Ἁρμοδίου τις ἐκείνων;
fac-similé LOB_78_0147_a.jpg

116

(m) Pendant la guerre du Péloponèse, les Athéniens avaient abandonné la campagne et étaient tous logés les uns sur les autres à Athènes.

(n) Cependant Arqueptolème n'eut aucune part à la trève d'un an qu'il y eut du temps de Cléon .

X

du fameux Harmodius ? Cette action est est d’un homme généreux, et d'un bon citoyen, qui aime sa patrie.

Cléon.

Je veux perdre la tête, s'il y eut jamais personne qui ait pris avec plus de chaleur que moi les intérêts du peuple, et qui lui ait témoigné plus de passion.

Le mar.

Oses-tu te vanter de l'aimer, toi qui souffres qu’il soit logé depuis huit ans dans de misérables tonneaux (m) , dans des nids à vers, dans des guérites  ? Toi qui le tiens serré ? Toi qui as chassé Arqueptolème (n) lorsqu'il apportait la paix ? Toi qui as chassé à coups de pied au cul les ambassadeurs qui venaient demander la trève ?

Cléon.

Je ne l'ai fait, qu'afin que le peuple eût l’empire de toute la Grèce. Il est porté dans les oracles, pourvu qu'il patiente, sa domination s'étendra jusques sur l' Arcadie ; et qu'alors ; au lieu de trois oboles qu'on lui donne par jour pour assister aux jugements, il y en aura cinq. En attendant, j’ai soin de le nourrir, et de trouver par toutes sortes de voies, légitimes ou autres, le moyen de lui fournir les trois oboles.

Le mar. Cléon.

Ce n'est par Dieu pas ce qui t'embarrasse, que le soin d'augmenter son empire ; tu ne l'entretiens dans la guerre, que pour avoir lieu de voler et de recevoir des villes. Tu te sers de nos troubles comme d'un brouillard épais, dont tu offusques les yeux du peuple, de peur qu'il ne voie tes friponneries ; et tu ne le tiens dans l’indigence

τοῦτό γέ τοί σου τοὔργον ἀληθῶς γενναῖον καὶ φιλόδημον. Κλέων ὡς ἀπὸ μικρῶν εὔνους αὐτῷ θωπευματίων γεγένησαι. Ἀλλαντοπώλης καὶ σὺ γὰρ αὐτὸν πολὺ μικροτέροις τούτων δελεάσμασιν εἷλες. Κλέων καὶ μὴν εἴ πού τις ἀνὴρ ἐφάνη τῷ δήμῳ μᾶλλον ἀμύνων ἢ μᾶλλον ἐμοῦ σε φιλῶν, ἐθέλω περὶ τῆς κεφαλῆς περιδόσθαι. Ἀλλαντοπώλης καὶ πῶς σὺ φιλεῖς, ὃς τοῦτον ὁρῶν οἰκοῦντʼ ἐν ταῖς φιδάκναισι καὶ γυπαρίοις καὶ πυργιδίοις ἔτος ὄγδοον οὐκ ἐλεαίρεις, ἀλλὰ καθείρξας αὐτὸν βλίττεις; Ἀρχεπτολέμου δὲ φέροντος τὴν εἰρήνην ἐξεσκέδασας, τὰς πρεσβείας τʼ ἀπελαύνεις ἐκ τῆς πόλεως ῥαθαπυγίζων, αἳ τὰς σπονδὰς προκαλοῦνται. Κλέων ἵνα γʼ Ἑλλήνων ἄρξῃ πάντων. ἔστι γὰρ ἐν τοῖς λογίοισιν ὡς τοῦτον δεῖ ποτʼ ἐν Ἀρκαδίᾳ πεντώβολον ἡλιάσασθαι, ἢν ἀναμείνῃ· πάντως δʼ αὐτὸν θρέψω γʼὼ καὶ θεραπεύσω, ἐξευρίσκων εὖ καὶ μιαρῶς ὁπόθεν τὸ τριώβολον ἕξει. Ἀλλαντοπώλης οὐχ ἵνα γʼ ἄρξῃ μὰ Δίʼ Ἀρκαδίας προνοούμενος, ἀλλʼ ἵνα μᾶλλον σὺ μὲν ἁρπάζῃς καὶ δωροδοκῇς παρὰ τῶν πόλεων, ὁ δὲ δῆμος ὑπὸ τοῦ πολέμου καὶ τῆς ὁμίχλης ἃ πανουργεῖς μὴ καθορᾷ σου, ἀλλʼ ὑπʼ ἀνάγκης ἅμα καὶ χρείας καὶ μισθοῦ πρός σε κεχήνῃ.
fac-similé LOB_78_0147_b.jpg

117

(o) Parodie de quelque endroit d' Euripide .

qu'afin que la nécessité le rende dépendant. Mais s'il peut jamais goûter en paix les plaisirs innocents de la campagne, et savoir par expérience la satisfaction qu'il y a à faire la moisson, à cueillir les olives, et à fouler le raisin ; il verra de quels avantages tu l'as privé si longtemps ; et alors il n'y aura point de laboureur qui ne sollicite ta condamnation. C'est ce que tu appréhendes ; et voilà la source de toutes tes tromperies.

Cléon.

N'est-il pas étrange qu'on me calomnie de la sorte auprès des Athéniens et du peuple, moi qui, par Cérès , leur ai fait plus de bien que ne leur en fit jamais Thémistocle !

Le mar.

O ! ville d' Argos ! (o) Entendez-vous ce qu'il dit ? Tu oses te comparer à Thémistocle , lui qui ayant trouvé cette ville pauvre, l'a laissée riche ? Lui qui a su joindre le Pirée à la Ville, pour la rendre plus considérable ? Lui, qui sans lui rien faire perdre de ses anciens avantages, lui en a procuré de nouveaux ? Et toi, au contraire, tu n'as cherché qu'à rendre Athènes petite, de grande qu'elle était. Tu as détruit les murs que Thémistocle a batis ; et tu oses te comparer à lui ? Tu vaux beaucoup mieux sans doute ; car il fut exilé ; au lieu que tu jouis de ce qu'il y a de plus beau et de meilleur dans le pays.

Cléon.

Ne suis-je pas à plaindre, O ! peuple ! Que l'amour que j'ai pour toi m'attire des discours aussi outrageux que ceux-là ?

ἢν δέ ποτʼ εἰς ἀγρὸν οὗτος ἀπελθὼν εἰρηναῖος διατρίψῃ, καὶ χῖδρα φαγὼν ἀναθαρρήσῃ καὶ στεμφύλῳ ἐς λόγον ἔλθῃ, γνώσεται οἵων ἀγαθῶν αὐτὸν τῇ μισθοφορᾷ παρεκόπτου· εἶθʼ ἥξει σοι δριμὺς ἄγροικος κατὰ σοῦ τὴν ψῆφον ἰχνεύων. ἃ σὺ γιγνώσκων τόνδʼ ἐξαπατᾷς καὶ ὀνειροπολεῖς περὶ σαυτοῦ. Κλέων οὔκουν δεινὸν ταυτί σε λέγειν δῆτʼ ἔστʼ ἐμὲ καὶ διαβάλλειν πρὸς Ἀθηναίους καὶ τὸν δῆμον, πεποιηκότα πλείονα χρηστὰ νὴ τὴν Δήμητρα Θεμιστοκλέους πολλῷ περὶ τὴν πόλιν ἤδη; Ἀλλαντοπώλης ὦ πόλις Ἄργους κλύεθʼ οἷα λέγει. σὺ Θεμιστοκλεῖ ἀντιφερίζεις; ὃς ἐποίησεν τὴν πόλιν ἡμῶν μεστὴν εὑρὼν ἐπιχειλῆ, καὶ πρὸς τούτοις ἀριστώσῃ τὸν Πειραιᾶ προσέμαξεν, ἀφελών τʼ οὐδὲν τῶν ἀρχαίων ἰχθῦς καινοὺς παρέθηκεν· σὺ δʼ Ἀθηναίους ἐζήτησας μικροπολίτας ἀποφῆναι διατειχίζων καὶ χρησμῳδῶν, ὁ Θεμιστοκλεῖ ἀντιφερίζων. κἀκεῖνος μὲν φεύγει τὴν γῆν σὺ δʼ Ἀχιλλείων ἀπομάττει. Κλέων οὔκουν ταυτὶ δεινὸν ἀκούειν ὦ Δῆμʼ ἐστίν μʼ ὑπὸ τούτου, ὁτιή σε φιλῶ;
fac-similé LOB_78_0148_a.jpg

118

effeuiller

(p) Ville de l' ile de Lesbos qui, au commencement de la guerre du Péloponnèse, tenait le parti des Athéniens. Mais, s'étant ensuite révoltée, elle fut ensuite assiégée et prise par Paquès , qui envoya demander à Athènes ce que l'on ferait des prisonniers. L'avis de Cléon fut qu'il fallait faire mourir les femmes et les enfants et ruiner la ville. On fit passer une galère pour porter ces ordres à Paquès ; mais le lendemain on changea d'avis à la persuasion de Diodote fils d' Eucrate , et malgré Cléon , l'on envoya des ordres contraires. Le poète veut peut-être reprocher à Cléon d'avoir reçu de l'argent de Paquès pour donner cet avis cruel.

(q) Grec : les côtes si fortes. Cela revient au latera firma , vocem sonoram de Cicéron quand il décrit les qualités extérieures de l'orateur.

Le peuple.

Tais-toi, et ne me fatigue point par tes plaintes inutiles. Je m'aperçois qu’il y a longtemps, que tu ne vas pas droit.

Le mar.

C'est un scélérat, mon petit peuple mignon, qui pendant que tu t'amuses à grabeler les procès, à effeuilleter les laitues, en avaler le cœur et de ses deux mains arrache la mie du pain dont il ne te laisse que la croûte.

Cléon.

Tu ne gagneras rien par tous tes discours ; je ferai voir que tu as dérobé trente mille …….

Le mar.

À quoi sert tout le bruit que fait, en battant l’air ce scélérat si coupable envers le peuple d’ Athènes ? Je ferai voir, par Cérès , où je veux perdre la vie, que je sais bien de qui tu as reçu plus de quarante mines, pour faire périr ceux de Mitylène (p) s'il n'avait tenu qu'à toi.

Le ch.

O ! toi, qui de tous les hommes te montre aujourd'hui le plus secourable ! Je porte envie au talent que tu as de parler avec hardiesse. Courage ; tu vas devenir le plus grand des Grecs, et le seul digne de gouverner la ville  ; on te donnera même le trident pour commander les alliés, et armé de ce sceptre redoutable, tu remueras et brouilleras tout, et feras mille belles choses. Ne lâche point prise ; tu ne peux manquer de venir à bout de ton adversaire, puisque tu as la voix (q) si

Δῆμος παὖ ὦ οὗτος, καὶ μὴ σκέρβολλε πονηρά. πολλοῦ δὲ πολύν με χρόνον καὶ νῦν ἐλελήθης ἐγκρυφιάζων. Ἀλλαντοπώλης μιαρώτατος, ὦ Δημακίδιον, καὶ πλεῖστα πανοῦργα δεδρακώς, Ἀλλαντοπώλης ὁπόταν χασμᾷ, καὶ τοὺς καυλοὺς τῶν εὐθυνῶν ἐκκαυλίζων καταβροχθίζει, κἀμφοῖν χειροῖν μυστιλᾶται τῶν δημοσίων. Κλέων οὐ χαιρήσεις, ἀλλά σε κλέπτονθʼ αἱρήσω γʼὼ τρεῖς μυριάδας. Ἀλλαντοπώλης τί θαλαττοκοπεῖς καὶ πλατυγίζεις, μιαρώτατος ὢν περὶ τὸν δῆμον τὸν Ἀθηναίων; καί σʼ ἐπιδείξω νὴ τὴν Δήμητρʼ, ἢ μὴ ζῴην, δωροδοκήσαντʼ ἐκ Μυτιλήνης πλεῖν ἢ μνᾶς τετταράκοντα. Χορός ὦ πᾶσιν ἀνθρώποις φανεὶς μέγιστον ὠφέλημα, ζηλῶ σε τῆς εὐγλωττίας. εἰ γὰρ ὧδʼ ἐποίσεις, μέγιστος Ἑλλήνων ἔσει, καὶ μόνος καθέξεις τἀν τῇ πόλει τῶν ξυμμάχων τʼ ἄρξεις ἔχων τρίαιναν, ᾗ πολλὰ χρήματʼ ἐργάσει σείων τε καὶ ταράττων. Χορός καὶ μὴ μεθῇς τὸν ἄνδρʼ, ἐπειδή σοι λαβὴν δέδωκεν· κατεργάσει γὰρ ῥᾳδίως πλευρὰς ἔχων τοιαύτας.
fac-similé LOB_78_0148_b.jpg

119

forte.

Cléon.

Vous vous trompez, mes beaux Messieurs ; et par Neptune , il n'en sera pas ainsi. Je tiens tout prets des ressorts, qui, quand il me plaira de les faire agir, fermeront la bouche à tous mes ennemis, ; ou les boucliers que l'on a gagnés à Pyle me manqueront au besoin.

Le mar.

Je t'arrête sur les boucliers ; tu me donnes belle prise. Il ne fallait pas y laisser les courroies, à dessein, quand tu les as déposées au temple. Et c'est ici, Peuple, ce qui mérite ton attention. Ce n'est qu'à mauvais dessein que cet homme a laissé, contre la coutume, les courroies à ces boucliers, afin que si le sénat voulait un jour le punir, on ne pût en venir à bout. Voyez quelle troupe de jeunes marchands de cuir l'environne, suivis de vendeurs de miel et de fromage. Tout cela ne fait qu'un corps, qui suit les impressions qu'il veut lui donner ; et s'il arrive un jour que tu t'irrites, et le menaces d' d'exil, tout aussitot ce corps redoutable enlèvera, la nuit, ses boucliers, et il s'en servira pour couper tous les convois et affamer la ville.

Le peu.

Hélas ! Est-il possible qu'on ait laissé les courrois courroies à ces boucliers ? Dis moi, malheureux, comment as-tu su me tromper si longtemps ?

Cléon.

Ne crois point ce qu'il te dit, je t'en conjure, et persuade-toi que tu ne trouveras jamais d'homme plus attaché que moi à tes intérêts ; moi qui ai toujours déconcerté toutes ces conspirations, moi qui ai toujours découvert tous les desseins de tes

Κλέων οὐκ ὦγαθοὶ ταῦτʼ ἐστί πω ταύτῃ μὰ τὸν Ποσειδῶ. ἐμοὶ γάρ ἐστʼ εἰργασμένον τοιοῦτον ἔργον ὥστε ἁπαξάπαντας τοὺς ἐμοὺς ἐχθροὺς ἐπιστομίζειν, ἕως ἂν ᾖ τῶν ἀσπίδων τῶν ἐκ Πύλου τι λοιπόν. Ἀλλαντοπώλης ἐπίσχες ἐν ταῖς ἀσπίσιν· λαβὴν γὰρ ἐνδέδωκας. οὐ γάρ σʼ ἐχρῆν, εἴπερ φιλεῖς τὸν δῆμον, ἐκ προνοίας ταύτας ἐᾶν αὐτοῖσι τοῖς πόρπαξιν ἀνατεθῆναι. ἀλλʼ ἐστὶ τοῦτʼ ὦ Δῆμε μηχάνημʼ, ἵνʼ ἢν σὺ βούλῃ τὸν ἄνδρα κολάσαι τουτονί, σοὶ τοῦτο μὴ κʼγένηται. ὁρᾷς γὰρ αὐτῷ στῖφος οἷόν ἐστι βυρσοπωλῶν νεανιῶν· τούτους δὲ περιοικοῦσι μελιτοπῶλαι καὶ τυροπῶλαι· τοῦτο δʼ εἰς ἕν ἐστι συγκεκυφός, ὥστʼ εἰ σὺ βριμήσαιο καὶ βλέψειας ὀστρακίνδα, νύκτωρ καθαρπάσαντες ἂν τὰς ἀσπίδας θέοντες τὰς ἐσβολὰς τῶν ἀλφίτων ἂν καταλάβοιεν ἡμῶν. Δῆμος οἴμοι τάλας· ἔχουσι γὰρ πόρπακας; ὦ πόνηρε ὅσον με παρεκόπτου χρόνον τοιαῦτα κρουσιδημῶν. Κλέων ὦ δαιμόνιε μὴ τοῦ λέγοντος ἴσθι, μηδʼ οἰηθῇς ἐμοῦ ποθʼ εὑρήσειν φίλον βελτίονʼ· ὅστις εἷς ὢν ἔπαυσα τοὺς ξυνωμότας, καί μʼ οὐ λέληθεν οὐδὲν ἐν τῇ πόλει ξυνιστάμενον, ἀλλʼ εὐθέως κέκραγα.
fac-similé LOB_78_0149_a.jpg

120

(r) Catamite fameux que Cléon fit mourir.

ennemis, et qui ai aussitôt crié sur eux.

Le mar.

Tu faisais comme ceux qui pêchent les anguilles : ils ne prennent rien quand l'eau est tranquille ; mais quand l'eau se trouble et que tout se brouille sens dessus dessous, c'est alors qu'ils font leurs bons coups. C'est ainsi que tu trouvais ton profit à brouiller la ville. Dis moi seulement une chose ; toi qui vendais tant de cuirs, as-tu jamais fait présent au bonhomme d'une seule paire de semelles pour raccommoder ses gros souliers, toi qui te vantes de lui porter tant d'affection ?

Le peu.

Par Apollon , il ne m'a jamais fait ce plaisir là.

Le mar.

À cette marque tu peux donc connaître quel homme c'est que ce fripon. Et moi, je te fais présent de cette paire de gros souliers, que je t’ai achetée.

Le peu.

Cette action est sans doute d'un homme zélé pour le bien public et pour le soulagement particulier de mes orteils.

Cléon.

Est-il possible qu'une paire de souliers ait tant de pouvoir et qu'on oublie le service essentiel que j’ai rendu à l'état, en faisant mourir l'infâme (r) Grytte , et faisant cesser par son supplice le désordre des jeunes gens qui s'abandonnaient publiquement aux désordres les plus affreux  ?

Le mar.

Il importait fort que tu t’embarrasses de ce qu'ils faisaient de leur derrière ! Ce n'était peut-être que par envie, et pour empêcher qu’ils

Ἀλλαντοπώλης ὅπερ γὰρ οἱ τὰς ἐγχέλεις θηρώμενοι πέπονθας. ὅταν μὲν ἡ λίμνη καταστῇ, λαμβάνουσιν οὐδέν· ἐὰν δʼ ἄνω τε καὶ κάτω τὸν βόρβορον κυκῶσιν, αἱροῦσι· καὶ σὺ λαμβάνεις, ἢν τὴν πόλιν ταράττῃς. ἓν δʼ εἰπέ μοι τοσουτονί· σκύτη τοσαῦτα πωλῶν ἔδωκας ἤδη τουτῳὶ κάττυμα παρὰ σεαυτοῦ ταῖς ἐμβάσιν φάσκων φιλεῖν; Δῆμος οὐ δῆτα μὰ τὸν Ἀπόλλω. Ἀλλαντοπώλης ἔγνωκας οὖν δῆτʼ αὐτὸν οἷός ἐστιν; ἀλλʼ ἐγώ σοι ζεῦγος πριάμενος ἐμβάδων τουτὶ φορεῖν δίδωμι. Δῆμος κρίνω σʼ ὅσων ἐγᾦδα περὶ τὸν δῆμον ἄνδρʼ ἄριστον εὐνούστατόν τε τῇ πόλει καὶ τοῖσι δακτύλοισιν. Κλέων οὐ δεινὸν οὖν δῆτʼ ἐμβάδας τοσουτονὶ δύνασθαι, ἐμοῦ δὲ μὴ μνείαν ἔχειν ὅσων πέπονθας; ὅστις ἔπαυσα τοὺς βινουμένους, τὸν Γρύττον ἐξαλείψας. Ἀλλαντοπώλης οὔκουν σε δῆτα ταῦτα δεινόν ἐστι πρωκτοτηρεῖν παῦσαί τε τοὺς βινουμένους; κοὐκ ἔσθʼ ὅπως ἐκείνους
fac-similé LOB_78_0149_b.jpg

121

ne se fissent rhéteurs par le moyen de la science qu'on leur infusait . Et pendant ce temps là tu laissais ce bonhomme sans casque au milieu de l'hiver. En voilà une que je lui donne.

Le peu.

C'est de quoi Thémistocle même, ce grand homme, ne s'était jamais avisé. C'est pourtant une chose fort utile, selon moi, surtout pendant l'hiver.

Cléon.

Malheureux que je suis ! De quelles basses flatteries ne se sert-on pas pour me détruire ?

Le mar.

Je fais comme les ivrognes la nuit qui se lèvent pour aller faire leurs affaires, qui se servent de la pantoufle de leur voisin pour se torcher le cul ; j'emploie tes propres artifices contre toi-même.

Cléon.

Cependant tu ne me surpasses pas en flatterie. Voilà un habit que je lui mets sur le corps : en tiens-tu ?

Le peu.

Eh ! Fi ; va-t'en servir de pâture aux corbeaux ; cela sent le cuir pourri.

Le mar.

Il ne t'en a revêtu que pour t'étouffer. Ce n'est pas d'aujourd'hui qu'il t'en veut. Te souvient-il de cette racine de Silphium qu'il fit vendre à bon marché ?

Le peu.

Il ne m'en souvient que trop.

οὐχὶ φθονῶν ἔπαυσας, ἵνα μὴ ῥήτορες γένωνται. τονδὶ δʼ ὁρῶν ἄνευ χιτῶνος ὄντα τηλικοῦτον οὐπώποτʼ ἀμφιμασχάλου τὸν Δῆμον ἠξίωσας χειμῶνος ὄντος· ἀλλʼ ἐγώ σοι τουτονὶ δίδωμι. Δῆμος τοιουτονὶ Θεμιστοκλῆς οὐπώποτʼ ἐπενόησεν. καίτοι σοφὸν κἀκεῖνʼ ὁ Πειραιεύς· ἔμοιγε μέντοι οὐ μεῖζον εἶναι φαίνετʼ ἐξεύρημα τοῦ χιτῶνος. Κλέων οἴμοι τάλας οἵοις πιθηκισμοῖς με περιελαύνεις. Ἀλλαντοπώλης οὔκ, ἀλλʼ ὅπερ πίνων ἀνὴρ πέπονθʼ ὅταν χεσείῃ, τοῖσιν τρόποις τοῖς σοῖσιν ὥσπερ βλαυτίοισι χρῶμαι. Κλέων ἀλλʼ οὐχ ὑπερβαλεῖ με θωπείαις· ἐγὼ γὰρ αὐτὸν προσαμφιῶ τοδί· σὺ δʼ οἴμωζʼ ὦ πόνηρʼ. Δῆμος ἰαιβοῖ. οὐκ ἐς κόρακας ἀποφθερεῖ βύρσης κάκιστον ὄζων; Ἀλλαντοπώλης καὶ τοῦτό γʼ ἐπίτηδές σε περιήμπεσχʼ, ἵνα σʼ ἀποπνίξῃ· καὶ πρότερον ἐπεβούλευσέ σοι. τὸν καυλὸν οἶσθʼ ἐκεῖνον τοῦ σιλφίου τὸν ἄξιον γενόμενον; Δῆμος οἶδα μέντοι.
fac-similé LOB_78_0150_a.jpg

122

d'honoraires ? X

Le mar.

Il ne la mit à si bon marché, qu'afin que tout le monde en mangeât, et que vous vous empoisonnassiez tous les uns les autres, dans l'assemblée , en pétant.

Le peu.

Par Neptune ! Un certain homme de merde me fit faire cette remarque.

Le mar.

Vous étiez tous rouges, par les efforts que vous faisiez pour lâcher du vent ; et c'était sans doute un mauvais tour que l'on vous avait joué.

Cléon.

Par quelles sottes plaisanteries tu prétends me décrier !

Le mar.

C'est que la déesse m'ordonne de te sur passer monter en turlupinades.

Cléon.

Tu n'en viendras pas à bout. Je déclare, peuple, que sans que tu te donnes la peine de rien faire , je te fournirai un plein plat de loyer à humer.

Le mar.

Et moi, je te donne un petit vaisseau plein d'onguent pour te frotter le devant des jambes, quand tu y auras des pustules.

Cléon.

Je veux t'arracher les cheveux blancs, pour te rajeunir.

Le mar.

Voilà une queue de lièvre pour t'essuyer les yeux.

Cléon.

Quand tu te moucheras, mon cher bonhomme, essuie-toi les doigts à mes cheveux.

Ἀλλαντοπώλης ἐπίτηδες οὗτος αὐτὸν ἔσπευδʼ ἄξιον γενέσθαι, ἵνʼ ἐσθίοιτʼ ὠνούμενοι, κἄπειτʼ ἐν ἡλιαίᾳ βδέοντες ἀλλήλους ἀποκτείνειαν οἱ δικασταί. Δῆμος νὴ τὸν Ποσειδῶ καὶ πρὸς ἐμὲ τοῦτʼ εἶπʼ ἀνὴρ Κόπρειος. Ἀλλαντοπώλης οὐ γὰρ τόθʼ ὑμεῖς βδεόμενοι δήπου ʼγένεσθε πυρροί; Δῆμος καὶ νὴ Δίʼ ἦν γε τοῦτο Πυρράνδρου τὸ μηχάνημα. Κλέων οἵοισί μʼ ὦ πανοῦργε βωμολοχεύμασιν ταράττεις. Ἀλλαντοπώλης ἡ γὰρ θεός μʼ ἐκέλευσε νικῆσαί σʼ ἀλαζονείαις. Κλέων ἀλλʼ οὐχὶ νικήσεις. ἐγὼ γάρ φημί σοι παρέξειν ὦ Δῆμε μηδὲν δρῶντι μισθοῦ τρύβλιον ῥοφῆσαι. Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ δὲ κυλίχνιόν γέ σοι καὶ φάρμακον δίδωμι τἀν τοῖσιν ἀντικνημίοις ἑλκύδρια περιαλείφειν. Κλέων ἐγὼ δὲ τὰς πολιάς γέ σοὐκλέγων νέον ποιήσω. Ἀλλαντοπώλης ἰδοὺ δέχου κέρκον λαγῶ τὠφθαλμιδίω περιψῆν. Κλέων ἀπομυξάμενος ὦ Δῆμέ μου πρὸς τὴν κεφαλὴν ἀποψῶ.
fac-similé LOB_78_0150_b.jpg

123

Le mar.

C'est moi, c'est moi, qui veux te rendre ce service là.

Cléon.

Je te ferai armer une galère à tes dépens ; je t'en ferai donner une des plus vieilles, et je ferai en sorte que la voile sera toute pourrie.

Le ch.

Cet homme s'échauffe et le bouillon s'élève. Ôte le feu de dessous le pôt ; c'est le moyen d'apaiser ses menaces.

Cléon.

Je te punirai comme il faut et je te ferai écrire au rôle des plus riches.

Le mar.

Je ne ferai point de menaces ; mais je souhaite que dans le moment que tu auras mis à frire des poissons de vil prix, et que la poêle commencera à s'échauffer, le temps te presse d'aller gagner le talent que les Milésiens t'auront promis pour parler en public en leur faveur, et que te hâtant d'aller à l'assemblée, dont quelqu'un te viendra signifier l'heure, tu puisses t'étouffer en avalant ta fricassée.

Le ch.

Par Jupiter ! Par Apollon ! Et par Cérès ! On ne peut mieux dire.

Le peu.

Il me paraît que celui-ci est un bon citoyen, tel que de longtemps on n'en a eu la douzaine de pareils pour une obole. Pour toi, malheureux Paphlagonien , qui m'as fait peler l'oignon, pendant que tu faisais semblant de me vouloir

Ἀλλαντοπώλης ἐμοῦ μὲν οὖν. Κλέων ἐμοῦ μὲν οὖν. ἐγώ σε ποιήσω τριηραρχεῖν ἀναλίσκοντα τῶν σαυτοῦ, παλαιὰν ναῦν ἔχοντʼ, εἰς ἣν ἀναλῶν οὐκ ἐφέξεις οὐδὲ ναυπηγούμενος· διαμηχανήσομαί θʼ ὅπως ἂν ἱστίον σαπρὸν λάβῃς. Χορός ἁνὴρ παφλάζει, παῦε παῦʼ, ὑπερζέων· ὑφελκτέον τῶν δᾳδίων ἀπαρυστέον τε τῶν ἀπειλῶν ταυτῃί. Κλέων δώσεις ἐμοὶ καλὴν δίκην ἰπούμενος ταῖς ἐσφοραῖς. ἐγὼ γὰρ ἐς τοὺς πλουσίους σπεύσω σʼ ὅπως ἂν ἐγγραφῇς. Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ δʼ ἀπειλήσω μὲν οὐδέν, εὔχομαι δέ σοι ταδί· τὸ μὲν τάγηνον τευθίδων ἐφεστάναι σίζον· σὲ δὲ γνώμην ἐρεῖν μέλλοντα περὶ Μιλησίων καὶ κερδανεῖν τάλαντον, ἢν κατεργάσῃ, σπεύδειν ὅπως τῶν τευθίδων ἐμπλήμενος φθαίης ἔτʼ εἰς ἐκκλησίαν ἐλθών· ἔπειτα πρὶν φαγεῖν ἀνὴρ μεθήκοι, καὶ σὺ τὸ τάλαντον λαβεῖν βουλόμενος ἐσθίων ἐναποπνιγείης. Χορός εὖ γε νὴ τὸν Δία καὶ τὸν Ἀπόλλω καὶ τὴν Δήμητρα. Δῆμος κἀμοὶ δοκεῖ· καὶ τἄλλα γʼ εἶναι καταφανῶς ἀγαθὸς πολίτης, οἶος οὐδείς πω χρόνου ἀνὴρ γεγένηται τοῖσι πολλοῖς τοὐβολοῦ. σὺ δʼ ὦ Παφλαγὼν φάσκων φιλεῖν μʼ ἐσκορόδισας.
fac-similé LOB_78_0151_a.jpg

124

(s) La graisse s'appelle démos qui signifie aussi peuple. On n'a pas pu trouver la même allusion en français. Les grecs se servaient de la feuille de figuier pour cuire plusieurs ragoûts ; entre autres, on y mettait un composé de farine de fromage et d’œufs. On liait cela avec une ficelle, et on mettait cela durcir au bouillon du pôt. Ensuite l'on ôtait la feuille de figuier, et on faisait cuire cette pâte dans le miel. Après quoi on la servait avec du miel frais.  

du bien, rends moi mon anneau, tu ne seras plus mon trésorier.

Cléon.

Le voilà. Mais sache que si tu m'ôtes la direction des affaires, il en viendra un autre qui les gouvernera plus mal que moi.

Le peu.

Il ne se peut pas que ce soit là mon anneau. Je n'y vois guère, ou je n'y reconnais point ce qui doit y être gravé.

Le mar.

Que je voie un peu. Qu'y avait-il ?

Le peu.

De la graisse (s) de bœuf cuite dans une feuille de figuier.

Le mar.

Il n'y a point ici de feuille.

Le peu.

Et quoi donc ?

Le mar.

Un goëland sur un rocher, qui ouvrant le bec semble haranguer le peuple.

Le peu.

Hélas !

Le mar.

Qu'est-ce ?

Le peu.

Ce n'était pas mon cachet qu'avait ce Paphlagonien ; c'était celui de Cléonyme . Reçois celui-ci de moi, et prends soin de mon trésor.

Cléon.

Non ; mon cher maître, je t'en conjure, ne me fais point un pareil affront, avant que d'avoir entendu mes oracles.

καὶ νῦν ἀπόδος τὸν δακτύλιον, ὡς οὐκέτι ἐμοὶ ταμιεύσεις. Κλέων ἔχε· τοσοῦτον δʼ ἴσθʼ ὅτι, εἰ μή μʼ ἐάσεις ἐπιτροπεύειν, ἕτερος αὖ ἐμοῦ πανουργότερός τις ἀναφανήσεται. Δῆμος οὐκ ἔσθʼ ὅπως ὁ δακτύλιός ἐσθʼ οὑτοσὶ οὑμός· τὸ γοῦν σημεῖον ἕτερον φαίνεται, ἀλλʼ ἢ οὐ καθορῶ. Ἀλλαντοπώλης φέρʼ ἴδω τί σοι σημεῖον ἦν; Δῆμος δημοῦ βοείου θρῖον ἐξωπτημένον. Ἀλλαντοπώλης οὐ τοῦτʼ ἔνεστιν. Δῆμος οὐ τὸ θρῖον; ἀλλὰ τί; Ἀλλαντοπώλης λάρος κεχηνὼς ἐπὶ πέτρας δημηγορῶν. Δῆμος αἰβοῖ τάλας. Ἀλλαντοπώλης τί ἔστιν; Δῆμος ἀπόφερʼ ἐκποδών. οὐ τὸν ἐμὸν εἶχεν ἀλλὰ τὸν Κλεωνύμου. παρʼ ἐμοῦ δὲ τουτονὶ λαβὼν ταμίευέ μοι. Κλέων μὴ δῆτά πώ γʼ ὦ δέσποτʼ, ἀντιβολῶ σʼ ἐγώ, πρὶν ἄν γε τῶν χρησμῶν ἀκούσῃς τῶν ἐμῶν.
fac-similé LOB_78_0151_b.jpg

125

(t) Roi de Thrace.

Le mar.

Je demande aussi qu'on entende les miens.

Cléon.

Si tu le crois, il te sucera jusqu'aux os.

Le mar.

Et si tu te laisses séduire à ce fripon ; il te dépouillera entièrement.

Cléon.

Mes oracles disent que, couronné de roses, tu dois régner sur toute la contrée.

Le mar.

Et les miens prédisent, que revêtu d'un manteau de pourpre éclatante, et monté sur un chariot d'or, tu dois mettre en fuite Smycithe (t) et Cyrus même.

Cléon.

Montre toi les tiens, afin qu'il en juge.

Le mar.

Je le veux.

Le peu.

Et toi, fais voir les tiens.

Cléon.

Les voilà.

Le mar.

Voici les nôtres.

Le peu.

Par Jupiter ! Il ne tiendra qu'à vous de nous les faire entendre.

Le ch.

O ! l'agréable jour que celui-ci, pour tous ceux qui vivent et pour tous ceux qui viendront après eux, si Cléon peut y périr ! J'entends quelques vieillards facheux, de ceux qui ont

Ἀλλαντοπώλης καὶ τῶν ἐμῶν νυν. Κλέων ἀλλʼ ἐὰν τούτῳ πίθῃ, μολγὸν γενέσθαι δεῖ σε. Ἀλλαντοπώλης κἄν γε τουτῳί, ψωλὸν γενέσθαι δεῖ σε μέχρι τοῦ μυρρίνου. Κλέων ἀλλʼ οἵ γʼ ἐμοὶ λέγουσιν ὡς ἄρξαι σε δεῖ χώρας ἁπάσης ἐστεφανωμένον ῥόδοις. Ἀλλαντοπώλης οὑμοὶ δέ γʼ αὖ λέγουσιν ὡς ἁλουργίδα ἔχων κατάπαστον καὶ στεφάνην ἐφʼ ἅρματος χρυσοῦ διώξει Σμικύθην καὶ κύριον. Χορός καὶ μὴν ἔνεγκʼ αὐτοὺς ἰών, ἵνʼ οὑτοσὶ αὐτῶν ἀκούσῃ. Δῆμος πάνυ γε. καὶ σύ νυν φέρε. Κλέων ἰδού. Ἀλλαντοπώλης ἰδοὺ νὴ τὸν Δίʼ· οὐδὲν κωλύει. Χορός ἥδιστον φάος ἡμέρας ἔσται τοῖσι παροῦσι καὶ τοῖσι δεῦρʼ ἀφικνουμένοις, ἢν Κλέων ἀπόληται. καίτοι πρεσβυτέρων τινῶν
fac-similé LOB_78_0152_a.jpg

126

(u) Il y avait quatre modes dans la musique des anciens : le dorique, le lydien, le phrygien et le béotien. Cléon n'aimait que le dorique à cause de l'allusion à doron qui signifie présent, parce qu'il aimait lesprésents.

le cœur le plus à la chicane, qui disent que ce sera dommage ; car si ce n'eût été lui, et s’il ne fût devenu si puissant dans la République, on aurait perdu l'usage de deux meubles fort nécessaires, le pilon et la cuillère. Pour moi j’admire sa belle éducation de cochon. J'ai oui dire aux2 petits garçons qui allaient à l'école lui apprendre la musique et à jouer de la lyre, que sa Lyre ne pouvait s'accorder que sur le (u) mode dorique. Il n'en voulut jamais apprendre d’autre et il chassa le maître avec colère parce qu’il voulait le mettre sur un autre mode. Le pauvre enfant n'aimait que le dorien.

Cléon.

Voyez, regardez. Encore ne les ai-je pas tous apportés.

Le peu.

Qu'est-ce là ?

Cléon.

Des oracles.

Le peu.

Tout cela ?

Cléon.

Tu t'étonnes ? Eh ! Par Jupiter , j'en ai un coffre tout plein.

Le mar.

Et moi, tout un grenier, avec deux cabinets.

Le peu.

Montre que je le voie. De qui sont ces oracles ?

Cléon.

Les miens sont de Bacis .

Le peu.

Et les tiens ?

οἵων ἀργαλεωτάτων ἐν τῷ δείγματι τῶν δικῶν ἤκουσʼ ἀντιλεγόντων, ὡς εἰ μὴ ʼγένεθʼ οὗτος ἐν τῇ πόλει μέγας, οὐκ ἂν ἤστην σκεύη δύο χρησίμω, δοῖδυξ οὐδὲ τορύνη. Χορός ἀλλὰ καὶ τόδʼ ἔγωγε θαυμάζω τῆς ὑομουσίας αὐτοῦ· φασὶ γὰρ αὐτὸν οἱ παῖδες οἳ ξυνεφοίτων, τὴν Δωριστὶ μόνην ἂν ἁρμόττεσθαι θαμὰ τὴν λύραν, ἄλλην δʼ οὐκ ἐθέλειν μαθεῖν· κᾆτα τὸν κιθαριστὴν ὀργισθέντʼ ἀπάγειν κελεύειν, ὡς ἁρμονίαν ὁ παῖς οὗτος οὐ δύναται μαθεῖν ἢν μὴ Δωροδοκιστί. Κλέων ἰδοὺ θέασαι, κοὐχ ἅπαντας ἐκφέρω. Ἀλλαντοπώλης οἴμʼ ὡς χεσείω, κοὐχ ἅπαντας ἐκφέρω. Δῆμος ταυτὶ τί ἔστι; Κλέων λόγια. Δῆμος πάντʼ; Κλέων ἐθαύμασας; καὶ νὴ Δίʼ ἔτι γέ μοὔστι κιβωτὸς πλέα. Ἀλλαντοπώλης ἐμοὶ δʼ ὑπερῷον καὶ ξυνοικία δύο. Δῆμος φέρʼ ἴδω, τίνος γάρ εἰσιν οἱ χρησμοί ποτε; Κλέων οὑμοὶ μέν εἰσι Βάκιδος. Δῆμος οἱ δὲ σοὶ τίνος;
fac-similé LOB_78_0152_b.jpg

127

(x) Nom forgé à plaisir, pour rire. C'est ainsi qu'on appelle une espèce de poisson qui mange l'amorce, sans se prendre à l'hameçon.

(y) Il veut parler de ce fameux oracle donné aux Athéniens : εὔδαιμον πτολίεθρον Ἀθηναίης ἀγελείης, πολλὰ ἴδον καὶ πολλὰ πάθον καὶ πολλὰ μογησαν, αεἴτος ἐν νεφέλῃς γενήσεαι ἥματα πάντα.

Le mar.

Les miens sont de Glanis (x) , frère aimé de Bacis .

Le peu.

Et de quoi parlent-ils ?

Cléon.

Ils parlent d' Athènes, de Pyle, de toi, de moi, de toutes les affaires.

Le peu.

Et les tiens ?

Le mar.

Les miens parlent d' Athènes, de purée, de Lacédémone, de maquereaux frais, de ceux qui vendent la farine à fausse mesure, de toi, de moi, de toutes choses. En tiens-tu ?

Le peu.

Lisez les moi un peu, et surtout celui qui me regarde, qui me fait tant de plaisir ; celui qui dit que je serai (y) un aigle dans les nues.

Cléon.

Or écoute et prête attention à ce que je vais lire. « Prête l'oreille, o ! Erechtide, aux discours prophétiques qu' Apollon te prononce du fonds de son temple à travers les vénérables trépieds. Il t'ordonne de sauver le chien sacré à gueule armée de dents terribles, qui mordant et hurlant pour toi d'une manière épouvantable, a soin de te payer ; car je t'avertis que quantité de geais crieront après lui, par un effet de leur haine. »

Le peu.

Par Cérès , je n'entends point ce que cela veut dire. Qu'y a-t-il de commun entre Erechtée , des geais, et un chien ?

Ἀλλαντοπώλης Γλάνιδος, ἀδελφοῦ τοῦ Βάκιδος γεραιτέρου. Δῆμος εἰσὶν δὲ περὶ τοῦ; Κλέων περὶ Ἀθηνῶν, περὶ Πύλου, περὶ σοῦ, περὶ ἐμοῦ, περὶ ἁπάντων πραγμάτων. Δῆμος οἱ σοὶ δὲ περὶ τοῦ; Ἀλλαντοπώλης περὶ Ἀθηνῶν, περὶ φακῆς, περὶ Λακεδαιμονίων, περὶ σκόμβρων νέων, περὶ τῶν μετρούντων τἄλφιτʼ ἐν ἀγορᾷ κακῶς, περὶ σοῦ, περὶ ἐμοῦ, περὶ ἁπάντων πραγμάτων. Δῆμος ἄγε νυν ὅπως αὐτοὺς ἀναγνώσεσθέ μοι, καὶ τὸν περὶ ἐμοῦ ʼκεῖνον ᾧπερ ἥδομαι, ὡς ἐν νεφέλαισιν αἰετὸς γενήσομαι. Κλέων ἄκουε δή νυν καὶ πρόσεχε τὸν νοῦν ἐμοί. φράζευ Ἐρεχθεΐδη λογίων ὁδόν, ἥν σοι Ἀπόλλων ἴαχεν ἐξ ἀδύτοιο διὰ τριπόδων ἐριτίμων. σῴζεσθαί σʼ ἐκέλευσʼ ἱερὸν κύνα καρχαρόδοντα, ὃς πρὸ σέθεν λάσκων καὶ ὑπὲρ σοῦ δεινὰ κεκραγὼς σοὶ μισθὸν ποριεῖ, κἂν μὴ δρᾷ ταῦτʼ ἀπολεῖται. πολλοὶ γὰρ μίσει σφε κατακρώζουσι κολοιοί. Δῆμος ταυτὶ μὰ τὴν Δήμητρʼ ἐγὼ οὐκ οἶδʼ ὅ τι λέγει. τί γάρ ἐστʼ Ἐρεχθεῖ καὶ κολοιοῖς καὶ κυνί;
fac-similé LOB_78_0153_a.jpg

128

X

Cléon.

Je suis le chien qui aboie pour toi ; et Apollon t'ordonne de me conserver, en te commandant de1 conserver le chien.

Le mar.

Ce n'est pas là le sens de l'oracle ; et si ce fripon est un chien, c'est un chien qui ronge les prophéties  ; car voici comme les véritables oracles parlent de cet animal enragé.

Le peu.

Récite les ; mais auparavant je vais ramasser cette pierre, de peur que cet oracle de chien ne me morde.

Le mar.

« Prends garde, o ! Erechtide, à ce méchant chien cerbère, aux inclinations basses et serviles, qui te flatte de la queue pendant que tu manges, et faisant semblant de te garder, mange ta viande pour peu que tu détournes les yeux de dessus la table ; et entrant furtivement dans la cuisine, la nuit lèche les plats et gobe les Iles. »

Le peu.

Par Neptune ! Glanis dit mieux que l’autre.

Cléon.

Écoute encore, et puis tu en jugeras. « Il est une femme qui engendrera un lion dans la sacrée Athènes et ce lion combattra pour le peuple comme un essaim de cousins, comme un lion qui défend ses petits. Aie soin de le conserver, en bâtissant autour de lui un mur de bois et des tours de fer. »

Le peu.

Sais-tu ce que cela veut dire ?

Le mar.

Par Apollon , je ne le devine pas.

Κλέων ἐγὼ μέν εἰμʼ ὁ κύων· πρὸ σοῦ γὰρ ἀπύω· σοὶ δʼ εἶπε σῴζεσθαί μʼ ὁ Φοῖβος τὸν κύνα. Ἀλλαντοπώλης οὐ τοῦτό φησʼ ὁ χρησμός, ἀλλʼ ὁ κύων ὁδὶ ὥσπερ θύρας σοῦ τῶν λογίων παρεσθίει. ἐμοὶ γάρ ἐστʼ ὀρθῶς περὶ τούτου τοῦ κυνός. Δῆμος λέγε νυν· ἐγὼ δὲ πρῶτα λήψομαι λίθον, ἵνα μή μʼ ὁ χρησμὸς τὸ πέος οὑτοσὶ δάκῃ. Ἀλλαντοπώλης φράζευ Ἐρεχθεΐδη κύνα Κέρβερον ἀνδραποδιστήν, ὃς κέρκῴ σαίνων σʼ ὁπόταν δειπνῇς ἐπιτηρῶν ἐξέδεταί σου τοὔψον, ὅταν σύ ποι ἄλλοσε χάσκῃς· ἐσφοιτῶν τʼ ἐς τοὐπτάνιον λήσει σε κυνηδὸν νύκτωρ τὰς λοπάδας καὶ τὰς νήσους διαλείχων. Δῆμος νὴ τὸν Ποσειδῶ πολύ γʼ ἄμεινον ὦ Γλάνι. Κλέων ὦ τᾶν ἄκουσον, εἶτα διάκρινον τόδε. ἔστι γυνή, τέξει δὲ λέονθʼ ἱεραῖς ἐν Ἀθήναις, ὃς περὶ τοῦ δήμου πολλοῖς κώνωψι μαχεῖται ὥστε περὶ σκύμνοισι βεβηκώς· τὸν σὺ φυλάξαι, τεῖχος ποιήσας ξύλινον πύργους τε σιδηροῦς. ταῦτʼ οἶσθʼ ὅ τι λέγει; Δῆμος μὰ τὸν Ἀπόλλω ʼγὼ μὲν οὔ.
fac-similé LOB_78_0153_b.jpg

129

(z) Pour passer le cou, les mains, et les pieds.

Cléon.

Apollon t'ordonne clairement de conserver mes jours, parce que je fais auprès de toi l'office de ce lion.

Le peu.

Et comment ignorais-je qu'en toi je nourrissais un lion dans mon sein ?

Le mar.

Il me semble qu'il s'est condamné lui-même en rapportant cet oracle, qui t'ordonne de le refermer dans un mur de bois et de fer.

Le peu.

Comment cela ?

Le mar.

N'est-ce pas dire clairement qu'il faut l'enchaîner dans la machine à cinq trous ? (z)

Le peu.

Je suis d'avis d'obéir à l'oracle.

Cléon.

Ne te laisse pas aller à cette fausse interprétation, à la persuasion des envieuses corneilles qui croassent autour de moi ; mais chéris l'épervier, et souviens-toi qu'il t'a donné liés les petits corbeaux des Lacédémoniens.

Le mar.

Le Paphlagonien était ivre quand il fit cette entreprise. Prends-y garde, mal-avisé Cécropide, et n'estime pas cette action plus qu'elle ne vaut. La grande merveille ! La moindre femme portera bien un fardeau, pourvu qu'un homme la charge. Mais il se donnera bien de garde de ferrailler, car la seule vue des armes lui ferait salir ses chausses.

Cléon.

Mais entends-tu ce que veut dire ce fameux oracle : 

Κλέων ἔφραζεν ὁ θεός σοι σαφῶς σῴζειν ἐμέ· ἐγὼ γὰρ ἀντὶ τοῦ λέοντός εἰμί σοι. Δῆμος καὶ πῶς μʼ ἐλελήθης Ἀντιλέων γεγενημένος; Ἀλλαντοπώλης ἓν οὐκ ἀναδιδάσκει σε τῶν λογίων ἑκών, ὃ μόνον σιδηροῦν ἐστι τεῖχος καὶ ξύλον, ἐν ᾧ σε σῴζειν τόνδʼ ἐκέλευσʼ ὁ Λοξίας. Δῆμος πῶς δῆτα τοῦτʼ ἔφραζεν ὁ θεός; Ἀλλαντοπώλης τουτονὶ δῆσαί σʼ ἐκέλευʼ ἐν πεντεσυρίγγῳ ξύλῳ. Δῆμος ταυτὶ τελεῖσθαι τὰ λόγιʼ ἤδη μοι δοκεῖ. Κλέων μὴ πείθου· φθονεραὶ γὰρ ἐπικρώζουσι κορῶναι. ἀλλʼ ἱέρακα φίλει μεμνημένος ἐν φρεσὶν ὅς σοι ἤγαγε συνδήσας Λακεδαιμονίων κορακίνους. Ἀλλαντοπώλης τοῦτό γέ τοι Παφλαγὼν παρεκινδύνευσε μεθυσθείς. Κεκροπίδη κακόβουλε τί τοῦθʼ ἡγεῖ μέγα τοὔργον; καί κε γυνὴ φέροι ἄχθος, ἐπεί κεν ἀνὴρ ἀναθείη· ἀλλʼ οὐκ ἂν μαχέσαιτο· χέσαιτο γάρ, εἰ μαχέσαιτο. Κλέων ἀλλὰ τόδε φράσσαι, πρὸ Πύλου Πύλον ἥν σοι ἔφραζεν.
fac-similé LOB_78_0154_a.jpg

130

(a) L'oracle entier était de cette sorte : Ἐστι πύλος πρὸ πύλοιο · πύλοςγε μὲν ἐστι καὶ ἄλλη.

(b) Il y a au grec : les cuves de cuivre du bain. Ces cuves s'appellent en grec πυέλας et le poète joue sur le mot πύλος. On a substitué en français un autre jeu de mots qui revient au sujet.

(d) Pour se moquer des interprétations extravagantes des oracles obscurs, le poète en donne ici une des plus ridicules, à un oracle qui n'a point de sens.

« Au lieu de Pyle il est un autre Pyle ». (a)

Le peu.

En effet ; que veut dire ce Pyle au lieu de Pyle.

Le mar.

Cela signifie qu'il volera les piles (b) de bois qui sont destinées à chauffer le bain.

Le peu.

Je ne me laverai donc point aujourd'hui.

Le mar.

C'est lui qui en est la cause, puisqu'il a dérobé les piles de bois. Mais voici un autre oracle qui regarde la marine, auquel il est nécessaire que l'on fasse attention.

Le peu.

J'écoute ; lis-le vite, et m'apprends où l'on trouvera de quoi payer les mariniers.

Le mar.

« Prends garde, fils d' Egée , à ce chien-singe, de peur qu'on ne te trompe. Défie-toi de ce chien traître qui mord sans aboyer, léger à la course ; plein de ruse et de malice. » Sais-tu ce que cela veut dire  ?

Le peu.

Ce chien-singe n'est-ce point Philostrate ?

Le mar.

Ce n'est pas là le sens de l'oracle. (d) C'est que ce maraud là te demandera de temps à autre des vaisseaux légers pour aller recueillir ses tributs. L’oracle te déft défend de les lui donner.

Le peu.

Est-ce que les galères sont des chiens-singe ?

Le mar.

Premièrement un chien et une galère vont fort vite.

Le peu.

Mais pourquoi, parlant de vaisseaux, ajouter singe

ἔστι Πύλος πρὸ Πύλοιο— Δῆμος τί τοῦτο λέγει, πρὸ Πύλοιο; Ἀλλαντοπώλης τὰς πυέλους φησὶν καταλήψεσθʼ ἐν βαλανείῳ. Δῆμος ἐγὼ δʼ ἄλουτος τήμερον γενήσομαι; Ἀλλαντοπώλης οὗτος γὰρ ἡμῶν τὰς πυέλους ἀφήρπασεν. ἀλλʼ οὑτοσὶ γάρ ἐστι περὶ τοῦ ναυτικοῦ ὁ χρησμός, ᾧ σε δεῖ προσέχειν τὸν νοῦν πάνυ. Δῆμος προσέχω· σὺ δʼ ἀναγίγνωσκε, τοῖς ναύταισί μου ὅπως ὁ μισθὸς πρῶτον ἀποδοθήσεται. Ἀλλαντοπώλης Αἰγεΐδη φράσσαι κυναλώπεκα, μή σε δολώσῃ, λαίθαργον ταχύπουν, δολίαν κερδὼ πολύιδριν. οἶσθʼ ὅ τι ἐστὶν τοῦτο; Δῆμος Φιλόστρατος ἡ κυναλώπηξ. Ἀλλαντοπώλης οὐ τοῦτό φησιν, ἀλλὰ ναῦς ἑκάστοτε αἰτεῖ ταχείας ἀργυρολόγους οὑτοσί· ταύτας ἀπαυδᾷ μὴ διδόναι σʼ ὁ Λοξίας. Δῆμος πῶς δὴ τριήρης ἐστὶ κυναλώπηξ; Ἀλλαντοπώλης ὅπως; ὅτι ἡ τριήρης ἐστὶ χὠ κύων ταχύ. Δῆμος πῶς οὖν ἀλώπηξ προσετέθη πρὸς τῷ κυνί;
fac-similé LOB_78_0154_b.jpg

131

(e) Pagnoterie : chaque soldat se fournissait de vivres pour trois jours   ; voilà la solde que cet homme dit qu'il fournira.

(f) Cyllene signifie Creuse.

à chien ?

Le mar.

On compare les soldats de l'armement à des singes, parce qu'ils font le dégât dans les vignes.

Le peu.

Soit. Mais où trouver la solde pour ces singes ?

Le mar.

J'en fournirai (e) pour trois jours. Mais écoute encore un autre oracle, par lequel le fils de Latone te commande de prendre garde à l'Île creuse (f) , de peur d'y être trompé.

Le peu.

Et quelle île creuse ?

Le mar.

C'est la main de ce maraud là, que Phébus a désignée pour cette expression ; car il la présente toujours creuse pour recevoir.

Cléon.

Tu l'expliques mal. Apollon n'a parlé là que de celle de Diopithe , qui est naturellement creuse, à cause qu'il est manchot. J'ai bien un autre oracle que tout cela ; il a des ailes celui-ci ; car il dit que tu deviendras un aigle, et que tu domineras sur toute la terre.

Le mar.

Et le mien dit : sur toute la terre et la mer rouge, et que tu jugeras dans Ecbatane, en suçant des confitures.

Cléon.

J'ai eu un songe de bon augure pour la république. J'ai vu la Déesse qui versait sur tout le peuple, avec un vaisseau à puiser de l'huile, la richesse et la santé.

Ἀλλαντοπώλης ἀλωπεκίοισι τοὺς στρατιώτας ᾔκασεν, ὁτιὴ βότρυς τρώγουσιν ἐν τοῖς χωρίοις. Δῆμος εἶεν· τούτοις ὁ μισθὸς τοῖς ἀλωπεκίοισι ποῦ; Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ ποριῶ, καὶ τοῦτον ἡμερῶν τριῶν. ἀλλʼ ἔτι τόνδʼ ἐπάκουσον, ὃν εἶπέ σοι ἐξαλέασθαι χρησμὸν Λητοΐδης, Κυλλήνην, μή σε δολώσῃ. Δῆμος ποίαν Κυλλήνην; Ἀλλαντοπώλης τὴν τούτου χεῖρʼ ἐποίησεν Κυλλήνην ὀρθῶς, ὁτιή φησʼ, ἔμβαλε κυλλῇ. Κλέων οὐκ ὀρθῶς φράζει· τὴν Κυλλήνην γὰρ ὁ Φοῖβος ἐς τὴν χεῖρʼ ὀρθῶς ᾐνίξατο τὴν Διοπείθους. ἀλλὰ γάρ ἐστιν ἐμοὶ χρησμὸς περὶ σοῦ πτερυγωτός, αἰετὸς ὡς γίγνει καὶ πάσης γῆς βασιλεύεις. Ἀλλαντοπώλης καὶ γὰρ ἐμοί· καὶ γῆς καὶ τῆς ἐρυθρᾶς γε θαλάσσης, χὤτι γʼ ἐν Ἐκβατάνοις δικάσεις, λείχων ἐπίπαστα. Κλέων ἀλλʼ ἐγὼ εἶδον ὄναρ, καί μοὐδόκει ἡ θεὸς αὐτὴ τοῦ δήμου καταχεῖν ἀρυταίνῃ πλουθυγίειαν.
fac-similé LOB_78_0155_a.jpg

132

Le mar.

J'ai rêvé aussi. La Déesse venait de la ville, avec son hibou sur le casque, et je l'ai vue qui d'un même sac répandait de l'ambrosie sur ta tête, et de la saumure sur celui-ci.

Le peu.

Ah ! Que cela est beau ! Glanis était le plus sage de tous les hommes. Je m'abandonne à toi et je te confie le soin de ma vieillesse.

Cléon.

N'en fais rien, je t'en conjure. Attends, je te fournirai chaque jour ta provision d'orge.

Le peu.

Qu'on ne me parle plus d'orge. Théophane et toi, vous m'avez trop souvent abusé sur ce sujet.

Cléon.

Je te donnerai de la farine toute moulue.

Le mar.

Et moi, des gâteaux tout cuits, et du bouilli tout chaud ; tu n'auras qu'à manger.

Le peu.

Voyons donc comme vous en agirez. Je donnerai les rênes de l'état à celui qui me fera le plus de bien.

Le chœur . Le peuple. Le ch.

O ! peuple ! L'agréable empire que tu exerces ! Tous les hommes t'appréhendent comme un monarque absolu. Cependant on fait de toi tout ce qu'on veut, pourvu qu'on te flatte, et tu te réjouis, pendant qu'on te trompe. Tu écoutes la bouche ouverte, le premier qui te

Ἀλλαντοπώλης νὴ Δία καὶ γὰρ ἐγώ· καί μοὐδόκει ἡ θεὸς αὐτὴ ἐκ πόλεως ἐλθεῖν καὶ γλαῦξ αὐτῇ ʼπικαθῆσθαι· εἶτα κατασπένδειν κατὰ τῆς κεφαλῆς ἀρυβάλλῳ ἀμβροσίαν κατὰ σοῦ, κατὰ τούτου δὲ σκοροδάλμην. Δῆμος ἰοὺ ἰού. οὐκ ἦν ἄρʼ οὐδεὶς τοῦ Γλάνιδος σοφώτερος. καὶ νῦν ἐμαυτὸν ἐπιτρέπω σοι τουτονὶ γερονταγωγεῖν κἀναπαιδεύειν πάλιν. Κλέων μήπω γʼ, ἱκετεύω σʼ, ἀλλʼ ἀνάμεινον, ὡς ἐγὼ κριθὰς ποριῶ σοι καὶ βίον καθʼ ἡμέραν. Δῆμος οὐκ ἀνέχομαι κριθῶν ἀκούων· πολλάκις ἐξηπατήθην ὑπό τε σοῦ καὶ Θουφάνους. Κλέων ἀλλʼ ἄλφιτʼ ἤδη σοι ποριῶ ʼσκευασμένα. Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ δὲ μαζίσκας γε διαμεμαγμένας καὶ τοὔψον ὀπτόν· μηδὲν ἄλλʼ εἰ μὴ ʼσθιε. Δῆμος ἀνύσατέ νυν ὅ τι περ ποιήσεθʼ· ὡς ἐγώ, ὁπότερος ἂν σφῷν νῦν με μᾶλλον εὖ ποιῇ, τούτῳ παραδώσω τῆς πυκνὸς τὰς ἡνίας. Κλέων τρέχοιμʼ ἂν εἴσω πρότερος. Ἀλλαντοπώλης οὐ δῆτʼ ἀλλʼ ἐγώ. Χορός ὦ Δῆμε καλήν γʼ ἔχεις ἀρχήν, ὅτε πάντες ἄνθρωποι δεδίασί σʼ ὥσπερ ἄνδρα τύραννον. ἀλλʼ εὐπαράγωγος εἶ, θωπευόμενός τε χαίρεις κἀξαπατώμενος, πρὸς τόν τε λέγοντʼ ἀεὶ
fac-similé LOB_78_0155_b.jpg

133

(g) Les Grecs, surtout les soldats, étaient soigneux de leurs cheveux. D'où vient qu' Homère les appelle καρηκομόοντας Ἀχαίους. Les cavaliers surtout avaient soin de leur chevelure. infr.......

veut haranguer. Mais ton esprit est bien loin, pendant que tes yeux sont encore sur l'orateur.

Le peu.

Il n'y a guère de sens sous ces beaux (g) cheveux, si vous croyez que je sois bête. Je fais le benêt à dessein, et je me plais à voir l'opinion que l'on a de mon peu d'esprit. Je vois fort bien qu'un surintendant me vole, et je le laisse s'engraisser. Ma Mais quand il est plein, je le prends et je le châtie.

Le ch.

Il y a bien de la prudence à en agir de la sorte. Tu nourris ces sortes de gens en public ; et puis, quand tu n'as rien de cuit, tu saisis les plus gras d'entr'eux, et tu en fais un bon repas.

Le peu.

Regardez si je ne me comporte pas finement à l'égard de ces marauds, qui croient me tromper. Je les regarde qui me volent, pendant qu'ils s'imaginent que je n'ai pas l'esprit de m'en apercevoir. Ensuite je les contrains à me rendre tout ce qu'ils m'ont pris, et je fouille jusqu'au fond du sac.

Cléon . Le marchand de boudins . Le peuple. Le chœur . Cléon.

Hors d'ici, à tous les mille........

Le mar.

Hors d'ici, toi-même, scélérat.

Cléon.

O ! peuple ! Il y a longtemps que je t'ai préparé quelque chose de bon, et que je suis dans l'impatience de bien te régaler.

κέχηνας· ὁ νοῦς δέ σου παρὼν ἀποδημεῖ. Δῆμος νοῦς οὐκ ἔνι ταῖς κόμαις ὑμῶν, ὅτε μʼ οὐ φρονεῖν νομίζετʼ· ἐγὼ δʼ ἑκὼν ταῦτʼ ἠλιθιάζω. αὐτός τε γὰρ ἥδομαι βρύλλων τὸ καθʼ ἡμέραν, κλέπτοντά τε βούλομαι τρέφειν ἕνα προστάτην· τοῦτον δʼ, ὅταν ᾖ πλέως, ἄρας ἐπάταξα. Χορός χοὔτω μὲν ἂν εὖ ποιοῖς, εἴ σοι πυκνότης ἔνεστʼ ἐν τῷ τρόπῳ, ὡς λέγεις, τούτῳ πάνυ πολλή, εἰ τούσδʼ ἐπίτηδες ὥσπερ δημοσίους τρέφεις ἐν τῇ πυκνί, κᾆθʼ ὅταν μή σοι τύχῃ ὄψον ὄν, τούτων ὃς ἂν ᾖ παχύς, θύσας ἐπιδειπνεῖς. Δῆμος σκέψασθε δέ μʼ, εἰ σοφῶς αὐτοὺς περιέρχομαι τοὺς οἰομένους φρονεῖν κἄμʼ ἐξαπατύλλειν. τηρῶ γὰρ ἑκάστοτʼ αὐτοὺς οὐδὲ δοκῶν ὁρᾶν κλέπτοντας· ἔπειτʼ ἀναγκάζω πάλιν ἐξεμεῖν ἅττʼ ἂν κεκλόφωσί μου, κημὸν καταμηλῶν. Κλέων ἄπαγʼ ἐς μακαρίαν ἐκποδών. Ἀλλαντοπώλης σύ γʼ ὦ φθόρε. Κλέων ὦ Δῆμʼ ἐγὼ μέντοι παρεσκευασμένος τρίπαλαι κάθημαι βουλόμενός σʼ εὐεργετεῖν.
fac-similé LOB_78_0156_a.jpg

134

Le mar.

Et moi aussi, depuis bien longtemps, très longtemps, plus que très longtemps.

Le peu.

De mon côté, je vous attends et je vous déteste tous deux depuis mille fois plus que très longtemps.

Le mar.

Sais-tu ce que tu feras ?

Le peu.

Comment le saurai-je, si tu ne le dis ?

Le mar.

Fais comme aux courses publiques ; que nous partions tous deux de la barrière en même temps, afin que l'un n'ait pas d'avantages sur l'autre, dans la dispute que nous allons avoir à qui te fera plus de bien.

Le peu.

C'est sagement avisé. Partez.

Le mar.

Me voilà.

Le peu.

Courez donc.

Cléon.

Je ne me laisserai pas surpasser.

Le peu.

Certes je vais être heureux aujourd'hui ; mes amants vont me combler de biens.

Cléon.

Je commence le premier, en te présentant cet escabeau.

Le mar.

Il ne t'apporte point la table ; la voilà que je te présente.

Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ δὲ δεκάπαλαί γε καὶ δωδεκάπαλαι καὶ χιλιόπαλαι καὶ προπαλαιπαλαίπαλαι. Δῆμος ἐγὼ δὲ προσδοκῶν γε τρισμυριόπαλαι βδελύττομαί σφω καὶ προπαλαιπαλαίπαλαι. Ἀλλαντοπώλης οἶσθʼ οὖν ὃ δρᾶσον; Δῆμος εἰ δὲ μή, φράσεις γε σύ. Ἀλλαντοπώλης ἄφες ἀπὸ βαλβίδων ἐμέ τε καὶ τουτονί, ἵνα σʼ εὖ ποιῶμεν ἐξ ἴσου. Δῆμος δρᾶν ταῦτα χρή. ἄπιτον. Κλέων καὶ Ἀλλαντοπώλης ἰδού. Δῆμος θέοιτʼ ἄν. Ἀλλαντοπώλης ὑποθεῖν οὐκ ἐῶ. Δῆμος ἀλλʼ ἢ μεγάλως εὐδαιμονήσω τήμερον ὑπὸ τῶν ἐραστῶν νὴ Δίʼ ἢ ʼγὼ θρύψομαι. Κλέων ὁρᾷς; ἐγώ σοι πρότερος ἐκφέρω δίφρον. Ἀλλαντοπώλης ἀλλʼ οὐ τράπεζαν, ἀλλʼ ἐγὼ προτεραίτερος.
fac-similé LOB_78_0156_b.jpg

135

(*) On a changé quelque chose, pour rendre le jeu de mots du grec.

Cléon.

Voilà un petit gâteau pétri d'orge de Pyle.

Le mar.

Et moi, je te présente ces petits pains creux, faits de la propre main d'ivoire de la Déesse.

Le peu.

Elle avait les doigts bien gros, la bonne déesse.

Cléon.

Reçois cette purée de pois de Pyle. Elle est d'une couleur agréable et d'un goût merveilleux. C'est Pallas elle-même, victorieuse de Pyle, qui a pris soin de la faire cuire.

Le mar.

Peuple ! La Déesse prend manifestement soin de toi ; regarde cette marmite pleine de bouillon, qu'elle s'élève sur ta tête.

Le peu.

C'est pour nous marquer qu'elle protège la ville ; et cette marmite est un symbole du casque qu'elle porte pour notre défense.

Cléon.

Celle qui épouvante les armes ennemies te fait présent de ce gâteau.

Le mar.

Celle qui est née du cerveau de son père, te donne ce plat de bouilli, avec ces tripes, ce gras double, et ce ventre de mouton.

Le peu.

Elle montre, en le faisant, qu'elle me sait gré du voile que je lui ai consacré.

Cléon.

La Déesse qui porte une tête de Gorgone , veut que tu manges de ce craquelin (*) , pour

Κλέων ἰδοὺ φέρω σοι τήνδε μαζίσκην ἐγὼ ἐκ τῶν ὀλῶν τῶν ἐκ Πύλου μεμαγμένην. Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ δὲ μυστίλας μεμυστιλημένας ὑπὸ τῆς θεοῦ τῇ χειρὶ τἠλεφαντίνῃ. Δῆμος ὡς μέγαν ἄρʼ εἶχες ὦ πότνια τὸν δάκτυλον. Κλέων ἐγὼ δʼ ἔτνος γε πίσινον εὔχρων καὶ καλόν· ἐτόρυνε δʼ αὔθʼ ἡ Παλλὰς ἡ Πυλαιμάχος. Ἀλλαντοπώλης ὦ Δῆμʼ ἐναργῶς ἡ θεός σʼ ἐπισκοπεῖ, καὶ νῦν ὑπερέχει σου χύτραν ζωμοῦ πλέαν. Δῆμος οἴει γὰρ οἰκεῖσθʼ ἂν ἔτι τήνδε τὴν πόλιν, εἰ μὴ φανερῶς ἡμῶν ὑπερεῖχε τὴν χύτραν; Κλέων τουτὶ τέμαχός σοὔδωκεν ἡ Φοβεσιστράτη. Ἀλλαντοπώλης ἡ δʼ Ὀβριμοπάτρα γʼ ἑφθὸν ἐκ ζωμοῦ κρέας καὶ χόλικος ἠνύστρου τε καὶ γαστρὸς τόμον. Δῆμος καλῶς γʼ ἐποίησε τοῦ πέπλου μεμνημένη. Κλέων ἡ Γοργολόφα σʼ ἐκέλευε τουτουὶ φαγεῖν ἐλατῆρος, ἵνα τὰς ναῦς ἐλαύνωμεν καλῶς.
fac-similé LOB_78_0157_a.jpg

136

(h) Minerve , née près du fleuve Triton en Lybie.

marquer que nous ferons craquer les vaisseaux des ennemis.

Le mar.

Prends ceci.

Le peu.

Et que ferai-je de cette marinade ?

Le mar.

La Déesse marque par là qu'elle a soin de la marine et des mariniers. Voilà aussi à boire trois parts d'eau, sur deux de vin.

Le peu.

O ! Dieux ! Qu'il est doux, et qu'il porte bien son eau !

Le mar.

C'est la Déesse (h) née près du fleuve Triton, qui l'a elle-même tritonisé.

Cléon.

Reçois de ma main ce morceau de tourte grasse.

Le mar.

Et moi, je te donne cette tourte tout entière.

Cléon.

Mais je vais lui donner des levrauts ; tu n’en as point.

Le mar.

Ouf ! Je suis perdu. Où prendrai-je des Levrauts ? Courage mon esprit ; inventons quelque tour d'adresse.

Cléon.

Les vois-tu, malheureux ?

Le mar.

Je ne m'en soucie guère  ; car il me vient certaines gens..............

Ἀλλαντοπώλης λαβὲ καὶ ταδί νυν. Δῆμος καὶ τί τούτοις χρήσομαι τοῖς ἐντέροις; Ἀλλαντοπώλης ἐπίτηδες αὔτʼ ἔπεμψέ σοι ἐς τὰς τριήρεις ἐντερόνειαν ἡ θεός· ἐπισκοπεῖ γὰρ περιφανῶς τὸ ναυτικόν. ἔχε καὶ πιεῖν κεκραμένον τρία καὶ δύο. Δῆμος ὡς ἡδὺς ὦ Ζεῦ καὶ τὰ τρία φέρων καλῶς. Ἀλλαντοπώλης ἡ Τριτογενὴς γὰρ αὐτὸν ἐνετριτώνισεν. Κλέων λαβέ νυν πλακοῦντος πίονος παρʼ ἐμοῦ τόμον. Ἀλλαντοπώλης παρʼ ἐμοῦ δʼ ὅλον γε τὸν πλακοῦντα τουτονί. Κλέων ἀλλʼ οὐ λαγῷʼ ἕξεις ὁπόθεν δῷς, ἀλλʼ ἐγώ. Ἀλλαντοπώλης οἴμοι, πόθεν λαγῷά μοι γενήσεται; ὦ θυμὲ νυνὶ βωμολόχον ἔξευρέ τι. Κλέων ὁρᾷς τάδʼ ὦ κακόδαιμον; Ἀλλαντοπώλης ὀλίγον μοι μέλει· ἐκεινοιὶ γὰρ ὡς ἔμʼ ἔρχονταί τινες
fac-similé LOB_78_0157_b.jpg

137

Cléon.

Et qui ?

Le mar.

Des ambassadeurs qui ont des sacs pleins de bonnes espèces sonnantes.

Cléon.

Où sont-ils ? Où sont-ils ?

Le mar.

Que t'importe ? Ne laisseras-tu pas en paix ces étrangers ? (Il dérobe les levrauts à Cléon .) Mon cher petit bonhomme de Peuple ! Vois ces levrauts que je t'apporte.

Cléon.

Que je suis malheureux ! Tu me fais tort ; tu m'as volé injustement.

Le mar.

Par Apollon ! Tu avais aussi volé à d'autres, ceux de Pyle.

Le peu.

Je te prie, apprends moi comment tu as fait ce tour-là.

Le mar.

La pensée est de la Déesse et l’œuvre de main est de moi.

Cléon.

J'avais eu la peine de les prendre à la chasse.

Le mar.

Et moi, j'ai eu celle de les cuire.

Le peu.

Allez ; je n'en sais gré à celui qui les a servis devant moi.

Cléon.

Malheureux que je suis ! Il se trouvera donc quelqu'un plus effronté que moi ?

πρέσβεις ἔχοντες ἀργυρίου βαλλάντια. Κλέων ποῦ ποῦ; Ἀλλαντοπώλης τί δέ σοι τοῦτʼ; οὐκ ἐάσεις τοὺς ξένους; ὦ Δημίδιον ὁρᾷς τὰ λαγῷʼ ἅ σοι φέρω; Κλέων οἴμοι τάλας ἀδίκως γε τἄμʼ ὑφήρπασας. Ἀλλαντοπώλης νὴ τὸν Ποσειδῶ καὶ σὺ γὰρ τοὺς ἐκ Πύλου. Δῆμος εἴπʼ, ἀντιβολῶ, πῶς ἐπενόησας ἁρπάσαι; Ἀλλαντοπώλης τὸ μὲν νόημα τῆς θεοῦ, τὸ δὲ κλέμμʼ ἐμόν. Κλέων ἐγὼ δʼ ἐκινδύνευσʼ, ἐγὼ δʼ ὤπτησά γε. Δῆμος ἄπιθʼ· οὐ γὰρ ἀλλὰ τοῦ παραθέντος ἡ χάρις. Κλέων οἴμοι κακοδαίμων, ὑπεραναιδευθήσομαι.
fac-similé LOB_78_0158_a.jpg

138

Le mar.

Juge donc enfin, mon cher peuple, lequel de nous deux témoigne plus de zèle pour toi et pour ton ventre.

Le peu.

Quelle preuve encore plus convaincante m'en donnerez vous, qui justifie mon jugement auprès des spectateurs ?

Le mar.

Je te dirai. Prends mon coffre et celui du Paphlagonien , et visite l'un et l'autre en secret, après cela tu porteras un jugement certain.

Le peu.

Apporte le tien. Voyons, qu'y a-t-il ?

Le mar.

Ne vois-tu pas qu'il est vide, mon cher petit bonhomme ? Je t'ai tout donné.

Le peu.

Ce coffre me parait avoir de bonnes intentions pour le public.

Le mar.

Visite présentement celui du Paphlagonien , vois-tu  ?

Le peu.

Oh ! Oh ! Que de biens voilà dans ce coffre ! Quelle quantité de tourtes et de gâteaux ! Et il ne m'en donnait qu'un petit morceau, pas plus grand que cela !

Le mar.

C'est comme il faisait toujours ; il te donnait un peu de ce qu'il dérobait ; mais la plus grande portion était pour lui.

Le peu.

Fripon ! C'est donc de la sorte que tu me

Ἀλλαντοπώλης τί οὐ διακρίνεις Δῆμʼ ὁπότερός ἐστι νῷν ἀνὴρ ἀμείνων περὶ σὲ καὶ τὴν γαστέρα; Δῆμος τῷ δῆτʼ ἂν ὑμᾶς χρησάμενος τεκμηρίῳ δόξαιμι κρίνειν τοῖς θεαταῖσιν σοφῶς; Ἀλλαντοπώλης ἐγὼ φράσω σοι. τὴν ἐμὴν κίστην ἰὼν ξύλλαβε σιωπῇ καὶ βασάνισον ἅττʼ ἔνι, καὶ τὴν Παφλαγόνος· κἀμέλει κρινεῖς καλῶς. Δῆμος φέρʼ ἴδω τί οὖν ἔνεστιν; Ἀλλαντοπώλης οὐχ ὁρᾷς κενὴν ὦ παππίδιον; ἅπαντα γάρ σοι παρεφόρουν. Δῆμος αὕτη μὲν ἡ κίστη τὰ τοῦ Δήμου φρονεῖ. Ἀλλαντοπώλης βάδιζέ νυν καὶ δεῦρο πρὸς τὴν Παφλαγόνος. ὁρᾷς τάδʼ; Δῆμος οἴμοι τῶν ἀγαθῶν ὅσων πλέα. ὅσον τὸ χρῆμα τοῦ πλακοῦντος ἀπέθετο· ἐμοὶ δʼ ἔδωκεν ἀποτεμὼν τυννουτονί. Ἀλλαντοπώλης τοιαῦτα μέντοι καὶ πρότερόν σʼ ἠργάζετο· σοὶ μὲν προσεδίδου μικρὸν ὧν ἐλάμβανεν, αὐτὸς δʼ ἑαυτῷ παρετίθει τὰ μείζονα. Δῆμος ὦ μιαρὲ κλέπτων δή με ταῦτʼ ἐξηπάτας;
fac-similé LOB_78_0158_b.jpg

139

(i) Tiré du Télèphe d' Euripide .

volais pendant que je te comblais et d'honneur et de biens ?

Cléon.

Si je dérobais, c'était pour le bien de l'état.

Le peu.

Ôte tout à l'heure cette couronne, que je la me mette sur la tête de celui-ci.

Le mar.

Ôte la donc vite, scélérat.

Cléon.

Je n'en ferai rien ; car j'ai un oracle de la Pythie qui m'apprend clairement par qui je dois être vaincu.

Le mar.

Il t'a donc appris mon nom. Tu n'as qu'à produire cet oracle.

Cléon.

Je veux examiner, par les signes que tu me donneras, si la prédiction te convient. Je veux donc demander d'abord : quand tu étais enfant, à quelle école allais-tu ?

Le mar.

À la fosse où l'on flambe les cochons, où l'on m'instruisait à coups de croquignoles.

Cléon.

Que dis-tu ? Hélas ! Je commence à pénétrer le sens de l'oracle. Mais soit. Quels ont été les exercices que tu as appris dans ta jeunesse ?

Le mar.

À dérober, jurer faux, et regarder avec effronterie.

Cléon.

O (i) ! Phébus ! o ! grand Apollon Lycien !

ἐγὼ δέ τυ ἐστεφάνιξα κἀδωρησάμαν. Κλέων ἐγὼ δʼ ἔκλεπτον ἐπʼ ἀγαθῷ γε τῇ πόλει. Δῆμος κατάθου ταχέως τὸν στέφανον, ἵνʼ ἐγὼ τουτῳὶ αὐτὸν περιθῶ. Ἀλλαντοπώλης κατάθου ταχέως μαστιγία. Κλέων οὐ δῆτʼ, ἐπεί μοι χρησμός ἐστι Πυθικὸς φράζων ὑφʼ οὗ †δεήσει μʼ† ἡττᾶσθαι μόνου. Ἀλλαντοπώλης τοὐμόν γε φράζων ὄνομα καὶ λίαν σαφῶς. Κλέων καὶ μήν σʼ ἐλέγξαι βούλομαι τεκμηρίῳ, εἴ τι ξυνοίσεις τοῦ θεοῦ τοῖς θεσφάτοις. καί σου τοσοῦτον πρῶτον ἐκπειράσομαι· παῖς ὢν ἐφοίτας ἐς τίνος διδασκάλου; Ἀλλαντοπώλης ἐν ταῖσιν εὕστραις κονδύλοις ἡρμοττόμην. Κλέων πῶς εἶπας; ὥς μου χρησμὸς ἅπτεται φρενῶν. εἶεν. ἐν παιδοτρίβου δὲ τίνα πάλην ἐμάνθανες; Ἀλλαντοπώλης κλέπτων ἐπιορκεῖν καὶ βλέπειν ἐναντίον· Κλέων ὦ Φοῖβʼ Ἄπολλον Λύκιε τί ποτέ μʼ ἐργάσει;
fac-similé LOB_78_0159_a.jpg

140

(k) Il y a en grec un autre ordure plus forte.

Que deviendrai-je donc ? Enfin quelle a été ta profession, quand tu as été dans un age parfait  ?

Le mar.

Je vendais du boudin.

Cléon.

Et quoi encore ?

Le mar.

(k) De la merde. Voilà bien des questions.

Cléon.

Tout est perdu pour moi ; je ne suis plus rien. Il ne me reste plus qu'une légère étincelle d'espérance. Apprends moi où tu vendais tes boudins. Était-ce sur la place, ou aux portes  ?

Le mar.

Aux portes, où l'on vend les ragoûts.

Cléon.

Hélas ! C'en est fait ; voilà les oracles accomplis. Roulez là-dedans ce malheureux qui n’est plus rien. Adieu ma chère couronne, je te quitte malgré moi. Tu vas orner la tête d'un autre qui ne sera pas moins fripon, mais sera plus heureux que je ne l'ai été.

Le mar.

O ! Jupiter protecteur de la Grèce ! C’est à toi que je suis redevable de cette victoire.

Le ch.

Salut au victorieux. Mais souviens-toi que tu me dois ton élévation. Je ne te demande qu'une grâce, qui est d'avoir le greffe.

Le peu.

Dis moi ton nom.

Le mar.

Je m'appelle Agoracrite , c’est-à-dire Juge-

τέχνην δὲ τίνα ποτʼ εἶχες ἐξανδρούμενος; Ἀλλαντοπώλης ἠλλαντοπώλουν καί τι καὶ βινεσκόμην. Κλέων οἴμοι κακοδαίμων· οὐκέτʼ οὐδέν εἰμʼ ἐγώ. λεπτή τις ἐλπίς ἐστʼ ἐφʼ ἧς ὀχούμεθα. καί μοι τοσοῦτον εἰπέ· πότερον ἐν ἀγορᾷ ἠλλαντοπώλεις ἐτεὸν ἢ ʼπὶ ταῖς πύλαις; Ἀλλαντοπώλης ἐπὶ ταῖς πύλαισιν, οὗ τὸ τάριχος ὤνιον. Κλέων οἴμοι πέπρακται τοῦ θεοῦ τὸ θέσφατον. κυλίνδετʼ εἴσω τόνδε τὸν δυσδαίμονα. ὦ στέφανε χαίρων ἄπιθι, κεἴ σʼ ἄκων ἐγὼ λείπω· σὲ δʼ ἄλλος τις λαβὼν κεκτήσεται, κλέπτης μὲν οὐκ ἂν μᾶλλον, εὐτυχὴς δʼ ἴσως. Ἀλλαντοπώλης Ἑλλάνιε Ζεῦ σὸν τὸ νικητήριον. Χορός ὦ χαῖρε καλλίνικε καὶ μέμνησʼ ὅτι ἀνὴρ γεγένησαι διʼ ἐμέ· καί σʼ αἰτῶ βραχύ, ὅπως ἔσομαί σοι Φανὸς ὑπογραφεὺς δικῶν. Δῆμος ἐμοὶ δέ γʼ ὅ τι σοι τοὔνομʼ εἴπʼ. Ἀλλαντοπώλης Ἀγοράκριτος·
fac-similé LOB_78_0159_b.jpg

141

en-place, à cause que j'ai été nourri pour juger dans l'assemblée publique.

Le peu.

Je m'abandonne aux soins d' Agoracrite , et je te livre le Paphlagonien .

Le mar.

Je puis assurer le peuple que j'aurai de lui tout le soin imaginable, et que je le servirai avec tant de zèle, qu'il sera contraint d'avouer qu'il n'a jamais été un homme plus zélé pour les badauts d' Athènes.

Chœur.

Il n'est rien de plus agréable à ceux qui, comme nous, savent manier des chevaux, que d'en louer la vitesse, soit en commençant les courses, soit après les avoir finies. Nous ne nous amuserons point à faire des railleries du pauvre Lysistrate , ni du gueux Thoumantès qui n'a ni feu ni lieu. À quoi bon, Aimable Apollon ! Chagriner de gaïeté de cœur un misérable, qui quand il meurt de faim, les yeux baignés de chaudes larmes, au temple de la Pythie , touche ton carquois, et te représente avec douleur l'excès de la pauvreté ? On peut, sans reproche, blâmer publiquement les méchants ; et c'est, à le bien prendre, faire honneur aux bons. S'il y avait donc quelque scélérat digne des traits les plus noirs de la satire, qui fût assez connu par lui-même pour servir de sujet à la nôtre, nous ne ferions pas mention d'un de nos amis, et c'est d' Arignose le joueur de Lyre, dont la vie

ἐν τἀγορᾷ γὰρ κρινόμενος ἐβοσκόμην. Δῆμος Ἀγορακρίτῳ τοίνυν ἐμαυτὸν ἐπιτρέπω, καὶ τὸν Παφλαγόνα παραδίδωμι τουτονί. Ἀλλαντοπώλης καὶ μὴν ἐγώ σʼ ὦ Δῆμε θεραπεύσω καλῶς, ὥσθʼ ὁμολογεῖν σε μηδένʼ ἀνθρώπων ἐμοῦ ἰδεῖν ἀμείνω τῇ Κεχηναίων πόλει. Χορός τί κάλλιον ἀρχομένοισιν ἢ καταπαυομένοισιν ἢ θοᾶν ἵππων ἐλατῆρας ἀείδειν, †μηδὲν ἐσ† Λυσίστρατον, μηδὲ Θούμαντιν τὸν ἀνέστιον αὖ λυπεῖν ἑκούσῃ καρδίᾳ; καὶ γὰρ οὗτος ὦ φίλʼ Ἄπολλον ἀεὶ πεινῇ, θαλεροῖς δακρύοις σᾶς ἁπτόμενος φαρέτρας Πυθῶνι δίᾳ μὴ κακῶς πένεσθαι. Χορός λοιδορῆσαι τοὺς πονηροὺς οὐδέν ἐστʼ ἐπίφθονον, ἀλλὰ τιμὴ τοῖσι χρηστοῖς, ὅστις εὖ λογίζεται. εἰ μὲν οὖν ἄνθρωπος, ὃν δεῖ πόλλʼ ἀκοῦσαι καὶ κακά, αὐτὸς ἦν ἔνδηλος, οὐκ ἂν ἀνδρὸς ἐμνήσθην φίλου. νῦν δʼ Ἀρίγνωτον γὰρ οὐδεὶς ὅστις οὐκ ἐπίσταται,
fac-similé LOB_78_0160_a.jpg

142

(L) Deux musiciens grands scélérats.

X

X

(m) (ll) Hyperbole , successeur de Cléon .

n'est ignorée que de ceux qui ne savent pas distinguer le blanc d'avec le noir. Il a donc fallu le nommer, pour faire connaître un frère qu’il a, qui ne lui ressemble point de sa conduite  ; et ce frère est le méchant Ariphrade , qui ne se contente pas de l'être comme les autres, mais qui de plus a inventé de salir sa langue par les ordures les plus infâmes. Il lèche dans les mauvais lieux une rosée abominable, et sa bouche est salie de ce qui coule de ce que vous savez. C’est ainsi qu'il prétend imiter Polymneste (L) et Thinique avec qui il passe la vie. Quiconque donc n'a pas horreur d'un tel homme, puisse ne boire jamais avec moi dans la même coupe. La nuit, quand je ne dors point, je me suis souvent tourmenté pour deviner comment Cléonyme peut arracher sa misérable vie. On dit qu'il s'attache à brouter le fait de ceux de ses voisins qui ont quelque chose. On a toutes les peines du monde à le détacher de l’armoire au pain, en se jettant à ses genoux, en lui disant : épargnez grand roi ! les provisions de table. On dit que les galères ont eu conversation ensemble, et qu'une des plus anciennes dit aux autres : savez-vous, Mes demoiselles , ce qui se passe dans la ville ? Le bruit se répand qu'un méchant (ll) (m) citoyen jadis marchand de lampes plus aigre que le vinaigre, en a demandé cent d’entre nous pour faire un voyage à Calcédoine. La nouvelle parut étrange et insupportable à toute l'assemblée ; et une jeune pucelle de la bande qui n'avait encore été montée par personne dit fort résolument : à Dieu ne plaise qu' Hyperbole

ὅστις ἢ τὸ λευκὸν οἶδεν ἢ τὸν ὄρθιον νόμον. ἔστιν οὖν ἀδελφὸς αὐτῷ τοὺς τρόπους οὐ συγγενής, Ἀριφράδης πονηρός. ἀλλὰ τοῦτο μὲν καὶ βούλεται· ἔστι δʼ οὐ μόνον πονηρός, οὐ γὰρ οὐδʼ ἂν ᾐσθόμην, οὐδὲ παμπόνηρος, ἀλλὰ καὶ προσεξηύρηκέ τι. τὴν γὰρ αὑτοῦ γλῶτταν αἰσχραῖς ἡδοναῖς λυμαίνεται, ἐν κασωρείοισι λείχων τὴν ἀπόπτυστον δρόσον, καὶ μολύνων τὴν ὑπήνην καὶ κυκῶν τὰς ἐσχάρας, καὶ Πολυμνήστεια ποιῶν καὶ ξυνὼν Οἰωνίχῳ. ὅστις οὖν τοιοῦτον ἄνδρα μὴ σφόδρα βδελύττεται, οὔ ποτʼ ἐκ ταὐτοῦ μεθʼ ἡμῶν πίεται ποτηρίου. Χορός ἦ πολλάκις ἐννυχίαισι φροντίσι συγγεγένημαι, καὶ διεζήτηχʼ ὁπόθεν ποτὲ φαύλως ἐσθίει Κλεώνυμος. φασὶ μὲν γὰρ αὐτὸν ἐρεπτόμενον τὰ τῶν ἐχόντων ἀνέρων οὐκ ἂν ἐξελθεῖν ἀπὸ τῆς σιπύης· τοὺς δʼ ἀντιβολεῖν ἂν ὅμως· ἴθʼ ὦ ἄνα πρὸς γονάτων, ἔξελθε καὶ σύγγνωθι τῇ τραπέζῃ. Χορός φασὶν ἀλλήλαις ξυνελθεῖν τὰς τριήρεις ἐς λόγον, καὶ μίαν λέξαι τινʼ αὐτῶν ἥτις ἦν γεραιτέρα· ‘οὐδὲ πυνθάνεσθε ταῦτʼ ὦ παρθένοι τἀν τῇ πόλει; φασὶν αἰτεῖσθαί τινʼ ἡμῶν ἑκατὸν ἐς Καρχηδόνα ἄνδρα μοχθηρὸν πολίτην ὀξίνην Ὑπέρβολον·’
fac-similé LOB_78_0160_b.jpg

143

X

X

ne commande jamais. Non, foi de Galère d'Honneur , je ne suis pas de sapin et de chène, et j'aimerais mieux périr de vieillesse et être rongée des vers, que de souffrir un pareil affront. Et si les Athéniens l'ordonnent, je suis d'avis que nous nous mettions à couvert d'une pareille insulte en nous écoulant à l'asile de Thésée ou à celui des redoutables Euménides . Il ne sera pas dit qu' Hyperbole se servira de nous pour dévorer la ville. S'il veut naviguer, qu'il naviguait navigue aux corbeaux, et qu'il monte sur les canaux qui lui ont servi à voiturer ses lampes.

Le marchand de boudins . Le chœur . Le mar.

Il faut faire silence, fermer la bouche aux dénonciateurs et aux témoins, condamner les portes des auditoires, et célébrer publiquement l'heureux état où se trouve maintenant la république.

Le ch.

O ! toi, qui viens secourir les Iles sacrées, et qui es la lumière d' Athènes ! Quelle agréable nouvelle nous apportes-tu ? À quel sujet faut-il que la fumée des sacrifices remplisse les carrefours de la ville ?

Le mar.

J'ai recuit le peuple, et je l'ai rendu beau, de sale qu'il était auparavant.

Le ch.

Auteur d'un changement si salutaire, dis dis -nous où il est maintenant, cet heureux peuple.

Le mar.

Il est vrai de dire plus que jamais, qu' Athènes

ταῖς δὲ δόξαι δεινὸν εἶναι τοῦτο κοὐκ ἀνασχετόν, καί τινʼ εἰπεῖν ἥτις ἀνδρῶν ἆσσον οὐκ ἐληλύθει· ‘ἀποτρόπαἰ οὐ δῆτʼ ἐμοῦ γʼ ἄρξει ποτʼ, ἀλλʼ ἐάν με χρῇ, ὑπὸ τερηδόνων σαπεῖσʼ ἐνταῦθα καταγηράσομαι·’ ‘οὐδὲ Ναυφάντης γε τῆς Ναύσωνος, οὐ δῆτʼ ὦ θεοί, εἴπερ ἐκ πεύκης γε κἀγὼ καὶ ξύλων ἐπηγνύμην. ἢν δʼ ἀρέσκῃ ταῦτʼ Ἀθηναίοις, καθῆσθαί μοι δοκεῖ ἐς τὸ Θησεῖον πλεούσαις ἢ ʼπὶ τῶν σεμνῶν θεῶν. οὐ γὰρ ἡμῶν γε στρατηγῶν ἐγχανεῖται τῇ πόλει· ἀλλὰ πλείτω χωρὶς αὐτὸς ἐς κόρακας, εἰ βούλεται, τὰς σκάφας, ἐν αἷς ἐπώλει τοὺς λύχνους, καθελκύσας.’ Ἀλλαντοπώλης εὐφημεῖν χρὴ καὶ στόμα κλῄειν καὶ μαρτυριῶν ἀπέχεσθαι, καὶ τὰ δικαστήρια συγκλῄειν οἷς ἡ πόλις ἥδε γέγηθεν, ἐπὶ καιναῖσιν δʼ εὐτυχίαισιν παιωνίζειν τὸ θέατρον. Χορός ὦ ταῖς ἱεραῖς φέγγος Ἀθήναις καὶ ταῖς νήσοις ἐπίκουρε, τίνʼ ἔχων φήμην ἀγαθὴν ἥκεις, ἐφʼ ὅτῳ κνισῶμεν ἀγυιάς; Ἀλλαντοπώλης τὸν Δῆμον ἀφεψήσας ὑμῖν καλὸν ἐξ αἰσχροῦ πεποίηκα. Χορός καὶ ποῦ ʼστιν νῦν ὦ θαυμαστὰς ἐξευρίσκων ἐπινοίας; Ἀλλαντοπώλης ἐν ταῖσιν ἰοστεφάνοις οἰκεῖ ταῖς ἀρχαίαισιν Ἀθήναις.
fac-similé LOB_78_0161_a.jpg

144

qu'il habite, est l'ancienne Athènes couronnée de violettes.

Le ch.

Ne le verrons nous point dans l'état heureux où tu l'as mis ?

Le mar.

Il est tel qu'on la vu autrefois du temps d' Aristide et de Miltiade . Vous l'allez voir car j'entends le bruit des grandes portes qui s'ouvrent. Célébrez donc par vos cris de joie l'ancienne Athènes que vous allez voir revivre, une Athènes si fameuse, et dont les habitants étaient si heureux.

Le ch.

O ! l'heureuse Athènes, comblée de biens, couronnée de violettes, et qui faisait tant de jaloux ! Faites nous voir le monarque de la Grèce et le maître de ces cantons.

Le mar.

Le voilà, orné de cigales d'or à la vieille mode et dans ses anciens habits. Il ne sent point les coquillages salés ; l'odeur agréable de ses parfums se répand autour de lui.

Le ch.

Salut au roi des Grecs. Nous nous réjouissons avec toi, de te voir dans un état digne de la ville, et des trophées que nous avons érigés à Marathon.

Le peuple. Le marchand de boudins . Le chœur . Le peu.

Approche, Agoracrite , le plus aimable de

Χορός πῶς ἂν ἴδοιμεν; ποίαν τινʼ ἔχει σκευήν; ποῖος γεγένηται; Ἀλλαντοπώλης οἷός περ Ἀριστείδῃ πρότερον καὶ Μιλτιάδῃ ξυνεσίτει. ὄψεσθε δέ· καὶ γὰρ ἀνοιγνυμένων ψόφος ἤδη τῶν προπυλαίων. ἀλλʼ ὀλολύξατε φαινομέναισιν ταῖς ἀρχαίαισιν Ἀθήναις καὶ θαυμασταῖς καὶ πολυύμνοις, ἵνʼ ὁ κλεινὸς Δῆμος ἐνοικεῖ. Χορός ὦ ταὶ λιπαραὶ καὶ ἰοστέφανοι καὶ ἀριζήλωτοι Ἀθῆναι, δείξατε τὸν τῆς Ἑλλάδος ὑμῖν καὶ τῆς γῆς τῆσδε μόναρχον. Ἀλλαντοπώλης ὅδʼ ἐκεῖνος ὁρᾶν τεττιγοφόρας, ἀρχαίῳ σχήματι λαμπρός, οὐ χοιρινῶν ὄζων ἀλλὰ σπονδῶν, σμύρνῃ κατάλειπτος. Χορός χαῖρʼ ὦ βασιλεῦ τῶν Ἑλλήνων· καί σοι ξυγχαίρομεν ἡμεῖς. τῆς γὰρ πόλεως ἄξια πράττεις καὶ τοῦ ʼν Μαραθῶνι τροπαίου. Δῆμος ὦ φίλτατʼ ἀνδρῶν ἐλθὲ δεῦρʼ Ἀγοράκριτε.
fac-similé LOB_78_0161_b.jpg

145

X

tous les hommes, que je te rende grace du bien que tu m'as fait en me recuisant.

Le mar.

Tu me regarderais comme un dieu, mon cher bonhomme, si tu savais comme tu étais auparavant, et ce que tu faisais.

Le peu.

Que faisais-je donc ci-devant ? Apprends le moi ?

Le mar.

Premièrement, quand quelqu'un dans l'assemblée te disait : je t'aime, je prends soin de toi, et je suis le seul que tu chéris ; ces discours flatteurs te faisaient sortir du nid comme de jeunes oiseaux qui veulent commencer à voler, et dresser la tête, comme de jeunes béliers à qui les cornes poussent.

Le peu.

Moi ?

Le mar.

Et puis le flatteur, après t'avoir attrapé quelque chose, te laissait là.

Le peu.

Que dis-tu ? Est-il possible qu'on me trompât de la sorte, sans que je m'en aperçusse ?

Le mar.

Tu avais les oreilles à ressorts comme un parapluie ; tu les ouvrais et les fermais au gré des flatteurs.

Le peu.

Étais je donc assez benêt pour cela ?

Le mar.

Et par Jupiter , si de deux orateurs, l'un essayait de te porter à faire l' un armement

ὅσα με δέδρακας ἀγάθʼ ἀφεψήσας. Ἀλλαντοπώλης ἐγώ; ἀλλʼ ὦ μέλʼ οὐκ οἶσθʼ οἷος ἦσθʼ αὐτὸς πάρος, οὐδʼ οἷʼ ἔδρας· ἐμὲ γὰρ νομίζοις ἂν θεόν. Δῆμος τί δʼ ἔδρων, κάτειπέ μοι, πρὸ τοῦ; ποῖός τις ἦ; Ἀλλαντοπώλης πρῶτον μέν, ὁπότʼ εἴποι τις ἐν τἠκκλησίᾳ, ‘ὦ Δῆμʼ ἐραστής εἰμι σὸς φιλῶ τέ σε καὶ κήδομαί σου καὶ προβουλεύω μόνος,’ τούτοις ὁπότε χρήσαιτό τις προοιμίοις, ἀνωρτάλιζες κἀκερουτίας. Δῆμος ἐγώ; Ἀλλαντοπώλης εἶτʼ ἐξαπατήσας σʼ ἀντὶ τούτων ᾤχετο. Δῆμος τί φῄς; ταυτί μʼ ἔδρων, ἐγὼ δὲ τοῦτʼ οὐκ ᾐσθόμην; Ἀλλαντοπώλης τὰ δʼ ὦτά γʼ ἄν σου νὴ Δίʼ ἐξεπετάννυτο ὥσπερ σκιάδειον καὶ πάλιν ξυνήγετο. Δῆμος οὕτως ἀνόητος ἐγεγενήμην καὶ γέρων; Ἀλλαντοπώλης καὶ νὴ Δίʼ εἴ γε δύο λεγοίτην ῥήτορε, ὁ μὲν ποιεῖσθαι ναῦς μακρὰς ὁ δʼ ἕτερος αὖ
fac-similé LOB_78_0162_a.jpg

146

(m) Lieu profond à Athènes, où l'on précipita les ambassadeurs de Darius .

et l'autre parlait de te donner l'honoraire de trois oboles, l'orateur de l'honoraire laissait bien loin derrière lui l'orateur de l'armement. Pourquoi baisses-tu la tête ? Où vas-tu ? Demeure là.

Le peu.

J'ai honte des fautes que j'ai faites.

Le mar.

Ce n'est pas à toi que l'on s'en prend ; mais à ceux qui te séduisaient. Or voyons maintenant comme tu t'y prendras. Un avocat, ennemi du genre humain et médisant, te dira : messieurs, il n'y a point de farine pour les juges, si vous ne faites perdre les procès à ce malheureux que j'accuse. Que diras-tu dans cette rencontre ?

Le peu.

Je ferais enlever l'avocat, et le précipiterai dans l'abîme (m) ; et fût-ce Hyperbole , je le ferai pendre par son gosier.

Le mar.

C'est bien dit, et sagement avisé. Mais voyons quel ordre tu mettras au gouvernement.

Le peu.

Premièrement, je ferai payer exactement tous les appointements à ceux qui servent les vaisseaux longs.

Le mar.

Cela fera bien plaisir à quantité d’honnêtes gens qui ont le cul pelé.

Le peu.

Ensuite, je laisserai un chacun écrit sur les rôles comme il s'y trouvera d’abord et l'on n’ôtera personne de sa classe par brigue, ou par malice.

καταμισθοφορῆσαι τοῦθʼ, ὁ τὸν μισθὸν λέγων τὸν τὰς τριήρεις παραδραμὼν ἂν ᾤχετο. οὗτος τί κύπτεις; οὐχὶ κατὰ χώραν μενεῖς; Δῆμος αἰσχύνομαί τοι ταῖς πρότερον ἁμαρτίαις. Ἀλλαντοπώλης ἀλλʼ οὐ σὺ τούτων αἴτιος, μὴ φροντίσῃς, ἀλλʼ οἵ σε ταῦτʼ ἐξηπάτων. νυνδὶ φράσον· ἐάν τις εἴπῃ βωμολόχος ξυνήγορος· ‘οὐκ ἔστιν ὑμῖν τοῖς δικασταῖς ἄλφιτα, εἰ μὴ καταγνώσεσθε ταύτην τὴν δίκην·’ τοῦτον τί δράσεις, εἰπέ, τὸν ξυνήγορον; Δῆμος ἄρας μετέωρον ἐς τὸ βάραθρον ἐμβαλῶ, ἐκ τοῦ λάρυγγος ἐκκρεμάσας Ὑπέρβολον. Ἀλλαντοπώλης τουτὶ μὲν ὀρθῶς καὶ φρονίμως ἤδη λέγεις· τὰ δʼ ἄλλα, φέρʼ ἴδω, πῶς πολιτεύσει φράσον. Δῆμος πρῶτον μὲν ὁπόσοι ναῦς ἐλαύνουσιν μακράς, καταγομένοις τὸν μισθὸν ἀποδώσω ʼντελῆ. Ἀλλαντοπώλης πολλοῖς γʼ ὑπολίσφοις πυγιδίοισιν ἐχαρίσω. Δῆμος ἔπειθʼ ὁπλίτης ἐντεθεὶς ἐν καταλόγῳ οὐδεὶς κατὰ σπουδὰς μετεγγραφήσεται, ἀλλʼ ὥσπερ ἦν τὸ πρῶτον ἐγγεγράψεται.
fac-similé LOB_78_0162_b.jpg

147

(n) Orateur si habile qu'ayant même été pris sur le fait, il sut se justifier. Il corrompait aussi la jeunesse.

Le mar.

Cléonyme en aura bien du dépit.

Le peu.

Je ne permettrai point que personne parle en public, qui n'ait de la barbe.

Le mar.

Que feront donc Clisthène et Straton ? Que deviendront ces jeunes mignons tout embaumés de parfums, qui, le cul sur les sièges, raisonnent de cette sorte : (n) Phéas , pour un habile homme, est pourtant mort par sa faute ; c'est dommage, car il savait serrer un discours, pousser un raisonnement, étaler de belles sentences ; il était clair, flattait agréablement les oreilles, et possédait l'art d'exciter le tumulte et les passions.

Le ch.

Il savait aussi manier le cul de toi qui jases.

Le peu.

J'enverrai tous ces beaux mignons à la chasse et leur défendrai de se mêler de porter leurs suffrages.

Le mar.

Pour avoir si bien dit, je te fais présent de ce siège pliant, avec un jeune garçon qui le portera auprès de toi ; et le garçon même te servira de siège, quand l'envie t'en prendra.

Le peu.

Me voilà bien, et à la vieille mode !

Ἀλλαντοπώλης τοῦτʼ ἔδακε τὸν πόρπακα τὸν Κλεωνύμου. Δῆμος οὐδʼ ἀγοράσει γʼ ἀγένειος οὐδεὶς ἐν ἀγορᾷ. Ἀλλαντοπώλης ποῦ δῆτα Κλεισθένης ἀγοράσει καὶ Στράτων; Δῆμος τὰ μειράκια ταυτὶ λέγω τἀν τῷ μύρῳ, ἃ στωμυλεῖται τοιαδὶ καθήμενα· ‘σοφός γʼ ὁ Φαίαξ δεξιῶς τʼ οὐκ ἀπέθανεν. συνερτικὸς γάρ ἐστι καὶ περαντικός, καὶ γνωμοτυπικὸς καὶ σαφὴς καὶ κρουστικός, καταληπτικός τʼ ἄριστα τοῦ θορυβητικοῦ.’ Ἀλλαντοπώλης οὔκουν καταδακτυλικὸς σὺ τοῦ λαλητικοῦ; Δῆμος μὰ Δίʼ ἀλλʼ ἀναγκάσω κυνηγετεῖν ἐγὼ τούτους ἅπαντας, παυσαμένους ψηφισμάτων. Ἀλλαντοπώλης ἔχε νυν ἐπὶ τούτοις τουτονὶ τὸν ὀκλαδίαν, καὶ παῖδʼ ἐνόρχην, ὅσπερ οἴσει τόνδε σοι· κἄν που δοκῇ σοι, τοῦτον ὀκλαδίαν ποίει. Δῆμος μακάριος ἐς τἀρχαῖα δὴ καθίσταμαι.
fac-similé LOB_78_0163_a.jpg

148

Le mar.

C'est ce que tu diras encore avec plus de sujet quand je t'aurai donné les trèves pour trente ans. Qu'elles viennent ici ces belles trèves, qu'elles paraissent au plus tôt !

Le peu.

Adorable Jupiter ! Qu'elles sont belles ! O Dieux ! Sera-t-il donc permis d'en jouir ? Mais où les as-tu prises ?

Le mar.

Est-ce que le Paphlagonien ne les avait pas enfermées là-dedans, pour empêcher que tu ne les eusses ? Je les donne, afin que tu les mènes aux champs.

Le peu.

Et du Paphlagonien , qui m’a fait tant de mal, qu'en ordonneras-tu  ?

Le mar.

Je ne lui veux imposer d’autre peine, que d'exercer mon ancien métier. Il vendra des boudins aux portes, tout seul. Il y mêlera la chair de chien à celle d'âne ; il chantera pouilles aux putains quand il sera ivre ; et il boira l'eau sale qui coule des bains.

Le peu.

Voilà tout juste ce qu'il méritait. Qu'il aille donc brailler avec les putains et les baigneurs ! Pour

Ἀλλαντοπώλης φήσεις γʼ, ἐπειδὰν τὰς τριακοντούτιδας σπονδὰς παραδῶ σοι. δεῦρʼ ἴθʼ αἱ Σπονδαὶ ταχύ. Δῆμος ὦ Ζεῦ πολυτίμηθʼ ὡς καλαί· πρὸς τῶν θεῶν, ἔξεστιν αὐτῶν κατατριακοντουτίσαι; πῶς ἔλαβες αὐτὰς ἐτέον; Ἀλλαντοπώλης οὐ γὰρ ὁ Παφλαγὼν ἀπέκρυπτε ταύτας ἔνδον, ἵνα σὺ μὴ λάβῃς; νῦν οὖν ἐγώ σοι παραδίδωμʼ ἐς τοὺς ἀγροὺς αὐτὰς ἰέναι λαβόντα. Δῆμος τὸν δὲ Παφλαγόνα, ὃς ταῦτʼ ἔδρασεν, εἴφʼ ὅ τι ποιήσεις κακόν. Ἀλλαντοπώλης οὐδὲν μέγʼ ἀλλʼ ἢ τὴν ἐμὴν ἕξει τέχνην· ἐπὶ ταῖς πύλαις ἀλλαντοπωλήσει μόνος, τὰ κύνεια μιγνὺς τοῖς ὀνείοις πράγμασιν, μεθύων τε ταῖς πόρναισι λοιδορήσεται, κἀκ τῶν βαλανείων πίεται τὸ λούτριον. Δῆμος εὖ γʼ ἐπενόησας οὗπέρ ἐστιν ἄξιος, πόρναισι καὶ βαλανεῦσι διακεκραγέναι,
fac-similé LOB_78_0163_b.jpg

149

toi, je t'invite au Prytanée, et je t'y donne la place que cet empoisonneur y occupait. Prends cette robe de cérémonie et me suit. Pour ce qui est du Paphlagonien , qu'on l'apporte, pour le mettre en possession de son nouvel emploi, afin que les étrangers qu'il a vexés aient la consolation de voir sa disgrace !

Fin des Chevaliers.

καί σʼ ἀντὶ τούτων ἐς τὸ πρυτανεῖον καλῶ ἐς τὴν ἕδραν θʼ, ἵνʼ ἐκεῖνος ἦν ὁ φαρμακός. ἕπου δὲ ταυτηνὶ λαβὼν τὴν βατραχίδα· κἀκεῖνον ἐκφερέτω τις ὡς ἐπὶ τὴν τέχνην, ἵνʼ ἴδωσιν αὐτὸν οἷς ἐλωβᾶθʼ οἱ ξένοι. [illisible]